BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


1707 - Histoire de Toul - P. Benoît Picart
 


Histoire ecclésiastique et politique de la ville et du diocèse de Toul
P. Benoit Picart
Toul, 1707


Comté de Blâmont

Blâmont est un ancien Comté du païs Chaumontois. Il en est parlé dans un titre de Federic I. duc de Lorraine & comte de Bar l'an 962. C'est au sujet de l'advocatie de l'abbaïe de Senone, que les évêques de Metz avoient donnée à c e prince, & dont Oilardus, Comte de Blâmont,, est cité pour témoin. S. Oilardi comitis Ablamontis. Mais il ne se trouve plus rien sur ce comté, depuis ce tems-là, jusqu'à celui de Berrthold, évêque de Toul. Ce prélat, à qui l'abbaïe de Bon-moutier apartenoit, en accorda en 1002, l'advocatie à Ulrix de Turquestein, sire de Blâmont. Gerard fils d'Ulrix, obtint du même évêque, outre l'advocatie de cette abbaïe, icelle encore de l'abbaïe de S. Sauveur, que ce prélat venoit de fonder, ainsi que nous l'aprenons de bos M.S. Gerard prend, comme son pere, la qualité de seigneur de Blâmont, & il ne paroit aprés lui personne qui l'ait prise, que dans le siecle suivant.
Nous trouvons que l'abbaïe de Hauteseille, ordre de Citeau, fut fondée par une dame, nommée Agnés, comtesse de Blâmõt & de Langstein. La lettre de fondation, qui est entre les années 1130. & 1138. donne à cette fameuse dame deux fils, sçavoir Herman & Henri, dont le premier fut comte de Blâmont, l'autre comte de Salm. Ruir dit dans ses antiquités de Vôges, que cette Agnés étoit fille de Renaud I. comte de Bar ; d'où je conclu, qu'elle pourroit bien avoir épousé un comte de Blâmont, dont nous ignorons le nom ; & nous ne sçavons pas certainement, si ce comte tiroit son origine des seigneurs de Salm en Ardenne, comme on le prétend. Cette matiere n'a pas encore été jusqu'à present dans son jour. En attendant de nouvelles découvertes, je commencerai la suite des comtes de Blâmont par Herman, fils de la comtesse Agnés.
Herman épouse Mathilde de Paroy. Il en est parlé dans un titre de l'an 1145, donné par Henri de Lorraine évêque de Toul et de l'abbaë de Senone. Ce comte ne laissa point d'enfant, é il eut pour héritier Hanri comte de Salm son néveu, en la personne duquel les deux comtés de Blâmont et de Salm furent ainsi réünis.
Henri I. comte de Blâmont é de Salm épousa Juditte de Xures. Il en est parlé dans un titre de l'an 1151. en faveur de l'abbaïe de S. Pierre de Metz. Il vivoit encore en 1174. & 1186. ce qui se prouve par les tîtres qu'on a de lui. Il y marque, que son pere s'apelloit Henri, son oncle paternel Herman, son ayeule Agnés de Langstein, sa femme Joathe, & son frere Hanri.
Henri II. comte de Blâmont & de Salm eut pour femme Juditte de Lorraine, fille de Fedéric de Lorraine, seigneur de Birch & de Ludomille de Pologne, de laquelle il eut Henri, Federic, Juditte & Lorette. L'aîné fut seigneur de Deneuvre du vivant de son pere, & eut de Sibille de Bar-le-Duc deux fils, Federic & Henri. Etant mort avant son pere, ses deux enfants partagerent la succession de son ayeul. Le premier eut le comté de Blâmõt, & l'autre celui de Salm, avec les seigneuries de Deneuvre & de Langstein, ou Pierre-percé. Federic I. comte de Blâmont épousa Jeanne de ... qu'iol laissa veuve en 1247, après avoir eu trois fils, Henry, Geofroy & Thomas. Geofroy déclara en 1251. qu'il étaoit homme lige de l'évêque de Metz, comme son pere Federic, & qu'il devoit le secourir contre le duc de Brabant, le comte de Luxembourg,& tous les Allemans. Thomas fut Princier.., & ensuite évêque de Verdun. Henri III. comte de Blâmont fit ses reprises, & fut investi de son comté en 1291. par la médiation de Federic IV. duc de Lorraine, de Jean comte de Salm, & des abbés de Gorze, de Hauteseille & de Salival. Henri III. eut deux fils ; sçavoir Henri IV. & Jean. Vasbourg lui en donne un troisiéme nommé Thiebau ; mais il ne fut que son petit fils. Cette filiation est justifiée par les actes des reprises faites de l'évêque de Metz, nommé Ademare, dans les années 1331. & 1336.
Henri IV. fut pere de Henri . Celui-cy épousa Isabelle, ou Marguerite de Lorraine, fille de Federic I. de Lorraine, comte de Vaudémont, é de Marguerite de Joinville. Vasbourg & Vignier donnent à ce Thiebau le nom de Henri : peut-être avoit-il deux noms. Il mourut le 24. Avril 1441, aiant laissé de son épouse cinq enfans, Federic II. Thiebau II. Olry, Marguerite, & Isabelle. Olry embrasse l'état eclésiastique. Thiébau & marguerite moururent sans enfans.
Federic II, comte de Blâmont servit avec beaucoup de réputation l'Empire & la France. Il ne laissa qu'un fils nommé Louis.
Louis, comte de Blâmont, etoit d'une santé fort foible. il donna en 1498. procuration à Gerars de Mulheim, pour faire ses reprises de Henri de Lorraine évêque de Metz, & mourut sans enfans.
Olry son oncle fut son héritier, & se mit en possession du comté de Blâmont, des prévôtés de Deneuvre, d'Amermont, de Mandre aux quatre tours & de Fougeroles, qu'il transporta peu de tems après à René II. duc de Lorraine, avec l'agrément & sous le bon plaisir de Henri évêque de Metz. Isabelle de la Haye s'y oposa, comme étant fille de Louis de la Haye, seigneur de Passavant, & d'Isabelle de Blâmont, soeur d'Olry, tante du comte Louis, & par conséquent plus proche héritiere de ce prélat. L'évêque de Metz, oncle paternel de René II. prétendit que la comté de Blâmont & ses dépendances étant des fiefs masculins de son évêché, il étoit en droit d'en investir qui bon lui sembleroit & ensuite déclara nulle & mal fondée, l'oposition d'Isabelle, & maintint René dans son investiture. Isabelle n'eut de la succession de son oncle, que la terre de Fougeroles ; les autres furent unies aux duchés de Lorraine & de Bar, aussi-bien que le comté de Blâmont. Ce comté est un fief de l'Empire, pour lequel les ducs de Lorraine font leur reprise. Il en est parlé dans la transaction faite à la diète de Nuremberg, en faveur du duc Antoine.

