BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 

Retour à la liste de l'Est républicain


L'Est Républicain

- 1901 -


17 janvier 1901
Gendarmerie
L'Officiel du 17 janvier publie le mouvement suivant intéressant la gendarmerie de la 20e région :
[...] le brigadier Brenat est nommé maréchal des logis chef à cheval, à Blâmont. [...] le maréchal des logis à cheval Nottat, de Blâmont, passe à Brienne (Aube).


18 janvier 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience de mercredi 16 janvier
[...] Vol d'un manteau. - Auguste Guerre, 41 ans, domestique à Remoncourt, trois mois de prison.
30 janvier 1901
Blâmont
Un porte-monnaie contenant une certaine somme a été trouvé, à Blâmont, le jour de la conscription, par M. la maire d'Autrepierre qui le tient à la disposition de son propriétaire.
31 janvier 1901
Blâmont
M. François Colin, facteur des postes, en retraite, à Blâmont, vient de déclarer à M. le procureur de la République qu'un vol de valeurs, pouvant s'élever à 9,000 fr., avait été de commis a son préjudice. Ces titres avaient été cachés par Mme Colin qui les avait mis dans son lit. C'est à la mort de cette dernière que le lit fut fouillé et qu'on ne retrouva plus trace des valeurs.
1er février 1901
Reillon
Contrairement à ce qui a été dit, et malgré le vif désir des habitants de Reillon, la commande des cloches n'a encore pu être faite, et la cause principale de ce retard est le manque d'argent.
17 février 1901
Harbouey
M. Hubert Duhaut, manoeuvre, causait avec un habitant de la commune, lorsque plusieurs jeunes gens s'amusèrent à lui jeter des boules de neige. L'un d'eux, Lucien Boulanger, âgé de 15 ans, s'étant approché, donna une forte poussée à M. Duhaut qui tomba à ferre. En voulant se relever, il sentit une vive douleur à la jambe gauche, et, malgré l'aide de plusieurs personnes, il ne put marcher et il dut être transporté à son domicile. M. le docteur Henriot, de Blâmont, qui lui a donné ses soins, a constaté une double fracture de la cheville gauche, ce qui nécessitera un repos de trois mois.
24 février 1901
Emberménil
Un commencement d'incendie s'est déclaré dans une chambre du 1er étage de la maison de M. Alizon, cultivateur.
Le feu, qui avait pris dans une poutre placée contre la cheminée, a été vivement combattu par les habitants de la commune. Les pertes, évaluées à 1,500 fr., sont couvertes par l'assurance.

Blâmont
M. Antoine Verling, travaillant à la tannerie, était monté sur une cuve. La planche sur laquelle il se trouvait ayant glissé, il tomba dans le récipient d'une hauteur de 1m50. Dans sa chute, M. Verling s'est fracturé l'épaule droite. Le blessé a été conduit à l'hospice où M. le docteur Zimmermann a constaté que l'incapacité de travail serait d'environ six semaines.

Barbas
On nous écrit :
« L'Est parle de becs de gaz gelés et du froid intense de la nuit de mercredi à jeudi où le thermomètre serait descendu à 17° et même à 19°.
A Barbas, situé à 2 kilomètres de Blâmont et à 7 kilomètres des montagnes, la thermomètre est descendu à 24°.
Le 22 février il est descendu à 23°. A 7 heures du matin il y avait 22°, 21° à 7 heures 1/2 et 16° à 8 heures.
Voici la température minima observée dans le jardin de l'école à un mètre au-dessus du sol, du 11 au 22 courant : ,
Nuit du 11 au 12 février 20°
12 au 13 - 15°
13 au 14 - 16°
14 au 15 - 20°
15 au 16 - 20°
6 au 17 - 17°
17 au 18 - 20°
18 au 19 - 15°
19 au 20 - 14°
20 au 21 - 24° et à7 h. 1/2, 15°
21 au 22 - 23°
Le 11, la neige est tombée en grande quantité. Le 16 et le 17, il en a été de même.
De sorte que la terre en est couverte d'une couche moyenne da 20 centimètres.
3 mars 1901
Gogney
Vers trois heures de l'après-midi, une violente colonne de fumée, en même temps que le son des cloches, signalaient le feu à Gogney, premier village de la frontière française.
L'incendie s'était déclaré dans une maison habitée par M. Jean-Baptiste Harmant, douanier, appartenant à Mme veuve Aubry, qui y loge son bétail et ses récoltes. Le feu qui a pris naissance dans le grenier a envahi en peu d'instants toute la maison. Les bestiaux ont pu être néanmoins sauvés à grand'peine, seuls, les lapins et des porcelets ont été brûlés.
Le fléau a été vivement combattu par les pompiers de Gogney et surtout par ceux de Foulcrey (Lorraine annexée).
Promptement rassemblés, les pompiers de cette dernière commune partirent sous la conduite de leur chef, M. Masson, adjoint, qui eut l'intelligence de ne prendre que la seconde pompe de Foulcrey, petite pompe excellente pouvant se transporter facilement à bras partout.
Peu à peu, les braves pompiers arrivaient sur le théâtre de l'incendie. La pompe de Gogney, placée devant la maison, luttait en vain contre le feu qu'activait un vent furieux. La pompe de Foulcrey fut de suite transportée de l'autre côté, dans le jardin, et c'est grâce à elle surtout et aux jets combinés des deux pompes que l'incendie, contre toute croyance, ne s'est point communiqué aux maisons voisines dont l'une commençait déjà à brûler.
