BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

Blâmont dans les romans (10) - Roman de guerre

(Voir aussi la catégorie Blâmont dans les romans, poèmes...)


La terre natale; roman.
Victor Margueritte
Ed. Paris 1917

[...] M. Miron avait cessé, non d'exister, mais de souffrir. On entourait de tous les soins possibles son insensibilité croissante. Il ne donnait plus signe de pensée qu'aux visites de plus en plus rares de Pablo et de Jean. Tous deux avaient été versés à des unités nouvelles. L'un était affecté à une escadrille de Bombardement à Nancy; l'autre, aux observations des tirs d'artillerie, à l'armée de Maud'huy. Alors, sortant de sa torpeur, M. Miron écoutait, fébrile, les récits héroïques. Très rouge, les yeux brillants, il suivait, dans le ciel de leurs prouesses, les aviateurs planant au-dessus de la terre reconquise. Il volait en même temps qu'eux. Jean, avec son biplan chargé de bombes, l'enlevait par delà la ligne bleue des Vosges, lui déroulait la plaine d'Alsace., M. Miron voyait, a travers les yeux de son fils, étinceler dans le brouillard matinal l'or du Rhin, et toute son âme s'élançait vers ce lever d'aurore. Ou bien, avec Pablo, il contemplait la terre de Flandre inondée, la nappe grise des eaux et, de Nieuport à Ypres, l'infranchissable fossé de l'Yser... L'Yser! Encore une victoire qu'il n'avait pas perçue, touchée, et qu'à travers leur annonciation il saluait, avec leur foi... On les tenait, les Boches! Non contents de les avoir refoulés, à la Marne, ne les avait-on pas maintenus sur l'Aisne, sur l'Oise et sur la Somme ?. Ne les avait-on pas arrêtés, échelon contre échelon, dans la course vers la mer ?... On avait encore gagné la seconde manche. Pas plus qu'ils n'avaient eu Paris, ils n'auraient Calais !
Ce soir-là, qui était celui de Noël, Pablo venu, en mission achevait lentement de conter l'un des derniers exploits de Garros. Seul sur un petit monoplan armé d'une mitrailleuse; qui par un dispositif de son invention lui permettait de tirer à travers l'hélice, il avait descendu un gros aviatik et ses deux passagers. L'exaltation du vieillard, soulevé sur sa chaise longue, était si grande que Pedro fit signe à son fils de se taire... On remonterait, après le dîner...
- Nous allons te laisser dormir, père.
Mais, au même moment, Elmira entrait joyeuse, avec une lettre de Jean. Elle rayonnait tant d'orgueil que M. Miron, droit sur son séant, refusa de s'étendre. Il donnait des coups de poing dans son oreiller :
- Lis ! Je veux entendre.
Toute à sa lettre et sans voir les gestes inquiets de Pedro, elle commençait :
« 23 décembre, Hier, jolie petite randonnée, hors tour de Service, sur monoplan d'une escadrille voisine, dont le pilote était malade. Parti par temps brumeux, à 7 h. 25, observation est Nancy. A 1.500, sur Champenoux, entré dans les nuages. Vois rien. Lunettes pleines d'eau, boussole coincée. Tous les malheurs ! Pique pour me reconnaître. A 600 mètres, à travers brouillard, lâche mes quatre bombes sur beau drachen. Panique dans le rassemblement. Encadré par obus. Remonte; nuages; me perds. Repique pour voir. Temps s'éclaircit. Suis sur Blamont, remonte à 2.000 mètres et vois taube arriver, direction sur moi. Le charge en dessous à plein moteur, avec mitrailleuse. Il fait demi-tour. Poursuite, continuant à mitrailler. Il prend de la distance quand tout d'un coup, - ça n'a pas duré deux minutes, -il glisse longuement sur l'aile droite, et tombe, d'une masse, l'avant enveloppé de fumée et de feu, les ailes déchiquetées. Je plonge pour le voir s'abattre. Encadré par obus de tous calibres, redresse mon appareil. Le ciel est nettoyé. Pas d'oiseau en vue. Retour, et à 9 h. 35 atterrissage, en douce, au parc... Fais mon rapport. Félicité par tout le monde comme si c'était quelque chose d'extraordinaire. Une veine, voilà tout. Il paraît que je serai cité à l'ordre de l'armée. Embrasse papa, Pedro, Alice, Adélia; Nanou. A la ronde quoi, en gardant pour toi le baiser le plus tendre... C'est Pedro qui va bisquer! A lui la pose... »
Elle plia le billet, - une feuille de carnet déchirée, - et le glissa dans son corsage.
- Hein! qu'est-ce que vous dites de ça ?
Émus, tous écoutaient. Alice simplement s'essuyait les yeux. Nanou, machinalement, tambourinait sur le dossier de sa chaise. Une fierté brillait dans son regard lointain; le front haut, sous ses cheveux blancs relevés, elle souriait à une vision enfantine. Il avait grandi, son bambin... Ce fut Pablo qui, le premier, rompit le religieux silence.
- Ah! oui, l'animal, il en a une veine... Quand est-ce que je descendrai le mien ?
Mais Pedro criait, d'une voix altérée :
- Père, père, qu'as-tu ?
Les yeux révulsés, M. Miron faisait de vains efforts pour parler. Des plaques écarlates marbraient le visage où passait une expression de lutte.
Il agita les mains...
- J'ai... J'ai... J'ai...
Puis, comme s'il dominait un invincible ennemi, il prononça d'un trait avec force :
- Jean... Pablo... La victoire de la...
Brisé, il retombait de son long, la tête de travers sur l'oreiller. Un peu d'écume coula, au coin des lèvres qui remuaient encore. Elmira sanglotait, effondrée au pied de la chaise longue. Pablo et Pedro pieusement recueillirent le dernier souffle. Il s'exhala avec un gargouillis presque inintelligible :
- Fran... Fran...ce.
Les traits soudain se détendirent. Un air de sérénité extasiée, presque de béatitude, une seconde flotta sur le visage qui se décomposait, et presque aussitôt se figea, dans l'immobilité de la mort.


Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email