BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 

Retour à la liste de la Semaine religieuse


La Semaine Religieuse du Diocèse de Nancy & de Toul
Ed. Nancy

- 1926 -



2 janvier 1926 - n° 1 - p. 6
Journées d'oeuvres féminines
[...]
Mlle Danguy termina en félicitant Nancy d'être entrée dans la voie et en souhaitant que le mouvement syndicaliste chrétien se développe dans la région.
C'est aussi, on ne l'ignore pas, le voeu du Premier Pasteur du Diocèse. Ce rapport eût mérité un fécond échange d'idées; mais on ne disposait plus que de quelques minutes : ce fut pour entendre une communication de Mlle SCHULER, professeur aux Cours secondaires de la rue Saint-Léon, sur le Syndicat, des Institutrices libres de la Région lorraine, qui s'est fondé en 1925, compte actuellement 70 membres et vient d'acquérir, dans d'excellentes conditions, une maison de vacances et de convalescence, à Blâmont (1). Sa Grandeur, M. le vicaire général Jérôme, directeur diocésain de ]'Enseignement, M. le chanoine Eugène Martin. inspecteur diocésain des Ecoles libres ont vivement encouragé cette oeuvre, en faveur de laquelle se prépare une Vente de charité, pour lu fin de janvier, dans les galeries de la Salle Poirel.
Monseigneur dit ne point douter que cette Vente ne réussisse parfaitement : le sort de nos dévouées institutrices libres est si digne d'intérêt ! [...]

(1) les Statuts ont été publiés, en supplément dans la Liaison lorraine, feuillet bimestriel de l'Enseignement primaire chrétien du Diocèse de Nancy, décembre 1925


6 février 1926 - n° 6 - p. 100
Vente-Kermesse en faveur des Institutions libres
La Vente-Kermesse. organisée dans les Galeries de la Salle Poirel, en faveur des Institutions libres et de leur Maison de repos, qui va être ouverte à Blâmont, a commencé Jeudi, avec un grand succès, et va se poursuivre aujourd'hui Samedi et demain Dimanche, dans l'après-midi.
La plupart des institutions de Jeunes Filles de Nancy, l'Ecole professionnelle Sainte-Anne, les Noelistes, le Groupe des Etudiants catholiques, les principaux artistes du Théâtre y apportent leur concours empressé, ainsi que de très nombreuses vendeuses. Il y a là un impressionnant plébiscite, en faveur de l'Enseignement libre, et un émouvant témoignage de gratitude à l'égard du si méritant personnel enseignant de nos écoles et institutions chrétiennes.


