BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

Extraits d'Historiques de régiments 1914-1918

10ème Cuirassiers - 168ème régiment d'infanterie - 7ème régiment d'artillerie à pied - Parc d'artillerie de la 14e division


10ème Cuirassiers

[1914]
Le Régiment arrive à Charmes le 2 août et se dirige vers Azerailles, sur La Meurthe.
La Division se porte les jours suivants sur les hauteurs dominant la rive droite de la rivière en bordure de la forêt de Moudon et revient cantonner à la tombée de la nuit le long de la rivière, pour repartir le lendemain à l'aurore.
C'est là, dans les champs de Lorraine, que l'on apprend la nouvelle de la Déclaration de la Guerre.
La 6ème D. C. fait partie, avec les 2ème et 10ème D. C. du C. C. Conneau intercalé entre les Ière et IIème Armées. Constamment alertée, elle couvre les débarquements du 6ème Corps d'Armée.
Tous les jours des reconnaissances d'Officiers partent vers la frontière.
Le 14 Août, sur le plateau de Vého, les patrouilles de combat signalent une Brigade de Cavalerie bavaroise.
La formation de combat est aussitôt prise : « Sabre à la main ! » On va charger !
Comme une trombe, nos Escadrons traversent Vého.
A terre gisent des harnachements, des sacoches, qui ne sont pas nôtres.
L'ennemi n'est pas loin ; mais sans doute renseigné par ses Avions qui nous survolent déjà, il refuse le combat que nous lui offrons, et seules nos batteries peuvent le saluerde quelques obus.
Cependant notre Infanterie, que l'ennemi n'a pu troubler dans ses débarquements et sa concentration, s'approche de nous.
C'est le moment de partir vers l'Est.
Le 17 au soir, le Régiment franchit la frontière et reste toute la nuit la bride au bras.


168ème régiment d'infanterie

[1915]
LE SECTEUR DE REILLON
Dès les premiers jours de novembre, la 128e D.I. glisse vers l'Est.
Le Régiment se rend, par étapes successives, dans la région de Rambervillers : période d'exercice et de réorganisation qui se prolonge un mois.
Le 3 janvier 1916, le 168e R.I. monte en ligne, dans le secteur de Reillon-Blemerey. Dans son ensemble, ce coin est calme ; les positions que le Régiment occupe, sur la rive droite de la Vezouze, à part quelques endroits fameux, comme le Zeppelin, où, par suite de la proximité des lignes, torpilles et obus s'écrasent sans relâche, ne sont bombardées que par intermittences ; mais c'est le domaine de la boue et de l'eau.
Le Régiment se met au travail, il organise, boise, creuse sans arrêt.
Au début de février, à l'heure de la grande offensive de Verdun, l'ennemi exécute, sur le front du Régiment, une puissante diversion d'artillerie.
Les 11, 12 et 13, le bombardement est d'une violence inouïe.
Le 13, au Zeppelin, l'ennemi attaque.
Les Compagnies Vauthieu (11e) et Massie (3e) tiennent les lignes, elles se défendent avec énergie et repoussent les tentatives ennemies.

Le Sergent CHABERT, de la 3e Compagnie, repousse à lui seul, à coups de fusil, une équipe de bombardiers allemands, puis prend le commandement de sa Compagnie, la regroupe et contribue à enrayer momentanément la contre-attaque.
Elles sont toutes deux citées à l'Ordre (1.)
Puis, le secteur reprend sa physionomie habituelle.
Jusqu'à la fin de juin, il n'y aura à signaler, pour le Régiment, qu'un coup de main, exécuté par l'ennemi sur le secteur voisin, qu'occupent les territoriaux ; la 7e Compagnie, appelée à la rescousse, monte en hâte et, après une heure de combat, récupère le terrain perdu.
Le 9 juin, la Division est relevée et le 168e R.I. se porte dans la région de Xermamenil-Lamath.
On y procède à l'intérieur du Corps à divers remaniements.
Le Dépôt divisionnaire est constitué ; les 4e, 8e et 12e Compagnies passent à cette formation.


7ème régiment d'artillerie à pied

1er mars 1916 - 1er septembre 1917

La 11e batterie du 1er R.A.P. quitte ce front en septembre 1915 et vient prendre position en Lorraine dans le secteur actif de Veho-Reillon. Elle voisine avec la 6e batterie du 3e R.A.P. Cette dernière, composée également d'éléments territoriaux, a parcouru déjà une grande partie du front de Lorraine. Elle a fait des travaux de défense de 1re ligne; elle a été employée dans différents secteurs; et les témoignages de satisfaction que lui a décernés le commandement prouvent qu'elle a su, dans des emplois, peut- être modestes, mais souvent dangereux, donner le maximum de rendement. Armée dans la suite d'un matériel court, elle aide efficacement à enrayer les attaques ennemies dans la région de Leintrey (septembre 1915) et à reprendre les quelques parcelles de terrain dont les Allemands s'étaient emparés par surprise, au prix de pertes élevées.


Parc d'artillerie de la 14e division

[1918]
V - LA LORRAINE
Relevé le 3 janvier, le P.A.D. 14 embarque le 9 à Nançois-Trouville et débarque le 11 à Châtel-Nomény (Vosges).
Le 13, les sections rejoignent leur cantonnement à Préville et Loromontzey. Jusqu'au 3 février, la division demeure en réserve dans la région de Bayon et exécute plusieurs manoeuvres au camp de Saffay.
Le 4 février, on monte en ligne dans le secteur Remabois-Leintrey-Reillon-Chazelles.
L'ennemi annonce à grand fracas une grande attaque pour le printemps.
On s'attend à quelque chose en Lorraine.
Les premières journées sont calmes, mais bientôt les coups de main se multiplient ; les batteries sont vigoureusement contre-battues à obus explosifs et toxiques, les pistes et routes harcelées sans relâche.
On hâte fébrilement l'organisation du secteur, car tous les renseignements confirment que si une attaque n'est pas imminente et certaine, elle est très possible.
L'infanterie renforce et réorganise ses installations, l'artillerie construit partout de nouvelles positions qui sont approvisionnées.
C'est une période de travaux actifs ; le 11 mars, la 42e Division américaine (Illinois et Ohio) est mise en secteur. Les unités américaines sont intercalées dans les formations françaises.
Le 149e régiment d'artillerie (Chicago) occupe plusieurs positions de batteries. Après trois semaines, ces troupes qui ont reçu le baptême du feu et se sont fort bien comportées, sont relevées pour aller occuper leur secteur américain.
Dans les derniers jours de mars, l'ennemi voulant toujours donner le change sur ses véritables intentions, redouble d'intensité ses démonstrations et bombardements.
Enfin, le 30 mars, ordre de relève. Le 31 mars, départ du cantonnement de Chennevières pour Borville.
Le 4 avril, embarquement à la gare de Bayon.
Le 28 février, le capitaine LEMOINE avait pris le commandement du P.A.D. 14.
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email