BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Portes monumentales

 


Sur le territoire de la communauté de communes de la Vezouze, on compte 24 portes monumentales réparties sur 16 communes. Les plus notables sont encore visibles à Ogéviller, Fréménil, Domjevin, Buriville, Reclonville, Remoncourt, Autrepierre, Harbouey, Domèvre, Ancerviller, Frémonville, Repaix...
D'autres ont disparu, telle celle du n° 15 de la rue principale à Herbéviller (désormais au musée lorrain), ou celle de la place Carnot à Blâmont, encore présente après la seconde guerre mondiale.

En voici quelques-unes sur des cartes postales anciennes :

L'ancienne Porte - Place Carnot
L'ancienne Porte - Place Carnot


Herbéviller
 
Fréménil

Domjevin

Domjevin
Domjevin. Vieille maison - Fin 1915
Domjevin - Fin 1915
Source: BDIC Valois 153/144 - Cl. Thirion

Certaines portes sont recensées dans le guide touristique de la Communauté de communes, et le Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement de Meurthe-et-Moselle leur a consacré un document.

La référence la plus complète reste cependant l'article de Michel Berna dans Le Pays Lorrain de 1988, reproduit ci-dessous :


Le Pays Lorrain
1988

Les portes monumentales de maisons rurales dans la moyenne vallée de la Vezouze
Michel Berna

On demeure confondu de voir, dès le dernier quart du XVIIe siècle, des constructions neuves respirant l'aisance, et même une certaine recherche de l'art, s'élever dans tout le canton de Blâmont, y laissant un type d'architecture très particulier, très intéressant, et qui mériterait de ne pas rester totalement ignoré.
Emile Ambroise

La vallée de la Vezouze, cruellement éprouvée à maintes reprises au cours de l'histoire (que l'on songe aux dévastations occasionnées par les guerres du XVIIe siècle, et, tout dernièrement encore, par les deux guerres mondiales), n'a conservé que peu de traces d'un passé pourtant prestigieux. Val-et-Chatillon, Blâmont, Herbéviller, Ogéviller, Croismare, Chanteheux avaient leur château; Saint-Sauveur, Cirey, Domèvre leur abbaye. Qu'en reste-t-il ? Au mieux quelques pans de murailles; le plus souvent, des pierres ou des objets disséminés ici et là, dans des musées ou chez des particuliers. Aussi ne pouvons-nous appréhender la splendeur passée de ces modestes villages qu'au prix de gros efforts de lecture... et d'imagination!
Si tous les villages de la Vezouze ont perdu à jamais les grands édifices - guerriers, religieux ou d'apparat - qui, à un moment ou à un autre, avaient fait leur gloire, certains d'entre eux ont néanmoins conservé jusqu'à nos jours une richesse architecturale qui, pour être plus modeste assurément, n'en suffit pas moins à les faire briller d'un éclat tout particulier. Il s'agit, suivant l'expression de M. l'abbé Choux, des « portes monumentales » que présentent certaines maisons d'habitation.
Le village lorrain traditionnel n'est pas spécialement réputé pour sa coquetterie. L'austérité y est de rigueur, tant en ce qui concerne l'agencement général des constructions que l'aspect de chacune d'elles. La comparaison avec l'Alsace voisine est, à cet égard, tout à fait édifiante.
Cet état de fait semble tenir à deux causes essentielles. Le regroupement de l'habitat en « villages-rue », où les maisons, d'un type uniforme, sont accolées les unes aux autres le long d'une large rue principale, a été dicté en grande partie par le mode d'exploitation des terres, basé sur une étroite solidarité entre les membres de la communauté villageoise. Quant à l'économie de moyens dont témoigne l'aspect extérieur de la maison d'habitation, c'est bien là l'exact reflet du tempérament du paysan lorrain, lequel, confronté aux rigueurs du climat et à l'ingratitude du sol, dut de tout temps consacrer toutes ses ressources aux « menus soins de la vie pratique », pour reprendre l'expression employée par Maurice Barrès.
Nous disons bien : « économie de moyens », car, si le paysan lorrain n'avait que peu de temps et d'argent à consacrer à l'ornementation de sa demeure, le souci de réaliser cette ornementation ne lui était nullement étranger. Aussi s'est-il, le plus souvent, contenté de faire porter son effort sur la seule porte d'entrée du logis. De fait, il n'est pas rare que celle-ci reçoive un linteau sculpté où figurent la date de construction de l'édifice ainsi que le nom ou les initiales de ses premiers propriétaires, parfois même des motifs décoratifs tels qu'emblèmes religieux ou attributs professionnels (représentation d'outils en relation avec le métier exercé par le premier propriétaire).
Or, dans l'est de la Lorraine, cette habitude de décorer la porte d'entrée des maisons d'habitation a pris une importance considérable, se


