BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Monographie communale - Blâmont - Marange - 1888


Cette monographie appartient à la sérieété réalisées par les instituteurs sur demande du Ministère de l'Instruction Publique, pour la préparation de l'exposition de l'enseignement primaire public à l'exposition universelle de 1889. Elle répond à un questionnaire dressé par l'inspection académique du département


Monographie
Instituteur Marange
1888


Blâmont
2175 habitants - à 58 kil. de Nancy
Chef-lieu d’arr. Lunéville à 30 kil.
Chef-lieu de cant. Blâmont
Bur. de poste. Blâmont
Chemin de fer
Route nation.
Route départ.
Maire Brice
Adjoints Barthelémy
Curé Didierjean
Instituteur Marange
Institutrice Mangin (Mlle)

Donner la situation de la commune (confins), sa superficie, la disposition de son territoire, la nature de son terroir, ses différentes divisions ou parties connues sous un nom particulier.

Blâmont est situé par 4° 30’ 46’’ de long. or. et 48° 35’ 21’’ de lat. sept. entre les communes de Repais et Gogney au Nord, Frémonville à l’Est, Barbas et Domèvre au Sud et Verdenal à l’Ouest, à l’extrémité d’un contrefort des Vosges sur son revers extrême, entre les vallées de la Vezouze et du Richeval qui y est appelé Voise.
Le terrain appartient au calcaire coquillier, les alluvions des vallées sont de nature siliceuse, car elles descendent du grès vosgien : il y a encore quelques hectares de terrain tourbeux.
La superficie imposable est de 705ha 53a 27ca
La superficie non imposable est de 35ha 22a 24 ca
La superficie totale est de 740 ha 75a 51ca
Généralement la partie alluviale du territoire est en prairie permanente.
Le reste est labouré et mis en valeur d’après les anciennes méthodes.

Liste de tous les noms de lieux dits de la commune
Hameaux : Néant

Fermes :
Le Moulin
Du Champ (la ferme)
St Jean

Collines :
Haut de Verdenal
Haut du Chêne
Haut de la Lêche
Haut de Repaix
Haut du Jard
Le Carreau
Haut du Pendu
Haut de St Jean
Haut des Marmottes
Haut de Barbas

Forêts :
Bois Trion

Vallées :
De la Vezouze
De la Voise

Champs : Noms français [Noms patois]
Corne Mauvais air [Col Ma ha]
Montant le chemin d’Autrepierre [La Crieuse]
Aux vignes de la barrière
Sur le jardinet [Jaouet]
Au Moulin des Champs
Revers de Verdenal
Sous le pré Vouriot
Au pré Vouriot
Gondrexey
Revers de la gde Gasse [La Grand gosse]
Au pré Harmant
Paquis des Drapiers
L’Ecorcherie
Au dessus de la fontaine
Au dessus de Saint Martin
La barrière
Sous la vigne Gabourg
Entre les deux Chemins
La Galance
Sur le chemin de Repaix
La brèche
Entre le chemin de Vic et de Repaix [Le Zindan]
Aux vignes sur le chemin de Repaix
Aux vignes sur le chemin de Gogney
Au revers de l’étang de Repaix
Aux Neufs prés
Entre les Rivières
Sur les Pâtis
Au dessus de Haute-Rive
Au pont du Xa
Sur l’Etang
A l’Etang
Au gué d’Atrot
Au Revers du gué d’Atrot [Dondoll]
Au revers du Cheneau
Sous le chemin de Poncey
Entre le chemin de Poncey et de Repaix
Au Chaufour
Aux Cors
Croix Jacques l’Ecolier
Au dessus du Patural
Au Patural
Derrière l’hopital
A la Ruelle des bœufs
Sur le carreau
Vignes du Grand Jardin
Les vignes vers Frémonvile
Martinpré
La Jouare
Corvée vers Frémonville
Au sentier de Frémonville
Prés de la Scie
Pré du Taueau
Au grand gué
Sur la route de Cirey
Au haut poirier de Frémonville
Sur le pré le Diable
Pré le Diable
Pâtis
Sous Saint-Jean
Revers de St Jean
A la fontaine des Capucins
Au dessus de la fontaine des Capucins
Montant le chemin de Harbouey
Au Douaire
Au chemin de Barbas
Aux Marmottes
Moyen Pré
Au petit Breuil
Entre les eaux
Au Grand Breuil
Revers des Ailes
Pré des Ailes
Au Pré Harmont
Au Rond Pré
A Barbézieux
Au dessus du Grand Breuil
Aux Gris Champs
Corvée du Petit Breuil
Sur la route de Domèvre
Derrière l’Eglise
Revers du bois Trion
Devant le Bois
La Tranchée
Derrière Trion
Au dessus de Barbezieux
Au Moulin
Aux Capucins
Sur le Ruisseau de Voise
Sous le Beuhot
Au Benêt
Sur la Butte
La Butte aux Arquebusiers
Au Gâcheux

