BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

Bulletin de Meurthe-et-Moselle - 1919
Organe de la société d'assistance aux réfugiés et évacués de Meurthe et Moselle

1914 1915 1916 1917 1918 1919 1920


5 janvier 1919
PRISONNIERS MILITAIRES RAPATRIÉS
Masson (Emile), 56 ans, de Verdenal - Molière (Tarn-et-Garonne).

12 janvier 1919
BLAMONT-CIREY
Nous avons reçu la lettre suivante que nous insérons h;en volontiers avec l'espoir que les faits signalés - et qui sont de la plus rigoureuse exactitude, nous le savons retiendront l'attention des pouvoirs publics.
Le plus scandaleux est certainement l'histoire de ce train qui circule entre Avricourt et Cirey, le plus souvent à vide, à part quelques officiers dont les motifs de déplacement sont des plus vagues, pendant que les civils ne sont point autorisés à y prendre place. Même abus pour le téléphone; nous pourrions dire à quelles conversations il sert alors que l'usage en est refusé pour des cas très urgents mais n'intéressant que la santé de vulgaires civils !
Quand donc nos légions ne seront-elles plus zone des armées ? A ce moment alors nous saurons à qui nous devons soumettre les réclamations de nos compatriotes sans risquer de nous entendre répondre « Mille regrets, nous ne pouvons rien, c'est l'autorité militaire qui a la haute main sur tout »; réponse commode, de tout repos qui vaut l'ancienne : « C'est la guerre. ». Nous devons cependant reconnaître qu'elle est souvent exacte.
Voici la lettre que nous avons reçue :
Je reviens de Blâmont et de Cirey que je n'avais pas revus depuis les derniers jours de juillet 1914 et j'en reviens le coeur navré.
Blâmont, le cher Blâmont d'avant guerre, si riant, si accueillant jadis, le Blâmont des concours de gymnastique et des expositions agricoles, le pauvre Blâmont n'est plus qu'un désert. Ses rues et ses places se couvrent d'herbe et de mousse. Ses maisons inhabitées et inhabitables portent- des blessures largement ouvertes; les toitures abîmées laissent filtrer la pluie et la neige qui peu à peu pourrissent les planches et désagrègent les murs; plus de meubles; ils ont fait place à des, décombres et des saletés sans nom.
Et cependant pour que ces pays reprennent vie, il faudrait nous fournir les moyens de rebâtir nos foyers, ces chers foyers où tant de doux souvenirs sont restés accrochés, où ont vécu nos aïeux, où nous sommes venus au monde, où, malgré tout, nous voulons relier le passé à l'avenir.
Mais hélas ! tout nous manque, et, ce qui est plus triste à dire, on nous oublie.
Il serait en effet nécessaire avant tout de nettoyer les maisons, de vider les décombre.-où pullulent toutes les vermines, de détruire grenades et explosifs qui sont une menace perpétuelle. -Or ce travail que nous ne pouvons faire puisque, pour la plupart, nous sommes encore tous mobilisés, n'est-ce pas aux prisonniers boches qu'il devrait incomber ?
Autre chose. Depuis que la guerre est finie, que l'Alsaee-Loraine est enfin redevenue française, chaque jour, sans arrêt, les trains de ravitaillement défilent par Avricourt - à notre porte - portant aux seuls Alsaciens les vivres qui nous font défaut. Et la population restante ou rentrée n'a pour vivre que le seul ravitaillement américain qui bientôt cessera de fonctionner. Ce sera alors la famine, si l'on ne vient à notre secours.
D'autre part, les difficultés de transport sont incroyables. Le seul moyen de transport mis à notre disposition consiste en une auto sanitaire qui chaque jour, de Lunéville à Cirey par Blâmont, fait un voyage - un seul - et cette auto ne peut transporter que 10 personnes - sans bagages.
Pourtant le petit train d'Avricourt à Cirey fonctionne, mais il est réservé au Génie et les voyageurs n'ont pas le droit de s'en servir. Cependant les malheureux que les Boches, au cours de la guerre, ont chassé de leurs domiciles pour avoir plus facile de les piller, et qui ont été obligés pour vivre en France - en exil - de se procurer à prix d'or meubles et vivres de conserve, voudraient bien avoir les moyens de ramener tout leur matériel dans leur logis nettoyé.
Les correspondances elles-mêmes mettent un temps infini à parvenir. Le téléphone, si nécessaire pourtant pour les administrations communales, n'existe pas à Cirey; aussi pour les communications urgentes, est-on obligé d'aller à Blâmont. C'est encore à Blâmont qu'il faut aller chercher le médecin, puisque le docteur Hanriot est seul chargé du service médical des deux cantons. Et cependant à Blâmont, il ne reste que 60 personnes quand, dans le canton de Cirey, le chiffre des habitants présents atteint presque le millier.
Et en tout cela, je ne puis incriminer les autorités locales qui font tout ce qu'elles peuvent pour améliorer la situation si précaire de leurs administrés, mais elles ne peuvent rien contre la force d'inertie qu'on leur oppose en haut lieu.
Mettez, Monsieur le Rédacteur en chef, votre influence personnelle, à notre disposition. Obtenez-nous les facilités de ravitaillement dont nous avons un pressant besoin et des moyens de transport plus complets.
Pour avoir souffert en silence pendant plus de cinquante mois des privations de toutes sortes et des tortures morales sans nom, nos populations ont, elles aussi, bien mérité de la Patrie et elles se sont, de ce fait, acquis des droits à la connaissance du pays. Votre Intervention, Monsieur le Rédacteur en chef, leur obtiendra, j'en suis sûr, gain de cause et ce ne sera que justice.

ETAT CIVIL DES RÉFUGIÉS
DECES
[...] Hainzelin née Breneur (Marie), de Blemerey, à Saint-Clément, en octobre 1918.
Ruse (Marcel), 6 ans, de Blemerey, à Mont-Saint-Martin, en octobre 1918.

PETITE CORRESPONDANCE
[...] C. L. X. - Les commissions de constatation et d'évaluation dés dommages ne sont pas encore constituées dans le canton de Blàmon

ADRESSES DEFINITIVES
des rapatriés arrivés par les derniers convois
[...] BLAMONT
Chardot (Lucie née Chevrel), 31 ans - Pré-Saint-Gervais, 6, avenue des Acacias.
Colin (Joseph), 77 ans - Mâcon (Saône-et- Loire), hôtel des Champs-Elysées.
Conrad (Juliette née Fiel 31 ans, Georgette 5 ans et demi) - Liergues (Rhône).
Gautier (Marie) 50 ans - Dôle (Jura), rue des Quatre-Eglises.
Labourel (Maria née Peusch), 67 ans et demi - Hausonville (Meurthe-et-Moselle).
Roch (Constant 52 ans, Germaine 21 ans) - Villefranche-sur-Saône, 47, rue du Tizy.
Siatte (Gabrielle née Colin) 30 ans - Mâcon (Saône-et-Loire), hôtel des Champs-Elysées.
Woelfflé (Emma) 45 ans - Dôle (Jura) Soeur Saint-Charles.
Woirgard (Marie) 59 ans - Dôle (Jura) Soeur Saint-Charles,.
[...]
FREMONVILLE
Munier (Marie née Léonard) 56 ans - Saint-Jean-des-Vigaes (Saône-et-Loire).
Parmentier (Augustin) 65 ans - Bolquère (Pyrénées-Orientales).
Pierron (Adrienne née Comte 50 ans, Aline 14 ans) - Saint-Jean-des-Vignes (Saône-et-Loire).

19 janvier 1919
ETAT CIVIL DES RÉFUGIÉS
DECES
[...] Fogel (Frédéric), 85 ans, de Frémonville, à Saint-Jean-de-Maurienne.
[...] Aubry (François-Paul), 7 ans, de Verdenal, à Nancy, le 4 janvier 1919.
[...] Henry (Jacob), 72 ans, de Repaix, à Nancy, le a janvier 1919.