Porte de 1693 à Manonviller

traduisant, bien au-delà de la simple sculpture du linteau, par celle du chambranle, ainsi que par l'adjonction d'un fronton avec tympan sculpté. Bien plus, dans la région comprise entre Lunéville et Blâmont, elle s'est manifestée avec un goût et une opulence tels qu'elle a donné naissance à de véritables chefs-d'oeuvre.
La quasi-totalité de ces portes monumentales peuvent être observées dans la moyenne vallée de la Vezouze, c'est-à-dire dans les villages de la zone qui s'étend entre Domèvre et Marainviller. Nous passerons en revue les différentes portes qu'il est permis d'observer, puis, les envisageant dans leur ensemble, nous tenterons de dégager quelques enseignements d'ordre historique et architectural.

I. LES DEUX TYPES DE PORTES MONUMENTALES

Un rapide survol de l'ensemble des portes monumentales de la vallée de la Vezouze permet de les répartir en deux groupes qui, bien que voisins par leur inspiration et leur aspect général, se distinguent cependant par la manière dont a été réalisée l'ornementation du chambranle. Le plus souvent, celle-ci affecte l'aspect d'une forte mouluration; mais certaines portes présentent une ouverture encadrée par deux colonnes. Nous envisagerons successivement ces deux types de portes.