Pierres ou Rochers : Néant

Sources :
Fontaine du Capucin
Fontaine du Pâtis
Fontaine du pré le Diable
Fontaine de St Martin

3° Désigner les cours d’eau qui traversent la commune, les décrire dans leur agencement général et dans la particularité de leur cours, pente, rapidité, ensablement, transformation lente ou accidentelle de leurs rives, chutes, intermittence, maxima et minima de leur niveau, époques et niveaux atteints par les grandes inondations, leurs conséquences sur le lit des cours d’eau.
La Vezouze et un de ses affluents de droite, le Richeval ou Voise, traversent le territoire de Blâmont et y confluent presqu’à angle droit au dessous de la ville. Leur cours est régulier comme pente mais sinueux. La pente moyenne de la Vezouze est de 0 m,015 par mètre celle du Richeval est de 0m,01 à peine. Le cours de la Vezouze est ensablé au dessus de Blâmont par le gravier de la montagne au-dessous le lit est profond, sans envasement dans un sol argileux. Les rives ne subissent que des transformations très lentes.
Deux chutes de 2 m font mouvoir un moulin et les meules d’une taillanderie.
Les eaux sont hautes en octobre et mars surtout, basses en janvier et tout l’été sauf crues.
Le niveau de l’étiage au pont de la route n° 4 est de 260 cm 175.
Parmi les crues remarquables, on cite
celle du 12 octobre 1865 1m65
5 janvier 1867 1m65
25 mai 1872 1m86
9 novembre 1882 1m48
La hauteur de celle du 1. janvier 1880 m’est inconnue : cette crue a failli emporter un quartier de la ville. Elle fut due à un barrage de glaçons pendant une débâcle à la suite de pluie diluvienne dans la partie supérieure du bassin.
Les conséquences des crues sont à peu près nulles, à part quelques ensablements dans le lit de la rivière.

6° Particularités météorologiques
Un courant d’air frais s’établit chaque soir, pour toute la nuit, descendant la vallée de la Vezouze quand le temps est calme. Il augmente la fraîcheur des nuits.


Tableau statistique

 

Sexe masculin

Sexe féminin

Total

 

Garçons

Mariés

Veufs

Divorcés

Total

Filles

Mariées

Veuves

Divorcées

Total

Au dessous de 1 an (0 à 12 mois)

17

 

 

 

17

17

 

 

 

17

34

1 an accompli

13

 

 

 

13

12

 

 

 

12

25

2

16

 

 

 

16

15

 

 

 

15

31

3

19

 

 

 

19

20

 

 

 

20

39

4

20

 

 

 

20

14

 

 

 

14

34

5

21

 

 

 

21

15

 

 

 

15

36

6

13

 

 

 

13

17

 

 

 

17

30

7

26

 

 

 

26

15

 

 

 

15

41

8

17

 

 

 

17

18

 

 

 

18

35

9

22

 

 

 

22

13

 

 

 

13

35

10

19

 

 

 

19

22

 

 

 

22

41

11

15

 

 

 

15

16

 

 

 

16

31

12

12

 

 

 

12

11

 

 

 

11

23

13

21

 

 

 

21

19

 

 

 

19

40

14

17

 

 

 

17

19

 

 

 

19

36

15

14

 

 

 

14

17

 

 

 

17

31

16

12

 

 

 

12

27

 

 

 

27

39

17

9

 

 

 

9

17

 

 

 

17

26

18

26

 

 

 

26

13

 

 

 

13

39

19

12

 

 

 

12

26

 

 

 

26

38

20

14

 

 

 

14

19

 

 

 

19

33

21

17

 

 

 

17

9

 

 

 

9

26

22

13

 

 

 

13

12

 

 

 

12

25

23

22

 

 

 

22

13

9

 

 

22

44

24

11

1

1

 

13

10

1

1

 

12

25

25 à 29

32

23

 

 

55

37

43

1

 

81

136

30 à 34

12

48

1

 

61

22

51

2

 

75

136

35 à 39

16

56

1

 

73

19

56

5

 

80

153

40 à 44

8

55

1

1

65

23

49

6

 

77

142

45 à 49

3

37

3

 

43

17

52

10

 

81

124

50 à 54

9

51

4

 

64

14

50

13

 

77

141

55 à 59

4

56

9

 

69

17

40

11

 

68

137

60 à 64

1

29

6

 

36

20

27

21

 

68

104

65 à 69

3

27

11

 

41

15

10

25

 

50

91

70 à 74

3

10

10

 

23

14

10

15

 

39

62

75 à 79

1

3

18

 

22

10

1

18

 

29

51

80 à 84

1

3

4

 

8

4

3

5

 

12

20

85 à 89

 

 

2

 

2

1

 

2

 

3

5

Total égal à la population

511

399

71

1

982

619

402

135

0

1157

2139


7° La population décroît régulièrement depuis le création des voies ferrées et l’annexion de l’arrondissement de Sarrebourg.
La diminution est généralement due à des départs et aux décès.
Nombre de décès cette année 42
Nombre de mariages cette année 13
Nombre de naissances cette année 19

8° Il n’y a rien à signaler de particulier sur la constitution physique des habitants. Les habitudes locales anciennes achèvent de disparaître avec le patois.
L’école de garçons compte au premier août 1888 148 élèves inscrits.
Celle de filles 87.
Soit pour les écoles communales 235 élèves.
Une école libre de fillescompte39 élèves.

