BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site

 

Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Discours du comice agricole - 20 août 1899


Journal de l'agriculture de la ferme et des maisons de campagne…
1899 v.2

Discours prononcé au concours de Blamont (Meurthe-et-Moselle), le 20 août.

L'AGRICULTURE ET LA POPULATION EN LORRAINE (1)
L'année 1899 comptera, parmi celles du siècle qu'elle finit, comme l'une des plus productives en général et en froment en particulier. Dans le canton de Blâmont, la proportion des terres consacrées à la culture du blé est considérable. Sur une superficie totale d'environ 22,000 hectares, en compte 14,000 hectares de terre arable, dont 4,500 sont ensemencés en blé. C'est le produit principal de l'agriculture, celui sur lequel le cultivateur compte avant tout pour vivre, pour payer ses divers frais d'exploitation, et, enfin, si faire se peut, économiser les réserves en vue de l'avenir.
La récolte atteindra au moins cette année 16 quintaux à l'hectare, soit 4 quintaux en plus qu'une année moyenne. Par le bilan de ce qu'une exploitation d'une charrue aura à vendre cette année, nous nous rendrons compte de l'importance d'une bonne récolte au point de vue de la recette de la ferme.
Une exploitation de 40 hectares au total ensemencera en blé environ 10 hectares. Il faut réserver sur le produit 16 quintaux pour la semence et à peu près 24 quintaux pour la nourriture de la famille du cultivateur et de ses ouvriers, soit 40 quintaux qui ne donnent pas lieu à recette. En bonne année, l'exploitation que nous avons prise pour base apportera sur le marché 120 quintaux, en année moyenne 80 quintaux, en année mauvaise 40 quintaux seulement. Si nous appliquons les prix correspondant à ces années, les recettes varieront comme suit :
Bonne année, 120 X 18 = 2,160 francs; - moyenne année, 80 X 21 = 1 ,680 francs; - mauvaise année, 40 X 30: 1 ,200 francs.
Si, maintenant, nous envisageons la récolte de la France en général, il semble que l'année doive être considérée comme bonne, peut-être même très bonne, et assurément plus que suffisante pour les besoins du pays. S'il en est ainsi, nous sommes exposés à voir des prix bien bas. Le droit protecteur de 7 francs deviendra, non pas seulement insuffisant, mais bien de nul effet pour le maintien des cours.
La production du blé en France, sous l'influence d'un certain progrès général dans la pratique agricole, s'est accrue dans une assez notable proportion. Le recul occasionné par quelques années déficitaires est bien plus que compensé par l'abondance des bonnes années.
Par contre, et c'est un malheur déploré par tous les esprits éclairés et véritablement patriotes, notre population, au lieu de s'accroître et de suivre, comme en tout pays bien réglé, le mouvement ascensionnel de la production, reste stationnaire, si même elle ne suit un mouvement à rebours.
Les consommateurs du blé en France ne sont pas assez nombreux, l'offre est supérieure à la demande; voilà la cause vraie de la baisse.
Croyez-vous que si notre population avait progressé comme elle le faisait autrefois, comme elle continue à le faire partout ailleurs, l'Allemagne, par exemple, depuis 1870 a pris sur nous une avance de 14 millions d'habitants; croyez-vous, dis-je, que si la France avait marché dans la même honorable voie, si elle avait à nourrir 14 millions d'habitants de plus, et elle le pourrait facilement, nous ne trouverions pas le placement de tous nos excédents de blé, fussent-ils de 30 millions d'hectolitres annuellement ? Le débouché que nous cherchons si péniblement aujourd'hui, nous l'aurions sur place, à notre porte, chez nous! Mais il n'en est pas ainsi, et, dans les conditions actuelles de notre production du blé, la sortie à l'extérieur devient une nécessité. Comme pour le sucre de betteraves, il faut que des mesures législatives favorisent notre exportation. Ainsi l'ont compris un certain nombre de députés, car, presque simultanément, trois propositions ont été faites au Parlement, propositions qui, malgré leur importance économique, n'ont pas assez occupé l'opinion des producteurs, toujours disposés à se plaindre et rarement prêts à l'action.