Les portes à chambranle mouluré

Le voyageur qui, venant de Lunéville, entreprend de remonter le cours de la Vezouze, ne peut manquer de noter, à Marainviller, le changement qui affecte la configuration de la vallée. Jusqu'alors bien ouverte, celle-ci se resserre aussitôt après le village, à la hauteur de Thiébauménil. Les vastes étendues agricoles cèdent alors la place à un riant paysage de prairies et de boqueteaux, où la rivière affirme davantage sa présence. Laissons pour l'instant de côté le gros village de Marainviller - nous y reviendrons au terme de notre étude -, et pénétrons plus avant à l'intérieur de notre champ d'investigations.
Etabli sur la rive droite de la Vezouze, à l'écart des grandes voies de communications, Manonviller semble sommeiller au pied de son fort ruiné. C'est le premier village que l'on rencontre en venant de Thiébauménil. L'aspect qu'il offre depuis la vallée donne l'impression d'un assez important ensemble de constructions bien regroupées autour de l'église, laquelle, bâtie sur un tertre, élève son clocher massif et d'un beau type lorrain bien au-dessus des maisons d'habitation.
Aussitôt après le pont qui enjambe la rivière, on pénètre dans le village, et, remontant la rue principale, on ne tarde pas à y découvrir, au n° 8, une belle porte à chambranle mouluré. Malgré la destruction, en 1944, de la maison dont elle faisait partie à l'origine, cette porte a fort heureusement pu être sauvée et réinsérée dans la nouvelle construction.
Ce qui frappe tout d'abord, c'est la splendide ornementation du chambranle; nulle part ailleurs nous n'en retrouverons d'aussi magnifiquement réalisée. Elle se présente sous la forme d'une triple moulure au relief vigoureux. Ce dernier est remarquablement accentué par trois
élégantes crossettes (les deux premières, dédoublées, sont situées à chacun des angles du chambranle, la troisième au milieu de sa partie transversale) qui contribuent à donner à l'ensemble l'aspect d'une croix de taille humaine.
Le linteau est, lui aussi, somptueusement orné. Un cartouche rectangulaire, contenant le nom du premier propriétaire (Jean Mangenat), est encadré de deux paires de motifs décoratifs figurant, de manière très stylisée, des fleurs (côté gauche) et des astres (côté droit). L'ensemble, traité avec beaucoup de maîtrise, est d'un effet remarquablement décoratif.
Au-dessus du linteau, le fronton est en arc brisé, c'est-à-dire affectant la forme d'un demi- cercle interrompu en son milieu. Les deux arcs de cercle, ou rampants du fronton, sont constitués chacun par un cordon boudiné à volute, s'enroulant sur lui-même à son extrémité. Ils soutiennent une petite niche recouverte d'un toit sculpté des plus élégants et encadrée de deux motifs en forme de consoles renversées. En dessous, au centre du tympan, un second cartouche contient la date de 1693. Nous verrons que cette porte, assurément la plus remarquable de toutes, est aussi l'une des plus anciennes.
Il nous faudra revenir sur nos pas pour gagner Bénaménil, car la passerelle n'existe plus, qui enjambait la Vezouze à la hauteur de ce village, et permettait ainsi à ses habitants de se rendre à la Bonne-Fontaine, le pèlerinage marial le plus fréquenté de la vallée.
A l'inverse de son proche voisin Manonviller, Bénaménil est traversé par la route nationale, sur laquelle il fut relais de diligence au XIXe siècle : il étire sur près de deux kilomètres ses grosses maisons d'exploitation et conserve aussi une porte monumentale, étroitement apparentée à celle que nous venons de décrire, encore que d'une facture plus sobre et d'une apparence moins somptueuse, un peu après l'église, vers la sortie Est du village, au n° 107 de la grande rue.
D'emblée, nous reconnaissons, dans l'imposant chambranle à triple moulure, le lien de parenté qui unit cette porte à celle de Manonviller. Moins travaillé, il ne comporte toutefois que deux crossettes.
Le linteau, bordé de palmettes à chaque extrémité, est divisé en quatre compartiments égaux. Les deux compartiments latéraux sont ornés d'oves; ceux du centre présentent des rosaces voisines de celles du linteau de Manonviller (quatre cœurs disposés en croix et un soleil). Deux motifs similaires ornent le tympan, plus vaste que celui de Manonviller; ils


Porte de 1697 à Bénaménil

encadrent un cartouche de forme carrée portant la date de 1697. Au-dessus, la niche, entourée de rinceaux d'un bel effet décoratif, est surmontée d'un petit fronton curviligne à coquille. Cette porte frappe par son aspect massif et la haute qualité de son ornementation.
Imposant, majestueux, Domjevin est installé sur le flanc de l'une des collines qui constituent la bordure septentrionale de la vallée. Comment résister au plaisir de suivre la petite route qui, traversant la grande prairie de la Vezouze, conduit à ce beau village en passant par-dessus plusieurs petits ponts dont les plus anciens auraient été construits sur l'ordre du duc Stanislas ?


