BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Membres de la Chambre des Comptes de Lorraine
 


Biographie de la Chambre des comptes de Lorraine
Comte Antoine de Mahuet
Nancy, 1914

BUSSELOT (CHARLES-HENRI),fils de Nicolas-François, « tailleur des bois de nos salines de Dieuze », et de Marguerite Fériet, né le Ier décembre 1695, sgr de Vaucourt et d'Haraucourt, épousa: 1°, le 1er janvier 1723, Louise-Barbe Thibault de Ménonville, décédée en 1729, fille de Louis, commissaire des guerres à Vic, 2° à Metz, le 16 novembre 1745, Jeanne-Françoise Gillet de Vaucourt, décédée à Metz, le 13 septembre 1773, fille de Charles-Joseph, président du bureau des finances de Metz, et de Marie-Thérèse de Parisot ; il mourut en cette ville, le 27 septembre 1762.
Famille anoblie le 15 février 1578.
ARMES : D'azur à la voile d'argent, périe en pal ; l'écu semé d'étoiles d'or.
Président des trésoriers de France, intendant des finances et gabelles de la généralité de Metz le 29 janvier 1748, avait reçu une expectative de conseiller et d'auditeur à la Chambre des comptes de Lorraine, le 25 juin 1721, lettres enregistrées le 20 mars 1722, devint réformateur des eaux et forêts au département de Pont-à-Mousson.

GLAUDEL (ADRIEN), fils de Joseph-Noël, et de Barbe Brenon, né à Reillon, le 30 novembre 1742.
Nommé procureur à la Cour et à la Chambre, à la place de Charles-Nicolas Christophe, le 31 août 1767, avec dispense d'âge, mais ne pouvant exercer que lorsqu'il aura atteint sa majorité.

HENRY (MELCHIOR), anobli par Charles-Quint, le 5 août 1551, sgr de Seichamps, épousa, le 8 avril 1551, Jenon Friche, fille de Jean, et de Barbe Baxart ou Baxay.
ARMES : De gueules à un bâton noueux d'or, péri en bande, accompagné de seize larmes d'argent, huit en chef, posées trois, trois, deux, et huit en pointe, posées deux, trois, trois.
Nommé, le 4 octobre 1563, registrateur des lettres patentes : « Comme il soit besoin pourvoir de personne idoine et stable pour avoir la charge de registrateur de nos lettres patentes, que naguère avait feu Quiriace Fournier, en son vivant trésorier général de nos finances de Lorraine et Barrois, sçavoir faisons que nous, ayant pleine confiance des sens, loyauté, preud'hommie, diligence et bonne expérience en la personne de notre amé et féal conseiller et secrétaire de nos finances et commandements, Melchior Henry, à icelui, pour ces causes et autres à ce nous mouvant, et en considération mêmement des services continus et agréables qu'il nous a faits en sa charge et autrement, lui avons donné et octroyé, donnons et octroyons, de grâce spéciale, par ces dites patentes la charge et office de registrat pour dorénavant... ». Il fut aussi surintendant du comté de Blâmont et de la seigneurie de Deneuvre, conseiller et secrétaire d'État ; on lit dans les lettres de nomination de Simon Fournier, comme auditeur à la Chambre des comptes, et datées du 29 septembre 1583 : « Notre amé et féal conseiller et secrétaire d'État, Melchior Henry, nous a humblement fait remontrer qu'étant souventes fois travaillé des gouttes et autres infirmités corporelles, il ne pouvait s'acquitter actuellement du devoir d'auditeur desdits comptes, comme il le serait attenu, désirant néanmoins, qu'à son défaut, notre service ne fût retardé, suppliait qu'il nous plût de le décharger dudit état et pourvoir notre amé et féal conseiller et secrétaire ordinaire, Simon Fournier, docteur en droit, son beau-fils... ». Il avait été envoyé, le 19 avril 1567, vers l'empereur Maximilien II, pour traiter du mariage de Guillaume de Bavière avec Renée, fille du duc Charles.

MILLET (CLAUDE- DAGOBERT), fils de Dagobert, et de Marguerite de Daquigny, ou Haguigny, maintenu, le 3 octobre 1699, dans la noblesse de son père, sgr d'Igney et de Maidières, épousa Françoise Chevalier, et mourut à Nancy, le 7 juillet 1729.
ARMES : De gueules à la licorne passante d'argent, au chef d'azur chargé de trois épis de millet d'or.
Licencié en droit le 29 mai 1684, substitut du procureur général au bailliage de Pont-à-Mousson, conseiller au bailliage de Vosges, promoteur de l'Université de Pont-à-Mousson, le 7 mars 1706, à la place de Didier Etienne: « Les ducs, nos prédécesseurs, ayant un soin particulier de prévenir les désordres et débauches qui pourraient se commettre par l'insolence d'aucuns écoliers étudiant en notre Université de Pont-à-Mousson, à ce sujet, créé diverses ordonnances et règlements et notamment par le duc Charles III, qui soit en gloire, lequel ayant par un édit du 7 avril 1579, créé et établi en ladite Université, un état et office de promoteur » Il touchait 200 francs de gages. Devint, le 30 mai 1708, conseiller et auditeur à la Chambre des comptes, puis, le 20 juin 1722, conseiller d'Etat.

RENNEL (CHARLES), fils de Bonaventure, et de Françoise Boileau, sgr de Saint-Martin, Lupcourt, Hoéville, épousa, le 17 mars 1589, Renée Henry, née le 16 mars 1573, fille de Melchior, sgr de Seichamps, auditeur des comptes, et de Jenon Friche, il mourut, en 1637, sans postérité.
ARMES : D'azur à la croix ancrée d'or chargée en coeur d'un tourteau de gueules.
Trésorier du cardinal de Lorraine, conseiller et auditeur à la Chambre des comptes le 14 mars 1595, résigne cet office faveur de son neveu, Jacques Henry, qui est nommé le 12 septembre 1619 ; était conseiller d'État et faisait partie du Conseil de ville de Nancy, en 1612.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email