ADRESSES DEFINITIVES
des rapatriés arrivés par les derniers convois
[...] BARBAS
Depoutot (Berthe née Duhaut) 19 ans - Vernay, par Dun-sur-Amon (Cher).
Duhaut (Juliette née Mouzein) 48 ans - Vernay, par Dun-sur-Auron (Cher).
[....]BLAMONT
Malherbe (Paul 52 ans, Amélie née Gruel 50 ans, Jeanne 17 ans, Henri 13 ans) - Chartres
(Eure-et-Loir), 13, rue de l'Aunerey.
Thomenin (Marie) 37 ans - Vy-les-Lures (Hte-Saône).
[...] FREMONVILLE
Bédé (Emile) 66 ans - Vittel (Vosges), rue de l'Hospice.
Comte (Philomène née Bataille) 46 ans - Romilly-sur-Seine (Aube).
Devaux (EmUe 55 ans, Anna née Léonard 55 ans, Jeanne 32 ans, Louise 43 ans) - La
Llagonne . (Pyrénées-Orientales).
L'Hôte (Julien) 65 ans - Bolquères (Pyrénées-Orientales) .

26 février 1919
ETAT CIVIL DES RÉFUGIÉS
DECES
Seger (Jeanne), 18 ans, de Frémonville, à Paris, 9, avenue Laumière (19°), le 8 janvier 1919.
[...] Epouse Gérard née Carrier (Hortense), 60 ans, de Blâmont à Nancy, le 14 janvier 1919.
[...] Epouse Martin née Meyer (Marie), 31 ans, d'Ancerviller, à Nancy, le 17 janvier 1919.

NOS POILUS A REUILLY
[...] 1912 Henry (Gustave), maréchal des logis, 60° art. camp- - Blâmont.
[...] 1896 Masson (Joseph), 2e cl., 115e art. - Blâmont.

PERSONNES RECHERCHEES
[...] BIONVILLE
Mlle Ferry (Sophie), par M. André J.-B. réfugié de Blâmont à Charolles (Saône-et-Loire).

LUNÉVILLE
LE L.B.B. - La Compagnie des Chemins de fer de Lunéville à Blâmont et Badonviller a repris l'exploitation de la ligne, entre Luneville-Est et Domêvre, le 20 janvier dernier.
Le 1er lévrier, les trains desserviront les localités de l'embranchement Herbéviller-Badonviller.

2 février 1919
ADRESSES DES RÉFUGIÉS ET ÉVACUES DE MEUTHE ET MOSELLE
[...] BARBAS
Petit (Marie, neé Jacquot) 55 ans - Guiseriff (Morbihan)
BLAMONT
Bagard (Céline née Scher 38 ans, Louise 17 ans, Alice 13 ans, Julienne 10 ans, Georgette 8 ans, Marguerite 6 ans, Marie 3 ans) - Saint-Geours-D'Arinbat (Landes).
Beaudot (Maria née Finon 73 ans, Julia 35 ans) - Paris, 11, place de la Nation.
Martin (Ernest 50 ans, Marie née Simon 38 ans, Thérèse 14 ans, Auguste 8 ans) - St-Justin (Landes).
Paradis (Victor 61 ans, Christine née Godon) - Arengosse (Landes).
[...] FREMONVILLE
Bridey (Clothilde née Jendel) 54 ans - Dax (Landes).
Claude (Ferdinand 52 ans, Joséphine née Godon 50 ans) - Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord).
Paulus (Quirin 57 ans, Marie née Batelot 49 ans, Marie 28 ans, Louise 10 ans, Suzanne 10 ans) - Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord).

16 février 1919
DANS LA POLICE
Les commissariats spéciaux de Pagny-sur-Moselle et d'Igney-Avricourt sont supprimés. Il est créé un commissariat spécial de police sur les chemins de fer de l'Est avec résidence à Lunéville.

ETAT CIVIL DES RÉFUGIÉS
DECES
[...] Vve Marchal née Godot (Marie-Alexandrine), 72 ans, de Harbouey, à Lunéville, 7, rue Traversière, en novembre 1918.
Pierron (Paul-Joseph), 15 ans, de Herbeviller, à Chênevières (Meurthe et Moselle) en
novembre 1918.
[...] Mercier (Jean-Charles), 62 ans, d'Ogeviller, à Moyen, en novembre 1918.

ADRESSES DES RÉFUGIÉS ET ÉVACUES DE MEURTHE ET MOSELLE
[...] XOUSSE
Veuve Thomas (Catherine née Michel) - 23, rue Trézel (17e).

23 février 1919
DANS LES RÉGIONS LIBÉRÉES
Nominations
Ont été nommés :
[...] Curé de Deuxville, M. l'abbé Richard, précédemment curé de Herbéviller;

2 mars 1919
DE DOMEVRE A CIREY
Un service automobile entre Domèvre, Blâmont et Cirey, fonctionne. En voici les heures :
Tous les jours, sauf le vendredi. - Cirey (place de la Mairie : départ : 8 et 14 heures, arrivée à Blâmont (gare L.B.B.), 8 h. 30 et 14 h. 30; départ de Blâmont : 8 h. 45 et 14 h 45; arrivée à Domèvre (gare provisoire) : 9 et 15 heures.
Le vendredi seulement : Cirey, départ : 6 h. 30; Blâmont, arrivée : 7 heures, départ : 7 h. 15; Domèvre, 7 h. 30; Herbéviller, 7 h. 45.
Tous les jours sauf le vendredi. - Domèvre, départ : 9 h 10 et 15 h. 10; Blâmont, arrivée : 9 h. 25 et 15 h. 25, départ 9 h. 40 et 15 h. 40; Cirey, arrivée 10 h. 10 et 16 h. 10.
Le vendredi seulement- - Herbéviller, départ : 8 heures; Domèvre, départ : 8 h. 15; Blâmont, arrivée : 8 h. 30; départ : 8 h. 48; Cirey, arrivée : 9 h. 15.

PERSONNES RECHERCHÉES
PRIÈRE INSTANTE à tous militaires de donner renseignements quels qu'ils, soient sur Wongkaffst (Georges-Louis), sergent mitrailleur 2e chasseurs à pied, disparu le 25 février 1916 à la bataille de Verdun, vers Douaumont.
Ecrire à M. Charles Wongkaffst, 26, Grande-Rue, à Blâmont (M.-et-M.).

ADRESSES DES RÉFUGIÉS ET ÉVACUES DE MEURTHE ET MOSELLE
[...] BARBAS Chenebel (Marie) 29 ans - Grenoble, 32, rue Emile Gueymard.
[...] BLAMONT
Coster (Alfred 52 ans, Marguerite 51 ans, Hélène 21 ans, Fernande 13 ans, Georgette 10 ans) - Labouheyre (Landes).
Galliot (Juliette) 71 ans - Neuvillers-sur-Moselle.
Henry (Auguste 56 ans, Eugénie née Renard 49 ans, Elisabeth 12 ans, Marcel 11 ans et demi) - Usson-les-Bains (Ariège).
[...] FREMONVILLLE
Adrian (Joseph 52-ans. Marie née Collin, 56 ans) - St-Jean-des-Vignes.
Gérard (Jules 56 ans, Marie née Biet 50 ans, Louis 23 ans) - Dax (Landes)
Grosdemange (Victor 57 ans, Clémentine 49 ans, Clémence 25 ans, Victor 23 ans, Marguerite 4 ans et demi) - Dax (Landes).
Hiébel (Sophie née Beaulier 64 ans-, Marie 38 ans) - Garem (Landes).
Leclerc (Octave) 78 ans - Hadol (Vosges).
HARBOUEY
Chemin (Augustine née Jacquot 55 ans) - Dax (Landes).

9 mars 1919
NOMINATIONS ECCLÉSIASTIQUES
Ont été nommés :
[...] M. l'abbé Colin, précédemment curé de de Barbas, M. l'abbé Frédéric Colin
précédemment curé de Vého;

ETAT CIVIL DES RÉFUGIÉS
DECES
[...] Arnoux, née Lamblê (Louise), 28 ans, de Leintrey, à Millas (Pyr.-Or.), le 16 octobre 1918.
[...] Michel (Jean), 3 ans. de Blamont, à Lyon (Rhône).
Schwartz (Joseph), 41 ans. de Blamont. à Belleville (Rhône).
Zabel (Marie-ClaudeV 2 ans, de Blemerey, à Gelacourt (M.-et-M.).
[...] Chatton (Jeanne). 26 ans. d'Herbéviller, à Baccarat.