Porte de 1707 à Domjevin


Porte de 1692 à Ogéviller

Delorme nous dit que Domjevin dépendait autrefois de deux seigneurs : le comte d'Haussonville possédait la partie basse du village, alors que la partie haute appartenait au duc de Lorraine. C'est dans cette partie haute que nous pouvons voir plusieurs portes monumentales, dont l'une, située au n° 77 de la rue Haute, à l'amorce de la petite route qui conduit à Manonviller, est tout particulièrement intéressante.
Au-dessus du chambranle dont la triple moulure manque un peu de vigueur, bien qu'elle soit soulignée par trois crossettes, le linteau ne comporte aucun motif décoratif, cette fois, mais de simples motifs géométriques : quatre rectangles bordés d'entailles en forme de croissant de lune. Tout l'effort d'ornementation a été porté sur le fronton. Ses deux rampants en forme de cordon boudiné à volute, entre lesquels s'insère un cartouche de forme carrée portant la date de 1707 et les initiales des premiers propriétaires, soutiennent une petite niche au décor véritablement exubérant. Elle est en effet encadrée de deux petits pilastres sommés chacun d'une croix de Lorraine. Entre les deux croix de Lorraine, juste au-dessus de la niche, nous croyons reconnaître le motif décoratif lorrain traditionnel : un panier d'où retombent des guirlandes de fleurs. Enfin, de part et d'autre des pilastres, ainsi qu'au-dessus du toit de la niche, on voit, trois fois répété et sculpté avec art, un motif décoratif dit « vase fumant ».
L'ensemble est du plus bel effet, et lorsque, après avoir remonté la rue Haute, on découvre le vaste panorama qu'offre la route de Manonviller aussitôt après les dernières maisons d'habitation, on ne peut manquer d'être frappé par l'éclat de ce beau village, l'un des phares de la vallée.
A Ogeviller, au no 23 de la rue du Château, on peut voir une dernière belle porte à chambranle mouluré. Les simples sculptures géométriques du linteau, en tout point semblables à celles du linteau de Domjevin, mettent en valeur la force du chambranle à triple moulure. Un cartouche rectangulaire, placé au centre du tympan, contient la date de 1692, et fait donc de cette porte une contemporaine de celle de Manonviller.

Les portes à colonnes

La partie de la vallée qui s'étend en amont de Domjevin semble avoir constitué le domaine d'élection des portes à colonnes. Moins bien représenté que le précédent, ce second type de portes monumentales est aussi d'un aspect plus recherché, « un peu prétentieux » a même écrit Emile Ambroise. On peut discuter ce jugement de valeur. Quoi qu'il en soit, la réalisation des portes à colonnes devait être passablement difficile ou onéreuse, car le type fut définitivement abandonné peu de temps après son éclosion, contrairement au premier qui, passé la prestigieuse période des débuts, connut, on le verra, une dégénérescence progressive.
Bâti sur un escarpement de la rive gauche de la Vezouze, Fréménil n'est distant de Domjevin que d'un peu plus d'un kilomètre à vol d'oiseau. Pour s'y rendre, le mieux est encore d'emprunter le chemin qui, longeant le cours d'eau sur sa rive gauche, conduit, à travers prés et oseraies, au pied du promontoire où s'est établi le village.
Il suffit alors de remonter la rue qui débouche directement sur la prairie, pour parvenir sur la place de l'église. On y voit les restes d'une porte à colonnes datant vraisemblablement des toutes premières années du XVIIIe siècle, et dont nous pouvons deviner, grâce à une carte postale éditée vers 1900 par la librairie Bastien de Lunéville, combien elle devait être remarquable. C'était sans doute la plus belle du genre. Malheureusement, cette porte a été presque entièrement détruite lors de la Première Guerre mondiale; il n'en subsiste que la niche.


Porte sculptée de Fréménil, non datée (état avant 1914)

Par son allure générale, la porte de Fréménil s'apparentait étroitement à celles que nous venons de décrire, à ceci près qu'à la mouluration du chambranle avaient été préférées deux colonnes corinthiennes soutenant le fronton par l'intermédiaire de deux ressauts de la corniche d'entablement et du linteau. Ce dernier présentait d'élégantes sculptures affectant l'aspect de guirlandes de fleurs, d'une inspiration relativement moderne, car traitées de manière réaliste, à l'opposé des décors floraux stylisés que nous avons pu observer sur certaines portes à chambranle mouluré. A chacune des extrémités du linteau, sur les ressauts coiffant les colonnes, on voyait en outre un motif astral.