Enfin, l'arrivée de la pompe de Blâmont permettait de se rendre maître du sinistre.
Les pertes, évaluées à 15,000 fr., sont couvertes par l'assurance.
En coopérant à l'extinction de l'incendie, M. Jules Bouvard, caporal à la section des sapeurs pompiers, qui était monté sur le toit, a passé sur des tuiles en verre qui ont cédé sous son poids et il s'est fait une forte blessure à la jambe gauche qui occasionnera une certaine incapacité de travail.
M. Masson et les hardis pompiers de Foulcrey ont été vivement félicités par la gendarmerie française.
14 mars 1901
Emberménil
Un individu a pénétré, la nuit, dans la maison de Mme veuve Esselin, ménagère, et y a dérobé des saucisses, estimées 8 fr., qui étaient accrochées dans la cheminée de la cuisine. On soupçonne comme auteur de ce vol un manoeuvre habitant Leintrey.
23 mars 1901
Remoncourt
Un individu inconnu a pénétré la nuit, à diverses reprises, dans le rucher de M. Clausse, cultivateur, et y a dérobé du miel pour une valeur de 60 fr. La gendarmerie a ouvert une enquête.
30 mars 1901
Domêvre-sur-Vezouse
Cottel, le sinistré d'hier, est aubergiste à Domêvre. On croit que c'est lui-même qui a mis le feu à sa maison. En tous cas, la rumeur publique, et sa femme elle-même, l'accusent d'être l'auteur du sinistre.
Cottel, après avoir été gardé à vue par la gendarmerie toute la journée de jeudi et la suivante, a été transféré à Lunéville vendredi matin.
10 avril 1901
ÉTAT CIVIL DE NANCY
Des 7 et 8 avril
Publications de mariages. - [...]
Augustin-Anatole Hirsch, employé au chemin de fer, rue de la Groix-de-Bourgogne, 6, et Marie-Clémentine Thirion, sans profession, à Igney (Meurthe-et-Moselle).
20 avril 1901
Herbéviller
Nous apprenons avec plaisir que M. Labru ancien officier au 153e de ligne et gendre de M. Protche, maire d'Herbéviller, vient d être nommé à la perception de Pin-l'Elmagny (Haute-Saône).
21 avril 1901
Société de tir de Blâmont
Les exercices de tir d'ensemble auront lieu pour cette année les dimanches suivants : 28 avril, 5, 12 et 19 mai, 2 tt 23 juin, et le tir de concours le dimanche 7 juillet, de 1 heure à h. 3/4 du soir.
26 avril 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience du 24 avril
[...]Vol de numéraire.- Victor Graff, 39 ans, journalier à Domêvre sur Vezouze, 16 fr. d'amende avec sursis.
5 mai 1901
Blâmont
Société de tir. - Séance du 28 avril 1901.
La première séance de tir s'est surtout signalée par l'adhésion de nombreux et nouveaux sociétaires : les uns venus de diverses communes du canton, comme Amenoncourt, Avricourt, Blémerey, Domèvre, Fremonville, Gondrexon, Montreux et Reillon, et les autres sont pour la plupart des jeunes gens de Blâmont, âgés de 15 à 17 ans, qui ont déjà à coeur da s'apprendre à défendre leur patrie.
Aussi M. le président se fait-il un réel plaisir d'adresser ù tous ses plus sincères félicitations ; il engage surtout les jeunes pupilles à suivre de point en point les instructions qu'on leur donne au stand pour acquérir les qualités de bons tireurs. Il sera heureux de leur délivrer, au moment opportun, le certificat qui leur sera demandé au régiment et qui leur fera accorder les faveurs qu'ils auront justement méritées. j
Le conseil d'administration tient toutefois à manifester le regret qu'il éprouve en constatant que beaucoup de jeunes gens, à Blâmont, ont encore jusqu'ici négligé de se faire inscrire comme sociétaires. Ne seraient-ils pas doués du même sentiment patriotique que leurs camarades ? Nous ne voudrions pas le croire et nous ne pensons pas non plus que c'est la chance équivoque d'obtenir un prix de tir qui les fait hésiter à remplir un devoir patriotique. Aussi, les engageons-nous vivement à venir, sans tarder, et dès la prochaine séance, s'entraîner à ce noble sport du tir à l'arme de guerre.
Voici les meilleurs résultats obtenus à cette- séance :
Fusil Gras (série de 6 balles) : 6 balles 10 points, MM. Paul Mantout et Charles Pierreville à Blâmont ; 6-9. Lucien Denis à Blâmont et Adolphe Henry à Blémerey ; 6-8, Victor Paradis, Charles Beaudot et Maurice Debrie à Blâmont ; 6-7, Auguste Cherrier, Emile Colin à Blâmont, Théophile Receveur à Gondrexon, Camille Trente à Avricourt, et Emile Chatton à Domjevin ; 6-0, Joseph Clément, Louis Hetzel, Jules Détré, Emile Friot, Charles Depoutot, Justin Receveur, Jules Rizzi à Blâmont ; 5-6, Louis Rollin, photographe ; Maximin Grandemange et Paul Schnor à Blâmont ; 5-5, Constant Hertz et Auguste Trabac père à Blâmont.
Fusil Lebel (série de 5 balles) : 5-8, MM. Joseph Clément à Blâmont ; 5-7, Jules Crépin et Jules Rizzi à Blâmont ; 5-6, Lucien Séliquer à Blâmont, et Georges Chatton à Fremonville ; 5-5, Grussenmeyer à Avricourt.