13 février 1926 - n° 7 - p. 110
Vente-Kermesse en faveur des Institutrices libres
Vers la fin de la dernière année scolaire, sous l'inspiration de Mademoiselle Guillaume, directrice des Cours secondaires St-Léon IX, nièce de Monseigneur l'Evêque de Strasbourg, et avec les encouragements de Monseigneur l'Evêque, de M. le vicaire général Jerôme, directeur diocésain de l'Enseignement libre, du Bureau de l'Association des Institutrices, fondée par les Dames du Cénacle et du Conseil d'administration de l'Abeille lorraine, caisse de retraite pour les Institutrices libres, un Syndicat des Institutrices libres de la Région lorraine fut constitué, dont le but, disent les Statuts, élaborés de concert avec M. le vicaire général Thou venin et M. le chanoine Eugène Martin, inspecteur diocésain des Ecoles libres, est : 1° L'étude et la défense des intérêts professionnels et économiques du Syndicat. - 2° La création et le développement d'institutions d'assistance mutuelle et de prévoyance.
Parmi ces oeuvres d'assistance, après l'Abeille lorraine, dont la création remonte à plus de vingt ans, figurait en première ligne l'organisation d'une maison de repos pour les vacances, de convalescence et de retraite, en faveur des Institutrices et Professeurs des écoles et institutions de Jeunes Filles de la région lorraine, adhérentes au syndicat.
Une disposition de la Providence ménagea presque aussitôt l'acquisition, à des conditions exceptionnellement avantageuses, d'un assez vaste immeuble, à Blâmont.
Cette maison, il faut en payer le prix, l'aménager pour sa nouvelle destination, lui assurer quelque revenu, rémunérer le personnel qui en assumera la garde et l'entretien......
De plus, il faut songer à compléter l'oeuvre d'assistance de l'Abeille lorraine, qui a pour objet la retraite, par la formation d'une Caisse de secours mutuels, pour les cas de maladie.
C'est pour trouver les subsides nécessaires que fut résolue la tenue d'une Vente-Kermesse; et telle est la sympathie qu'excite le personnel si dévoué de l'Enseignement libre ; la reconnaissance qui se garde de ses bons services ; le désir de voir son recrutement facilité et le nombre de ses membres se multiplier, que, malgré tant de ventes précédentes, l'idée fut accueillie avec un véritable enthousiasme.
Les Cours et Institutions de Mlle BOUCHY ; de « Mmes BOYER »; de Mme DEVALLÉE; de Mlles MENESTREL et LECOQ (Institution Ste-Jeanne d'Arc); le Cours Notre-Dame; le Pensionnat Ste-Elisabeth; leurs anciennes élèves et les parents de leurs élèves rivalisèrent d'ardeur, pour fournir leurs comptoirs, de toutes sortes d'éléments «lucratifs ».
L'Ecole professionnelle Ste-Anne monta un jeu de massacre et diverses autres « attractions » ; les Noëlistes se chargèrent de la traditionnelle « pêche à la ligne » ; le Groupe des Etudiants catholiques prépara la représentation, à la Salle Saint-Paul, d'une pièce moderne: Atout coeur, d'après Félix Gandera, et des artistes du Théâtre municipal et du Conservatoire promirent leur concours gracieux.
La Presse locale fit à la Kermesse une fructueuse réclame.
Aussi, les trois Journées. jeudi 4 février, samedi 6 et dimanche 7, obtinrent-elles un succès très encourageant. Nous avons dit, samedi dernier. qu'elles furent un impressionnant plébiscite, en faveur de l'Enseignement libre, et un émouvant témoignage de gratitude à l'égard du si méritant personnel enseignant de nos écoles et institutions chrétiennes ; nous le redisons aujourd'hui, avec une conviction plus profonde encore et plus autorisée.
Avec leurs comptoirs, élégamment montés; leur vaste buffet, gracieusement paré de guirlandes et de fleurs; leurs girandoles d'ampoules électriques de toutes couleurs, les galeries de la salle Poirel offraient, ces trois après-midi, un très joli spectacle. A certaines heures, la foule se pressa si compacte qu'on avait peine à se frayer un passage et que les éventaires étaient littéralement pris d'assaut; mais les vendeuses se multipliaient - elles étaient bien une centaine ! - et tout le monde pouvait quand même satisfaire sa charité.
Le jeudi, pendant que la « Vente» battait déjà son plein, la salle Poirel fut insuffisante, pour contenir tous ceux qui voulaient jouir du concert, offert, sous la direction de Mmes Boulay et Matthieu, par Mlles Silice, Sandeyre et Pajot; Mmes Bodson et Lormont ; MM. Parmentier, Vallée, Fleurant, Hunziker, Desomer, tous artistes du Théâtre municipal ou du Conservatoire de Nancy.
Puisse la réconfortante réussite de ces trois belles et bonnes journées imprimer un élan nouveau à cette oeuvre importante de l'enseignement libre, à Nancy et dans le diocèse. C'est le voeu de Monseigneur l'Evêque, qui se ménagea la joie bien douce de visiter comptoirs et attractions, et qui exprima toute sa gratitude pastorale aux Organisatrices, aux Vendeuses et aux Artistes.
Ainsi encouragé, le Syndicat des Institutrices libres de la région lorraine pourra songer, non seulement à organiser ses oeuvres d'assistance. mais aussi à créer des Cours normaux pour la formation des futures maitresses de classes, des Cours de perfectionnement pédagogique, etc ... : ce à quoi visait l'Association lorraine de l'Enseignement chrétien, qui fondée, en 1907, pour leurs trois diocèses, par NN. SS. les Evêques de Nancy, de Saint Dié et de Verdun ; mais qui ne survécut point à la longue épreuve de la Grande Guerre. Pour cela, sans doute, de nouveaux subsides seront nécessaires; mais que n'est-on pas en droit d'attendre de la charité des Lorrains !
E.M.