Porte de 1698 à Herbéviller
(démontée en 1987, achetée par le Musée historique lorrain)

Les rampants du fronton, plus courts que ceux des portes à chambranle mouluré, ne soutiennent plus, mais encadrent la niche, qui, de ce fait, occupe à elle seule la majeure partie du tympan. Insérée, comme à Domjevin, entre deux petits pilastres, et reposant sur un soubassement décoré de cercles accolés, elle est encadrée par deux motifs affectant l'aspect d'une accolade à volutes. Ici encore, un petit fronton curviligne à coquille fait office de toit. Une coquille occupait également l'espace triangulaire délimité par chacun des rampants du fronton, espace qui était, en outre, fermé, du côté de la niche, par un motif en forme de console renversée.
Assurément, l'ensemble devait être très élégant, et l'on ne peut que déplorer la disparition de cette belle porte monumentale.
En amont, à Herbéviller, on pouvait voir, naguère encore, au n° 15 de la rue principale, non loin des ruines du château de Lannoy, une autre porte à colonnes qui, sans avoir la beauté de celle de Fréménil, n'en était pas moins digne du plus grand intérêt.
Le parti adopté par l'architecte était exactement le même qu'à Fréménil : ouverture flanquée de deux colonnes corinthiennes, niche abaissée au niveau du tympan et encadrée par les deux courts rampants du fronton. Mais l'ornementation était ici beaucoup plus sobre. Hormis le petit fronton à coquille qui coiffait la niche, elle ne se manifestait qu'au niveau du linteau, de manière très originale, il est vrai. Ce dernier comportait en effet une longue inscription incisée, disposée sur deux lignes et dont voici le texte : LAUS IMMENSA DEO, REQUIES AETERNA SEPULTIS, PAX VIVIS, TU NOSTRI MISERERE DEUS (Dieu soit loué infiniment, qu'aux défunts soit accordé le repos éternel et la paix aux vivants; Seigneur Dieu ayez pitié de nous). Comme le relevait fort justement M. l'abbé Choux, si l'on ne trouvait pas, à la suite de ce texte, avec la date de 1698, deux paires d'initiales qui indiquent un ménage, on penserait plutôt à la demeure d'un curé qu'à celle d'un cultivateur!
Voici donc, là encore, une belle œuvre de la fin du XVIIe siècle. La maison ornée de cette porte a été incendiée en avril 1987 et la porte démontée par son acquéreur vient d'entrer, par achat, dans les collections du Musée lorrain où elle trouvera place dans la seconde partie du Musée des arts et traditions populaires des Cordeliers, lorsque l'aménagement complet sera enfin achevé.
L'ancienne église d'Herbéviller, qui avait été construite au début du XVIIIe siècle, possédait un portail à colonnes et fronton brisé d'une inspiration très voisine de celle de la porte que nous venons d'étudier, au point qu'on a émis l'hypothèse qu'ils étaient tous deux l'œuvre d'un même artiste. Ce portail a disparu en 1914 dans les ruines de l'ancienne église.
Notons enfin la présence, non loin de l'église, au n° 2 de la rue de Saint-Martin, d'une petite porte à chambranle mouluré, datée de 1703. Il semble que cette porte ait été réinsérée dans une construction moderne après que la maison dont elle faisait partie à l'origine eut été détruite, vraisemblablement lors du premier conflit mondial. Les rampants du fronton, abîmés, n'ont pas été repris. Cette porte est surtout intéressante par les élégants rinceaux qui ornent son linteau.
Plus haut, Saint-Martin, Domèvre, presque entièrement détruits lors de la Première Guerre mondiale, n'ont conservé que peu de maisons anciennes; celles qui subsistent ne présentent aucun intérêt pour notre étude. Nous quitterons donc la vallée de la Vezouze pour gagner Reherrey.
Ce petit village est situé dans la vallée de la Verdurette, à quelque cinq kilomètres en amont d'Ogéviller. A cet endroit, la vallée est bien ouverte, et offre un reposant paysage de prés et de boqueteaux, doucement animé de molles et amples ondulations. Aussi, contrairement à ses proches voisins, Vaxainville et Pettonville, Reherrey a-t-il pu adopter une position moins ingrate, en s'établissant sur le versant exposé au midi.
Outre une très belle croix ancienne, on peut voir à Reherrey une porte à colonnes, dans la façade de la maison sise au n° 17 de la Grande rue. Rigoureusement identique, dans sa partie inférieure, à celle de Fréménil, cette porte s'en distingue toutefois par la position et l'ornementation de sa niche. Cette dernière, étroitement apparentée à la niche de Manonviller (toit sculpté, ornements en forme de consoles renversées), est en effet placée au-dessus du tympan, comme dans les portes à chambranle mouluré, bien que la présence du fronton à courts rampants eût, ici encore, autorisé l'adoption d'une disposition différente. Il en résulte un meilleur équilibre dans les proportions, et, croyons-nous, plus de grâce que dans les autres réalisations du même type.
La porte de Reherrey marque cependant un net recul par rapport aux autres portes monumentales, et annonce déjà la décadence. C'est ainsi que, au-dessus des colonnes au fût un peu grêle, le linteau présente, pour toute ornementation, deux paires d'initiales et la date de 1707, sommairement gravées.
Avec cette incursion dans la vallée de la Verdurette, s'achève la promenade qui nous a conduits à visiter la quasi-totalité des villages du cours moyen de la Vezouze. Sur le chemin du retour vers Lunéville, nous pourrons cependant nous arrêter quelques instants à Marainviller. Dans le petit groupe de maisons anciennes que la route nationale sépare du reste du village, au n° 9 de la rue Charles Chatton, nous trouvons en effet une dernière porte à colonnes.
Par l'agencement de son chambranle, cette porte est, à quelques détails près, l'exacte réplique des autres réalisations du même type. Par l'ornementation de son tympan, elle s'apparente étroitement à la porte de Fréménil (coquil-


