BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 

Retour à la liste de la Semaine religieuse


La Semaine Religieuse du Diocèse de Nancy & de Toul
Ed. Nancy

- 1930 -


25 janvier 1930 - n° 4 - p. 49
Informations
Le Trait-d'Union, pages d'information de la Protection de la Jeune Fille, donne, dans son numéro de Janvier, une notice sur le Foyer des Institutrices libres, que le Syndicat iles Institutrices libres de la région lorraine, sur l'initiative de Mlle GUILLAUME, a fondé à BLAMONT, voici trois ans, comme maison de vacances, de repos et de retraite.


22 février 1930 - n° 8 - p. 106
Chanoine FIEL. La Duchesse d'Orléans à Plombières (1).
M. le chanoine Fiel utilise et charme les loisirs que lui ménage sa saison annuelle aux eaux de Plombières, en écrivant, pour le Pays Lorrain, des études fort attachantes, sur les hôtes princiers ou célèbres qui sont venus demander à notre station vosgienne le rétablissement ou le raffermissement de leur santé.
C'est ainsi qu'en 1926, nous avons eu les Bourbons à Plombières; en 1927, Montaigne à Plombières ... et, en 1929, tout dernièrement, la Duchesse d'Orléans à Plombières.
Ce qui rend cette dernière notice plus attachante encore que les précédentes, c'est la brusque interruption de cette saison princière, le 13 juillet 1842, par l'accident mortel arrivé au duc d'Orléans, à Neuilly, sur l'avenue de la Révolte.
La notice se termine par une mention des saisons que vint faire à Plombières, en 1874 et les années suivantes, le duc de Chartres, « Robert-le-Fort », fils du défunt, et alors officier de cavalerie, à Lunéville.
E. M.

(1) Editions du Pays Lorrain.


15 mars 1930 - n° 11 - p. 152
Souscription pour l'Eglise Sainte-Thérèse de l'Enfant-Jésus, de Nancy
PREMIÈRE LISTE
Monseigneur l'Evêque, 2.000 fr.
Souscriptions déposées à l'Evêché, avant le mois de février 1930 :
Paroisses : Ancerviller, 50 fr.; [...] Ogéviller, 315 fr.; [...]


29 mars 1930 - n° 13 - n° 184
Journée cantonale Blâmont
Le dimanche 23 mars avait lieu la journée cantonale du doyenné de Blâmont.
A l'arrivée de M. le vicaire général Prévot, représentant Monseigneur l'Evêque, qu'accompagnaient MM. Jacquemin, président, et le commandant Michel, secrétaire-général du Comité central, plus de 70 présidents paroissiaux ou délégués des diverses communes du doyenné se trouvaient réunis dans la salle du patronage où se tenait la séance d'études. Ils furent reçus par M. le Curé-doyen et M. Marchand, président cantonal, qui leur souhaitèrent la bienvenue.
M. le vicaire général Prévot remercie les délégués, puis le secrétaire cantonal, M. Renard, donne aussitôt lecture d'un rapport très complet sur la situation de l'Union catholique dans le doyenné, sur les conférences qui y sont faites,
M. Jacquemin analyse ce rapport et félicite son auteur, en ajoutant quelques considérations et en développant quelques points particuliers concernant les Assurances sociales.
A 10 h. 15 eut lieu la grand'messe solennelle, avec sermon d'un Père franciscain, qui précisément prêchait une retraite de Carême.
A midi, un banquet de près de cent couverts réunissait de délégués paroissiaux autour de M. le Vicaire général et du Curé-doyen de Blâmont.
Au dessert, le président diocésain, dans une improvisation très goûtée de tous, remercia tous les présents d'être venus en si grand nombre à la réunion du matin.
M. le Vicaire général porte la santé de Monseigneur et ajoute quelques mots de félicitations à l'adresse de présidents et comités paroissiaux, et on se rendit à la mairie, où la grande salle avait été mise très gracieusement à la disposition de l'Union catholique pour son Assemblée générale de 14 h. 15.
Si la séance du matin avait vu une grande partie des membres des comités, l'Assemblée générale fût un succès non moins grand. Plus de 300 membres de l'Union catholique se pressaient déjà dans la coquette salle de l'Hôtel de Ville.
M. le Vicaire général ouvre la séance par un discours dans lequel il laissa parler tout son coeur et donna aussitôt après hl parole au secrétaire cantonal, qui rappela en quelques mots la substance de son rapport du matin. M. l'abbé Dévot fit ensuite une conférence documentée sur les oeuvres de presse dans le canton, et M. Jacquemin précisa quelques points des Assurances sociales et parla des Habitations à bon marché.
Une courte discussion suivit, et la parole fut donnée au commandant Michel.
L'heure pressait, et il ne pouvait être question de développer longuement la question de l'école, inscrite au programme. La conférence fit place à une causerie, dans laquelle il fut montré aux pères de famille que s'ils avaient des devoirs, ils avaient aussi des droits, qu'ils devaient faire respecter.
A 17 heures, un salut fut donné à l'église, et avant la bénédiction du Saint Sacrement, M. le Vicaire général monta en chaire et résuma les résultats d'une journée cantonale, suivie avec tant d'intérêt, par une si belle assemblée d'hommes dévoués et convaincus.