6 mars 1926 - n° 10 -
Maison de Vacances pour les Institutrices libres
Nous avons dit combien fut encourageante, pour le personnel enseignant sr dévoué de nos écoles et institutions libres, la généreuse manifestation de sympathie dont la Vente-Kermesse, organisée par le Syndicat des Institutrices libres de la Région lorraine, au début de février, fut l'occasion (1).
Le produit de ces trois bonnes journées doit contribuer à procurer aux Institutrices, membres du Syndicat, une maison de repos, pour les mois de vacances; à leur assurer des secours, en cas de maladie et de convalescence; à augmenter le taux de leur retraite .....
Si beau qu'il ait été, il ne saurait suffire à des besoins généraux, pourtant bien urgents, de l' Enseignement libre, en nos régions, à savoir, le recrutement et la formation pédagogique du personnel enseignant ..... Mais la charité éclairée et inépuisable des Catholiques lorrains s'est affirmée tant de fois, que nous ne saurions douter. qu'informée de cette détresse, elle y pourvoira amplement. Nous pourrons, d'ailleurs, revenir un jour sur cette question vitale.
Aujourd'hui, il nous est agréable de donner quelques détails sur la Maison de Vacances que le Syndicat pourra ouvrir à Blâmont, dès l'été prochain.
Un concours providentiel de circonstances l'a fait trouver, en des conditions très favorables, à Blâmont, site salubre par excellence, au pied des premiers contreforts des Vosges.
C'est. une vaste maison d'habitation, à deux étages sur rez-de-chaussée, qui fut occupée, avant les lois d'exception contre les congrégations religieuses par une communauté de Soeurs de la Doctrine chrétienne et à laquelle ont été alors annexés un bâtiment neuf, renfermant quatre salles de classe, et un immeuble déjà construit, ayant une façade sur une autre rue.
Le tout comprend de 25 à 30 pièces, et certaines chambres pourraient recevoir deux lits.
Il n'y a toutefois qu'une courette, avec préau ; mais, tout en face, s'étend un vaste jardin, mis à la disposition du public, fort bien entretenu, avec de beaux ombrages sous lesquels sont disposés des bancs ..... Et Blâmont possède encore une autre promenade publique, et la vallée de la Vezouze offre de nombreux itinéraires d'excursions.
l .'6glise paroissiale est à proximité; la chapelle de l'hospice n'est pas très éloignée, et la population de la ville se montre très sympathique à l'oeuvre. Tout se présente donc au mieux.
Il s'agit maintenant de pousser les travaux de réparation, qui sont déjà fort avancés dans la maison principale; puis, de meubler, au moins sommairement, cuisine, salle à manger, salle de lecture, chambres à coucher. Il n'est pas besoin de dire que si des bienfaiteurs disposaient de meubles susceptibles de servir aux organisatrices, leurs propositions seraient accueillies avec reconnaissance.... De même, des revues dont on ne désire pas conserver la collection, des revues ou périodiques de l'année, s'entend.
Pour tout ce qui concerne le Syndicat et la Maison de Blâmont, on peut s'adresser à Mlle Guillaume, 44, rue des Tiercelins, Nancy.
Notons, en terminant, que le Syndicat des Institutrices libres de la Région lorraine, comme son nom l'indique, ne se borne pas à notre département; il est destiné également aux Institutrices libres des départements voisins, et il comprend déjà un certain nombre d'entre elles.
Chanoine Eugène MARTIN, Inspecteur diocésain des Ecoles libres.

(1) Voir la Semaine religieuse du 13 février.


3 avril 1926
Supplément - Société Coopérative de Reconstruction des Eglises du Diocèse de Nancy
Assemblée générale du 24 mars 1926


10 avril 1926 - n° 15 - p. 228
Journées Rurales
Les Journées rurales de ce printemps auront lieu, dimanche 2 mai, à Domèvre-sur-Vezouze et, le dimanche 30 Mai, à Pannes. Le Bon Grain en publiera le programme dans son prochain numéro.


24 avril 1926 - n° 17 - p. 276
Journées rurales
Contrairement à ce qui fut annoncé, la journée rurale de Domèvre-sur-Vezouze n'aura pas lieu le 2 mai, mais le jeudi 13 mai, jour de l'Ascension.
Messe paroissiale, à 9 h. 45. - Conférences, à 11 heures par le colonel LYAUTEY, sur le but des journées rurales et l'utilité des syndicats communaux ; et, à 14 heures, par M. Duriez, professeur d'horticulture, sur la Culture de l'osier.
La journée rurale de Pannes reste fixée au 30 mai.