C'est d'abord M. de Pontbriand et quelques-uns de ses collègues qui demandent qu'à toute exportation de blé ou de farine correspondante, il soit remis a la sortie une somme équivalente au droit perçu à l'entrée. Ce système de prime pure et simple et sans limite à l'exportation pourrait causer dans nos finances déjà obérées, des trous tels qu'il faut l'écarter, malgré sa séduisante simplicité.
Les deux autres propositions ont beaucoup de ressemblance entre elles. L'une faite par M. Debussy demande que : « toute exportation de blé, avoine, orge, seigle, maïs, fèves, féveroles, farines de blé et de fèves, malt pour brasserie, quelle qu'en soit la provenance, donnera lieu par la douane à la délivrance d'un bon d'exportation. Ce bon, transféré au porteur, servira à acquitter les droits de douane sur les blé, avoine, orge, seigle, maïs, fèves et féveroles importés en France, pour la somme qu'il indique. »
L'autre proposition porte la signature de nos deux honorables députés, MM. Papelier et Fénal, que je me félicite de voir ici, à mes côtés, témoigner leur intérêt à. l'agriculture. En voici la teneur :
« Tout importateur de blé, seigle, avoine, orge, escourgeon, fève, féverole et maïs, qui payera les droits de douane de ces marchandises à leur arrivée en France, recevra de la douane en échange de payement un bon d'importation indiquant le poids et la qualité des marchandises importées et le montant des droits de douane payés. Ce bon d'importation, transmissible par voie d'endossement, sera remboursé en totalité ou en partie si, dans les six premiers mois de sa création, le porteur du bon justifie qu'il a exporté par une frontière quelconque, soit les céréales désignées ci-dessus, soit leurs dérivées. Etant entendu que les sommes remboursées seront les mêmes que celles réclamées par la douane à leur entrée en France. »
Nous faisons des vœux pour que l'une ou l'autre de ces deux propositions, qui sont non seulement simples et pratiques, mais encore très nécessaires, soient adoptées à bref délai par la Chambre.
Je suis heureux de constater que l'une de ces propositions est l'œuvre collective de nos collègues du Comice et de la Société départementale d'agriculture; au nom des cultivateurs, je les remercie de leur opportune initiative.
Avant de quitter le terrain de la protection de l'agriculture, prions nos députés de repousser toute modification aux traités de commerce qui se ferait aux dépens des produits agricoles.
Le Gouvernement vient, en effet, de signer une convention commerciale avec les Etats-Unis d'Amérique : cette convention a besoin, pour avoir force de loi, de la ratification du Parlement. Nous espérons bien, après toutes les protestations auxquelles elle a donné lieu, tant dans le monde agricole que dans le monde industriel, qu'elle lui sera refusée.
C'est bien le cas de rappeler que, depuis longtemps, c est au détriment de la terre que tous les traités de commerce ont été faits. Napoléon lll, cédant à la pression des doctrinaires, a inauguré ce système en 1860, et jusqu'en 1892 on a persévéré dans cette voie : on a sacrifié l'industrie du sol à l'industrie manufacturière. Sans doute, il fallait protéger celle-ci, mais il fallait plus encore ne pas abandonner celle-là. Aussi, après bientôt quarante ans, nous voyons les résultats de ce régime d'infériorité agricole.
Je vous disais tout à. l'heure, et je le déplorais, que la population en France était restée stationnaire. Les statistiques constatent que les villes, Paris surtout, et les centres industriels se sont fortement accrus, tandis que nos villages ont perdu, eux, tout ce que les autres ont gagné, car de l'émigration à l'extérieur, de la colonisation, il n'en faut guère parler, elle est presque nulle, et il faut convenir que dans un pays dont la population ne s'accroît pas, dans un pays où par suite du manque de bras on est dans la nécessité de faire appel dans une large mesure aux travailleurs étrangers, la colonisation serait un non sens.