Légion d'honneur
Chevalier
Nous apprenons que M. Caen (Ernest), de Blâmont, commandant d'artillerie, vient d'être nommé dans l'ordre national de la Légion d'honneur au grade de chevalier.

PERSONNES RECHERCHÉES
PRIERE INSTANTE à tous militaires de donner renseignements quels qu'ils soient sur Wongkoeffst (Georges-Louis), sergent mitrailleur au 2e chasseurs à pied, disparu le 25 février 1916 à la bataille de Verdun, vers Bouaumont- Ecrire à M. Charles Wongkoeffst, 26, Grande-Rue, à Blâmont (M.-et-M.).

LE COURAGE CIVIQUE
Le Gouvernement de la République porte à la connaissance du pays la belle conduite des citoyens dont les noms suivent qui se sont particulièrement distingués depuis le début des hostilités.
[...] M. Neige, conseiller municipal, faisant fonctions de maire de Moyen; M. Didelot, conseiller municipal, faisant fonctions de maire de Fréménil : Ont secondé le maire de leur commune avec le plus grand dévouement pendant l'occupation ennemie et ont partagé les mêmes dangers. Ont accepté, en l'absence du maire emmené comme otage et après le départ de l'ennemi, la charge de la mairie, où ils ont fait preuve de caractère dans des circonstances souvent, difficiles.

16 mars 1919
ETAT CIVIL DES RÉFUGIÉS
Naissance
[...] Collette-Marie-Marthe, fille de Denis (Auguste) et de Bernard (Marie-Rosine), de Harbouey, à Nesle-la-Vallée, le 23 février 1919 (7e enfant)
Décès
[...] Falantin (Jeanne) 4 ans, d'Igney, à Deuxville (Meurthe-et-Moselle).
[...] Henry Vve née Camail (Marie) 74 ans, de Leintrey, à Millas (Pyrénées-Orientales), le 23 décembre 1918

La réouverture des lignes d'Avrieourt, Blamont, Cirey et Baccarat-Badonviiler est enfin décidée, à la satisfaction des populations des communes de ces régions. Ceci résulte d'une lettre adressée par M. le préfet de Meurthe-et-Moselle à M. Méquillet, député qui avait, à de nombreuses reprises, demandé la reprise du trafic sur ces lignes.

DOMEVRE-SUR-VEZOUZE
Nous trouvons dans l'Indépendant de Lunéville, les lignes suivantes exprimant les mêmes desiderata que ceux qui nous ont été formulés verbalement cette semaine par un habitant de la région, de passage à Paris.
Nos cultivateurs rentrés dans les villages détruits obtiennent difficilement des abris : la crise des transports sévit toujours. Certains de nos compatriotes qui ont été installés dans des baraquements, à Domèvre, par exemple, nous écrivent pour se plaindre : ils pensaient être logés gratuitement et ils doivent signer un bail ou payer le baraquement 2.200 francs.
Comme le demande un de nos confrères, ne pourrait-on pas mettre à la disposition des cultivateurs tout au moins les baraquements boches qui sont vendus à vil prix dans le pays désannexé? A Saint-Jure, un abri pour trente chevaux vient d'être vendu 225 francs; un autre d'égale contenance 260 francs; un abri pour 10 chevaux, 125 francs; un hangar de 15 mètres sur 8 mètres pour 85 francs et un abri pour deux compagnies d'infanterie 425 francs.
Ces abris ont été achetés par des particuliers de Saint-Jure, rentrés dans leurs maisons intactes. Ils vont être démolis pour servir de bois de chauffage. Des cultivateurs disaient qu'informés de cette vente ils s'y seraient rendus.
Il existe des quantités de baraquements qui vont être vendus dans des conditions analogues par l'autorité militaire et les malheureux habitants des pays détruits n'auront pas même la ressource de les acheter de leurs deniers, car personne ne songera à les informer de la vente.
Tout au moins le Service de la reconstitution ne pourrait-il pas procéder lui-même à ces achats ?

23 mars 1919
ETAT-CIVIL DES RÉFUGIÉS
DECES
[...] Eschback (Elise), 72 ans, de Blâmont,. à Belleville (Rhône), en janvier 1919.
Merciot (Pauline), 66 ans, de Blâmont, à Belleville (Rhône), en janvier 1919.

PERCEPTEURS
Ont été nommés : à Carignan (Ardennes), M. de Reinach-Foussemagne, percepteur de Blâmont; [...] à Blénancourt (Aisne), M. Gaudron, percepteur d'Herbéviller[...]
NOMINATIONS ECCLÉSIASTIQUES
Sont nommés :
[...] M. l'abbé Renault, curé de Domêvre-sur-Vezouze, est nommé administrateur d'Ancerviller.

RAPATRIÉS DE MEURTHE-ET-MOSELLE
Arrivés à Nancy
Convoi du 14 Février
[...] Kuntzman (Henri 66 ans, Hélène née Berton 56 ans, de Xousse - Dombasle.

6 avril 1919
ETAT-CIVIL DES RÉFUGIÉS
DECES
[...] Gritti (Carlo), 70 ans, d'Avricourt - à Tour (Isère), le 24 novembre 1918
[...] Bridey née Dubas (Marie), 56 ans, de Domèvre-sur-Vezouze - à Vathiménil, en janv. 1919
[...] Jacquot (.Jules), 61 ans, d'Igney - à Moyen, en janvier 1919.

IBIGNY
NECROLOGIE. - On annonce la mort de M. l'abbé Grosse, curé d'Ibigny (Lorraine) né à Reding, il avait été vicaire à Longwy en 1880 et curé de Vaucourt en 1887.

13 avril 1919
ETAT-CIVIL DES RÉFUGIÉS
DECES
[...] Camaille (Charles, 70 ans, de Reillon - à Laronxe, en janvier 1919.

ADRESSE DES REFUGIES ÉVACUÉS & SINISTRÉS
DE MEURTHE-ET-MOSELLE
ANCERVILLERS
Monnet (Jean-Baptiste, Mathilde) - Saint-Pair-sur-mer (Manche).
Masson (Catherine, Louis, Marcel, Madeleine) - Saint-Pair-sur-Mer (Manche).
Lézard (Joseph) - Querqueville (Manche).

4 mai 1919
LA RECONSTITUTION DANS LA RÉGION DE LUNÉVILLE
Nous lisons dans l'Indépendant de Lunéville :
La première tâche qui s'imposait à l'armistice et dès le recul de l'armée allemande était la réfection des routes : assurer les transports pour le ravitaillement des populations, assurer les transports pour redonner de la vie aux régions dévastées.
Or, cette tâche primordiale n'est pas accomplie encore aujourd'hui, il s'en faut. Certaines routes de l'ancienne zone de l'avant sont restées dans un état de délabrement qui empêche toute communication régulière et les parties détruites systématiquement par l'ennemi, ne sont pas partout réparées.
Le chemin de fer de Blâmont avait reçu 10.000 tonnes de trapp à transporter. Faute de main-d'oeuvre pour le chargement, le trapp resta en dépôt. Et l'on sait si la main-d'oeuvre militaire serait facile à trouver dans notre région où des unités nombreuses se morfondent dans l'inaction.
Nous pourrions citer des cas nombreux du même genre.

11 mai 1919
Au Conseil Général de Meurthe-et-Moselle
[...] L'EMBELLISSEMENT ET L'EXTENSION DES VILLES
Les maires de Gerbéviller, Pont-à-Mousson, Longuyon, Longwy, Blâmont sont désignés pour faire partie de la Commission d'examen des projets sur l'embellissement et l'extension des villes.

ADRESSES DES RÉFUGIÉS DE MEURTHE-ET-MOSELLE
[...] FREMONVILLE
Boursin (Albert) - Saint-Maurice-le-Tieu (Yonne).