24 avril 1926 - n° 17 - p. 276
Chronique des missions paroissiales
[...] Un confrère des Pères Petitdidier et Doron, le .R. P. ANTOINE, donna, du 22 novembre au 6 décembre, la Mission à Repaix. Cette série de prédications, fort bien suivie, suscita, dans ce village de 150 habitants, 86 confessions, dont 33 d'hommes et jeunes gens. Elle se termina par l'érection d'un Calvaire, sur la route d'Igney : et les fruits s'en prolongeront, grâce à une Congréation d'Enfants de Marie, qui, croyons-nous, doit s'agréger à l'Union Notre-Dame de Sion et profiter de ses feuillets mensuels; grâce aussi à des Associations de Mères Chrétiennes et d'Hommes de France au Sacré-Coeur, qui furent également instituées.
Igney, l'annexe, ménagea plus de consolations encore à M. le Curé de Repaix et au R. P. EVRARD, rédemptoriste. 42 familles. sur 48, procédèrent à l'intronisation du Sacre-Coeur de Jésus, Les exercices, qui avaient commencé le 6 décembre, devaient se terminer le 4e dimanche de l'Avent; à la demande générale, ils se continuèrent jusqu'à Noël, pour que les paroissiens eussent la joie d'une Messe de Minuit, qu'ils n'avaient pas goûtée depuis 25 ans. Sur 132 habitants, il y eut 94 adultes qui firent la Sainte-Communion, beaucoup à cette Messe émouvante. Un Chemin de Croix, acheté avec le produit d'une souscription, sera le souvenir durable de cette quinzaine de bénédiction, dont une Association d'Hommes de France et une Ligne de Dames, toutes deux sous le vocable du divin Coeur de Jésus, aideront à perpétuer le bienfait.


8 mai 1926 - n° 19 - p. 311
Chronique des missions paroissiales
[...] Combien fut entraînante la Mission que le R. P. VUILLAUME, de l'Ermitage, donna, de ce 31 janvier au 7 février, à Montreux, voici qui le montre péremptoirement : de 15 à 18 auditeurs du Père, hommes, jeunes gens et même femmes, tinrent à la prolonger, en venant, du 7 au 14, l'écouter, le soir, à Angomont... et ils avaient 4 kilomètres à faire, et les chemins étaient mauvais ! Une procession aux flambeaux, à travers les rues illuminées, porta en triomphe la statue de Notre-Dame patronne de la paroisse en son Assomption. Quelques personnes, seulement, ne se sont pas approchées des Sacrement. La Congrégation de la Sainte Vierge et les Dames Sainte-Anne assureront désormais le chant des Vêpres, dimanche, en cette annexe, actuellement confiée à M. le Curé de Bréménil. Presque tous les foyers sont consacrés au Sacré-Coeur de Jésus. Des hommes et des jeunes gens ont laissé espérer qu'ils viendraient, l'hiver prochain, prendre part à l'une des retraites de Cultivateurs, données à l'Errmitage. Une section de la Ligue patriotique des Françaises doit être établie, sous peu; elle l'est peut-être maintenant.


22 mai 1926 - n° 21 - p. 336
Pèlerinage à N.-D. de la Bonne-Fontaine à Domjevin
Lundi de la Pentecôte, à la Chapelle, Messe solennelle à 10 h 1/2 ; sermon donné par Is R. P. GROLLEAU - A l'église de Domjevin, à 3 h. 1/2, cantiques. Allocution aux pèlerins. Salut du Saint Sacrement.
La chapelle est accessible, depuis les stations d'Emberménil et de Laneuveville-aux-Bois, et, surtout, depuis la station de Domjevin, sur la ligne du chemin de fer Lunéville Blâmont Badonviller qui organisera, cette année, comme précédemment, des trains spéciaux ; les horaires en seront affichés dans les communes.


14 août 1926 - n° 33 - p. 520
Fêtes de Sion
Le Bulletin de Notre-Dame de Sion donne le programme suivant :
[...]
Dimanche 5 septembre. - Ouverture des Fêtes,
Lundi 6. - Journée de Lunéville, Baccarat, Badonviller, Blâmont, Cirey, Gerbéviller, Einville, etc.