17 mai 1930 - n° 20 - p. 297
Restitution par un soldat allemand d'une statuette enlevée pendant la Grande Guerre


28 juin 1930 - n° 26 - p. 381
Retraites ecclésiastiques
La retraite de MM. les Professeurs, prêchée par le R P. PICARD, S. J., aura lieu au Grand Séminaire, du jeudi 17 juillet, à 5 heures du soir, au mardi 22 juillet. Y sont convoqués tous les professeurs des Institutions diocésaines d'enseignement : G rand Séminaire, Petit Séminaire, Saint-Sigisbert, Malgrange, Saint-Pierre-Fourier.
La première retraite pastorale, prêchée par le R. P. HUGUENY, O. P., aura lieu au Grand Séminaire, du lundi 28 juillet, à 5 heures du soi r, au samedi matin, 2 août. Sont convoqués à cette retraite :
MM.
[...] Jacquot, d'Ancerviller.
[...] La seconde retraite pastorale, prêchée également par le R. P. HUGUENY, commencera au Grand-Séminaire, le lundi 4 août, à, 5 heures du soir, et se terminera le samedi 9 août.
Y sont convoqués :
MM.
Aubert, de Mignéville.
[...]Colin, d'Amenoncourt
[...]Colin, de barbas
[...] Duhaut, d'Ogéviller


12 juillet 1930 - n° 28 - p. 409
Ordination
Le dimanche 13 juillet, à 8 h. 1/2, S. G. Mgr Demange fera une ordination dans la chapelle du Séminaire de Bosserville. Doivent y prendre part: 21 tonsurés, 21 minorés, 7 sous-diacres, 5 diacres et 9 prêtres : MM. BRUNEAU, de Pont-à-Mousson; DEVOT, d'Ancerviller; [...]
Nous recommandons les Ordinands aux ferventes prières des fidèles.


26 juillet 1930 - n° 30 - p. 442
Chronique des Missions paroissiales
[...] Vers le même temps, du 23 février au 9 mars, la paroisse «tripartite» d'Ogéviller, Buriville et Reclonville, bénéficia d'une mission que donnèrent le R. P. SCHAUFFLER, supérieur des Chapelains de Notre-Dame de Sion, et le R. P. LE MAUX, son confrère, et qui devra « laisser dans les souvenirs des paroissiens une impression ineffaçable, tant par l'éloquence avec laquelle y furent rappelées les vérités essentielles du salut que par les touchantes cérémonies qui en marquèrent les étapes.»
Sans doute, on eut à déplorer de regrettables abstentions ; mais, note M. le Curé, dans son Bulletin paroissial, « si nous n'avons pas obtenu la conversion de tous les pécheurs, du moins les résultats visibles, indépendamment de ceux que Dieu seul connaît, ont été très consolants et nous devons, avec la plus vive reconnaissance, en remercier la bonté de Dieu et le zèle infatigable de nos RR. PP. Missionnaires.
« Nous n'avons pu suivre exactement, ajoute-t-il, les exercices de la mission dans les annexes de Buriville et de Reclonville, mais les échos que nous en avons reçus, les témoignages de bonne volonté qui ont été donnés, les résultats, on peut dire inespérés, qui ont été obtenus, nous prouvent que le R. P. LE MAUX a été un ouvrier d'une activité infatigable, d'une ténacité digne de son origine bretonne, pour ce qu'on pouvait appeler parfois défricher la vigne du Seigneur.
A ces avantages, il faut ajouter, pour Reclonville, celui d'avoir eu la fête de l'Adoration perpétuelle, le mardi 4 mars, et pour le jour de clôture générale, le dimanche 9 mars, l'érection solennelle d'une Croix de Mission offerte par les habitants. Cette solennité exceptionnelle avait été préparée par l'adoration, dans chacune des trois églises, du Christ qui devait être fixé à la croix. Dans un exercice du soir, chacun des assistants était venu baiser pieusement les pieds du Christ.
« La journée du dimanche 9 mars fut splendide. Le soleil s'était mis de la partie, pour inviter à la grandiose manifestation qui devait avoir lieu à 2 heures, non seulement les fidèles des trois villages qui composent la paroisse, mais encore ceux des villages environnants, accourus en grand nombre. Un reposoir, orné avec goût, avait été dressé à l'entrée de Reclonville, pour recevoir le signe auguste de notre rédemption, que les hommes de la paroisse se firent un honneur de porter sur leurs épaules, jusqu'à l'endroit où il devait s'élever dans les airs, au sommet de la colline qui domine le village. Une immense procession s'organisa, en chantant les cantiques populaire : « Je suis chrétien ... », « Nous voulons Dieu ... ». Parvenue à l'emplacement préparé à l'avance, la croix fut dressée, par la force des bras. Puis, devant un auditoire de près d'un millier de personnes, en des accents enthousiastes qui émouvaient profondément les coeurs, le R. P. Schauffler chanta le triomphe de la Croix, autrefois instrument d'opprobre et d'ignominie, aujourd'hui siège de gloire et objet de vénération chez tous les peuples chrétiens. Puis il tira de ces considérations les exhortations pratiques de fidélité aux leçons de la Croix et aux résolutions inspirées par la mission.
« Cette belle manifestation fut le digne couronnement des quine jours de bénédictions et de grâces que Dieu fit descendre si abondamment sur la paroisse. La croix de mission en perpétuera le souvenir. De la colline où elle se dresse, la vue s'étend au loin jusqu'aux montagnes des Vosges, dont la ligne bleue festonne l'horizon. Qu'elle soit le témoignage solennel et toujours vénéré de la foi de nos chers paroissiens et que ceux-ci, à jamais, se montrent fiers de manifester cette foi comme ils l'ont fait en ces jours inoubliables! »


