BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Henri, duc d'Anjou, éphémère roi de Pologne

Nous avons déjà évoqué dans de nombreux articles le départ de Henri de Valois, futur Henri III, pour la Pologne, et son passage à Blâmont en 1573 :

Il restait cependant à éclaircir cette curiosité historique d'un prince français devenu roi de Pologne en août 1573, et qui abandonnera ce royaume le 16 juin 1574 pour revenir succéder à son frère sur le trône de France (il faudra attendre mai 1575 pour que le parlement polonais lui retire son titre de roi de Pologne).


Excelsior - Dimanche illustré - 15 octobre 1939

Une figure historique
HENRI, DUC D'ANJOU
qui fut un éphémère roi de Pologne
par Michel Caron

SIGISMOND - AUGUSTE, roi de Pologne, mourut à Knyssin, le 17 juillet 1572. II ne laissait point d'enfants. Avec lui s'éteignait l'illustre lignée des Jagellons qui, depuis 186 ans régnait sur le pays : le trône de la Pologne devenait électif.
Pour l'Europe, la Pologne était, à cette époque, un vaste royaume lointain et un peu mystérieux, froid et impraticable aux voitures, dont on assurait qu'il était « l'enfer des paysans, le paradis des juifs, le purgatoire des bourgeois, le ciel des gentilshommes et la mine d'or des étrangers », et dont on savait seulement la noblesse aussi rompue aux bonnes manières qu'au maniement des armes. On disait toutefois que le pays était riche et fertile, ses habitants aimables, son hospitalité et sa générosité proverbiales et ses seigneurs amis du luxe et de la civilisation occidentale.
D'âpres luttes allaient s'engager pour trouver un successeur au monarque décédé. La noblesse polonaise souhaitait un prince étranger à même de lui garantir une alliance puissante et durable contre la maison d'Autriche continuellement agressive et querelleuse.
De nombreux prétendants sollicitèrent les suffrages de la lointaine république et l'honneur de la gouverner. Le roi de Suède, Jean III ; Albert-Frédéric, duc de Prusse ; l'archiduc Ernest, fils de l'empereur Maximilien II ; l'électeur de Saxe, le marquis d'Anspach, le tzar de la Moscovie lui-même étaient sur les rangs.
Leur ambition allait être mise en échec par un gentilhomme polonais, presque un inconnu, nommé Krasocki, de fort petite taille et d'un commerce dont on vantait les agréments, à Paris, où il avait été en mission.
Krasocki savait manier, mieux que personne, l'arme redoutable qu'est la reconnaissance. Il gardait la sienne à la reine Catherine de Médicis dont il sut garder les bonnes grâces, et à la cour de France, où il sut s'attirer des amitiés puissantes : il eut l'adresse de conserver les unes et de profiter des autres. Rentré en Pologne, du vivant encore de son maître, il décida du choix du successeur et entreprit d'acquitter ainsi la dette de gratitude qu'il avait contractée à la cour de Charles IX.
L'habileté du courtisan fit place, à la mort de Sigismond-Auguste, à celle du diplomate. Krasocki vit accueillir avec sympathie les éloges dont il ne tarissait pas sur la vaillante et galante société française. Il vantait la somptuosité et les qualités morales du roi de France, l'adresse et la sagacité de Catherine de Médicis, reine qui aurait semé la discorde dans la cour la plus tranquille et qui n'aimait rien tant que l'intrigue.
Enfin, par-dessus tout, il se complaisait à décrire les vertus guerrières et morales du jeune frère du roi, Henri de Valois, duc d'Anjou, qui, à dix-sept ans, lieutenant-général de toutes les armées du royaume, avait remporté la victoire de Jarnac, où le Grand Condé avait trouvé la mort, et celle de Moncontour.
La Pologne fut séduite par tant de faste et une si heureuse fortune militaire et dépêcha ses ambassadeurs à Paris.