20 novembre 1926 - n° 47 - p. 739
Coopérative des Eglises
Placement des titres décennaux
L'appel que nous avons adressé à MM. les Curés et aux catholiques, pour achever nos églises et compléter leur ameublement, a été entendu : déjà nous avons recueilli le quart de la somme demandée. Quelques curés ont souscrit jusqu'à concurrence de leur disponibilité, à la Coopérative; ils peuvent donc achever l'ameublement de leur église. Ailleurs, on attend que les cultivateurs aient vendu leur blé, pour leur offrir des titres décennaux.
Le Crédit national nous a envoyé des titres pour 95.300 francs et nous annonce un prochain envoi concernant 89.500 francs. D'après les justifications présentées et admises, nous avons droit à un nouveau paquet de titres décennaux s'élevant à 450.000 francs. Nous attendons de nouveaux souscripteurs. (S'adresser aux bureaux de la Coopérative, 6, rue Léopold Lallement. Chèque postal : Nancy 109.19, ou à la Croix de l'Est. Chèque postal: 25.06.)

Le Livre d'or de la Coopérative des églises
Nous rappelons à MM. les Curés des. églises reconstruites par lu Coopérative diocésaine, que leur concours est indispensable pour la partie de la monographie de leur paroisse se rapportant aux événements de la guerre. Ces renseignements ne feront pas double emploi avec les réponses au questionnaire qu'ils ont reçu l'an dernier.
Il est facile, même à MM. les Curés qui n'étaient pas, pendant la guerre, dans le village intéressé, de faire, en se renseignant sur place, une petite chronique des circonstances qui ont amené et accompagné la destruction de l'église; nous croirions les désobliger en la demandant à d'autres personnalités de la commune.
Nous remercions les auteurs des réponses que nous avons déjà reçues ; ils ont fort bien envisagé la question et tracé en quelques lignes, un tableau saisissant du village pendant la guerre : circonstances et dates de l'occupation, sa durée, sa fin, principaux événements militaires, atrocités allemandes, civils tués ou emmenés en captivité, sévices contre la personne du curé, bombardement, incendie, destruction de l'église, archives de guerre (on nous signale un registre sur lequel ont signé plus de trois cents aumôniers et prêtres soldats, ayant célébré la messe dans la paroisse).
Nous faisons de nouveau un pressant appel à MM. les Curés, en les priant d'envoyer cette petite chronique le plus tôt possible à M. le chanoine Fiel (Nancy, 66, rue des Tiercelins).
Le Président de la Coopérative :
ABBÉ L. THOUVENIN


11 décembre 1926 - n° 50 - p. 789
Nécrologie
Monseigneur l'Evêque recommande aux prières du Clergé et des fidèles du diocèse, l'âme de M. l'abbé ROBIN (Eugène), décédé le 9 décembre 1926.
Né à Brin, le 16 septembre 1845, ordonné prêtre le 17 décembre 1870, M. l'abbé Robin (Eugène-Nicolas-Prosper), avait été successivement : vicaire à Ogéviller (1871); curé de Belleau (1871) ; curé de Brémoncourt (1876) ; curé de Port-sur-Seille (1891); retiré à la Collégiale de Bon-Secours (1919).
M. l'abbé Robin était membre de l'Association de prières.


25 décembre 1926 - n° 52 - p. 821
Un Syndicat des Institutrices libres de la Région lorraine s'est constitué, avec l'agrément de NN. SS. les Evêques. Encouragé par le succès fort beau d'une Vente-Kermesse, vrai plébiscite en faveur de l'Enseignement chrétien, il a pu aménager à BLAMONT une Maison de Vacances, dont les débuts, l'été dernier, ont été des plus satisfaisants ; il étudie les moyens d'assurer une retraite convenable aux personnes dévouées qui auront usé leurs forces au service de l'enfance. Il sait pouvoir compter sur la générosité des Lorrains pour cette oeuvre de gratitude, ainsi que pour des créations de bourses, au profit de candidats aux Brevets, notamment au Brevet supérieur, dont un octroi libéral le met, dès maintenant, en mesure de procurer la préparation en des conditions très favorables.
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email