Avis. - La séance de tir qui était fixée au dimanche 5 mai n'aura pas lieu, mais il sera procédé à deux tirs d'ensemble successifs le dimanche1suivant 12 mai.
11 mai 1901
Bulletin sanitaire du mois d'avril 1901
Fièvre aphteuse. - Dombasle, Champenoux, Tomblaine, Viviers-sur-Chiers. Vennezey, Hammeville, Domèvre-sur-Vezouse, Eulmont, Cosnes, Nomeny, Harbouey, Blâmont, Vézelise, Belleville.
16 mai 1901
Emberménil
Une bicyclette, d'une valeur de 300 fr., a été dérobée à M. Gustave Baptiste, valet de chambre, qui l'avait déposée devant l'auberge Simonet, à Emberménil. Cette machine est de la marque Omnium.
17 mai 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience du mercredi 15 mai.
Coups.- Lucien Boulanger, 15 ans, sans profession à Harbouey, 20 fr. d'amende, avec sursis.
21 mai 1901
ETAT CIVIL DE NANCY
du 19 mai
Décès. - [...] Marie Louis, 39 ans, sans profession, épouse Maire, à Vaucourt (Meurthe-et-Moselle).
25 mai 1901
Blâmont
Société de tir. - Séance du 19 mai 1901. - Un temps superbe avait attiré un grand nombre de tireurs à la séance du 19 mai, qui s'est fait remarquer par les très bons résultats qui vont suivre, et les pupilles, mettant à profit les excellentes notions qu'on leur donne au stand, ont absolument rivalisé d'adresse avec leurs aînés. Aussi la moyenne des balles mises en cible a-t-elle été de 64 % au fusil Gras et de 86 % au fusil Lebel ; malgré le nombre relativement important des pupilles et des nouveaux sociétaires peu encore familiarisés avec l'arme de guerre, on peut considérer ce résultat comme très satisfaisant.
Le conseil d'administration de la Société renouvelle ses félicitations aux pupilles et les engage à persévérer dans cette bonne voie. Avant quelques années, ces jeunes gens seront d'excellents tireurs et, arrivés au régiment, ils montreront qu'ils n'ont pas perdu leur temps en attendant leur incorporation.
Ont obtenu les meilleurs résultats :
Fusil Gras (série de six balles). - MM. Ory Victor, caporal au 20e bataillon de chasseurs à pied à Baccarat, 6 b. 12 p.; Grandemange Maximin, Denis Lucien à Blâmont, Henry Adolphe à Blémerey, 6-10; Chambrey Alphonse, Doudemant Célestin à Blâmont. Aubry Désiré à Gogney,6-9; Thomas Joseph à Avricourt, Hetzel Louis, Lévy Paul à Blâmont, Pierreville Charles à Blâmont, Chatton Emile à Domjevin, 6-8 ; Ferrez Gustave Henri, Baudot Charles, Louviot Joseph à Blâmont, Aubry René à Gogney, 6-7; Rollin Louis,Clément Joseph, Mantout Paul à Blâmont, Trente Camille à Avricourt, 6-6; Marchal Edouard,Thomas Camille, Petit Lucien à Blâmont, Jacquot Albert à Reillon, Petit Jules à Verdenai, 5-7,Detré Jules, Fiel Henri, Cerf Jules à Blâmont. 5 6; Crépin Jules, Hertz Constant, Friot Emile à Blâmont. 5 5.
Fusil Lebel (série de cinq balles) -MM. Clément Joseph à Blâmont, 5b. 9p. ; Fensch Jules à Blâmont, 5-8 ; Crépin Jules à Blâmont, 5-7 ;Bentz Charles à Blâmont, Charton Henri, Receveur Justin à Blâmont, 5-6 ; Chatton Georges à Frémonville, 4-5.
Avis. - La prochaine séance de tir aura lieu le dimanche 2 juin.
1er juin 1901
Etat civil de Luné ville
Publications de mariages. - [...] Auguste-Maximilien-Paul Collin, boucher, à Lunéville, et Marie-Adeline-Joséphine George, sans profession, à Blâmont.

Blâmont
On se souvient, peut-être, d'une affaire de vol avec effraction qui a eu lieu à Blâmont, il y a déjà plusieurs mois. Un nommé Léon Assaut, couvreur, s'est introduit par bris de clôture dans une maison habitée et y a dérobé, entre autres objets, une bicyclette valant 300 fr.
Assaut, qui s'était réfugié en Alsace-Lorraine, a été arrêté par la gendarmerie allemande et, les formalités d'extradition accomplies, il vient d'être remis aux mains des autorités françaises à Pagny-sur-Moselle.
8 juin 1901
Blémerey
M. Alison, maire de la commune, a porté plainte à la gendarmerie contre un individu disant se nommer Michel Guise, qui, après lui avoir emprunté une somme de 10 fr., a disparu.
14 juin 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience du mercredi 12 juin
[...] Coups. - Emile Frocot, 34 ans, cultivateur à Emberménil, un mois de prison avec sursis et 100 fr. d'amende ; Jules Frocot, 33 ans, cultivateur à Emberménil, 50 fr. d'amende.

Société de tir de Blâmont
Séance de tir du 2 juin 1901. - Un très beau temps ayant encore favorisé la séance du 2 juin, une véritable émulation s'est emparée des tireurs qui, jeunes et veux, ont tenu à rivaliser d'adresse.
Aussi, le résultat mérite-t-il d'être signalé : la moyenne des balles mises en cible a été de 58 % au fusil Gras et de 79 % au fusil Lebel.