Porte de 1707 à Reherrey

les occupant l'espace délimité par les deux rampants du fronton, soubassement de la niche décoré d'une rangée de cercles accolés). La seule particularité de la porte de Marainviller réside dans le fait que sa niche est dépourvue de toit. La présence d'une fenêtre, immédiatement au-dessus de l'entrée du logis, interdisait en effet que l'on reproduisît ici ce couronnement traditionnel.
Il convient de souligner, à propos de cette porte, la relative pauvreté de son ornementation; le linteau, en particulier, n'offre aux regards qu'une surface uniformément lisse. Cette circonstance, jointe à l'absence de millésime, rend difficile la datation du monument. Néanmoins, son étroite parenté avec la porte de Fréménil permet de faire remonter son érection aux années 1700-1710.

Eléments d'histoire et d'architecture

Nous venons de passer en revue les différentes portes monumentales de la vallée de la Vezouze; il s'agit à présent de faire la synthèse de nos observations.
La datation de ces portes ne pose pas de problème particulier, puisque, comme on l'a vu, on trouve presque toujours un millésime sculpté au niveau du linteau ou du tympan.
Elles ont toutes été édifiées entre 1692 et 1707, les deux types apparaissant presque simultanément.
Il convient d'insister sur le fait que nous ne nous sommes arrêté qu'aux plus belles réalisations de l'un et l'autre type. En effet, s'il n'existe pas d'autres portes monumentales qui soient antérieures à 1692, on en trouve quelques-unes qui ont été édifiées après 1710. Notons qu'elles se rattachent toutes au premier type (portes à chambranle mouluré). Nous en citerons un exemple pris à Domjevin, daté de 1717 (105, place de l'église), et un autre à Manonviller (au n° 11 de la rue principale), non millésimé, mais dont on peut situer l'érection aux alentours de l'année 1720.
Ces réalisations tardives ne méritent pas plus qu'une simple mention. Ce n'est pas qu'elles soient dépourvues d'intérêt, mais on constate chez elles un affaiblissement des caractères qui font la beauté des portes de la première période : réduction des dimensions et diminution de la vigueur de la mouluration du chambranle, fronton traité de manière plus sommaire (absence de motifs décoratifs sculptés) et avec moins de grâce.
L'exemple constitué par la porte de 1717 à Domjevin est, à cet égard, tout à fait significatif. Suppression de la moulure intermédiaire et simplification à l'extrême du dessin de la moulure extérieure du chambranle, absence de volutes aux rampants du fronton, réduction à deux larges coquilles de la décoration du tympan, font que cette porte, d'aspect pourtant encore monumental, se situe nettement en retrait par rapport aux chefs-d'œuvre de la charnière XVIIe-XVIIIe siècles.
Notons, en tout cas, que l'apparition de nos premières portes monumentales, vers 1690, coïncide très exactement avec la mort de Charles V et l'accession de son fils Léopold à la tête de la Maison de Lorraine. Une tâche immense attendait le nouveau souverain : la nécessaire reconstruction de nos villages, dévastés par les guerres entreprises contre la France, pendant
une bonne partie du XVIIe siècle, par son grand-oncle, le duc Charles IV. Et de fait, il s'y attela avec ardeur dès qu'il se trouva investi du pouvoir ducal.
Tout au long de son règne, le duc Léopold manifesta un goût prononcé pour les belles constructions. Aussi pourrait-on être tenté de voir, dans la mode des portes monumentales qui a touché les villages de la Vezouze dans les toutes dernières années du XVIIe siècle, une manifestation de la politique d'embellissement de la Lorraine, conduite par Léopold.
