BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 

Retour à la liste de la Semaine religieuse


La Semaine Religieuse du Diocèse de Nancy & de Toul
Ed. Nancy

- 1903 -



10 janvier 1903 - n° 2 - p. 24
ACTES OFFICIELS
Nominations.
Par décision de Monseigneur l'Evêque, ont été nommés:
[...] Curé de Nonhigny, M. l'abbé Gridel, précédemment curé de Hénaménil.


31 janvier 1903 - n° 5 - p. 99
Nécrologie.
Nous recommandons aux prières de nos lecteurs l'âme de M. l'abbé Barthélemy, décédé le 26 janvier 1903.
M. Barthelemy, Charles-Joseph, était né à Domjevin, le 26 octobre 1820, avait été ordonné prêtre le 27 février 1847, curé de Méréville, après l'ordination, curé de Ceintrey (1852), économe de l'Institution Saint-Pierre Fourier à Lunéville (1872), curé d'Amenoncourt (1874), membre de la Maison de Retraite de Bon-Secours depuis le 10 avril 1890.
M. Barthelemy était membre de l' Association de prières.


14 février 1903 - n° 7 - p. 143
Rejet de demandes d'autorisation d'établissements congréganistes par M. le Président du Conseil des Ministres, à partir du 20 décembre 1902.
1° - Pour la congrégation de la Doctrine Chrétienne dans le diocèse de Nancy et dans d'autres diocèses, on compte 49 établissements dont les noms suivent:
Austrude (Yonne). - Bourmont (Haute-Marne). - Saint- Dizier-Closmortier (Haute-Marne). - Courcy (Marne). - Sermaise (Marne) - Ancerville (Meuse). - Clermont-en-Argonne (Meuse). - Ecurey (Usine) (Meuse). - Les Islettes (Meuse). - Les Senades (Meuse). - Montiers-sur-Saulx ( Meuse). - Ville-Issey (Meuse). - Gouvernes (Seine-et-Marne). - Fontenay-le-Vicomte (Seine-et-Oise). - Montigny-le-Bretonneux (Seine-et-Oise). - Ainvelle (Vosges). - La Bresse (Ecole du Centre) (Vosges). - La Bresse (Le Chajoux) (Vosges). - La Bresse (Vologne) (Vosges). - Châtel-sur-Moselle (Vosges). - Epinal (Champ du Pin) (Vosges). - Golbey (Vosges). - Gouécourt (Vosges). - Isches (Ecole Maternelle) (Vosges). - Martigny-les-Bains (Vosges). - Moyenmoutier (Vosges). - Saint-Etienne-les-Remiremont (Vosges). - Amance (Meurthe-et Moselle]. - Bertrambois (Meurthe-et-Moselle). - Dombasle-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle). - Fléville (Meurthe-et-Moselle). - Frouard (Meurthe-et-Moselle). - Froville (Meurthe-et-Moselle). - Laneuvelotte (Meurthe-et-Moselle). - Lupcourt (Meurthe-et-Moselle). - Nancy (St-Georges), rue Lamothe (Meurthe-et-Moselle). - Olley (Meurthe-et-Moselle). - Pagny-sur-Moselle (Meurthe-et-Moselle). - Pont-à-Mousson (St-Martin) (Meurthe-et-Moselle). - Pulligny (Meurthe et-Moselle). -- Richardménil (Meurthe-et-Moselle). - Ste-Geneviève (Meurthe-et-Moselle). - Varangéville (Meurthe-et-Moselle). - Verdenal (Meurthe-et-Moselle). - Condé-les-Vouziers (Ardennes). - Glaire (Ardennes). - Aubigny-la-Ronce (Côte-d'Or). - Corpeau (Côte-d'Or). - St-Giniez (Bouches-du-Rhône).
2° - Pour la Congrégation des religieuses de la Providence de Portieux, on parle de 120 ou 140 établissements. Voici ceux qui sont du diocèse de Nancy :
Arracourt, Domèvre-sur-Vezouze, Neufmaisons, Saint-Clément, Velaine-sous-Amance.
3°- Citons enfin l'établissement de la rue Ste-Marie, à Nancy, tenu par les religieuses de la Sainte Enfance de Marie et celui de Morfontaine, dirigée par les soeurs de la Providence de Fillières,