La ville de Blâmont.

C'est la capitale du Comté, située sur la petite rivière de Vesouze. Elle a été autrefois plus considérable, qu'elle n'est à present ; car Clopstein, gouverneur, y mit le feu en 1636, & se retira au château à l'aproche du duc de Veimar. Mr. de Feuquiers prit le château en 1638 & le brûla. Blâmont fit le doüaire de Christine de Danemark épouse de François I. duc de Lorraine, & elle s'y retira aprés la mort de ce prince, décédé à Remiremont. Paradin, dans son histoire, parle ainsi de sa retraite. « Trois jours aprés le partement dudit seigneur duc (Charles son fils) madame sa mere Christine de Dannemark fort fachée, se retira en un lieu de son domaine, nommé Blâmont, au grand déplaisir de tous ses sujets, qui portent grandissime amour à leur prince, & trouvoient étrange le département de la mere & du fils ». Blâmont fut attaqué au commencement de 1587, par l'armée des protestants d'Allemagne ; mais un jeune gentil-homme Lorrain, qui s'y étoit jetté avec deux compagnies, s'y défendit si bien, quoique l'infanterie fut logée dans le faubourg, qu'après avoir tué plus de 200. hommes en une attaque, il les contraignit à décamper honteusement. Henri IV, comte de Blâmont, & Valburge son épouse, y fondèrent en 1382, un chapitre de sept chanoines, avec un prévôt. Il y a aussi un convent de capucins, & un autre de filles de la congrégation de Nôtre-Dame. Le prince y a un prévôt pour la justice.

L'abbaïe de Domévre.

On trouve dans l'étenduë de ce comté quelques prieurés de l'ordre de S. Bénoît, & une abbaïe de l'ordre de S. Augustin. Cette abbaïe est située dans un lieu apellé Domévre, où les religieux d'établirent en 1569. après la ruine de celle de Saint Sauveur brûlée en cette année-là par un capitaine hérétique, nommé Janly. Elle n'étoit pas éloignée de Domévre. Ce fut Berthold, évêque de Toul, qui la fonda en 1010. pour des Bénédictins, auxquels peu de tems aprés furent substitués les chanoines reguliers de S. Augustin. L'abaïe de Domévre est en regle.

L'abbaïe de Hauteseille

Elle est de l'ordre de Citeau, & dans le comté de Blâmont. Elle reconnoit pour fondatrice, comme nous l'avons remarqué cy.dessus, Agnès comtesse de Blâmont, avec Henri & Herman ses enfans. C'est ce qui se voit dans le titre de Pierre de Brixei évêque de Toul, de l'an 1176. Le nécrologue de cette abbaïe met la fondation au 26. de mai de l'année 1140. quoique d'autres l'avancent de quelques années. Elle est située entre l'abaïe de S. Sauveur & la ville de Blâmont sur la riviere de Vesouze. Ruir dit su'elle dépendoit de l'abbaïe de Tuilley au comté de Bourgogne. Hauteseille est en regle.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email