BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Badonviller Marsch


L'univers israélite - 21 février 1936
La réplique d'un Juif lorrain à la « Badonviller-Marsch »

On n'a pas oublié que le dictateur allemand a fait choix, avec un tact qui mérite d'être souligné, de la « Badonviller-Marsch » comme hymne officieux, sinon officiel, et qui doit être exécuté lors de chaque déplacement du Führer.
La « Badonviller-Marsch » fut composée au soir de la bataille du Donon, au début d'août 1914, alors que les Bavarois du prince royal, avant de s'illustrer un peu plus tard et dans les tristes conditions que l'on sait, à Gerbéviller, soutinrent, contre une poignée de chasseurs du 20e bataillon, un combat particulièrement dur.
Outrés de la résistance des diables bleus, les Bavarois se vengèrent d'une façon honteuse sur la population civile de Badonviller, où ils entrèrent après la retraite de la courageuse arrière-garde française.
La ville fut pillée, puis incendiée, et nombre de ses habitants, dont la femme du maire, passés par les armes.
On voit que la « Badonviller-Marsch » est, pour les Allemands, un symbole dont ils ont lieu de s'enorgueillir.
C'est pour relever le gant, qu'un de nos bien sympathiques coreligionnaires, M. André Veil, industriel à Blamont, a composé, à son tour, une nouvelle marche militaire « La Revanche de Badonvïller ».
M. André Veil est une personnalité très connue en Meurthe-et-Moselle. Ancien combattant, officier de réserve, il est, en outre, membre du comité de patronage du Collège de Jeunes Filles de Lunéville, et proche parent de M. Pierre Caen, le distingué président de la communauté israélite de Blamont.
La première audition de « La Revanche de Badonviller » a donné lieu à une imposante manifestation patriotique, organisée sur les lieux mêmes où s'exerça, il y a 22 ans, la fureur germanique.
Accompagnée de M. André Veil et d'une délégation du Conseil municipal de Blamont, la fanfare « la Blamontaise » s'est rendue dimanche 16 février à Badonviller, faisant hommage de la première audition de « La Revanche de Badonviller » aux glorieuses victimes militaires et civiles de la cité martyre.
Nous sommes heureux de joindre nos félicitations à celles, très nombreuses, qui furent prodiguées dimanche à M. André Veil.

P. LANG


Le Matin - 12 avril 1939

La Marche de Badonviller, hymne préféré du Führer fut écrite en 1914 en France par un chef de musique allemande
NANCY. 11 avril. - Téléph. Matin. - On sait que la Marche de Badonviller est l'hymne préféré du chancelier Hitler et que, le 15 janvier dernier, il l'éleva par décret, au rang des hymnes nationaux allemands En réalité, très peu de gens en connaissent l'histoire.
Un des quatre citoyens d'honneur de Badonviller - la cité-martyre de Meurthe-et-Moselle - M. Eugène Berger, président des anciens combattants du 358e R. I., nous a donné, sur les origines de la marche fameuse, des explications :
- Le 12 août 1914, Badonviller voyait brûler son église et quatre-vingt-quatre maisons. Le feu fut mis par les Bavarois, au moyen de torches, maison par maison. En même temps et sans raison, ils tuaient douze- civils, âgés de 15 à 81 ans.
Le 13 août, l'ennemi se repliait sous la pression de nos troupes. Or, la veille de ce départ, trois soldats du régiment d'infanterie du roi de Bavière, voulurent trouver un dérivatif aux scènes d'horreur de la journée
C'est, à ce moment précis, le soir du 12 août 1914, que Georges Furst, chef de musqique du 16e régiment, composa une marche qu'il appela « Badenweiler Marsch » et qui, dans la suite, devait acquérir le retentissement que l'on sait.
Le capitaine von Bothmer et le caporal Sanktus écrivirent aussitôt, sur cette musique, des couplets qui en dehors de leur intention guerrière, ne signifient rien.
Georges Furst donna la primeur du « Badenweiler Marsch » le 25 décembre 1914 au cours d'un concert militaire, sur la place du Marché, à Péronne. L'armée allemande l'adopta et l'auteur fut décoré.
Le Führer, qui servit, dans les derniers temps de la guerre, au 16e régiment bavarois d'infanterie - autrement dit le « Régiment des gardes au corps » devait retenir cette marche.
La ville de Badonviller a donné à cette manifestation la réplique qui convenait. Un ancien combattant, M. André Veil, industriel à Blâmont (Meurthe-et-Moselle), a composé un hymne « La revanche de Badonviller », qu'il a dédié aux morts et aux martyrs de la cité.


NDLR : La Badonviller-March, l'une des plus célèbres marches allemandes du XXème siècle, a été composée en 1914 par le musicien militaire bavarois Georg Fürst (1870-1936) pour le régiment royal d'infanterie bavaroise (Königlich Bayerisches Infanterie-Leib-Regiment).
Le titre rappelle la « bataille » du 12 août 1914 à Badonviller en Lorraine, considérée comme une première victoire contre les Français, alors qu'en réalité les troupes bavaroises se sont livrées ce jour là à des exactions contre des civils, en prétendant agir par représailles contre des francs-tireurs. Les paroles de la marche évoquent un combat inégal opposant les braves soldats allemands et l'ennemi caché et sournois :
« Da weicht der Gegner : Sieger sind die Bayern,Obgleich sie kämpfen gegen Übermacht :Doch solche Helden schreckt nicht Zahl noch Tücke,Sie siegen oder sterben in der Schlacht ! »
(« La l'adversaire est repoussé : Les vainqueurs sont les Bavarois, bien qu'ils se battent contre des forces écrasantes: Mais de tels héros ne sont effrayés ni par le nombre ni par la perfidie, Ils vainquent ou meurent au combat! »)

Cette marche était effectivement la préférée d'Adolf Hitler. Elle sera très souvent exécutée lors de la période nazie et le titre original sera remplacée par celui de consonance allemande « Badenweiler-Marsch »

On lit même dans le Times du 5 juin 1939, qu'Hiltler se réservait l'usage de cette marche pour ponctuer ses apparitions publiques : « Goose-stepping Nazis have long marched smartly to the brassy, thumpy music of the Badenweiler march. No. 256 in the catechism of German Army marches, it was composed on the battlefield in 1914 by Bandmaster Georg Furst of Adolf Hitler's Bavarian Regiment. Herr Hitler first heard it at the Munich Hofbrauhaus, whose themesong it was. Bawled out by leather-lunged Bavarians while beer mugs banged the tables, the Badenweiler soon became a favorite of Führer Hitler.* Later as a prop for such doggerel as:
Swastika shines from rock to sea,
Brethren to work, true to the Führer.
it was used to herald Chancellor Hitler's arrival at big Nazi meetings.
Last week Propaganda Minister Goebbels signed a police order, forbidding the Badenweiler march to be played except at functions Führer Hitler is attending, and only in the Führer's presence. Penalty for playing it without Hitler: 150 marks fine or six weeks in a Nazi jail.

* Worried musical observers report that Adolf Hitler is forsaking Wagner for such tuneful fluffiness as Franz Lehar's The Merry Widow.
 »

Ecoute de la "Badonviller Marsch"


 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email