28 février 1903 - n° 9 - p. 183
M. l'Abbé Barthélemy.
M. l'abbé Bathélemy est décédé à la maison de retraite de Bonsecours le 26 janvier dernier, dans la 83° année de son âge. Qu'il soit permis à l'un de ceux qui l'ont connu et aimé de consacrer quelques lignes à sa mémoire.
Il naquit à Domjevin d'une famille honnête el chrétienne. Nous saurions peu de chose sur sa jeunesse (ses contemporains, en effet, ont presque tous disparu) si M. Barthelemy lui-même ne nous en avait rapporté quelques souvenirs. Il se plaisait en effet dans ces charmantes causeries à rappeler le temps où, jeune séminariste, il se rendait à pied de son village natal au Petit Séminaire de Pont-à-Mousson et plus tard au Grand Séminaire de Nancy, d'où il ne revenait qu'après neuf mois, neuf mois d'un travail de formation à la piété et à la vertu. Il connut au Grand Séminaire M. l'abbé Rohrbacher qui s'occupait a ce moment à son grand travail sur l'Histoire de l'Eglise universelle.
Ordonné prêtre en 1847, Il fut envoyé dans la paroisse de Méréville où il fit apprécier son talent et. sa charité. Quelques années après il était appelé à la cure plus importante de Ceintrey. Ce fut surtout dans cette paroisse où il resta de longues années qu'il sut se faire estimer et aimer. La marque principale du caractère de M. Bathélemy, c'était la bonté ; c'est ce que rappelait M. l'abbé Messin, supérieur de l'Institution Saint-Pierre Fourier, aux obsèques du défunt. Cette bonté s'exerça d'abord sur les âmes. Quels soins et quelle sollicitude M. Barthélemy mettait dans la préparation de ses instructions et de ses catéchismes ; les vieillards de Ceintrey se le rappellent et ont gardé un vif souvenir qu'ils se plaisent à évoquer. Ce fut lui qui institua dans la paroisse la congrégation aujourd'hui si florissante des enfants de Marie. Il était aussi homme de conseil; ses paroissiens avaient confiance en lui, ils allaient le trouver dans leurs peines, leurs ennuis ; souvent le curé, par son intervention apaisa bien des querelle des susceptibilités ou soulagea bien des infortunes. Sa bonté se manifesta également par l'exercice de la charité envers les pauvres : M. Barthélemy ne fut jamais riche, c'est dire qu'il donna sans compter, avec générosité, ne gardant pour lui que le strict nécessaire.
Il quitta Ceintrey en 1872 pour devenir économe à l'Institution Saint-Pierre Fourrier. Là encore, il se montra homme de bon conseil, charitable et dévoué ; c'est le témoignage de tous ceux qui l'ont connu, le témoignage en particulier de M l'abbé Messin qui, faisant allusion à un fait personnel rappela combien grande était sa bonté, sa prudence et sa charité.
Après trois années de séjour à Lunéville, il fut nommé curé d'Amenoncourt. Là également, il sut se faire aimer de ses paroissiens et de ses confrères. Mais la vieillesse approchait et avec elle l'impuissance et les infirmités. M. Barthélemy s'en rendit compte le premier. Il quitta avec regret le ministère paroissial où il avait trouvé le bonheur qu'on éprouve en faisant le bien, et se retira à la Collégiale de Bonsecours en 1890. Ce fut là auprès du sanctuaire de la Sainte Vierge pour laquelle il eut toujours une tendre dévotion qu'il passa les dernières années de sa vie. Ce fut là encore qu'il trouva le moyen d'exercer la charité et son esprit de justice, surtout dans les délicates fonctions d'économe que lui avait confiées l'administration diocésaine.
La mort ne le surprit pas, il l'attendait depuis quelques années avec calme et résignation ; elle fut édifiante comme sa vie tout entière.
II avait manifesté le désir de reposer dans le cimetière de Ceintrey. A Ceintrey en effet, malgré trente années passées, il avait conservé de nombreuses sympathies. Aussi ses funérailles furent une manifestation de reconnaissance et d'affection. Ceux qui l'ont connu au cours de sa vie sacerdotale avaient eu à coeur de l'accompagner à sa dernière demeure. M. l'abbé Babon, ancien curé d'Autrepierre ; M. l'abbé Thouvenot, enfant de Ceintrey : M. l'abbé Umbricht, ancien paroissien d'Amenoncourt ; M. l'abbé Gablat, de la Collégiale étaient présents. M. l'abbé Carrier, compatriote du défunt, fut invité à chanter à la messe. M. l'abbé Messin en quelques mots émus remercia l'assistance et félicita les paroissiens de Ceintrey qui se trouvaient présents en grand nombre de la sympathie qu'ils témoignèrent à tous leurs pasteurs, tant à M. Barthélemy qu'à M. Charpentier, qui lui aussi était là, dont le souvenir est encore si vivant dans tous les coeurs, et dont la présence a ravivé tous les regrets.
Et maintenant M. l'abbé Barthélemy repose dans sa chère paroisse de Ceintrey. Ses paroissiens ne l'oublieront pas. Souvent sur sa tombe, au cimetière, ils viendront prier nombreux, celle surtout qui l'a servi avec fidélité pendant la plus grande partie de sa vie et que sa mort a éprouvée si douloureusement.