Charles IX y fut fort sensible, d'autant plus que le règne de François II ayant été trop court pour permettre de recevoir des envoyés des cours étrangères, il n'avait, jusqu'alors, accueilli que ceux que lui mandait, en 1566, le comte palatin du Rhin, le duc de Wirtemberg. Le roi aimait l'apparat, les réceptions cérémonieuses et compliquées. Jean de Montluc, évêque de Valence, représentait la reine Catherine, à Cracovie, avec beaucoup de grandeur. On attendait que les ambassadeurs polonais l'éclipsassent.
Treize gentilshommes vinrent en France apporter la nouvelle que la Diète, réunie à Varsovie, le 5 août 1573, avait élu Henri de Valois roi de Pologne, à la majorité des voix dans tous les palatinats.
La ville de Cracovie attendait le nouveau monarque dans l'appareil le plus magnifique. Ce n'étaient que riches tapisseries, fleurs et oriflammes. Un prodige de mécanique avait été conçu dans le plus grand secret. Partout où le roi devait passer, un aigle automate, tout emplumé de blanc, allait voler au-dessus de sa tête, en battant des ailes !...
A Paris, pendant ce temps, Henri de Valois recevait le décret de son élection, dans la grande salle du Parlement où s'élevait une immense estrade richement décorée. La reine-mère, la reine Elisabeth, Charles IX, le duc d'Alençon et le roi de Navarre assistaient à la cérémonie, sous des dais de pourpre. Les ambassadeurs, dont deux portaient sur leurs épaules une cassette d'argent renfermant le diplôme, furent reçus à la porte par le duc de Guise, grand maître de la maison du roi. Charles IX était ravi de se voir débarrassé d'une manière aussi heureuse et aussi honorable
de la présence importune d'un successeur : il embrassa son frère, tout joyeux, et le pressa de gagner sa nouvelle capitale au plus vite. Mais Henri d'Anjou, devenu Henri Ier, s'ingénia à retarder son départ. Il allait affronter un pays inconnu. Que n'en disait-on !...
On mêlait la réalité et la légende. Surtout on redoutait le froid. Henri de Valois résolut d'abandonner ses capes de Béarn, empruntées aux montagnards des Pyrénées, fourrées et garnies de manches bouffantes, et d'adopter des fourrures protectrices et coûteuses. Il n'avait pas à se, soucier de l'édit qui proscrivait toute façon s'élevant à plus de 60 sols ! Seulement il tenait, tout en se préservant, à une élégance capable d'étonner ses nouveaux sujets. Il emportait ses plus belles chaussures à la savoyarde, ses demi-masques et ses bas de couleur différente pour chaque jambe.
Le magnifique cortège se mit en route le 27 septembre 1573. Charles IX abandonna son frère à Vitry. Catherine de Médicis alla jusqu'à Blamont. Le chemin de l'Allemagne mena le nouveau roi par Nancy et Landau, à Spire, à Heidelberg, à Worms, à Mayence, à Francfort, à Fulde. Des réceptions fastueuses l'y attendaient.
Les fêtes de la Noël passées à Fulde, on chemina à travers la Saxe, le Brandebourg. A Miedzyrzecz, un corps considérable de Polonais vint à la rencontre du souverain. Cracovie le reçut le 18 février 1574, et le 21, le couronnement eut lieu.
Moins d'une année plus tard, Henri Ier quittait sa nouvelle patrie et regagnait Paris. La mort de son frère Charles IX le faisait roi de France sous le nom de Henri III. Il trouva un pays divisé par des luttes religieuses, crut faire acte d'habile politique en se déclarant le chef de la ligue - confédération du parti catholique - et mourut le 2 août 1589, assassiné par un fanatique, Jacques Clément, instrument des ligueurs.
La Pologne, quelque cent ans plus tard, eut un nouveau parti français qui présenta ses prétendants. Mais Michel Wisnowiecki, en acceptant la couronne des Jagellons, éloigna ces dangereux concurrents. Toutefois, les projets du parti français reprirent en juillet 1672, et le primat Prazmowski, décidé à faire abdiquer le nouveau roi, écrivit à Louis XIV pour lui demander « comme roi des Sarmates » le duc de Longueville... Le pauvre homme ignorait que ce postulant au trône de la Pologne était mort le 12 juin précédent, à la guerre de Hollande

MICHEL CARON
 

Le départ du duc d'Anjou pour la Pologne, dont il allait devenir le roi, en 1574. (D'après une ancienne estampe.)
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email