18 mai 1919
BLAMONT
LA RECONSTRUCTION. - La municipalité de Blâmont, écrit M. Léon Pireyre dans l'Est Républicain a confié la direction des travaux communaux de reconstruction à un architecte nancéïen, actif, jeune, aux initiatives hardies, M. L. Lavocat, et ils seront exécutés par une entreprise dont il serait superflu de faire l'éloge : la maison France Lanord et Bichaton.
Passons rapidement en revue les édifices communaux de Blâmont qu'il s'agit de reconstruire.
C'est d'abord le bel hôtel de ville à arcades; il a été bien abîmé et les Allemands se sont servis de sa salle des fêtes pour y organiser de bruyantes réjouissances; il faudra ensuite refaire l'église qui présentait un certain caractère. Le « saint Maurice », patron de Blâmont, dont la statue de quatre mètres de hauteur s'élevait entre les deux tours, a été atteint par un obus et projeté sur le perron où il s'est naturellement brisé.
Le vieux collège a subi également de sérieuses atteintes; il connut, jadis, une heure de célébrité; les enfants du pays de Metz suivaient ses cours en grand nombre; nous avons conservé un très vivant souvenir d'une visite que nous y fîmes il y a bien des années déjà. Son jardin était charmant, propice aux rêveries, et on croyait qu'allait apparaître, au détour d'une charmille, le bonnet carré des professeurs d'autrefois.
Le collège a reçu, depuis la guerre, une compagnie de Chinois qui est maintenant à Gogney, et on peut dire que les « Fils du Ciel » n'ont point contribué à son meilleur entretien.
M. Lucien Lavocat, qu'un certain nombre de Blâmontois ont bien voulu charger également de leurs intérêts particuliers, s'occupe aussi des écoles communales et maternelles, de l'hospice de la ville, des lavoirs publics.
L'oeuvre de la reconstruction a à sa tête l'excellent M. Bentz, maire et conseiller général, M. Bentz habite encore, pour le moment, à Malzéville, dans la maison de M. Edgar Thomas, imprimeur, mais, sous peu de jours, il compte rentrer dans son cher Blâmont.
M. Bechmann, fabricant de velours; le docteur Hanriot, président de la Société de tir jadis si prospère; M. Lucien Labourel, fils du toujours regretté ancien maire, lui prêtent leur généreux et absolu concours.
Pauvre Blâmont! Avant la grande épreuve, il comptait 1.670 habitants, 800 à peine sont revenus au foyer, le long de la Vezouze et de son charmant affluent la Voise.
La maison de M- Burrus y montre ses murs lamentables, non loin des ruines du château des comtes.

25 mai 1919
LES ÉLECTEURS DES COMMUNES SINISTRÉES
ARRONDISSEMENT DE LUNEVILLE
En réponse à une question de M. Méquillet, le ministre de l'Intérieur vient de lui faire connaître que le nombre des. électeurs inscrits à la date du 7 avril 1919 dans les communes ci-après désignées était de : Amenoncourt, 84; Ancervilîer, 149; Athienville, 64; Arracourt, 168; Autrepierre, 60; Avricourt, 253; Badonviller, 370; Barbas, 82; Bathelémont, 45; Bauzemont, 87; Bertrambois, 203; Bionville, 85; Blâmont, 407; Blémerey, 43; Bréménil, 87; Cirey, 655; Coincourt, 42; Domèvre-sur-Vezouze, 141; Domjevin, 112; Frémonville, 129 ; Fenneviller, 81; Gogney, 47; Hénaménil, 77; Harbouey, 83; Herbéviller, 103; Igney, 64; Juvrecourt, 41; Laneuveville-aux-Bois, 114; Manonviller, 69; Montigny, 76; Mouacourt, 50; Nonhigny, 46; Petitmont, 228; Pexonne, 250; Pierre-Percée, 79; Raon-lès-Leau, 52; Réchicourt-la-Petite, 38; Ramoucourt' 32; Repaix, 42; Saint-Martin, 41; Saint-Sauveur, 25; Sainte-Pôle, 75; Tanconville, 37; Val-et-Chatillon, 506; Vaucourt, 71; Verdenal, 76; Xousse, 40; Xures, 49.

1er juin 1919
ETAT CIVIL DES RÉFUGIÉS
[...] Décès
[...] Grandgeorges (Joseph), 53 ans, faïencier, de Blâmont, à Malakoff, 108, route de Montrouge, le 13 mars 1919.
Jeanjean Vve née Chacha (Barbe), 86 ans, de Blâmont, à Remoncourt (Vosges), en mars 1919.[...]

La reconstitution dans la région de Lunéville
Etant donnée l'extension des services techniques de reconstruction dans l'arrondissement de Lunéville, nous croyons être utiles aux sinistrés en leur rappelant le siège des différents services.
1° Le Service d'architecture, à Lunéville, 16, rue de la Brèche. M. Deville, architecte, dont la compétence s'étend à tout l'arrondissement. Ce service a notamment pour attribution de donner tous conseils aux municipalités et aux sinistrés sur les questions techniques concernant la reconstruction des immeubles, les projets d'aménagement des agglomérations et le fonctionnement des coopératives de reconstruction;
2° Le Service des travaux de 1 urgence qui a pour attribution le comblement des tranchées, l'enlèvement des réseaux, le déblaiement des localités et les travaux provisoires de mise en état d'habitabilité. Ce service comprend, pour l'arrondissement de Lunéville, quatre chefs de district qui résident respectivement : à Lunéville, 16, rue de la Brèche, pour les cantons de Lunéville-Nord et Sud, Gerbéville et Bayon; à Einville, pour le canton d'Arracourt; à Baccarat, pour les cantons de Baccarat et de Badonviller; et à Ogéviller, pour les cantons de Blâmont et de Cirey;
3° Le Service du génie rural qui a pour attribution la reconstruction définitive des bâtiments ruraux et qui comprend deux districts pour l'arrondissement de Lunéville : le premier à Lunéville, 16, rue de la Brèche, pour les cantons de Lunéville-Nord et Sud, Bayon et Arracourt; le deuxième, à Baccarat, pour les cantons de Badonviller, de Blâmont et de Cirey.

8 juin 1919
BLAMONT
MARCHÉ. - Le premier marché depuis l'armistice a eu lieu à Blâmont le vendredi 30 mai. Il se tiendra à l'avenir tous les vendredis à 7 h. 30 du matin

Citations à l'ordre du régiment
Docteur Magnien de Nancy (installé à Blâmont un mois avant la guerre). Aide Major au 104e d'artillerie lourde : Médecin très compétent et d'un dévouement admirable. S'est porté dans les nuits de 27 et 29 octobre 1918 au secours des blessés sous le feu et dans les gaz toxiques, les a pansés sur place dans les circonstances éminemment difficiles et dangereuses et a continué à leur donner des soins actifs pendant plusieurs heures jusqu'à leur évacuation. Deux blessures. Deux citations.

ETAT CIVIL DES REFUGIES
DECES
[...] Bede (Maria). 27 ans de Frémonville - à Vittel (Vosges), en mars 1919.

ADRESSES DES RÉFUGIÉS DE MEURTHE-ET-MOSELLE
[...] Jacquet (Evangéline, née Jocquet, Lucie) - Torcenay (Hte-Marne).
[...] MONTREUX
Martin (Louis, Emilie, née Meyer) - 23, rue Poissonnière, Paris (2e).

22 juin 1919
BLAMONT
EXPLOITS DE CHINOIS. - Le facteur de Blâmont qui venait de faire sa tournée matinale à Autrepierre a essuyé 4 coups de revolver tirés par un Chinois. Une des balles avait percé le sac à la hauteur des reins. Elle avait heureusement traversé plusieurs carnets avant de s'amortir à fleur de peau. C'est ce qui, probablement, sauva la vie au facteur.
L'adjudant préposé à la garde des prisonniers et des travailleurs chinois a été découvert dans la campagne, sans vie, le corps percé de balles.
Le Chinois, agresseur du facteur est arrêté et il a donné le nom de son compatriote, meurtrier de l'adjudant. On le recherche activement.
XOUSSE
TOUJOURS LES CHINOIS. - Après l'assassinat d'un adjudant à Avricourt et la tentative de meurtre sur le facteur Aubry, de Blâmont, des Chinois cantonnés dans la forêt de Vaucourt ont attaqué à coups de revolver un chef de chantier de l'équipe de reconstruction de Xousse qui heureusement réussit à s'échapper sain et sauf.
On réclame instamment le départ de ces malandrins.

29 juin 1919
ETAT CIVIL
[...] Décès
[...] Voinot (Jean-Pierre), 85 ans, de Blâmont, à Luon (Rhône), en avril 1919.