11 avril 1903 - n° 15 - p. 296
Itinéraire de la tournée de confirmation dans l'arrondissement de Lunéville.
1903
[...] Mercredi 13 mai - à DOMÈVRE-SUR-VEZOUSE. - Chazelles, Domévre, Herbéviller, St-Martin, Verdenal.
Jeudi 14 - à BLAMONT. - Amenoncourt, Autrepierre, Avricourt, Blêmont, Gogney, Repaix.
Vendredi 15 - à HARBOUEY. - Ancerviller, Barbas, Harbouey, Nonhigny, Parux.
[...]Dimanche 17 - à CIREY: - Bertrambois, Cirey, Frémonville, Tanconville.
Lundi 18 - à EMBERMÉNIL. - Emberménil, Leintrey, Vaucourt, Vého, Xousse.
Mardi 19 - à BÉNAMÉNIL. - Bénaménil, Blémerey, Domjevin, Laronxe, St-Clément.


16 mai 1903
ACTES OFFICIELS
Nominations.
Par décision de Monseigneur l'Evêque, ont été nommés :
Curé de Loro-Montzey, M. l'abbé Gaillard, précédemment curé de Nonhigny; [...]


23 mai 1903 - n° 21 - p. 422
Visites pastorales de Monseigneur dans l'arrondissement de Lunéville
[...]
Partout la population manifeste le même empressement, le même enthousiasme : [...]
A Blâmont et à Cirey des applaudissements répondent à la parole ardente de l'évêque; mais il les réprime aussitôt.
La plus touchante manifestation populaire à l'égard de Monseigneur a eu lieu dans la paroisse si chrétienne de Val-et-Châtillon :
« Tout le village, dit un témoin, était pavoisé, orné de guirlandes sur une longueur de trois kilomètres et d'arcs de triomphe qui, le soir, étaient illuminés par des lanternes vénitiennes et des lampes électriques.
« Arrivé la veille, vers cinq heures, et accompagné par M. le baron de Klopstein, conseiller général du canton de Cirey, Monseigneur a trouvé, sur tout son parcours. une foule empressée.
« Au seuil du presbytère, le maire, M. Veillon, fondateur d'une grande usine et adoré de ses ouvriers, entouré de tout le conseil municipal, souhaitait à Monseigneur la bienvenue, l'assurait de la reconnaissance, de la vénération, de l'enthousiasme de la population. »
Nous publions en partie son courageux discours:
« Vous êtes, Monseigneur, dans une paroisse, où l'enthousiasme, qui vous suit depuis le commencement de votre tournée pastorale, est particulièrement ressenti, au souvenir de votre grand acte épiscopal à la Cathédrale de Nancy, auquel ont applaudi tous les catholiques de la France, de la Lorraine et de Val-et-Châtillon !
En vous apportant, Monseigneur, le témoignage officiel et public de nos sentiments à l'égard de cet acte généreux, courageux et national, je risque d'être frappé par les foudres administratives: ce serait pour un maire un honneur tout particulier !
Au Conseil municipal, on connait mieux les affaires que le latin. Cependant on y comprend l'adage: Verba volant, scripta manent,
« Aussi, Monseigneur, ai-je été sollicité par mes collègues, que je vais avoir l'honneur de vous présenter, d'écrire et remettre entre les mains de Votre Grandeur, l'expression de notre très respectueux hommage, et surtout celle de la joie profonde, sincère et unanime que cause parmi nous votre visite pastorale. »
Le soir, en traversant les rues illuminées, Monseigneur était entouré et acclamé par la foule. Le lendemain après la messe de confirmation, il prononçait un discours vibrant, rempli de conseils pratiques aux ouvriers, et toujours courageux dans sa protestation contre la guerre religieuse actuelle. »


