BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Remède contre la rage - Herbéviller - 1762
 


Le Pays Lorrain
1919

Un remède contre la rage au XVIIIe siècle

Au XVIIIe siècle, les médecins étaient rares dans nos villages. Rebouteurs, chirurgiens et matrones les suppléaient. Vers 1760, la paroisse d'Herbéviller était administrée par Nicolas Faucheur qui, comme quelques-uns de ses confrères, se vouait non seulement au soin des âmes de ses ouailles, mais aussi celui de leur corps. Un médecin du même nom exerçait, vers le même temps, à Raon-l'Etape, et peut-être est-ce au contact de celui-ci, probablement son parent, qu'il avait pris goût aux choses de la médecine. Sur les registres paroissiaux, pour économiser le papier ou les conserver plus soigneusement à la postérité, il transcrivait ses recettes et ses observations médicales.
M. l'abbé Richard, curé actuel d'Herbéviller, a bien voulu nous en communiquer quelques-unes, dont nous extrayons celle-ci, relative à la rage. En septembre 1762, deux chiens du château de Lannoy et un cheval d'Ogéviller avaient été mordus par un chien hydrophobe. Nicolas Faucheur, qui cumulait ses fonctions de médecin avec celles de vétérinaire, fut appelé; il guérit les deux chiens, mais le cheval devint enragé, son maître ayant méprisé l'usage du remède ». Ce remède, « approuvé des docteurs », avait été tiré, par le brave curé, des Mémoires de Trévoux. En voici la recette, scrupuleusement transcrite
« 1° On a qullis du mouron à fleure rouge, commune dans les champs et ailleurs ; faite sécher cette herbe et sa tige à l'ombre et conservez-la dans des sachets épais.
« 2° Usage dans le besoin, réduisez cette herbe en poudre, donnez-en à la personne mordue, depuis 30 grains (1), dans de l'eau distillée de la même herbe ou dans un peu de thé ou bouillon, et qu'elle s'abstienne de boire et manger pendant 2 heures pour plus de sûreté, réitérez la dose au bout de 8 ou 10 heures et même le lendemain.
« 3° La dose des chevaux, vaches, brebis, chiens, etc., est depuis 60 grains jusqu'à 120, sur un peu de pain meslée avec un peu de sel ou d'alun, ou simplement dans un peu d'eau tiéde.
« 4° Donnez-en par précaution aux animaux (qui) auront approché les mordues ou leur paturage. »
Il existait d'autres moyens de combattre le redoutable fléau dont Pasteur a triomphé. C'étaient les pèlerinages à saint Hubert d'Ardenne ou d'Autrey ou le recours aux descendants du patron des chasseurs. Nous renvoyons, pour plus amples renseignements, à l'intéressant article publié par M. Fourier de Bacourt, dans le Pays lorrain, 1912, p. 4.

(1) Le grain est le poids du grain de poivre.

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email