6 juillet 1919
LES COMMISSIONS CANTONALES DE MEURTHE-ET-MOSELLE
Le ressort et le siège des commissions cantonales de dommages de guerre en Meurthe-et-Moselle sont fixés comme suit :
[...] CANTON DE BLAMONT
Siège : BLAMONT (2 Commissions).
Ressort de la première Commission : Amenoncourt, Ancerviller, Avricourt, Barbas, Chazelles, Domèvre-sur-Vezouze, Domjevin, Emberménil, Gondrexon, Halloville, Leintrey, Reillon, Saint-Martin, Vého, Verdenal.
Ressort de la deuxième Commission : Autrepierre, Blâmont, Blémerey, Buriville, Fréménil, Frémonville, Gogney, Harbouey, Herbéviller, Igney, Montreux, Nonhigny, Ogéviller, Reclonville, Remoncourt, Repaix, Vaucourt, Xousse.

MÉDAILLE DE BRONZE
La médaille de bronze des P. T. T. a été décernée aux facteurs et employés des postes dont les noms suivent : [...] Toussaint (Jules), facteur à Ogéviller

ETAT CIVIL DES RÉFUGIÉS
[...] Décès
Chéri (André). 36 ans, de Veho, à Lunéville, en mars 1919.

13 juillet 1919
LA RECONSTITUTION EN MEURTHE-ET-MOSELLE
L'aide de l'Amérique
D'un article d'une belle envolée, écrit dans l'Est Républicain, à l'occasion de « l'Indépendence Day », par M. Georges Legey, nous extrayons les lignes ci-dessous.Après avoir rappelé le concours précieux de nos alliés, pour l'obtention de la Victoire, notre confrère écrit :
Et voici que, par cette fête de l'indépendance, nos amis d'Amérique nous annoncent un don royal. Une puissante société métallurgique veut consacrer 250 millions de dollars à la reconstitution de notre Lorraine.
Jusqu'à présent, si on a tant tâtonné dans cette question de la reconstitution et de la reconstruction, c'est uniquement par manque d'argent.
Récemment M. Bentz, le si dévoué conseiller général de Blâmont nous le répétait encore « Nous n'avons pas assez d'argent ».
Eh bien! en voilà de l'argent : pour Blâmont, pour Gerbéviller, pour Nomeny, pour Thiaucourt !
Ce n'est un secret pour personne que les troupes américaines en ont usé assez librement avec ce qui restait de nos villages.
Mais ces 230 millions de dollars font largement oublier les dégâts causés à nos vieilles demeures.
On va s'occuper activement aussi de l'organisation du tourisme américain en Lorraine.
Le Syndicat d'initiative dont M. Henri Gutton a repris la présidence, avec son inlassable ardeur, a de grandes idées à ce sujet.
Déjà on parle pour 1920 d'une importante visite parmi nous d'ingénieurs et d'hommes d'affaires américains. Puissent l'an prochain nombre de nos amis célébrer l'Indépendance Day sur le sol de Lorraine dont ils salueront la résurrection glorieuse à laquelle ils auront si puissamment contribué.

20 juillet 1919
LE SIÈGE DES COMMISSIONS
Voici les adresses où siègent les Commissions cantonales d'évaluation de dommages de guerre.
[...] Blâmont : les deux commissions : Grande Place immeuble Brice, à Blâmont.

27 juillet 1919
ETAT-CIVIL
[...] Décès
[...] Thomas (Julienne), 75 ans. de Blâmont, à Epinal (Vosges), en avril 191.9.
[...] Carrier (Aimé-Victor). 68 ans, de Domjevin, à Lunéville, en avril 1919.
Perrin (Adolphe), 76 ans, de Domjevin, à Croismare, en avril 1919.

10 août 1919
GOGNEY-VAUCOURT
LA RECONSTRUCTION. - Les travaux urgents de reconstruction sont commencés à Gogney par les entrepreneurs Barthélémy, Démange et Jeanvoine, à Epinal, et à Vaucourt par M. Léon Grosse, entrepreneur à Sarrebourg. Ces travaux s'effectuent dans ces deux communes sous la direction de MM. Maurice Marchand et Emile Erbeau, architectes diplômés à Lunéville.
Chaque commune a fondé une Société coopérative de Reconstruction : celle de Gogney est présidée par M. René Aubry, et celle de Vaucourt par M. J.-B. Jacquot

ETAT-CIVIL
[...] Décès
[...] Dombrat, Vve Jacquin (Léonce), 78 ans, d'Emberménil, à Raville (M.-et-M.), en mai 1919.

31 août 1919
ETAT-CIVIL
Décès
[...] Veuve Hachon, d'Ancerviller, à Gugnécourt (Vosges), en juin 1919.
[...] Licourt (Justin), 74 ans, de Blamont, à Bénaménil (Meurthe-et-Moselle).

LA MÉDAILLE D'HONNEUR DES CHEMINS DE FER
La médaille d'honneur des chemins de fer vient d'être décernée aux agents dont les noms suivent :
[...] Avricourt. - MM. Camille Camaille, garde- barrière, 36 ans de services, Eugène Krebs, aiguilleur, 36 ans de services.
[...] Frémonville. - Mme veuve Miller, gérante de halte, 32 ans de services.
[...] Igney-Avricourt. - M. Eugène Vera, facteur enregistrant, 36 ans de services.

CITATIONS
[....]A l'ordre du régiment
[...] Colas (Charles), de Vaucourt, soldat au 279e d'infanterie. Brave grenadier, plein d'entrain, toujours volontaire pour les besognes a tenu tête à une forte patrouille boche, pendant la nuit du 9 au 10 août 1917 en mettant en fuite les Allemands avec des grenades.

7 septembre 1919
ETAT-CIVIL
Décès
[...] Drahon (Léon), 59 ans, de Domèvre-sur-Vezouze, à Mirecourt (Vosges), en juin 1919
Toulon (Charles), 63 ans, d'Herbevilier à Chenevières (Meurthe-et-Moselle)

14 septembre 1919
LA RECONSTITUTION
dans l'arrondissement de Lunéville
M. Dieudonné, maire d'Einville, a signalé au Comité d'arrondissement des R. L. l'urgence des travaux à exécuter pour l'assainissement des prairies de la région d'Arracourt, curage des fossés et cours d'eau. La Commission a répondu que les crédits nécessaires avaient été demandés. Les ministres intéressés se sont entendus pour l'exécution des travaux d'ensemble : curage, enlèvement des matériaux. Des programmes ont été établis et les travaux sont en voie d'exécution. En ce qui concerne les fossés, les travaux sont en cours; sur la Loutre Noire et la Vezouse, ils sont sur le point d'être terminés; les barrages qui obstruaient l'écoulement des eaux dans la région d'Einville et Arracourt sont enlevés.
- Le pont de leintrey va être rétabli par des sapeurs du génie. A Parroy, celui du canal sera livré à la circulation dans quelques jours; celui du Sânon le sera environ une semaine après.
- On a reçu des baraques pour la région de Chazelles, Vého, Leintrey, Reillon, Montreux, Nonhigny. On dispose de camions pour leur transport. Etant donnée l'incertitude des transports, on commencera la couverture des baraques au moyen de tôles ondulées, sans attendre les tuiles promises.
- Dans toutes les localités où l'école, n'aura pas été entièrement reconstruite, on montera une baraque. A la rentrée des classes, chaque commune sera pourvue de sa maison d'école et du logement de l'instituteur.
- Les habitants de Petitmont se plaignent que l'on n'enlève pas les fils de fer barbelés. La main-d'oeuvre et les cisailles ne manquent cependant pas, et les travaux devraient être poussés plus activement.
- Un peu partout, on se plaint que, sans le moindre avis, on enlève aux sinistrés les pierres de leur maison en ruines, alors qu'ils en auront besoin pour reconstruire. Cette façon d'agir est malheureusement légale les matériaux provenant des démolitions appartenant à l'Etat à charge par lui de supporter les frais de déblaiement des immeubles (article 60 de la loi de réparation).
- On se plaint aussi que les T.P.U. fassent enlever les foins sur pied. Il pourrait, semble-t-il, y avoir des ententes amiables à ce sujet.
- Le cylindrage de la route de Crion a Bénaménil est commencé, celui de la route de Deuxville à Einville va commencer. Des équipes sont sur la route Athienville-Bezange; le transport des matériaux à pied d'oeuvre de Réchicourt à Parroy et de Vého à Leintrey est en coure. Le cylindrage de Blâmont à Herbéviller continue. Les cinq lots de route pour lesquels personne n'avait soumissionné viennent d'être adjugés à une Société; l'exécution commencera incessamment. L'enlèvement des terres sur la route Vého-Emberménil continue.
- En raison du manque de moyens de transport, les matériaux nécessaires à la réfection des routes arrivent toujours en trop faible quantité. On va suppléer à cette crise à des transports à l'aide de bateaux venant de Xuxange. Des améliorations vont en outre être apportées par l'arrivée d'un certain nombre de voilures légères, camions lourds et chevaux.
- Il y a lieu d'attirer tout particulièrement l'attention des services compétents sur l'état de la route Emberménil-Laneuveville-aux-Bois; si les travaux ne sont pas immédiatement commencés, dès la saison pluvieuse, cette route sera impraticable et le restera tout l'hiver.