Mais ce serait oublier que, de 1670 à 1697, la Lorraine, occupée par les troupes du roi de France, fut administrée par ce dernier, et que ce n'est qu'en 1698 que Léopold quitta Vienne, où il vivait réfugié avec sa famille, pour rentrer en Lorraine et prendre effectivement possession de ses Etats, conformément aux dispositions du traité de Ryswick, signé un an plus tôt.
Force est donc d'admettre, avec Emile Ambroise, que l'apparition des portes monumentales « s'est produite spontanément, et a devancé l'ère de rénovation et de paix qui a rendu cher aux Lorrains le règne de Léopold ».
Quels pouvaient donc bien être les premiers propriétaires de ces belles maisons d'habitation, ornées de portes monumentales ? Ces portails d'apparat avaient-ils été réalisés pour le compte de riches marchands, de bourgeois fortunés ?
Nous avons déjà répondu implicitement dans notre introduction. Il ne s'agit ici que de maisons paysannes; la présence systématique, à côté de l'ouverture du logis, d'une vaste porte de grange, l'atteste suffisamment. C'est donc bien, en définitive, à un rapide accroissement de la richesse de nos campagnes dans le dernier quart du XVIIe siècle qu'il faut imputer l'éclosion de la mode des portes monumentales.
Phénomène bien singulier, en vérité, que ce brusque passage de la misère la plus noire à l'opulence la plus raffinée! Il semble que l'occupation française et la véritable révolution agricole qui en résulta, avec l'introduction de cultures et de procédés culturaux jusque-là inconnus en Lorraine, aient joué ici un rôle déterminant.
Si nous cherchons à caractériser nos portes monumentales du point de vue architectural, nous nous trouvons placés dans l'embarras.
Elles se rattachent incontestablement au style baroque, qui fit son apparition en Italie à la fin du XVIe siècle et se maintint jusque vers 1730, en diffusant largement en France. En effet, le fronton brisé à rampants terminés par une volute et soutenant ou encadrant un petit tabernacle, dont nous avons relevé la présence de manière constante, est un élément caractéristique du style baroque.
De même, les moulures à crossettes et les colonnes à chapiteau corinthien sommé d'un ressaut de l'entablement, dont nous avons vu qu'elles encadraient tour à tour l'ouverture de nos portes monumentales, se rencontrent fréquemment dans les édifices de la période baroque. De ce point de vue, ces portes s'inscrivent donc dans le droit fil de la mode architecturale de la période où elles ont été édifiées.
En revanche, le détail de leur ornementation fait davantage penser au style Renaissance. Cartouches rectangulaires, frontons curvilignes à coquille, rinceaux et dessins géométriques sont en effet des motifs décoratifs traditionnels de ce style d'architecture, né dans l'Italie du XVe siècle et qui puisait son inspiration dans l'art de la Grèce et de la Rome antiques.
On peut, à juste titre, s'étonner de voir le style Renaissance faire ainsi son apparition dans l'architecture rurale de la Lorraine des années 1700, alors qu'il avait pénétré en France au début du XVIe siècle et y avait cédé la place au style baroque dès le début du siècle suivant. C'est ici qu'il faut s'interroger sur l'origine des artistes qui ont participé à l'érection de nos belles portes monumentales.