Ce tournoi pacifique fait le plus grand honneur à la Société et à son président qui, confiants dans la persévérance de nos édiles, a le ferme espoir de pouvoir présenter à la France, en temps opportun, une phalange d'excellents tireurs qui rendra les plus services à la patrie.
Le moment du danger, quoique incertain peut être proche ; aussi ne faut-il pas l'attendre pour se mettre sur ses gardes. Il faut au contraire se tenir prêt a toute éventualité : aujourd'hui il est encore temps, demain il sera peut être trop tard. Que ceux qui ont cru rester indifférents jusqu'ici y pensent bien et ils ne tarderont pas à se rallier aux patriotes qui ont le souci de la défense des droits du pays. En effet, il est de toute évidence que la pratique du tir est la façon la plus efficace et la plus sûre de se mettre en mesure de répondre victorieusement aux provocations qui pourraient nous être adressées de quelque côté que ca soit.
Le conseil d'administration a le plaisir d'annoncer à MM. les tireurs qu'il est en possession d'un très joli bronze offert comme prix d'encouragement par le général Marin. A ce sujet un concours spécial est ouvert jusqu'à la fin des exercices de tir, y compris le tir de concours, et ce prix sera décerné au tireur qui aura obtenu les deux plus belles séries ; à points égaux, c'est celui qui aura tiré le plus de séries qui primera sur son concurrent.
Ont obtenu les meilleurs résultats :
Fusil Gras (séries de 6 balles) : M. Atenhofer Louis, à Blâmont, 6. b. 11 p. - Pinoit Eug., Chambrey Alphonse, Receveur Justin, Gabriel Gaston, Pierreville Charles. Renard Maurice, Doudeman Célestin, à Blâmont, Jacquot Albert à ReilIon, 6 b. 9 p. - Debrie Maurice, Mantout Paul, Paradis Victor. Lévy Paul, Beaudot Charles à Blâmont, Petitfils Charles, 6 b 8 p. - Detré Jules, Denis Lucien, Louviot Joseph, à Blâmont, Gérard Henri, à Montreux, Clément Joseph, 6 b. 7 p. - Adrian Charles, 5 b. 8 p. - Petitfils Jules à Amenoncourt, Claudon Paul, à Cirey, Petit Jules à Verdenal. Masson Aug., à Halloville, 5 b 7 p. - Trabac Joseph, Lionnet Edmond. Nô Célestin, à Herbéviller, Trente Camille, à Avricourt 5 b. 6 p. - Georges Joseph, à Blâmont, Gérard Célestin à Halloville, Pagny Léopold, à Domévre,5 b. 5 p.
Fusil Lebel (séries de 5 balles) : M. Clément Joseph. Grandemange Georges. Adrian Charles, à Blâmont. Trente Camille, à Avricourt, Nô Célestin, à Herbéviller, Chatton Georses à Frémonville, Bairion Amédée. au Val, 5 b. 6 p. - Receveur Justin, à Blâmont, Bronner Léon à Avricourt, 4 b. 5 p.
Avis. - Le dernier tir d'ensemble aura lien dimanche prochain 23 juin.
Aucun tir de rappel ne pourra être effectué au tir de concours du 7 juillet.
18 juin 1901
Dombasle
[...] - Le brigadier Lemaire et le gendarme Geoffroy ont, dimanche, à onze heures du soir, en faisant la patrouille, déposé au violon municipal, pour y cuver son vin, un nommé Jean-Baptiste Mathieu, âgé de 61 ans, terrassier, originaire de Blâmont. Cet individu, qui était couché sur la voie publique, devant la maison Stulel, faisait un tel tapage que les gens du quartier s'étaient relevés.
22 juin 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience du 19 juin 1901
Divagation de chiens - Amédée Hovasse, 38 ans, commerçant à Ancerviller. 16 fr. d'amende, avec sursis.
5 juillet 1901
Blâmont
M. Moreau, ouvrier de fabrique, se rendant le matin à son jardin, aperçut une femme couchée, le visage contre terre et ne faisant aucun mouvement. S'étant approché, il la souleva et constata qu'il était en présence de la femme Marchal, née Maria Henriquel, âgée de 47 ans, repasseuse
M. Moreau lui ayant demandé ce qu'elle faisait là, elle répondit : « Laissez-moi tranquille ». Cet homme alla aussitôt prévenir la famille qui la fit transporter à son domicile.
M. le docteur Zimmermann, appelé, a constaté que cette femme avait tenté de s'empoisonner en avalant une substance toxique.
On suppose que cette malheureuse a tenté de se suicider a la suite d'un procès-verbal dressé contre elle pour vol de fruits.
8 juillet 1901
Frémonville
Nous apprenons que M. José Camaille, architecte, fils de l'honorable M. Victorin Camaille, de Frémonville, vient d'être diplômé par le gouvernement.
Après avoir passé plusieurs années à l'Ecole professionnelle de Nancy, M. Camaille a été admis, en 1894, le neuvième à l'école des beaux-arts de Paris. Il y obtint successivement des médailles en stéréotomie, architecture et dessin.
M. Camaille fut, comme on le sait, un excellent élève.
Toutes nos félicitations au sympathique diplômé et à sa famille.
19 juillet 1901
champ voisin.
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience du 17 juillet
[...] Vol d'une peau.- Henri Caretti, 31 ans, maçon à Blâmont, 1 fr. d'amende avec sursis. - - Louis Premoli, 25 ans, maçon à Blâmont, 1 fr. d'amende avec sursis.
20 juillet 1901
Blâmont
On nous écrit :
« Dimanche, 14 juillet, sur les places de l'Hôtel-de-Ville el Carnol, la municipalité de Blâmont a passé en revue la compagnie des sapeurs-pompiers et la 320e section des Vétérans.