22 août 1903
CHRONIQUE DIOCÉSAINE
Ordination.
Dimanche prochain, à 9 heures, Monseigneur fera, dans la chapelle du Grand Séminaire, une ordination à laquelle prendront part 1 tonsuré, 1 diacre et 17 prêtres : MM. [...] Fiel, d'Ancerviller ;[...] Squivet, de Blâmont.


29 août 1903 - n° 35 - p. 718
Pie X et la bicyclette pour ecclésiastique
Sur l'usage de la bicyclette dans le clergé, voici ce que disait, en 1893, le cardinal Sarto à la fin d'une lettre pastorale adressée au clergé de son diocèse :
L'usage du vélocipède et de la bicyclette s'est tellement répandu parmi les laïques qu'on ne croit plus aujourd'hui pouvoir vivre sans cela. Comme cette nouveauté parait prendre faveur auprès du clergé, je juge nécessaire d'ordonner à tous les ecclésiastiques qu'ils aient à s'abstenir.
Mes séminaristes savent déjà ce que j'en pense ; je prie les curés de me signaler ceux qui, pendant les vacances m'auraient désobéi. Je dois naturellement défendre à tous les prêtres ce que j'ai interdit aux clercs; rien, en effet, ne me semble plus contraire à la dignité d'un ecclésiastique que de s'asseoir à califourchon sur une machine de cette sorte ; cette attitude n'étant pas en harmonie avec la gravité qu'exige notre état.
Tout ce qui nous rapproche des habitudes laïques nous expose au reproche de frivolité.
Je sais que la bicyclette a, jusque dans le clergé, de très chauds partisans qui vantent ses services; je n'hésite pas cependant à la proscrire. Quelques personnes jugeront peut-être que ce sont là des petitesses indignes de nous occuper ; laissons dire ces personnes; elles n'ont pas à gouverner l'Eglise : c'est l'affaire des évêques avec le secours de l'Esprit-Saint. Et, tant que le Pape n'aura point réglementé cette matière par lui-même ou par ses Congrégations, ma défense restera en vigueur.
On ne manquera point d'objecter les avantages de la bicyclette, la rapidité avec laquelle le prêtre pourrait se porter au chevet des malades, l'économie de ce mode de transport. Toutes ces considérations ont, en effet, leurs poids ; mais elles doivent céder devant la dignité et le sérieux qui sont les premiers devoirs du prêtre.


8 septembre 1903 - n° 36 - p. 733
ACTES OFFICIELS
Nominations.
Par décision de Monseigneur l'Evêque, ont été nommés : [...] Vicaire à Saint-Georges, M. l'abbé Fiel, nouveau prêtre ; [...]


26 septembre 1903 - n° 39 - p. 809
Nécrologie.
M. Suisse (Charles-François), né à Tonnoy, le 29 mars 1830. ordonné prêtre, le 2 juin 1855, vicaire à Foug après l'ordination, curé de Grimonviller (1857), de Bioncourt (1864); admis au diocèse d'Orléans (1865); curé de Lezey (1872); de Chazelles (1874); de Mont-sur-Meurthe depuis le 1er octobre 1878, est décédé le 25 septembre 1903.
M. Suisse était membre de l'association de prières.
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr