BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

Lettres de soldats - Août 1914
 


De l'ouvrage paru en 1915 à Munich, « Zwischen Metz und den Vogesen », de la série « Deutsche Krieg in Feldpostbriefen » (la Guerre allemande dans des lettres aux armées) nous extrayons les deux passages ci-dessous, en en donnant une traduction approximative en fin de page.
  • le premier est issu d'une lettre française : on y raconte la précipitation de l'attaque française sur Blâmont. Il est difficile de déterminer si cette lettre est authentique : le commentaire sur l'infanterie et l'artillerie française, qui « tirent mal », parait suspect, tout comme ces lignes peu compréhensibles pour un simple soldat territorial : « Les journées suivantes des 14. et 15 août seront pour cette guerre d'une grande importance. Je ne peux rien écrire à ce sujet, sinon cette lettre serait saisie. ».
  • le second est une lettre allemande, apparemment d'un soldat employé aux hôpitaux. Son intérêt réside dans la très curieuse explication des événements de Blâmont : on y lit de terribles accusations envers les habitants ayant commis les plus grosses « saloperies » (« die größten Schweinereien ») contre les troupes allemandes (tirs sur les troupes, les blessés, embuscades...) avec la justification du pillage de la chocolaterie comme punition. Bien qu'on sache ces faits absolument faux, on reste surpris par l'ampleur de la propagande allemande, ayant très vite propagé une justification aux crimes bavarois.

Zwischen Metz und den Vogesen
Von Duvernoy
Ed. Georg Müller, Munich, 1915

Der Anmarsch der französischen Armee.  [Traduction]
(Aus dem Tagebuch eines französischen Korporals.)
Dienstag, 11. August 1914.
Immer noch muß weiter marschiert werden; auch heute viele Nachzügler. Ich selbst erreiche das Ziel wie durch Wunder von Tatkraft. Mit Mühe trugen mich meine verschwundenen Füße. Indessen kam ich trotzdem an, allerdings nachdem ich viel ausgestanden hatte. Quartier mit Bereitschaft. Wir schlafen gerüstet. Die Riemen, die uns drücken, die Patronentaschen, die sich in unsere Seiten einpressen, der harte Boden, alles das ist nicht geeignet, uns von zwei anstrengenden Marschtagen ausruhen zu lassen.

Mittwoch, 12. August.
Nach dreistündigem Marsch kommen wir in Luneville an. Wein, Kaffee, Zucker, Obst werden durch die Bewohner verteilt. Wir erblicken die ersten Deutschen; es sind drei Gefangene, die man einige Kilometer von hier erwischt hat. Die Kanonen donnern fortwährend. Die Dragoner bringen drei deutsche Pferde, ein Automobil und Lanzen herein. Das 10. Dragonerregiment schlägt sich seit drei Tagen mit dem Feinde. Quartier in einem Herrschaftshause. Haben elektrisches Licht, Schreibtisch, aber nicht einen Strohhalm, um uns schlafen zu legen.

Donnerstag, 13. August.
Seit 3 Uhr marschbereit, erwarten das Signal zum Abmarsch. Blieben den ganzen Tag auf dem „qui vive“, aber marschierten nicht ab. Beerdigung von drei Soldaten.

Freitag, 14. August.
Abmarsch des Ganzen nach der Grenze. Wir sollen mit den Bayern ins Gefecht kommen. Das wird ein schrecklicher Zusammenstoß werden. Wenn ich bleiben sollte, so sterbe ich mit dem schmerzlichen Gefühle, daß ich nicht noch eine Nachricht von Euch erhalten habe. - 8 Uhr abend: Sind im Biwak, schlafen auf dem Schlachtfeld hinter Getreidegarben. Der Donner der Geschütze ist unterbrochen hörbar. 500 m von hier steht ein Dorf in Flammen, angezündet durch die Preußen, die sich zurückziehen. Etwas Großes bereitet sich für morgen vor.