Pendant cette revue et la manoeuvre des pompes, la Blâmontaise a joué les plus beaux morceaux de son répertoire. Toute la journée a été consacrée à des jeux qui ont diverti la population.
A six heures du soir, un banquet de 60 couverts, très bien servi par M. Cuny, hôtel de Paris, et organisé par la section des Vétérans, a eu lieu dans la grande salle de l'hôtel de ville. Les tables étaient garnies de nombreux bouquets et l'entrain a été grandiose. Au Champagne, M. le maire a prononcé un discours remerciant la section des Vétérans de l'avoir choisi pour présider cette belle fête et heureux de voir cette société si florissante.
M. Ferrez, président de la section, s'est exprimé en excellents termes.
A dix heures du soir, un bal populaire et improvisé a eu lieu dans la grande salle du banquet. Tout le monde s'est montré très réjoui de fêter la fête nationale. Les vétérans, malgré leur âge (il y en a de 65 ans), ont montré beaucoup d'entrain pour danser, c'était à celui qui pouvait trouver une danseuse, chacun se la discutait, aussi c'est avec peine qu'on a vu arriver deux heures du matin pour clore cette belle fête, qui restera dans la mémoire de tous et, avant de se séparer, on a promis de recommencer l'année prochaine. »
28 juillet 1901
Chemin de fer de Lunéville à Blâmont
M. Bentz, conseiller général du canton de Blâmont, fait la communication suivante :
« Le ministère de la guerre vient enfin de lever l'interdiction qui avait été prononcée précédemment contre tout projet d'établissement de voie ferrée entre Lunéville et Blâmont.
Depuis trois ans, nous avions fait dans ce but, M. Mézières, notre sénateur, M. l'ingénieur en chef Aubin et moi, de nombreuses démarches sans pouvoir obtenir aucun résultat; toutefois, dans ces derniers temps, l'opinion d'une haute autorité militaire de l'arme du génie nous avait fait pressentir qu'il n'y avait en réalité pas d'inconvénient capital à construire une ligne à voie étroite entre les deux points mentionnés ci-dessus; d'autre part à I'état-major général, on était devenu moins intransigeant pour plusieurs autres lignes du même genre.
C'est alors que M. le docteur Chapuis, député de Toul, voulut bien intervenir auprès du ministère de la guerre el plaider énergiquement notre cause en même temps que celle du chemin de fer de Toul à Thiaucourt; il réussit à obtenir l'adhésion de l'autorité militaire pour les deux lignes, cependant sous certaines conditions, mais les prescriptions auxquelles on devra se conformer ne paraissent pas devoir beaucoup entraver la réalisation du projet qui nous concerne.
En attendant cette réalisation, M. le baron de Turckheim compte faire, au moyen d'omnibus automobiles, un service entre Lunéville et Blâmont, qui pourra déjà être d'une certaine utilité. »
3 août 1901
Déserteurs allemands
Vendredi, vers dix heures du matin, un gendarme de la brigade de Blâmont a conduit à Nancy deux soldats prussiens, appartenant l'un au 25e, l'autre au 111e régiment d'infanterie.
Ces militaires étaient en petite tenue. Pour gagner la frontière, ils avaient dû fuir à travers bois; la pluie avait trempé leurs effets et ils étaient dans un état pitoyable. L'un le ces hommes était en garnison à à Radstadt.
Ces déserteurs, ont été conduits au bureau de recrutement, où ils ont contracté un nouvel engagement dans la légion, car ce sont d'anciens légionnaires qui y ont déjà accompli cinq années de services. A leur retour au pays annexé, d'où ils sont originaires, les autorités allemandes les avaient incorporés dans un régiment d'infanterie.
9 août 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience du mercredi 7 août
[...] Vol de chemises. - Célestin Rouillon, 49 ans, manoeuvre à Blainville, un mois de prison par défaut ; Lucien Martin, 48 ans, carrier à Montreux, deux mois de prison par défaut.
11 août 1901
Nominations ecclésiastiques
Par décision épiscopale, ont été nommés:
[...] Curé de Veho, M. l'abbé Meyer, précédemment vicaire à Baccarat ;
14 août 1901
Nominations d'instituteurs
Les mutations suivantes viennent d'être opérées dans le personnel des instituteurs.
Sont nommés :
[...] A Marainville, M Balland, d'Ogéviller. - A Ogéviller, M. Richard, de Serres. - A Serres, M. Barbezant, de Domjevin. - A Domjevin, M. Aubriot, de Lenoncourt. - [...] A Xirocourt, M. Susset, de Harbouey. --[...] A Montreux, M. Chaton, de Saint-Remy-aux-Bois.
18 août 1901
Amenoncourt
La gendarment d'Avricourt a ouvert une enquête sur un vol d'une somme de 75 fr., qui a été commis la nuit dans une maison isolée, habitée par M. Eugène Voinot, pâtre communal.
24 août 1901
Instruction primaire
Sont nommées institutrices :
[...] .- A Harbouey, Mlle Cunin. adjointe à Saint-Clément. - A Brémenil, Mme Rolland, de Halloville.- A Halloville, Mme Humbert, de Xermamênil.
[...] Lelièvre, d'Emberménil, à Saint-Nicolas (école maternelle). - [...] Spannagel, suppléante à Harbouey, à Avril.
