BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 

Retour à la liste de l'Echo de Nancy


L'Echo de Nancy

- 1941 -



24 janvier 1941
LUNÉVILLE
Au tribunal militaire de la Feldkommandantur
A sa dernière audience, le tribunal militaire de la Feldkommandantur n° 591 a jugé deux cultivateurs de l'arrondissement de Lunéville, poursuivis pour détention d'armes à feu et braconnage.
L'un, M. Dieulin Paul, de Xousse, a été condamné à un an et un mois de réclusion. L'autre, M. Coqueron Robert, de Vaucourt, à deux mois et trois semaines de prison.
La prison préventive a été déduite des deux peines.
Les deux prévenus étaient défendus par Me Louis Kappler.


31 janvier 1941
REPAIX
Libéralité. - Une quête faite au mariage Mathis-Munier a produit 72 francs, versés à la Caisse de l'Ecole.
Merci aux donateurs et voeux aux jeunes époux.
Secours national. - La quête faite dans le village a produit 775 francs. Merci aux donateurs et aux quêteurs.

17 février 1941
LES DEUX CIREY
Presque toujours, quand on parle du séjour de Voltaire à Cirey, on croit qu'il s'agit de notre Cirey de l'arrondissement de Lunéville, Cirey-sur-Vezouze C'est une erreur.
Il s'agit d'un Cirey de Champagne, Cirey-sur-Blaise.
C'est au château de Cirey-sur-Blaise, propriété du marquis du Châtelet, que Voltaire vint, en compagnie de la marquise, passer quatre années qu'il consacra au travail, avec méditations philosophiques, et aussi à l'amour, le mari de la marquise étant aux armées et ne sollicitant jamais de permissions de détente. Cet homme de bien n'attachait à l'honneur conjugal qu'une importance toute secondaire.
Toutefois, et c'est de cela que naquit la confusion, Voltaire séjourna également, pendant quelques mois, à Cirey-sur-Vezouze, les du Châtelet étant seigneurs de Cirey.
Leur ancien château y existe toujours. C'est une demeure seigneuriale du XVIIe siècle, remaniée en 1737 : un corps de logis, flanqué de deux ailes peu saillantes, sans ornements autres que ceux des fenêtres des ailes et celui de la porte d'entrée, qui garde les armes des du Châtelet.
Si l'on en croit les notes de Nicolas Pacatte, receveur de la baronnie de Cirey, de 1746 jusqu'à la Révolution, c'est durant le court séjour que Voltaire fit dans ce château que se réalisa l'idée d'établir des forges à Cirey :
« Au cours d'une promenade dans les forêts de montagne de M. du Châtelet, qui s'était plaint du rendement médiocre de ses bois, Voltaire, frappant du pied le sol, s'écria : « Nous marchons sinon sur de l'or, du moins sur du fer ; il y a du minerai de fer dans toutes ces montagnes ; il faut établir des forges à Cirey et vous brûlerez ainsi votre bois que vous ne trouvez pas à vendre... » M. le marquis s'est décidé à construire quatre hauts fourneaux de forges, mais comme il n'avait pas beaucoup d'argent disponible, il a proposé à MM. Mique et Brodt de s'associer à lui pour les usines à construire...
C'est en 1762 que La Forge posséda ses organismes : ses roues hydrauliques, quatre soufflets, des marteaux. La force hydraulique était fournie par l'étang que formait et que forme encore le ruisseau de Châtillon, et au-dessous duquel se trouvait l'usine. Les eaux de la rivière du Val, amenées par un aqueduc souterrain, actionnaient un bocard qui pilait les crasses et quant au minerai nécessaire, on l'extrayait du territoire de Hattigny, situé à 8 kilomètres de Cirey.
En l'an VIII, soit par pénurie de minerai, soit pour une autre cause inconnue, le haut fourneau et les forges s'arrêtèrent, alors que leur avaient été adjointes une papeterie et une verrerie.
Comme on le voit, si le Cirey dont il est si souvent question dans les déplacements de Voltaire et de la marquise est bien Cirey-sur-Blaise, en Champagne, notre Cirey de Lorraine a abrité, lui aussi, pendant quelques mois, les effusions littéraires, philosophiques et sentimentales de Marie-François Arouet et de sa « divine amie ».

LEINTREY
L'anesthésie. - Mme veuve D ... demeurant à Leintrey, a fait l'objet d'un procès-verbal pour infraction aux arrêtés préfectoraux des 16 et 29 octobre 1940. Elle a fait abattre deux porcs sans employer l'appareil d'anesthésie obligatoire

1er mars 1941
VERDENAL
Libéralité. - Une quête faite au mariage Renard-Jacquot a produit 300 francs, moitié pour le monument aux morts et moitié pour la caisse des écoles. Remerciements et voeux aux époux.