Die Schlacht beginnt.
15. August 1914.
Bin zurzeit zum Etappendienst kommandiert auf der Strecke ............ in Lothringen. 20-25 km von uns herrscht schrecklicher Kampf; ununterbrochen hört man fürchterlichen Artilleriekampf, Flieger rasen über uns weg, Militärautos passieren uns in rasender Fahrt. Militärfuhrwerke fahren unausgesetzt in aller Eile vorbei. Alles eilt und hastet. Züge mit Gefangenen und Verwundeten und mit Krankenschwestern begegnen uns. Die Tage 14. und 15. August werden für diesen Krieg von großer Bedeutung sein. Ich darf nicht mehr darüber schreiben, da sonst dieser Brief beschlagnahmt wird. Der Artilleriekampf wird immer heftiger, es dröhnt schrecklich. Es ist unmöglich, das zuschildern. Unsere Leute sind nicht zu halten, alle wollen sie direkt in die Front, obwohl sie alle Landwehr 2 sind, lauter ältere Leute. Ich bin der jüngste unter ihnen.
Wie man von Verwundeten hört, sollen die Bayern wie Löwen kämpfen; sie gehen viel zu scharf auf den Feind.
Sie sind ganz rasend. Einem Verwundeten, dem ich im Zug etwas Kognak gab, hatte ein Granatsplitter ein fürchterliches Loch in die Seite gerissen. Französische Infanterie haben wir weniger zu fürchten, sie schießt schlecht, aber die Artillerie, obwohl sie auch herzlich schlecht schießt, jedoch durch ihre Masse schadet sie uns ziemlich. Ich will und darf nicht mehr schreiben. Ich möchte Euch bitten, mir sofort mitzuteilen, ob Ihr diese Zeilen erhalten habt.
Natürlich ist die schöne Zeit mit Bier, Beefsteak usw. aus. Wir sehen sehr schön aus, kein Mensch ist rasiert usw. Die Bevölkerung ist ruhig, hält aber mit allem sehr zurück, man bekommt selbst um Geld gar nichts.
 
Der Rückzug auf Saarburg.   [Traduction]
In Zweibrücken blieben wir, ohne daß wir irgend was zu tun hatten, bis Mittwoch morgen. Da kam plötzlich ein Befehl und wir fuhren über Saarbrücken, Dieuze, Deutsch-und Französisch-Avricourt nach Blamont, etwa 10 km von der Grenze auf französischem Boden. An demselben Tage hatte bei Lagarde ein größeres Gefecht stattgefunden, wobei hauptsächlich die „Leiber" beteiligt waren.
Da waren wir bis auf 3 km an die Gefechtslinie herangekommen. Da aber die Kriegslazarettabteilung immer ca. 25-30 km hinter der Gefechtslinie stehen muß, wurden wir noch am selben Tage wieder zurückbefördert nach Saarburg. In Blamont sah es übrigens scheußlich aus. Die Bewohner waren recht freundlich zu unseren Truppen und schossen aus dem Keller und von den Fenstern auf sie. Überhaupt sind von der Bevölkerung die größten Schweinereien begangen worden. Auf Verwundete haben sie geschossen, einzelne Reiter aus dem Hinterhalt erschossen und dergleichen mehr. Sie sind aber auch dementsprechend behandelt worden. Aus einer Schokoladefabrik beispielsweise, aus der auch von Zivilpersonen geschossen wurde, wurde alles herausgeholt, was zu holen war. Große Schokoladeblocks, vielleicht 30 bis 40 Pfund, wurden auf einmal von den Truppen geholt. Überhaupt alles nur Eßbare wurde, wie der schöne Ausdruck heißt, requiriert.
Also Mittwoch abend waren wir in Saarburg. Und dieses war der Ort, wo wir zwei Tage ordentlich und angestrengt gearbeitet haben, von morgens früh bis spät in die Nacht hinein. Ganz plötzlich wurden wir dann wieder abberufen, weil unsere Truppen sich von der französischen Grenze her auf Saarburg zurückzogen, um die Franzosen in eine sehr schöne Falle zu locken.

Traductions

[Témoignage français]
L'avance de l'armée française.
(Du journal d'un territorial français.)
Mardi, 11 août 1914.
On doit marcher toujours davantage ; encore aujourd'hui, beaucoup de retardataires. J'ai moi-même atteint l'objectif par des miracles d'énergie.  Mes pieds meurtris m'ont porté avec effort. J'ai cependant fini par arriver, après avoir beaucoup supporté. Cantonnement en se tenant prêt. Nous dormons préparés. Les courroies, qui nous compressent, les sacs de cartouches, qui s'enfoncent dans nos côtes, le sol dur, tout cela n'est pas approprié à nous reposer de deux jours de marche.

Mercredi, 12 août.
Après une marche de trois heures, nous arrivons à Lunéville. Vin, café, sucres, fruits sont distribués par les habitants. Nous voyons les premiers Allemands ; ce sont trois prisonniers, pris à quelques kilomètres d'ici. Les canons tonnent continuellement. Les dragons rapportent trois chevaux allemands, une voiture et des lances. Le 10ème régiment de dragons se bat depuis trois jours avec l'ennemi. Cantonnement dans un manoir. Nous avons la lumière électrique, un bureau, mais toutefois pas un fétu de paille pour s'allonger et dormir.

