BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

Reconstruction de la LBB - 1914-1918
 


Rapports et délibérations - Conseil général du Département de la Meurthe et Moselle
2ème session ordinaire de 1921


Rapports des chef de service

SITUATION DES CHEMINS DE FER D'INTÉRÊT GÉNÉRAI
RAPPORT DE L'INGÉNIEUR EN CHEF DU CONTROLE (Voie et Bâtiments)

[...]
CHEMIN DE FER DE LUNÉVILLE A BLAMONT ET A BADONVILLER
La ligne a été ouverte à l'exploitation le 29 juin 1911. La longueur dont il convient de faire état dans le calcul des subventions est de 46k333m50.
Entretien et exploitation. - Remise, en état de la ligne.
Une convention du 18 mars 1919 a été passée entre M. le Préfet de Meurthe-et-Moselle et M. Tartary, administrateur de la Compagnie des chemins de fer de l'Aube, concessionnaire de la ligne, aux termes de laquelle cette compagnie s'engage à exécuter les travaux nécessaires pour remettre la ligne en état sur tout son parcours, moyennant le remboursement de toutes les dépenses réelles quelles qu'elles soient, faites par elles, dûment justifiées, et majorées de 10 % pour avances de fonds, frais généraux, faux frais et bénéfices.
Cette convention a reçu l'approbation de M. le Ministre des Travaux publics par une décision du 1er juin 1919, qui a en même temps autorisé M. le Préfet à la signer au nom de l'Etat.
Les travaux à exécuter consistaient dans :
1° Le rétablissement entre Domêvre et Blâmont de la voie qui a été complètement enlevée, ainsi que le ballast.
2° La reconstruction des ponts de Domèvre (2 arches) et de Verdenal (3 arches) qui ont été détruits.
3° La reconstruction de la halte de Verdenal qui a été détruite, et la restauration de tous les autres bâtiments de la ligne, dont quelques-uns avaient été transformés en blockhaus (Herbéviller-Migneville-Domèvre).
4° La remise en état des remblais, des fossés, du ballastage, le remplacement des traverses et des rails endommagés par les bombardements, la plupart des remblais ayant été utilisés pour créer des abris.
5° La remise en état des ponts à bascule, réservoirs, tuyauteries, etc., et de la clôture des stations.
6° La remise en étal du matériel roulant détérioré ou modifié pour les besoins de la guerre et le remplacement d'un wagon disparu.
7° La remise au complet du petit matériel des stations, de la voie, des trains, etc., que la compagnie possédait avant la guerre.
Ces différents travaux avaient été évalués à 1.055.278 francs.
Actuellement, tous les travaux de remise en état de la ligne et de ses dépendances sont complètement terminés.
Le terminus de Blâmont a été reporté dans un jardin voisin, afin de supprimer un obstacle dangereux que l'ancien terminus offrait pour la circulation sur la route nationale n° 4, empruntée à cet endroit.
L'exploitation a été reprise complètement sur la section Domèvre-Blâmont le 1er avril 1920.
Les ponts de Domèvre et de Verdenal sont terminés.
La reconstruction de la halle de Verdenal qui avait été totalement rasée jusqu'au niveau du rez-de-chaussée est achevée.
La remise en état de tous les autres bâtiments est également terminée.
Les remblais ont été remis en état; le ballastage a été complété, les rails cassés par les bombardements, ainsi que les traverses ont été remplacés. Les clôtures des stations sont faites ainsi que les ponts à bascule, réservoirs, tuyauteries, etc.
Pour le matériel roulant, tout est en état.
Le petit matériel des stations, de la voie, des trains, etc., que la compagnie possédait avant la guerre est remis au complet.

Exploitation. - Trois trains journaliers dans chaque sens sont mis en circulation sur la ligne complète.
Des arrêtés préfectoraux ont autorisé la compagnie à augmenter les tarifs primitifs de :
100 % pour les transports, voyageurs,
300 % sur les frais accessoires;
150 % sur la grande et la petite vitesse,
500 % sur les frais de transmission et de transbordement.
Les résultats financiers de l'exercice 1920, comparés avec ceux de 1919, sont consignés au tableau ci après :


Personnel. - La Compagnie paie une indemnité de cherté de vie de 3 francs par jour pour les hommes et de 2 francs pour les femmes, plus les charges de famille de 12f50 par mois pour chacun des deux premiers enfants et de 25 francs à partir du troisième.
Depuis le 1er mai 1920, les indemnités de vie chère ont été incorporées dans les échelles de traitement dont l'application remonte au 1er janvier 1920.
L'Etat assure également au personnel de la ligne le paiement d'indemnités exceptionnelles et complémentaires de cherté de vie et de charges de famille, par application de l'arrêté interministériel du 13 janvier 1919.
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email