[...] Instituteurs. - M. Richard, nommé à Ogéviller, est maintenu à Serres, sur sa demande
[..] M. Moynard, de Lamath, est nommé à Ogéviller
25 août 1901
Cirey
Une bicyclette, marque Peugeot, d'une valeur de 200 fr., appartenant à M. Hippolyte Piot, de Blâmont, a été dérobée dans la remise de M. Martin, cafetier à Cirey, où elle avait été déposée par son propriétaire.
29 août 1901
lgney-Avricourt
Il y a quelques jours, une vieille femme, venant du pays de Dieuze, se rendait en France pour voir son fils, auquel elle était heureuse de porter une dizaine de bons cigares et quelques boîtes d'allumettes suédoises. Elle avait passé la douane à Igney-Avricourt sans ennui, lorsqu'elle se rappela qu'elle avait oublié de montrer la boîte dans laquelle se trouvaient cigares et allumettes. Elle retourna donc et présenta la boîte au contrôleur ; les boîtes d'allumettes furent vidées, tandis qu'on lui réclama 3fr. 10 c. de douane pour les cigares déclarés.
Jugez de l'étonnement de la brave femme, qui, les larmes aux yeux, demandait à ne pas payer de douane. Ce fut peine perdue. Et l'on dit que la vertu est toujours récompensée !
31 août 1901
Blâmont
On nous écrit : « Par les soins du Souvenir français, une cérémonie patriotique a été célébrée dans notre petite ville si pittoresque, placée aux flancs d'un riant coteau.
Une messe de Requiem a été dite dans l'église, fort bien décorée, à la mémoire des soldats du canton morts pour la patrie. Les autorités, de nombreux officiers, la compagnie de sapeurs-pompiers, la 320e section de Vétérans, une délégation des conscrits y assistaient en corps.
Au prône, M. le curé-doyen a loué l'oeuvre du Souvenir français.
Pendant l'office, des chants magistralement rendus alternaient avec les morceaux très bien exécutés de la Blâmontaise.
Après l'absoute, on se rendait au cimetière pour déposer une couronne sur le monument élevé à la mémoire des soldats du canton. Là, dans un langage élevé, le général Marin saluait ces braves, morts
pour la patrie et faisait ressortir l'importance et la grandeur de l'oeuvre du Souvenir français qui perpétue et honore la mémoire de ceux qui, sans distinction de condition sociale ni de position de fortune, ont donné leur sang pour la France. »

Avricourt
La gendarmerie a arrêté en état de vagabondage, Jean-Louis Heissat, âgé de 51 ans, domestique, sans domicile. Cet individu est également soupçonné d'avoir commis un vol d'une somme de 100 fr. au préjudice de M. Beaudoin, fermier à Fricourt, écart de Remoncourt.
Heissat nie énergiquement ce vol.
7 septembre 1901
Sur la ligne Avrîcourt-Blâmont-Cirey
Nancy, le 6 septembre 1901
Monsieur le rédacteur,
Revenant mardi dernier de Cirey par le dernier train, j'ai été très étonné et beaucoup de voyageurs avec moi, du manque d'éclairage des petites stations se trouvant sur le parcours jusqu'à Igney, alors qu'à 2 kilomètres de La ligne on aperçoit la gare de Deutsch-Avricourt toute resplendissante de lumière; cela amène à faire une comparaison qui n est pas à notre avantage.
Il semble que la compagnie des chemins de fer pourrait, sans grands frais, donner un peu de lumière dans ces haltes au passage des trains du soir.
Veuillez agréer, etc., etc.
F. D.

Repaix
Pendant l'absence des époux Charron, berger, un malfaiteur a pénétré dans leur habitation et a dérobé dans le tiroir d'un meuble une somme de 180 fr.
10 septembre 1901
Blâmont
M. Jacob Welker, brasseur, ayant entendu la nuit un bruit de carreaux brisés, se leva et se rendit dans la cour située derrière son habitation, où il constata que la porte en fer était ouverte. A côté de cette porte se trouvait une échelle, qui avait été abandonnée par le malfaiteur.
Continuant ses recherches, M. Welker s'aperçut qu'un carreau de la fenêtre de la cuisine avait été brisé.
La gendarmerie ayant ouvert une enquête, a établi que l'échelle trouvée par M. Welker, avait été dérobée chez M. Questard, garde barrière.
11 septembre 1901
Blâmont
Divers effets d'habillements, estimés 8 fr., ont été dérobés au préjudice de M. Louis Daguindeau, ouvrier en velours,
- Un porte-monnaie, contenant 4 fr. et divers aliments, ont été dérobés au préjudice de M. Eugène Campion, serrurier.
13 septembre 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
[...] Coups. - Henri Thirion, 18 ans, sellier à ,a Igney, 10 fr. d'amende et 5 fr. pour ivresse.
[...] Divagation de chien. - Albert Bélin, 25 ans, vannier à Ancerviller, 16 d'amende, avec sursis.
26 septembre 1901
A la Renommée du Bon café
La Maison Emile LAVAL
10, Grande-Rue, à BLAMONT
outre ses articles bien connus, de qualité extra et dont la renommée n'est plus à faire met en vente des articles dont la qualité rivalise avantageusement avec ceux vendus au Dépôt du Syndicat agricole de Blâmont.
Exactement aux mêmes prix et conditions, il sera prélevé, tout comme au Dépôt de Blâmont, une commission de 3 % net, sans autres frais.
3 octobre 1901
Hannetonnage
Les élèves de l'école de Reclonville ont détruit cette année 54,630 hannetons ; ceux de Barisey-au-Plain, 23,500; de Rosières-en-Haye, 16,500; de Croismare, près de 280,000; de Maix, 14,500 plus 450 nids de chenilles.
