BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Camille Thiaucourt (1854-1932)
 



Camille Jean Augustin Thiaucourt est né à Domjevin le 12 novembre 1854, fils de Augustin Thiaucourt, instituteur, et de Marie-Anne Chaton.

Elève au lycée Bichat de Lunéville, puis élève de l'Ecole normale, de la promotion 1876. Agrégé de philosophie en 1880, puis de grammaire, en 1881, il est chargé de conférences de philologie ancienne à la Faculté de Nancy le 13 octobre 1881. Il devient Docteur es-lettres, le 20 mars 1885 en présentant à Paris sa thèse « Essai sur les traités philosophiques de Cicéron et leurs sources grecques » (Ed. Hachette Paris 1885) et une thèse secondaire « De Iohannis Stobaei eclogis earumque fontibus » (Ed. Hachette Paris 1885).
Il épouse à Nancy le 31 août 1885 Josèphe Catherine Laudet. Il est honoré du titre d' « officier de l'instruction publique » en tant que chargé de cours à la faculté des Lettres de Nancy par arrêté ministériel du 29 décembre 1888.
Professeur de langue et littérature latines le 16 avril 1889, il restera attaché à l'Université de Nancy jusqu'en 1925 (pension civile à compter du 1er août 1925, pour 49 ans, 11 mois et 26 jours de service - JO du 19 novembre 1925). Camille Thiaucourt décède à Nancy le 2 octobre 1932.

On trouve notamment parmi ses oeuvres :
- Les causes et l'origine de la seconde guerre punique, et le commencement de la troisième décade de Tite-Live (Ed : Hachette Paris 1890),
- Les bibliothèques de Strasbourg et de Nancy (Ed. Berger-Levrault et cie ; Paris-Nancy, 1893),
mais bien d'autres publications sont citées dans la nécrologie ci-dessous.


Annales de l'Est
1933 - Fascicule 3

CHRONIQUE DE LA FACULTÉ DES LETTRES
NECROLOGIE
CAMILLE THIAUCOURT
(1854-1932)

Le 5 octobre 1932, la Faculté des Lettres et l'Université de Nancy ont rendu les derniers devoirs à Camille Thiaucourt, professeur de langue et littérature latines. Normalien de la promotion de1876, il était venu à la Faculté des Lettres de Nancy en 1881, après avoir conclu par une double agrégation les études philosophiques et philologiques qu'il avait menées de front. Non qu'il fût un dilettante. Mais il sentait la nécessité de fonder sur la psychologie et sur la logique la science du langage; et il portait déjà le dessein des travaux qui allaient bientôt se réaliser. En 1885 il soutenait ses thèses de doctorat. L'Essai sur les traités philosophiques de Cicéron et leurs sources grecques paraissait deux ans après le troisième volume des Untersuchungen de R. Hirzel; il ne donna pourtant pas l'impression qu'il paraissait trop tard. Hirzel ne s'était occupé que du de naturadeorum, du de finibus, du de officiis, des Academica priora, desTusculanas disputationes : l'Essai, dans un développement beaucoup plus restreint, envisage l'ensemble de l'oeuvre : évitant les constructions hypothétiques, n'accueillant qu'avec réserve les données du dehors, il laisse voir un loyal effort de critique interne :l'analyse s'applique au texte, chapitre par chapitre; c'est du texte que se tirent un à un les indices qui, dans leur dispersion et dans leur diversité, finissent par révéler comme la bibliothèque philosophique de Cicéron, l'éclectisme des livres répondant naturellement à l'éclectisme de la doctrine. Les traités sont mis régulièrement en rapport avec les circonstances publiques et privées de la vie de Cicéron : ils apparaissent ainsi avec leur caractère propre, tranchant les uns sur les autres, dans une lumière de vérité. Malgré l'oeuvre d'Hirzel, après la résurrection de Philodème, après les travaux des Plasberg, des Philippson, des Reinhardt, on se reporte encore utilement à une thèse bientôt ancienne de cinquante ans.
L'exposé de la morale stoïcienne fait sous Auguste par Didyme est passé dans le Recueil de Stobée ses études cicéroniennes conduisirent Thiaucourt à poser la question des sources de l'excerpteur : la thèse secondaire de lokannis Stobaei eclogis earumque fontibus [Paris], 1885, garde le mérite d'avoir été tentée alors que Wachsmuth n'avait publié que les deux premiers volumes de l'édition qu'Hense devait reprendre de 1894 à 1912. Pour l'Essai, il eut une suite l'édition scolaire du deuxième livre du de natura deorum, Paris,1897; les traités de philosophie religieuse et les opuscules philosophiques de Cicéron, Paris, 1902; les Académiques de Cicéron et le contra Academicos de saint Augustin, Mélanges Boissier, Paris, 1903; et ces cours sur les traités philosophiques de Cicéron qui ont fait l'objet d'une publication restreinte (6 vol. autogr. ou lithogr. Nancy, 1912-1915) et dont le dessein principal semble avoir été de dégager ce qui peut subsister d'actuel dans l'œuvre antique.
Le goût du concret et du vivant, qui est sensible dans le premier livre de Thiaucourt, devait se satisfaire dans deux séries d'études, dont les premières sont historiques Essai sur la conjuration de Catilina de Salluste, Paris 1887; Les causes et l'origine de la deuxième Guerre Punique, Paris, 1890; Le Consulat de Cicéron, Paris,1894; les autres, pédagogiques : L'éducation nationale et les langues classiques ou les langues modernes, Le Havre, 1898; La question du latin à la Renaissance et aujourd'hui, Paris, 1899. On ajoutera un mémoire sur les Bibliothèques de Strasbourg et de Nancy, Nancy, 1893.
Pourquoi fallut-il que la maladie, s'insinuant dans un corps d'athlète, mit prématurément un terme à cette activité ? Patient et sage, Thiaucourt accepta les limites que son destin lui imposait il se partagea entre la méditation des historiens latins et le dévouement à ses étudiants. Ceux qui ne l'ont connu qu'au soir de sa vie aimaient à entendre rappeler le temps où, ayant déjà travaillé une demi-douzaine d'heures à l'ouverture matinale de la Bibliothèque, il y venait bousculer les livres et relancer ses collègues, où des lectures les plus diverses et parfois les plus inattendues, il récoltait des monceaux de fiches, où il était ami des gais propos. Ils gardent le souvenir d'un parfait honnête homme, droit et bon, et qui réserva toutes ses forces au service de l'Université.
Henri FRÈRE.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email