3 mars 1941
AVRICOURT
Vol de charbon. - Mlle Ginz Marie, receveuse des Postes par intérim, a porté plainte contre inconnu pour vol de 150 kilos de charbon entreposé dans la cave de l'immeuble de la Poste. Ce charbon était la propriété de l'administration des P.T.T. qui subit un préjudice de 70 francs environ. Une enquête est ouverte.

4 avril 1941
Les débris humains découverts à Saint-Rémy aux-Bois seraient ceux d'un fromager de Mignéville
Lunéville, 3 avril. - (De notre rédaction) :
Le 30 mars, « L'Echo de Nancy » relatait la découverte d'ossements humains à proximité de la ferme de Mattecourt, commune de Saint-Rémy-aux-Bois. Après avoir lu notre information. M. Cadix, maire de Mignéville, fit part de la macabre découverte à Mme Jules Rousselet, qui était sans nouvelles de son mari depuis le 16 juin 1940.
Mme Rousselet se rendit immédiatement à la ferme de Mattecourt, où elle reconnut les lambeaux du pantalon de son mari. D'autre part, une fille du fermier, Mlle Clotilde Houppert a qui fut présentée une photographie de M. Rousselet, identifia immédiatement celui-ci. C'était bien l'homme qui était venu à la ferme et avait été, ensuite, aperçu rôdant dans ses environs immédiats. Il est maintenant hors de doute que les débris humains sont ceux de M. Rousselet, âgé de 47 ans, fromager à Mignéville.
Celui-ci, quand il vint à la ferme de Mattecourt, donnait nettement l'impression de ne plus jouir de son équilibre mental.
Les funèbres restes ont été inhumés dans le cimetière de Saint-Rémy-aux-Bois

19 avril 1941
Fraude alimentaire. - Mme Jédor, née Saunier Cécile, 36 ans, cultivatrice à Nonhigny, est poursuivie sous l'inculpation de fraude alimentaire.
Le 23 mars dernier, un inspecteur des fraudes, M. Tailhades, effectuait un prélèvement sur un bidon de quinze litres de lait que Mme Jédor venait de vendre à M. Rouyer, de Harbouey, son acheteur habituel. L'inspecteur constata que le bidon de quinze litres ne contenait en réalité que quatorze litres de lait.
La prévenue, ayant reconnu le fait qui lui est reproché, s'entend condamner à huit jours de prison avec sursis et 50 fr. d'amende. Le tribunal ordonne l'affichage du jugement à la porte du domicile de la condamnée, et à la porte de la mairie de Nonhigny, pendant sept jours. Il ordonne en outre l'insertion du jugement dans un journal local

9 mai 1941
A Nonhigny, un jeune homme de 17 ans est trouvé tué dans un hangar
Lunéville, le 8 mai. - Le 3 mai, dans la soirée, un jeune homme de 17 ans, L'Hote Juste, a été trouvé mort dans un atelier attenant à un hangar où ses parents engrangent leurs récoltes. Sur le sol, a côté du cadavre, se trouvait un fusil en partie démonté. Dans la culasse de l'arme, on découvrit une douille de cartouche vide.
La gendarmerie et M. le docteur Thomas se sont rendus sur les lieux et ont procédé aux constatations d'usage. Tout permet de supposer qu'il s'agit d'un déplorable accident. En procédant au démontage du fusil, le malheureux garçon aura été tué par une balle restée dans le canon.

17 mai 1941
DOMÈVRE-SUR-VEZOUZE
Attention à l'heure. - Cinq consommateurs, qui se trouvaient après l'heure réglementaire dans le débit tenu par Mme veuve Pinon, ont été verbalisés. La débitante a également fait l'objet d'un procès-verbal pour fermeture tardive de son établissement.
GOGNEY
Surveillez vos vélos. - M. Schmitt Aloïse, cultivateur à Gogney, a déposé une plainte contre inconnu pour vol de sa bicyclette Une enquête est ouverte.

20 mai 1941
HERBEVILLER
Le râtelier qui disparait. - Mme Schertz Jeanne, cultivatrice à Herbéviller, a déposé une plainte pour vol d'un râtelier à moutons qui se trouvait à proximité de sa bergerie. Enquête.
OGÉVILLER
Bicyclettes dérobées. - Michel, demeurant à Ogéviller, se présentait à la gare de L.B.B. pour prendre possession de trois bicyclettes expédiées à son nom, disait-il, de Bénaménil. La receveuse de la gare, Mme Thomas, ne possédant aucune pièce justificative pour la livraison, refusa de les donner mais le quidam passa outre et, profitant d'un moment opportun, s'empara des trois machines. La gendarmerie vient de procéder à une enquête à la suite d'une plainte déposée contre Michel par M. Hilpert, chef de service à la compagnie du L.B.B.

31 mai 1941
DOMJEVIN
Pour les prisonniers de guerre. - Un comité communal a été constitué dimanche 25 mai, sous la présidence de M. Brégeard Emile, maire Une quête faite à cette occasion par quatre jeunes filles du pays a rapporté 1.975 francs. Merci aux généreux donateurs.