Le canton de Blâmont, qui est avant tout agricole, qui vit presque exclusivement du produit de la terre, a vu sa population tomber pendant cette période de quarante années, de 14,000 à 11,000 habitants, soit une diminution de 30 pour 100. La main-d'œuvre qui se fait rare, paraît cependant encore suffire, même a l'époque des grands travaux, grâce à l'emploi des machines, faucheuses et surtout moissonneuses. Mais le parcellement du sol, l'enchevêtrement des parcelles, la faible étendue de ces parcelles et le manque de chemins d'exploitation, empêchent de tirer tout le parti que l'on pourrait de ces nouveaux instruments, comme ils empêchent aussi le cultivateur instruit et désireux de mieux faire, de varier ses produits en modifiant la rotation de ses récoltes. Bon gré, mal gré, il lui faut ensemencer, en même nature que tous ses voisins, les champs placés dans une même saison. Comment s'étonner si dans ces conditions de dépopulation, de mauvaise constitution de la propriété, d'abaissement considérable du prix du blé et de tant d'autres causes tant matérielles que morales qu'il serait trop long d'énumérer, la terre est délaissée, si dans la plupart des cas la valeur locative a baissé de plus de moitié, et la valeur foncière des deux tiers ! Dans toute cette dégringolade une seule chose persiste, l'avidité du fisc, l'immobilisation en principal de l'impôt foncier. C'est un criant abus de voir les biens ruraux payer 15 à 20 pour 100 en principal de leur revenu réel, les centimes additionnels en sus, pendant que les valeurs mobilières qui sont taxées, et il en est qui ne le sont pas, paient 4 pour 100. J'ai dit : de leur revenu réel, car un grand nombre de baux déjà anciens comportent des prix trop élevés, qui donnent forcément lieu à d'importantes remises.
C'est donc avec une grande satisfaction ne nous avons vu le Parlement saisi d'un projet d'une nouvelle évaluation de la propriété non bâtie, de manière à arriver promptement et sans l'exagération de dépenses et de temps qu'entraînerait le renouvellement du cadastre pour toute la France, à. imposer, comme cela a été fait, il y a dix ans bientôt, pour la propriété bâtie, la terre d'après son revenu, net annuel. Impôt de répartition ou impôt de quotité, peu importe; ce qui est urgent, c'est de mettre l'impôt en proportion du revenu, c'est de ramener une équitable égalité entre l'impôt et le revenu, qu'elle qu'en soit la source. Il ne sera pas plus difficile d'évaluer le revenu des terres qu'il ne l'a été de déterminer celui des maisons ou des usines, et à la condition de ne point faire prédominer dans les commissions communales, cantonales ou départementales, l'élément fiscal toujours rapace, mais bien d'y donner une place prépondérante à ceux qui sont les représentants de la propriété. Nous sommes convaincus que les résultats de cette réforme seront des plus avantageux, dans l'ensemble, à la propriété non bâtie.
Une autre mesure qui aurait sur les affaires de l'agriculture et pour la pacification des esprits un très bon effet, serait la création de tribunaux agricoles a l'instar des tribunaux de commerce, dont ils pourraient peut-être constituer une branche.
Divers projets, sur lesquels nous avons appelé en leur temps, l'attention de nos confrères, ont été déposés dans la dernière législature et dans la législature actuelle. Nous ne saurions trop en recommander l'étude et en souhaiter la désirable et prochaine réalisation.
Je résume mon discours en empruntant à Emile Augier, en les modifiant légèrement, quatre vers charmants autant que vrais :
Remettez en honneur le sol et la charrue,
Repeuplez la campagne aux dépens de la rue,
Grevez d'impôts les titres et degrevez les champs,
Ayez moins de bourgeois et plus de paysans.
PAUL GENAY,
Président du Comice de Lunéville.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email