Aucune étude systématique n'a encore été entreprise sur ce sujet. Quelques recherches ont cependant permis de dégager un certain nombre de données qui sont de nature à nous fournir des indications intéressantes. Les registres paroissiaux de Herbéviller mentionnent, à la date de 1699, le baptême de Pierre, fils de Pierre Auchard, maître-sculpteur, et, en 1700, le décès, à l'âge de soixante ans, de Jean-Jacques Gras, suisse italien et maçon de son état, dont on sait qu'il avait alors avec lui un neveu prénommé Jacques. A Domjevin, on relève, à la date de 1733, le nom de Christophe Philibert, architecte originaire d'Yverdon, en Suisse.
Ainsi donc, il est établi que, à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, il se trouvait, à Herbéviller et Domjevin, les deux villages où l'on peut voir le plus grand nombre de portes monumentales, et qui sont situés au centre de l'aire de diffusion de ce type de constructions, des architectes, maçons et sculpteurs originaires de Suisse ou d'Italie du Nord. On ne saurait affirmer que ces hommes sont précisément les auteurs de nos portes monumentales, mais de fortes présomptions inclinent à le penser. En effet, on ne retrouve plus leur nom dans les
actes ultérieurs; il s'agirait donc bien d'artistes venus spécialement dans notre région pour y prendre part à la reconstruction des villages détruits, et qui seraient ensuite retournés dans leur pays d'origine.
Plus intéressante encore, et toujours dans le même sens : l'indication fournie à Edmond Delorme par l'abbé Hatton, ancien curé de Domjevin, selon laquelle certaines des portes monumentales de ce village seraient dues à des maîtres-maçons italiens ayant nom Dulci et Haléguo, qui se seraient installés dans la région du début du XVIIIe siècle et y auraient fait souche.
Dès lors, on peut penser que ces artistes étrangers, principalement originaires d'Italie, ont voulu recréer dans notre région les belles réalisations architecturales qu'ils avaient eu l'occasion d'admirer dans leur pays d'origine. S'inspirant à la fois des constructions de l'époque (de style baroque) et d'autres plus anciennes (constructions Renaissance), ils ont alors donné naissance à un style d'architecture rurale tout à fait original, que d'aucuns n'ont pas hésité à baptiser « style italo-lorrain du XVIIIe siècle » (Delorme).
Cette attitude nous semble d'ailleurs parfaitement justifiée. Force nous est, en effet, de reconnaître que, en dépit de la coexistence de deux types dont nous avons parlé, les portes monumentales de la vallée de la Vezouze présentent une remarquable homogénéité d'ensemble, et se distinguent très nettement des belles réalisations contemporaines que l'on trouve, isolées, en divers autres points de l'est de la Lorraine.
C'est précisément cette homogénéité d'ensemble qui, alliée à la haute qualité de l'inspiration et au soin apporté à la réalisation, fait tout l'attrait de nos belles portes monumentales.
Puissent-elles, dans un proche avenir, susciter un regain d'intérêt au sein de la population locale, et bénéficier, de la part des pouvoirs publics, d'une protection bien légitime et qui leur fait encore si cruellement défaut !

Ouvrages et articles consultés :
Emile Ambroise, Les vieux châteaux de la Vezouze, dans Le Pays Lorrain, 1908-1909.
Jacques Choux, Portes de maisons rurales à fronton monumental dans l'est de la Lorraine, dans Art populaire de France, Strasbourg, 1960, pp. 37-47.
Edmond Delorme, Lunéville et son arrondissement, Luné- ville, 1927, 2 vol.; réimpress. Marseille, 1977.
Claude Gérard, L'architecture rurale française, vol. 5 (Lorraine), Paris, 1981.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email