26 juin 1941
BLAMONT
Camouflez, s.v.p - Les gendarmes en tournée de communes à Ogéviller, Domèvre-sur-Vezouze et Herbéviller, ont relevé plusieurs contraventions pour non camouflage de lumière, contraventions ayant, fait l'objet de procès-verbaux.
Fréquentation scolaire. - Un élève a fait l'objet d'une enquête pour non fréquentation scolaire.
Société des pêcheurs à la ligne. - La Société des pêcheurs à la ligne de Blâmont invite ses membres à se faire inscrire, chez ses correspondants habituels de Cirey. Val-et-Châtillon, Domèvre-sur-Vezouse et, particulièrement chez M. Bertrand, coiffeur, Grande-Rue, à Blâmont, en vue d'obtenir le renouvellement des cartes de sociétaires dont la cotisation reste fixée au même taux.
Elle les informe également que le lot des Anciens établissements Bechmann, à Val-et-Châtillon, lui a été concédé et que celui allant du pont de Domèvre au moulin de Saint-Martin a été provisoirement loué à des particuliers, jusqu'au 31 décembre de cette année, la Société se réservant de faire valoir ses droits entre-temps et à l'expiration de cette date.
Elle rappelle, en outre, que la réserve de pêche est fixée, dans toute la traversée de Blâmont, depuis le pont des Capucins jusqu'à la jonction avec la Voise.
Les sociétaires doivent donc très rapidement se regrouper en vue de permettre à la Société de prendre les mesures nécessaires pour une nouvelle location des lots. Plus les sociétaires seront nombreux, plus la Société arrivera à louer la totalité des lots pour assurer sa jonction sur la Vezouse avec la Carache.

14 août 1941
AVRICOURT
Qui a pris le vélo ? - M. Pivi Amédée, maçon, demeurant à Plainfains (Vosges) a porté plainte contre inconnu pour vol de sa bicyclette déposée devant le café Vion à Avricourt.
GOGNEY
Vol d'argenterie. - Mme Dieudonné, débitante à Gogney, a constaté, ces jours derniers, que des objets d argenterie remisés dans une chambre de son habitation étaient disparus. La débitante, qui subit un préjudice de 350 francs, a déposé une plainte à la gendarmerie en lui faisant part de ses soupçons.

23 août 1941
INTERDICTION DE L'EXERCICE DE LA MEDECINE
Par décision de M. le Préfet de Meurthe-et-Moselle, en date du 19 août 1941, il a été enjoint au docteur Segall, de nationalité roumaine, domicilié à Ogéviller, de cesser immédiatement toute activité médicale sur le territoire du département de Meurthe-et-Moselle.

11 septembre 1941
DOMEVRE-SUR-VEZOUZE
Don. - Une quête faite au mariage Schrirrer-Marchal en faveur des prisonniers de guerre a produit 88 francs.
Merci et meilleurs voeux aux jeunes époux

29 septembre 1941
NONHIGNY
Matériel enlevé. - M. Conchon René, entrepreneur en bâtiments, demeurant à Nancy, possédait du matériel de toute sorte laissé dans un hangar par son père à la fin de la reconstruction du village, en partie détruit pendant la guerre de 1914-1918. Or, ces jours derniers, un ouvrier de l'entreprise Hurion, de Cirey, a été surpris dans le hangar au moment où il se préparait à enlever du matériel pour le transporter dans un chantier en construction situé à proximité. L'ouvrier a déclaré qu'il avait agi d'après l'ordre de son patron, M. Conchon, qui a été déjà victime de vols antérieurs, a déposé une plainte pour un préjudice de 15.000 fr. Enquête.

9 octobre 1941
A AVRICOURT. - M. Koffolt Marcel trouve une bicyclette et la dépose à la gendarmerie.
A GOGNEY - Un supplément d'enquête a été effectué au sujet d'un vol d'argenterie commis au préjudice de Mme Dieudonné.

13 octobre 1941
AVRICOURT. -. Plainte de M. Rietsch, entrepreneur, pour bris d'une grille de clôture à une maison lui appartenant.
AMENONCOURT. - Plainte de M. Ackermann Albert contre plusieurs ouvriers occupés au déblaiement de maisons sinistrées, pour vol de raisins.
BLAMONT, - Procès-verbal à une habitante de Blâmont pour défaut de lumière à sa bicyclette.
FRÉMONVILLE. - M. Brenu Louis, demeurant à Frémonville, a été verbalisé pour vente de marchandises contingentées sans autorisation.
LEINTREY. - Plainte de Mme Traxel pour vol de trois coqs. Enquête.

27 octobre 1941
Domèvre-sur-Vezouze. - M Claude Joseph, pour vol de lapins, a déposé une plainte.

13 octobre 1941
LEINTREY. - Plainte de Mme Traxel pour vol de trois coqs. Enquête.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email