6 octobre 1901
Amenoncourt
Pendant que les époux Frichemann travaillaient dans les champs, un malfaiteur a pénétré dans leur maison, a fouillé une armoire de la chambre à coucher et a dérobé une somme de 550 fr. qui s'y trouvait cachée sous une pile de linge. Pour entrer dans la maison, le voleur a arraché un grillage en toile métallique placé devant la fenêtre de la chambre donnant sur le jardin, a brisé un carreau et a fait jouer l'espagnolette.
La gendarmerie d'Avricourt a ouvert une enquête.
15 octobre 1901
ETAT CIVIL DE NANCY
Publications de mariages. - [...] Alphonse-Joseph Laurent, valet de chambre, cours Léopold, 37, et Juliette-Joséphine Marchal, cuisinière à Blâmont.
19 octobre 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience du mercredi f6 octobre 2
[...] Bris de clôture. - Jules Lhuilier, 54 ans, journalier. à Leintrey, huit jours de prison.
25 octobre 1901
Avricourt
M. Fischer, commissaire spécial, a arrêté en gare d'Avricourt Gustave Albrecht, 22 ans, sujet américain, qui a voyagé sans billet de Meaux à Avricourt.
26 octobre 1901
La Société de DIETRICH et Cie, à Lunéville, demande pour l'exploitation d'un service d'automobiles entre Lunéville et Blâmont, quelques chauffeurs formés ou disposés à le devenir. Excellentes références sont de rigueur.
1er novembre 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience du mercredi 30 octobre
Outrages à garde. - Pétronille Haumant, 48 ans, journalière à Blâmont, 16 fr. d'amende par défaut;
7 novembre 1901
Avricourt
La gendarmerie a expulsé du territoire français une famille de sept nomades, d'origine bosniaque, qui était refoulée par la gendarmerie depuis Raon-l'Etape.
15 novembre 1901
A la gare d'Avricourt
Actuellement, il y a à la gare d'Avricourt un grand transit de marchandises. Il arrive chaque jour environ 150 wagons de pommes qui sont expédiées de Normandie dans le Wurtemberg pour la fabrication de cidre mousseux. Des trains spéciaux sont intercalés pour le transport de ces fruits.
21 novembre 1901
Vaucourt
Un certain nombre de cultivateurs de Vaucourt ont sollicité l'autorisation d'importer en franchise les pommes de terre et les betteraves qu'ils récoltent sur des terrains loués par eux sur le territoire de Lagarde (Alsace-Lorraine).
L'administration a décidé à la date du 12 novembre, que les pommes de terre et les betteraves récoltées dans la zone allemande de 10 kilomètres, ont droit comme plantes aux bénéfices de la convention de 1871, lorsqu'elles sont importées par les propriétaires ou les fermiers, sous la réserve que les produits similaires provenant de la zone française correspondante jouissent de la réciprocité à l'entrée en Allemagne.
La douane allemande appliquant le traité de faveur, rien ne s'oppose plus à ce qu'il soit fait droit à la demande des pétitionnaires.
24 novembre 1901
Avricourt
Vers onze heures du soir, à Paris, deux gardiens de la paix apercevaient, étendue sur le trottoir, en face du numéro 139 de la rue de Flandre, une femme paraissant très âgée ; la malheureuse, qui était misérablement vêtue, avait perdu connaissance.
L'inconnue fut immédiatement transportée dans une pharmacie où des soins lui firent peu à peu retrouver l'usage de ses sens.
Elle put alors prononcer quelques paroles et demanda en suppliant qu'on lui donnât un peu de nourriture, car elle n'avait pas, - disait-elle, mangé depuis deux jours.
La pauvre vieille se jeta gloutonnement sur les aliments -qu'un agent lui apporta, puis elle fit ce lamentable récit :
« - Je me nomme Catherine Schmitt et suis âgée de soixante-sept ans.
J'ai toujours demeuré dans mon pays natal, Avricourt (Meurthe-et-Moselle). Mais, il y a une huitaine de jours, je me suis vue contrainte à le quitter, car un incendie a détruit ma modeste habitation. Cette dernière n'était pas assurée et ce fut pour mol la ruine.
Personne n'ayant compati à mon malheur, un violent chagrin s'est emparé de moi, et j'ai résolu de quitter mon pays, n'y voulant pas mourir de misère.
Alors, j'ai pris le train pour Paris, emportant tout l'argent que je possédais, 100 fr. environ. J'espérais trouver dans la capitale une généreuse hospitalité chez une de mes soeurs, qui était domiciliée rue d'Aubervilliers ; mais mon espoir a été déçu d'une façon bien douloureuse. J'ai, en effet, appris la mort de ma soeur, décédée dans un hôpital.
Que faire, alors ? Je me suis sentie si seule que ma raison a un peu chancelé et que, incapable de réagir contre l'adversité, je me suis mise, comme une vagabonde, à errer à travers les rues de Paris,
mangeant à peine et couchant le plus souvent à ta belle étoile afin de dépenser le moins possible.
Je suis tombée sur le trottoir alors que je me trouvais à bout de forces et ne possédait plus un rouge liard. »
M. Borde, commissaire de police du quartier du Pont-de-Flandre, a fait remettre un secours à l'infortunée sexagénaire et a demandé son admission dans un asile de vieillards.
25 novembre 1901
Chazelles
M. Prospcr Malo, 48 ans, cultivateur à Blémerey, passait dans une rue de Chazelles, lorsque le chien de M. Jeanjean Aimé, cultivateur dans cette commune, sauta sur lui et lui déchira sa pèlerine.