Jeudi, 13 août.
Prêts à partir depuis 3 heures, nous attendons le signal du départ. Nous restons la journée entière sur le « qui vive », mais nous ne reprenons pas la marche. Enterrement de trois soldats.

Vendredi, 14 août.
Départ général vers la frontière. Nous devons engager le combat avec les Bavarois. Ca sera un accrochage terrible. Si je devais y rester, je mourrais avec le sentiment pénible de n'avoir pas reçu de vos nouvelles. - 8 heures du soir : nous sommes au bivouac, dormant sur le champ de bataille derrière des gerbes de céréales. Le tonnerre des canons est audible par interruption. A 500 m s'élève un village en flammes, incendié par les Prussiens qui se retirent. Quelque chose de grand se prépare pour demain.

La bataille commence.
15 août 1914.
Je suis détaché au service d'étape à ............ en Lorraine. A 20-25 km de nous, règne une lutte terrible ; on entend continuellement une effroyable lutte d'artillerie, les aviateurs passent à grande vitesse au-dessus de nous, des véhicules militaires nous dépassent à allure folle. Des charrettes de militaires passent de façon ininterrompue en toute hâte. Tout s'active et va à la hâte. Des convois avec des prisonniers, des blessés et des infirmières viennent à notre rencontre. Les journées suivantes des 14 et 15 août seront pour cette guerre d'une grande importance. Je ne peux rien écrire à ce sujet, sinon cette lettre serait saisie. La lutte d'artillerie devient de plus en plus violente, ca bourdonne terriblement. Il est impossible de décrire cela. Les nôtres ne peuvent pas être retenues, tous veulent aller directement de l'avant, bien qu'ils soient tous de la réserve de l'armée territoriale 2, des personnes fort âgées. Je suis le plus jeune parmi eux.
Comme on l'entend des blessés, les Bavarois doivent combattre comme des lions ; ils vont beaucoup trop vivement sur l'ennemi.
Ils sont tout affolés. Un blessé, auquel j'avais donné du cognac dans le train, avait le côté déchiré par un affreux trou d'éclat d'obus. Nous craignons peu de l'infanterie française, elle tire mal, mais l'artillerie, bien qu'elle tire tout aussi mal, nous nuit assez toutefois par sa quantité. Je ne veux et ne peux pas en écrire plus. Je voudrais vous demander de me faire rapidement savoir si vous recevez ces lignes.
Naturellement, il fait beau temps avec de la bière, un bifteck etc. Nous avons bonne allure, aucun homme n'est rasé etc. La population est calme, mais se conserve tout, et vous n'en obtenez rien, même avec de l'argent.
 
[Témoignage allemand]
La retraite sur Sarrebourg
Nous sommes restés à Zweibrücken, sans pourtant n'y avoir à y faire, jusqu'à mercredi matin. Soudain arriva un ordre et nous partîmes sur Sarrebruck, Dieuze, Avricourt allemand et français, par Blamont, à environ 10 km de la frontière sur le sol français. Le jour même un important combat avait eu lieu à Lagarde, auquel « le corps » a principalement participé.
Nous nous étions approchés jusqu'à 3 km de la ligne de combat. Puisque les services d'hôpitaux militaires de guerre doivent toutefois être toujours à environ 25-30 km derrière la ligne de combat, nous sommes revenus le même jour vers Sarrebourg. A Blamont, cela avait été terrible. Les habitants ont été très accueillants avec nos troupes, en tirant sur eux des caves et fenêtres. Les plus grandes saloperies ont effectivement été commises par la population. Ils ont tiré sur les blessés, ont tué différents cavaliers isolés en l'embuscade et même plus. Ils ont donc été traités aussi conformément à cela. Par exemple, tout ce qu'il a été possible de prendre a été pris  d'une usine de chocolat de laquelle des civils avaient tiré. De grands blocs de chocolat, de peut-être 30 à 40 livres, ont été pris immédiatement par les troupes. Tout ce qui était comestible, fut, comme le dit la belle expression, réquisitionné.
Mercredi soir nous étions à Sarrebourg. Ce fut à cet endroit que nous avons travaillé deux jours avec ordre et fatigue, de tôt le matin jusqu'à la nuit profonde. Et tout à fait soudainement, nous fûmes rappelés de nouveau parce que nos troupes se retiraient de la frontière française, ici sur Sarrebourg, pour attirer les Français dans un très beau piège.
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email