16 aout 1930 - n° 33 - p. 472
PARTIE OFFICIELLE
Nominations
Par décision de Monseigneur l'Evêque ont été nommés :
[...] Curé de Mignéville, M. l'abbé Goné, précédemment vicaire à Rehon;


25 octobre 1930 - n° 43 - p. 666
HISTOIRE ET ARCHÉOLOGIE
Bibliographie lorraine
Chanoine DEDENON. Histoire du Blâmontois dans les temps modernes (1).
L'histoire des Sires et Comtes de Blâmont ayant été écrite par le Comte E. DE MARTIMPREY et publiée dans les Mémoires de la Société d'Archéologie lorraine, de 1890 et 1891, M. le chanoine DEDENON n'a pas cru devoir refaire cette partie très importante et très brillante des fastes du Blâmontois.
Il prend son sujet au point même où l'avait quitté M. le comte de Martimprey : en l'année 1506, où Olry de Blâmont, évêque de Toul, oncle et héritier du dernier rejeton masculin de la Maison comtale, mourut, en léguant par testament Blâmont et son comté à René II, duc de Lorraine et de Bar.
Et, suivant les quatre phases où passa ce pays de la Vesouze, il a divisé son exposé en quatre périodes : Le comté de Blâmont annexé au duché de Lorraine (1506-1697) - La Prévôté et le Bailliage (1697-1790) - Le District et les Cantons (1790-1799) - Le canton actuel de Blâmont.
Chacun de ces chapitres a son intérêt : intérêt général, pour toute notre région, intérêt plus intime, pour les habitants du Blâmontois, car ils s'initieront davantage, en les lisant aux faits et gestes des Lorrains d'autrefois; aux événements dont leur pays fut le théâtre, hélas ! trop souvent ensanglanté et dévasté; aux institutions qui se succédèrent ou se modifièrent suivant les régimes.
Mais le chapitre sans contredit le plus intéressant et le plus neuf, c'est le premier, qui traite du comté de Blâmont, devenu partie intégrante du duché de Lorraine. Il fut possédé en douaire par Christine de Danemark, veuve du duc François Ier', et régente du duché, pendant la minorité de son fils Charles, et la ville de Blâmont connut alors des jours de brillante prospérité ; puis, par Marguerite de Gonzague, veuve du duc Henri II... Mais, peu après la prise de possession de son douaire par cette princesse, commença la longue série d'épreuves : peste, famine et guerre, qui sévit dans toute notre malheureuse région lorraine et qui atteignit son paroxysme de misère, pendant la dernière période de la Guerre de Trente-Ans : il y eut des villages anéantis pour toujours : Berg, près d'Avricourt ; Hadomey, près de Reherrey ; d'autres, incendiés en majeure partie; beaucoup réduits à quelques habitants.
Le chapitre de la Révolution comporte nombre de détails inédits et apporte ainsi une importante contribution à l'histoire générale de cette période.
Une copieuse bibliographie, mise en tête du volume, atteste que M. Dedenon s'est documenté sérieusement, pour cet exposé, qu'un style aisé, précis et élégant rend très attachant ; qu'illustrent de nombreuses photogravures, et qu'éclairent une carte du comté de Blâmont et un plan de sa capitale, dessiné, par M. le chanoine A. MUNIER.
Un seul regret - qui n'est pas une critique - c'est que l'absence de documents n'ait pas permis à l'auteur de donner parfois une plus large place aux institutions : il s'en excuse d'ailleurs lui-même.
Et maintenant que M. le chanoine Dedenon ne craigne pas de mettre au courant des découvertes historiques modernes, l'histoire du Comté de Blâmont : la seconde partie, si intéressante, si consciencieusement traitée, appelle la première; elle ne peut rester ainsi suspendue. Et puis, tout le monde n'a pas la collection des Mémoires de la Société d'Archéologie lorraine, et le tiré à part de l'étude de M. de Martimprey est épuisé.
E. M.

(1) Grand in-8, de XII-180 pages, 2 cartes, 33 gravures, 18 francs, 15 francs par quantités.
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email