M. Malo alla trouver M. Jeanjean et lui demanda 5 fr. d'indemnité, mais le propriétaire du chien lui répondit- : « Ce n'est qu'un prêté pour un rendu ».
Devant cette réponse M. Malo a porté plainte et contravention a été dressée.
4 décembre 1901
Verdenal
Un domestique de culture, Léon Marlier, a pris la fuite après avoir escroqué une somme de 20 fr.
Cet individu s'est présenté chez M. Marchal, cultivateur, et a demandé 20 fr. à emprunter disant qu'il était envoyé par son patron, M. Receveur.
11 décembre 1901
MARIAGE jeune homme, 30 ans, orphelin, très honorable famille, fortune cent mille francs, situation quinze mille francs par an, désire épouser jeune fille, bonne famille, simple, modeste, distinguée,
intelligente; on ne fera pas attention à la fortune s'il y a réelles qualités. - Envoyer renseignements
et photographie au pseudonyme Paul SAVERNE, poste restante, Blâmont (Meurthe-et-Moselle).
17 décembre 1901
Frémonville
M. Muller, à Frémonville, par Blâmont, demande, dans une pétition adressée à la Chambre des députés, qu'il soit donné suite à une plainte formulée par lui contre le bureau d'assistance judiciaire de Nogent-sur-Seine.
ETAT CIVIL DE NANCY
Publications de mariages - [...] Auguste Berger, valet de chambre, rue Saint-Nicolas, 97, avant à Verdenal (Meurthe-et-Moselle), et Marie-Clémence Didier, cuisinière, rue Saint-Nicolas, 97, de droit à Saint-Dié.

Uhlan déserteur
Lundi, à midi 38, un gendarme de la brigade d'Avricourt a amené en subsistance au 69e de ligne un déserteur allemand en tenue du régiment de uhlans en garnison à Sarrebourg.
Ce militaire a déclaré vouloir contracter un engagement dans la légion. Il a ajouté qu'il avait déserté parce qu'il ne pouvait s'habituer à manger « la soupe aux pruneaux qu'on faisait au régiment ».

Etude de Me Charles GANGE, notaire
à Blâmont, successeur de Me CREPIN.
A vendre à l'amiable pour cause de décès
UN ETABLISSEMENT
servant de café, situé ville de Blâmont, près de la gare du chemin de fer d'Avricourt à Cirey, dit
Café de la Gare
comprenant maison d'habitation, salle de café y attenant, remise, hangar, beau jardin d'agrément, jardin potager et verger par derrière, d'une contenance de 34 ares.
Belle situation pour hôtel ou restaurant
Entrée en jouissance immédiate
Pour tous renseignements, s'adresser à Me GANCE, notaire à Blâmont, et pour traiter à Me VALENTIN, huissier à Commercy.
20 décembre 1901
Tribunal correctionnel de Lunéville
Audience du 18 décembre 1901
Escroquerie. - Léon Marlier, 23 ans, domestique à Verdenal, 1 mois de prison par défaut.
21 décembre 1901
La Sainte-Barbe à Blâmont
On nous écrit :
« La pelile ville coquette de Blâmont a été très animée par la fête de sainte-Barbe.
La belle compagnie de sapeurs-pompiers, commandée par son vaillant capitaine, M. Delabbeye, la musique la Blâmontaise, dirigée par M. Receveur, son sympathique chef de musique, et la 320e section des vétérans des armées de terre et de mer, avec son drapeau, se sont réunies sur la place de
l'Hôtel-de-Ville et se sont ensuite rendues à la messe, dite à onze heures. Pendant l'office, la Blâmontaise a exécuté les plus beaux morceaux de son répertoire. Une quête, faite au profit de la compagnie de sapeurs-pompiers, a été faite par Mlle Foell, toujours très gracieuse. Après la messe, la dislocation a eu lieu sur la place de l'Hôtel-de-Ville.
A cinq heures du soir, un banquet réunissait toute la belle compagnie de sapeurs-pompiers dans la salle de danse de M. le lieutenant Moitrier, décorée pour la circonstance avec beaucoup de goût. A huit heures, M. le maire et son adjoint, six où sept conseillers municipaux et M. le président de la 320e section des vétérans, sur l'invitation de M. le capitaine Delabbaye, se sont rendus au dessert, où ils ont été très bien reçus. Au moment d'entrer dans la salle, la Blâmontaise a joué la Marseillaise. Pendant toute cette belle soirée, très animée, qui ne s'est terminée qu'à minuit, plusieurs discours ont élé dits par M. le maire et M. le capitaine Delabbaye, plusieurs morceaux de musique ont été joués et un grand nombre de chansonnettes comiques ont été chantées par des artistes.
Enfin, très belle journée, principalement pour la belle compagnie de sapeurs-pompiers, commandée par son très de voué et honoré capitaine, président des officiers de l'Union des sapeurs-pompiers de Meurthe-et-Moselle, dont l'éloge n'est plus à faire. »
24 décembre 1901
ETAT CIVIL DE NANCY
Publications de mariages. [...] Edmond-Nathan-Moïse Charleville, avocat, rue de la Ravinelle, 11, et Marthe-Claire Bechmann, sans profession à Blâmont (Meurthe-et-Moselle)
29 décembre 1901
Déserteurs allemands
Samedi, à une heure et demie de l'après-midi, un gendarme des brigades d'Avricourt a amené a Nancy deux déserteurs d'un régiment. allemand en garnison à Sarrehourg.
L'un de ces deux déserteurs était en tenue militaire.
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email