21 septembre 1919
EMBERMENIL
LES EXPLOSIFS. - Un employé du service des régions libérées, M. Stocquet, 29 ans, demeurant à Lunéville, 5, rue de la Brèche, ayant trouvé un détonateur sur le territoire d'Emberménil, commit l'imprudence de le manipuler. L'engin éclata, bléssant M. Stocquet aux mains et à l'épaule.
On dû le transporter d'urgence à l'hôpital de Lunéville.

REPAIX
TOUJOURS LES ENGINS. - Le jeune Louis Ehling, 11 ans, manipulait un détonateur qu'il avait trouvé, lorsque l'engin fui éclata dans la main, lui enlevant le pouce.

5 octobre 1919
ETAT-CIVIL
[...] Décès
Ory Adrienne-Augustine. 20 ans, de Blamont. à Nancy, le 13 septembre 1919.

NOMINATIONS D'INSTITUTEURS
Mlle Lhuillier, à Avricourt, est nommée institutrice à Saint-Clément;
[...] M. Alba est délégué dans les fonctions d'instituteur stagiaire à l'école de Vaucourt ;
M. Husson est délégué dans les fonctions d'instituteur stagiaire à l'école communale de Saint-Martin ;
M. Gérard est délégué dans les fonctions d'instituteur stagiaire à l'école de Repaix ;
M. Marinant est délégué dans les fonctions d'instituteur stagiaire à l'école communale de Nonhigny ;
M. Jarzac est délégué dans les fonctions d'instituteur stagiaire à l'école communale de Blémerey ;
[...] Mme Guittin est nommée institutrice à Avricourt ;
M. Guittin est nommé instituteur à Avricourt

12 octobre 1919
NOMINATIONS D'INSTITUTEURS
M. Lepointe est délégué dans les fonctions d'instituteur stagiaire à l'école communale d'Autrepierre ;
M. Husson est délégué dans les fonctions d'instituteur stagiaire à l'école communale de Brouville ;
Mlle Nourot est déléguée dans les fonctions d'institutrice stagiaire à Blâmont ;
Mlle Leroy est déléguée dans les fonctions d'institutrice stagiaire à Blâmont ;
Mlle Solt est déléguée à partir du 1er octobre dans les fonctions d'institutrice stagiaire à Marainviller ;
Mlle Châtelain est déléguée dans les fonctions d'institutrice stagiaire à Einville ;
M. Guéry est délégué dans les fonctions d'instituteur stagiaire à Cirey ;
M. Leroy est délégué dans les fonctions d'instituteur stagiaire à l'école communale de Blâmont ;
M. Marchal est nommé instituteur à Baccarat;
Mlle Moineaux est nommée institutrice à Azerailles;
Mlle Welsch est nommée institutrice à Blâmont;

19 octobre 1919
LE LUNÉV1LLE-BLAMONT
MAJORATION DES TARIFS. - Le Journal Officiel a publié un décret approuvant l'avenant intervenu le 19 août 1919 entre M. le préfet de Meurthe-et-Moselle et la compagnie concessionnaire du chemin de fer de Lunéville-Blâmont et embranchements en vue d'une nouvelle majoration de tarifs sur cette ligne.
L'article 1er de cet avenant expose les raisons qui nécessitent le relèvement des tarifs : augmentations de traitements allocations et indemnités de vie chère, nouvelles conditions de travail, etc.
Les dispositions adoptées sont les suivantes :
« Les tarifs généraux maxima prévus au cahier des charges de; la concession sont majorés de 100 p. 100.
« Le relèvement des tarifs appliqués dans les limites de ces maximas avec des taux égaux ou différents pour les voyageurs et les marchandises, tant en grande qu'en petite vitesse, pourra se faire par étapes successives. Le taux du relèvement sera fixé par le département, la compagnie entendue.
« Dès l'application du présent avenant, par décret, tous les tarifs en vigueur, tant en G. V. qu'en P. V. ainsi que les frais accessoires seront relevés de 50 p. 100.
« Toutes ces majorations seront aussitôt après leur homologation par le préfet, portées à la connaissance du public par voie d'affiches et mises en application après cinq jours d'affichages. »

LA RECONSTITUTION DANS L'ARRONDISSEMENT DE LUNÉVILLE
Le problème de la reconstitution dans arrondissement de Lunéville pose actuellement deux points présentant un intérêt immédiat :
1° L'ouverture des écoles pour la rentrée des classes ;
2° Le revêtement intérieur en carton ondulé des abris provisoires.
A l'exception d'Athienville, Blâmont, Angomont et Avricourt, toutes les écoles de l'arrondissement de Lunéville ont pu être ouverte pour la rentrée des classes. A Athienville et Blâmont, les entrepreneurs demandent une dizaine de jours pour terminer les travaux de réfection : ils ont fait valoir les difficultés de transport de matériaux et le recrutement de personnel spécialiste ; pour Avricourt, il a été décidé que les enfants iraient temporairement en classe au Nouvel-Avricourt distant d'à peine 200 mètres de l'ancien, enfin, pour Angomont, où la réparation de la maison d'école n'a été envisagée que tardivement et où il n'y a encore que cinq enfants, un délai de trois semaines est nécessaire.

26 octobre 1919
BLAMONT
DOUBLE ARRESTATION. Deux habitants de Blâmont, les sieurs Trabach, débitant, et Rocque, demeurés au pays pendant l'occupation, présentaient, il y a quelques jours, au guichet d'une banque, des coupons échus détachés de titres volés et frappés d'opposition.
Le parquet de Lunéville, saisi du fait, ordonna une enquête et fit une descente de justice au domicile des détenteurs de coupons; après perquisition, les titres furent trouvés en leur possession. Immédiatement des mandats d'amener ont été décernés contre Trabach et Roque qui ont été écroués à Lunéville.
Ils ont avoué avoir acheté à bas prix les titres à des soldats allemands avec l'intention - non réalisée - de les restituer à leur propriétaire.

CITATIONS
A l'Ordre de l'Armée
Mme Victoire Perrin, en religion soeur Léopold, congrégation de Saint-Charles, supérieure de l'hôpital-hospice de Blâmont ; supérieure à l'hôpital de Blâmont, est restée à la tête de la maison pendant toute l'occupation allemande.
D'une charité et d'un dévouement sans borne, a donné ses soins en pleine bataille des 14 et 22 août 1914, aux blessés français. Par la suite, au cours de la campagne, a caché à plusieurs reprises des patrouilles égarées dans les lignes allemandes et, les a aidées à regagner nos lignes sans souci des représailles ennemies auxquelles elle s'exposait. »

LA RECONSTITUTION EN MEURTHE-ET-MOSELLE
La nouvelle organisation des Services techniques de reconstitution, prévue par le décret ministériel du 6 août 1919, a pour effet d'enlever du ressort de la Meurthe-et-Moselle les districts du secteur de Saint-Dié. situés sur le département des Vosges. Comme conséquence, les deux districts de Blâmont et Baccarat, dépendant actuellement du secteur de Saint-Dié. doivent être rattachés à un secteur de Meurthe-et-Moselle.
A cet effet, à la date du 1er octobre I919, le département de Meurthe-et-Moselle a été divisé en 3 secteurs des T. E. :
[...] SECTEUR SUD DE LUNEVILLE
Chef de Secteur : M. PETIT
qui comprendra l'arrondissement de Lunéville, soit les Cantons N. et S. de Lunéville, de Bayon et de Gerbéviller, district de Lunéville ; chef de district : M. DUPRÉ.
Canton d'Arraçourt, district d'Einville ; chef de district : M. VILLAIN.
Cantons de Baccarat et de Badonviller. district de Baccarat ; chef de district : M. LESPIT.
Cantons de Blamont et de Cirey ; district de Blâmont : chef de district : M. LEFÈVRE.
En conséquence, le district de. Thiaucourt cesse de faire partie du secteur de Longuyon et est rattaché an secteur de Nancy. Les districts de Lunéville et d'Einville cessent de faire partie du secteur de Nancy et sont rattachés au secteur de Lunéville.

