BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Adrien de Turckheim - Quelques relevés dans la presse
 


Histoire de l'automobile
Pierre Souvestre (1874-1914)
Éd : H. Dunod et E. Pinat (Paris) - 1907

De Dietrich.
Fondée, en 1769, en Alsace, la maison de Dietrich après avoir, pendant cinquante ans environ, travaillé les métaux dans ses fonderies, devenait le principal fournisseur des compagnies de chemins de fer auxquelles elle vendait du matériel roulant.
Transférée à Lunéville au lendemain de la guerre, la Société poursuivait la voie qu'elle s'était tracée, lorsqu'en 1869, l'un des directeurs, M. le baron Adrien de Turckheim, tenté par la locomotion nouvelle, acquit le droit de fabriquer les voitures à pétrole récemment imaginées par A. Bollée fils. Ce fut l'association de deux raisons sociales réputées, qui durera jusqu'au jour où ne partageant pas l'opinion de l'inventeur sur les transmissions par courroies, la société de Dietrich, découvrant à Marseille les ingénieux véhicules conçus par MM. Turcat et Méry, s'en assurera la fabrication exclusive.
Qu'il s'agisse des A. Bollée fils, des Turcat-Méry, plus tard des Lorraine-Dietrich, les voitures signées des constructeurs de Lunéville jouissent sans cesse delà meilleure des réputations.


Le Chauffeur...
Paris - Ed. Louis Lockert

15 janvier 1905

Cliquer pour agrandir

La maison de Dietrich a ouvert un-nouveau garage 21, Champs-Elysées, et jeudi après-midi nous étions conviés à un lunch exquis, où la foule faisait ovation à M. le Baron de Turckheim qui nous recevait tous avec une grande affabilité.
Un buffet superbe attendait les visiteurs parmi lesquels, à part nos confrères, nous avons, noté quantité de notabilités de l'aristocratie du Tout-Paris mondain.
Luxueusement installé, le nouveau garage est digne de la clientèle qui ne manquera pas d'aller admirer et acheter les voitures de la grande marque de Lunéville.

1er juillet 1905

15 février 1905

La maison de Dietrich avait envoyé à Londres sa magnifique ferronnerie du dernier Salon, qui paraissait plus grandiose là-bas, vu la nef de l'Olympia plus petite que celle du Grand Palais. Les deux associés Jarrott et Letts, représentants de cette marque, ne suffisaient pas pour répondre aux demandes des clients désireux de visiter, soit limousine, soit roulotte de la grande marque de Lunéville. Jarrott, connu en France, est un des héros de l'Angleterre. Son associé Letts est vif, ardent, seconde admirablement Jarrott, et tous deux avaient fort à faire, car la Dietrich est demandée, appréciée par nos voisins; ses dernières victoires aux Indes l'ont encore mise en vue. C'est le succès, le grand, l'apogée du succès, et le Baron Adrien de Turckheim qui se trouvée Londres doit être satisfait de son Exposition.

 

15 décembre 1905

Cliquer pour agrandir

15 août 1906

La Coupe Lederlin.
La Coupe Lederlin, disputée sur les neuf kilomètres de la route du Ballon d'Alsace (9 kil. à 6,83 % de moyenne), a été favorisée par un temps superbe. Merveilleusement organisée, elle a emporté un très gros et très légitime succès.
Rappelons que le départ était donné à Saint-Maurice-de-Moselle, l'arrivée jugée à la borne frontière du Haut-Rhin.
Voici le classement en vitesse pure :
Septième catégorie (châssis de plus de 21.000 francs)
1. Lorraine-Diétrich (60 ch.), baron de Turckheim : 12 m. 46 s.
2. Lorraine-Diétrich (40 ch.), Nancé : 14 m. 57 s


Journal des débats politiques et littéraires
 30 novembre 1905

Désespérant de rentrer en possession de la Coupe des Pyrénées qui, ainsi que nous l'avons annoncé samedi, en Dernière Heure, lui a été soustraite dans son stand de l'Olympia à Londres, la Société lorraine des anciens établissements de Diétrich vient de décider qu'elle allait faire procéder à la fonte d'un nouvel exemplaire du trophée si brillamment remporté par elle.
L'exécution de ce travail durera trois mois et coûtera 16,000 fr. M. le baron Adrien de
Turckheim, administrateur de la Société lorraine des anciens établissements de Diétrich a, en conséquence, résolu que les usines de Lunéville exposeraient au prochain salon la maquette de la Coupe des Pyrénées, maquette qui sera certainement le clou de cette exposition.


La Pensée française
25/10/1923

L'union sacrée des cléricaux.

On se souvient de l'assassinat, dans le train Epinal-Saint-Dié, de l'abbé Hans, curé de Repaix. L'assassin est un apache nommé Demanget.
Qui eut cru qu'un pareil forfait serait exploité par le Bloc National ?
Cependant, sur la tombe de cette malheureuse victime, un conseiller général de Meurthe-et-Moselle, M. Adrien de Turckheim, a prononcé ces paroles de combat :
« Les causes ! elles sont, tangibles, nous les voyons sous nos yeux.
Voilà le résultat de l'école sans Dieu, de l'éducation sans Dieu... Les causes sont, dans cette vague abominable que nous jurons, nous, mon cher Hans, d'éliminer, d'exterminer. »
Nous laissons pour compte à M. le baron du Bloc National de pareilles attaques ! Cependant...
Nous, aurions la répartie facile ! En Alsace, où existe encore la seule école confessionnelle, il ne devrait jamais y avoir de pareils crimes ?
Pourtant les rôles d'assassins sont suffisamment chargés de crimes, de viols et d'incestes.
Les libres-penseurs ne rendent pas l'école confessionnelle responsable de cette vague de crimes.
Ils s'honorent en agissant, ainsi.
Mais comment qualifier l'exploitation, d'un pareil crime par un baron du Bloc National ?


Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email