2 novembre 1919
BLAMONT
DOUBLE ARRESTATION. - Sous ce titre, nous avons annoncé, dimanche dernier, l'arrestation des nommés Trabach et Roque, inculpés de détournement de titres pendant l'occupation. L'enquête a mis Trabach hors de cause dans cette affaire.
Il est néanmoins maintenu en prison à propos du vol de deux malles au préjudice de Mme de Martimprey, mais il prétend que c'est une dame actuellement dans le Jura qui lui avait confié ces malles et lui en avait demandé l'expédition par la suite. C'est d'ailleurs en faisant cet envoi que les malles furent reconnues en gare par leur propriétaire légitime.
Si les déclarations de Trabach sont reconnues exactes, il bénéficiera d'un non-lieu et la véritable voleuse résidant dans le Jura, sera poursuivie à sa place.

ACCIDENT MORTEL. - M. Julien Adam, monté sur un chevaL qui s'est emballé près de Blâmont, au lieu dit « Triou » a été désarçonné; son pied étant resté accroché à l'étrier, le malheureux fut traîné sur un parcours de 150 mètres. Lorsqu'on le releva la mort avait fait son oeuvre.

ETAT-CIVIL
[...] Décès
Merciot (Pauline), 40 ans, de Blâmont, à Aveize (Rhône).
[...] Aubry (François), 64 ans, de Domèvre-sur-Vezouze, à Heillicourt (M.-et-M.).
Beaucourt (Amélie), 76 ans, d'Igney, à Jarville (M.-et-M.).

16 novembre 1919
La reconstitution
Dans l'arrondissement de Lunéville
Par Décision Préfectorale ont été nommés délégués administratifs chargés de représenter les intérêts de l'Etat près les commissions cantonales d'évaluation des dommages de guerre de l'arrondissement de Lunéville :|
[...] Blâmont : M. Malherbe, sculpteur et publiciste.

23 novembre 1919
ÉLECTIONS MUNICIPALES
L'arrêté préfectoral pour les élections municipales porte que les assemblées électorales chargées d'élire les membres des conseils municipaux sont convoquées pour le dimanche 30 novembre 1919 dans toutes les communes du département de Meurthe-et-Moselle.
[...] Les communes suivantes, dévastées par les événements de guerre, sont rattachées aux bureaux de vote ci-après :
[...] Leintrey, pour les électeurs de Reillon.

La reconstitution dans l'arrondissement de Lunéville
Le programme de travaux de remise en état des routes qui avait été dressé, il y a quelque temps, a été en partie exécuté, mais n'a pu encore être achevé étant donné les difficultés de transports, de matériaux et de main-d'oeuvre.
Il importe donc, pour le moment, de parer au plus pressé, et de faire en sorte que la mauvaise saison ne vienne rendre impraticables les routes essentielles. Notamment, il convient qu'aucun des villages à reconstruire ne se trouve isolé par suite du mauvais état des chemins et que les voitures du service des R. L. puissent accéder à toutes les communes.
Tels sont les desiderata des populations.
Les tronçons de routes qu'il serait nécessaire de réparer de toute urgence ont été signalés à l'ingénieur des ponts et chaussées.
Au premier rang se trouvent : la route de Bures, le chemin de Ancerviller à Domêvre, la nouvelle route de Bezange, la route entre Xousse et Emberménil.
On admettrait, à la rigueur, l'ajournement momentané de certains travaux de grande envergure, pour remédier immédiatement aux situations particulières les plus urgentes.
La nouvelle organisation des transports est actuellement mise sur pied et on espère que, dans quelques jours, des améliorations sensibles se feront sentir.
Toutes les baraques, sauf quelques cas isolés, sont actuellement doublées à l'extérieur et les deux tiers intérieurement. Les cartons nécessaires au doublement du dernier tiers sont sur wagons et leur arrivée est annoncée : on estime que fin novembre, tous ces travaux seront exécutés.

30 novembre 1919
EMBERMÉNIL
NECROLOGIE. - M. Léon Guittin, ancien instituteur d'Emberménil, père et beau-père de M. et Mme Albert Guittin, instituteurs à Avricourt, est décédé à Baccarat, à l'âge de 53 ans.
Ses obsèques ont eu lieu à Bertrambois.

AVRICOURT POUR REVIVRE. - Le déplacement de la frontière a nui, on le pense, aux deux villages d'Avricourt, et à l'ancien Deutsch-Avricourt devenu Nouvel-Avricourt. On s'évertue à chercher ce qu'il faudrait faire pour redonner la vie à ces deux villages. Ils sont à présent réunis; Avricourt-Français et Avricourt-Allemand, ainsi qu'on les appelait dans le pays, n'étaient séparés que par le passage à niveau... et la frontière si singulièrement découpée que, dans la même rue, d'un côté de la barrière du chemin de fer on voyait des soldats français tandis qu'à quelques mètres de l'autre côté se trouvaient des uniformes allemands.
Voici une suggestion que L'Indépendant de Lunéville a accueillie avec plaisir :
« Pour éviter l'atrophie à la suite du déplacement de la frontière; pour combler le vide laissé par la disparition des employés de la douane, de la poste, du chemin de fer, de l'Express-Orient, des agents, du commerce, expéditeurs et autres, savez-vous ce qu'il faudrait faire? Une usine. Oui, une usine, dont les ouvriers trouveraient, tout de suite, logement dans ces nombreuses maisons vides de Nouvel-Avricourt, de la Colonie et des Gares. Une fabrique quelconque, dont les machines seraient actionnées par l'électricité, cette force motrice que la science moderne installe partout. Et les matières premières y seraient amenées rapidement
par toutes les voies ferrées qui aboutissent à Avricourt Paris et Nancy, Strasbourg et Sarrebourg, Metz et Dieuze, Cirey et Blâmont. Si ce transport par chemin de fer devenait trop coûteux pour certains matériaux, on pourrait construire un canal latéral, dérivatif du grand canal de la Marne au Rhin, distant de 3 kilomètres à peine, et qui va devenir par ses débouchés une voie mondiale très fréquentée. Et alors les matières premières arriveraient directement à la future fabrique par voie d'eau, sans déchargement au port de Moussey et réexpédition par voie ferrée.
Un ami m'a objecté que, de la gare de Moussey à la colonie N.-A., le canal à creuser exigerait des écluses, en raison de la différence d'altitude, ce qui occasionnerait une dépense considérable de construction et d'entretien de ce canal. Je ne le crois pas, car on pourrait le creuser plus haut, au Col des Français par exemple et l'étang de Réchicourt qu'il traverserait le dispenserait de toute écluse.
C'est une étude à faire. Mais quel avenir brillant pour Avricourt et la contrée si cela pouvait se réaliser. - A. B. »

BLAMONT
ACQUITTEMENT. - M. Constant-Félix Roch, employé à Blâmont, inculpé, comme nous l'avons rapporté, dans une affaire de vol de titres a été acquitté par le tribunal correctionnel de Lunéville.
Voici comment se présentait cette affaire : Mme Virion de Gogney, lors de l'arrivée des Allemands, avait enterré dans sa cave des valeurs qui furent par la suite découvertes par un soldat ennemi- Mme Virion fut rapatriée en France libre quelques mois après. A l'armistice, elle reçut du maire de Réméréville, où elle résidait, un titre nominatif qui faisait partie de ceux qui lui avaient été volés. L'envoi au maire avait été fait par M. Roch. Mme Virion vint remercier ce dernier et lui parla des titres au porteur qui ne lui avaient pas été rendus.
M. Roch, avait en effet, acheté les valeurs au soldat allemand qui les avait volées.
Après l'armistice, il avait touché les coupons à la Société nancéienne en mettant le gérant de la succursale de cette banque au courant et en lui disant que le meilleur moyen de connaître le légitime propriétaire des titres pour les lui remettre, était d'encaisser les coupons qui étaient sans doute frappés d'opposition.
Ces coupons revinrent effectivement de Paris; opposition était faite sûr la demande de Mme Virion.
Celle-ci, voyant dans les agissements de M. Roch, une tentative d'appropriation de son bien ne voulut point accepter les titres que l'employé offrait de lui rendre, elle déposa une plainte au parquet.
Plusieurs témoignage de moralité attestant l'honnêteté de l'accusé furent entendus avant que le tribunal eût prononcé l'acquittement.

7 décembre 1919
ANCERVILLER
NECROLOGIE. - On annonce la mort de M. Frédéric Fiel, ancien maire d'Ancerviller, décédé en cette commune à l'âge de 73 ans. Il était le père de l'abbé Fiel, aumônier de l'école professionnelle de l'Est à Nancy.

LA RECONSTITUTION DANS L'ARRONDISSEMENT DE LUNÉVILLE
Des mesures ont été prises pour assurer te chauffage des écoles et mairies installées dans des baraques. Le chef de service intéressé a donné l'assurance que la question était résolue et que toutes les baraques municipales étaient pourvues d'appareils de chauffage.
Relativement à la question des routes, le service des ponts et chaussées annonce que les pierres destinées au chemin vicinal du canal à Bures sont déchargées au pont du canal à Hénaménil et vont être transportées à pied d'oeuvre. La route entre Blâmont et Domèvre est terminée. Le cylindrage de la traverse se poursuit. Les travaux du chemin d'Ancerviller à Domêvre vont commencer dans le courant de la semaine. Des réparations entre Bauzemont et Maixe sont en cours. Quant au chemin d'Ancerviller à Sainte-Pôle et à Saint-Maurice, il est terminé déclarent d'optimistes rapports
officiels... « Il n'est remis en état que sur 300 mètres, entre le chemin de Sainte-Pôle et la forêt d'Ancerviller; le reste n'a pas encore été touché, on n'y a pas vu une pelle ni une pioche depuis l'armistice », affirment les habitants qui sont bien placés posr savoir...
L'approvisionnement en matériaux pour recharger la chaussée entre Einville et le pont d'Hénaménil va être suffisant pour permettre de commencer le travail. La partie vers Maixe suivra. Le cylindrage entre Einville et Deuxville a été suspendu faute de combustible. La remise en état du chemin entre Bezange et Vic est en cours d'exécution.
Le degré de rapidité dans l'exécution du programme de réfection des routes dépend
uniquement du nombre de cylindres et aussi du charbon qui seront mis à la disposition du service.
Des aléas sont à redouter car le seul cylindre qui fonctionnait dans la région n'a pu être approvisionné suffisamment pour lui permettre de continuer! Il est à craindre que ces travaux, cependant urgents, ne soient retardés. La première condition pour que le programme de reconstruction établi pour le printemps prochain puisse être mis en application, est la remise en état des routes.
- On réclame également la pose, aussi rapide que possible, de voies de 0,60.
- On se demande pourquoi l'administration laisse se gâcher les matériaux déposés le long de la route Marainviller-Laneuveville-aux-Bois-Emberménil et qui gênent la circulation très intense sur ces routes.
- En ce qui concerne les baraques, on exécute le programme prévu pour l'année courante.
- A ce jour, 31 ménages, sur 83 que la commune en comptait avant la guerre, sont réinstallés à Leintrey dans des abris provisoires.12 autres baraques sont en voie d'achèvement et seront habitées prochainement, quelques autres seront montées ensuite. Tous les abris sont cartonnés à intérieur et à l'extérieur sont garnis de carton goudronné. La plupart des hommes s'occupent
sur place aux T. E. Malgré le grand nombre d'engins semés un peu partout, aucun accident n'est survenu. Les travaux de déblaiement vont commencer incessamment.
- Le service des transports automobiles fait l'objet de nombreuses réclamations.
- Le service des T. E. (Travaux exécutés par l'Etat) exige des cultivateurs une renonciation aux dommages de guerre lorsqu'ils abandonnent à l'Etat le soin de remettre leurs terrains en état de culture. Il doit être bien entendu que cette renonciation est limitée strictement à l'indemnité relative aux travaux exécutés sur ces terrains.

21 décembre 1919
Voici, pour quelques localités de notre département, et de Lorraine, le résultat des élections des maires et adjoints :
[...] Avricourt. - Maire ;M. Loeffler; adjoint: M. Chambrey.
Blâmont.- Maire : M. Ch. Bentz; adjoint: M. Eugène Champion.
[...] Mignéville. - Maire : M. Marchand; adjoint : M. L. Hellé.
[...] Herbéviller. - Maire : M. P. Chatton; adjoint : A. Henry.
Frémonville. - Maire : M. Paulus; adjoint : M. A. Vouaux.
[...] Leintrey. - Maire : M. Thomas; adjoint : M. Edmond Lemoine.

LA RECONSTITUTION DANS L'ARRONDISSEMENT DE LUNÉVILLE
Le déménagement des camions automobiles des services des Régions libérées, qui se trouvaient à la caserne Beauvau a occasionné dans les transports un retard dont on se serait bien passé.
- Des démarches ont été faites pour le rétablissement du courrier d'Einville. Elles ne semblent pas avoir abouti jusqu'alors. Pour Xures, la nomination d'un soumissionnaire est actuellement soumise à l'administration centrale. Pour Arracourt, personne ne s'est encore présenté; les démarches continuent.
- En ce qui concerne la réfection des routes, la région de Lunéville a deux cylindres compresseurs en état de marche et un troisième en réparation. Il y en a sept en service
dans l'arrondissement : trois à Lunéville, un à Domêvre, deux à Badonviller, un à Baccarat. Cette dotation sera augmentée, mais il y a lieu de craindre un arrêt dans le cylindrage en raison des froids prochains. Enfin la crise du charbon a également frappé ce service.
On signale la défectuosité des travaux d'empierrement effectués aux abords du lac de Parroy. Le chemin de Bures appelle d'urgence un rechargement spécial.
- Il paraît que l'on va se décider à utiliser les matériaux approvisionnés entre Marainviller.
Laneuveville et Emberménil. Aussitôt que possible..; dit-on.
- Le port de Xirxange, qui avait été signalé à diverses reprises par les T. E., d'où l'on pourrait transporter par voie de 0,60 les matériaux sur la région Emberménil-Xousse, sera utilisé dès qu'une grue sur ponton, se trouvant à Toul, sera arrivée sur place. Pour l'instant, en raison des difficultés de débarquement, on utilise le port de Moussey.
- Les transports par voie de fer et fluviales sont évidemment subordonnés aux disponibilités des moyens des compagnies de transport et, comme partout, elles sont insuffisantes eu égard aux demandes. Pour les voies de terre, dans le secteur d'Einville, les agents-voyers subdivisionnaires ont à leur disposition un nombre déterminé de camions-autos, d'attelages et de tombereaux.
Des baraques-écuries ont été établies ainsi que des baraques-garages. La nourriture des chevaux et la réparation des véhicules sont assurés. Les agents-voyers des autres secteurs ont été priés de se mettre en rapport avec les chefs de district pour généraliser cette façon d'opérer qui, dans le secteur d'Einville a donné de bons résultats.
Le personnel des ponts et chaussées va être autorisé à prendre ses repas dans les cantines des travaux d'Etat. C'est une bonne solution vu que beaucoup de travailleurs hésitent à venir dans la région en raison des difficultés du ravitaillement.
L'arrêté préfectoral décidant la revision des prix des chevaux cédés par l'armée avant le 15 mai 1919 ne donne pas satisfaction aux habitants de l'arrondissement de Lunéville où presque tous les chevaux cédés l'ont été après la date ci-dessus. On demande que cette revision ait lieu quelle que soit la date de cession.

28 décembre 1919
ELECTIONS CANTONALES
CONSEIL GENERAL
Canton de [...]
- de Blâmont : M. Bentz, réélu.
- de Cirey : M. Georges Mazerand, député, élu.
[...] CONSEIL D'ARRONDISSEMENT
Canton de
[...] de Blâmont : M. Adam
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email