9° Le territoire est assez fertile, l’assolement est triennal, blé ou seigle, rensances ou plantes racines un dixième à peine de terres labourables est en prairies artificielles.

10° Il n’y a pas de cultures de toutes pièces. Les cultivateurs entretiennent 79 vaches laitières dont le lait 1016 hl par an est vendu sur place en nature laissant encore de la marge à 4 laitiers forains qui fournissent journellement et régulièrement 1hl ½ environ.

11° Les usages relatifs à la culture et aux pâturages sont ceux de la région.

12° Les poissons de nos rivières sont le brochet, l’anguille, la truite, le chevenne, la perche, la carpe, la tanche, le gardon, (rousse vulg.), le goujon, le têtard (vulg. têtard), la loche, le veron (vulg. jaune), l’ablette, l’épinoche (vulg. piquant), le barbeau devient rare.
Les forêts renferment des sangliers, chevreuils, lièvres, renards, écureuils, fouines, putois, belettes.
Des gélinottes, bécasses, ramiers, tourterelles, grives, merles, petits tetras, loriottes, geais.
En plaine on trouve le lièvre, la perdrix, la caille, la bécassine, l’alouette, le râle de genêt.
Sur la rivière la canard, la sarcelle, la poule d’eau.

Questionnaire archéologique et historique

Commune de Blâmont
Population 2139 habitants
Noms anciens de la Commune
Blammont, Blamont, Blancmont
Etymologie du nom : blanc mont, ce qui est assez probable étant donnée le couleur du terrain.
Que sait on des origines de la Commune ? Je n’ai pu rien apprendre à ce sujet.

Monuments primitifs

1° Existe-t-il dans la commune des pierres monumentales placées de main d’homme ?
Il n’y a rien de ce genre à ma connaissance.

2° Existe-t-il des mottes tombales ou monticules faits de mains d’hommes ?
Non.

3° Existe-t-il des souterrains d’origine ancienne ? Sont-ils maçonnés ?
Il y a dans une maison des environs du pont en pierre de la Vezouze une ouverture de souterrain maçonné paraissant venir de l’ancien château dont il était peut-être une sortie sur la campagne.

4° 5° A-t-on trouvé des sépultures primitives ?
Non.
On a trouvé quelques pointes de flèches en silex sur le plateau qui domine la ville au Nord-Est.

II Monuments gallo-romains

6° Y-a-t-il trace de chaussée ou de chemin pavé dénommé voie romaine, chemin de César, de Brunehaut ou autrement.
On ne connaît qu’un ancien chemin empierré dit Des Moines de Petitmont à Nancy.

7° Remarque-t-on des terrains entourés de fossés ou de talus et connus sous le nom de camp de César, etc.
Non.

8° Y-a-t-il des restes de pont, de gué pavé, des débris de murailles, etc.
Non.

9° Rencontre-t-on des bornes miliaires ?
Non.

10° A-t-on trouvé des tombes monolithes ou maçonnées.
Non.

11° A-t-on découvert des fragments de mosaïques de marbre, des tuiles, etc.
Non.

Monuments du moyen-âge, de la Renaissance et des temps modernes

12° L’église est-elle ancienne ? Connaît-on un titre authentique de sa fondation ? Où se trouve-t-il mentionné ? Si elle est de construction récente de quelle date était l’ancienne ?
A quel Saint est-elle dédiée ? Indiquer ses dimensions.

L’église n’est pas ancienne, elle date de 1853. Les titres sont à la Mairie. L’ancienne datait du 15è siècle. Elle est dédiée à St. Maurice.
Longueur 51 m largeur 19m50.
Hauteur 18m20. Les tours au nombre de 2 ont chacune 42m70.

13° A-t-elle une crypte ?
L’ancienne en avait une qui n’existe plus et la nouvelle n’en a point.

14° La voûte est-elle portée par des piliers et des colonnes ?
Oui formés d’un fût sans chapiteau ni ornements, reposant sur des piédestaux octogonaux à moulures.

15° Est-elle en plein cintre ou en ogive ? en pierre, bois ou briques ? Les fermes sont-elles apparentes à l’intérieur ?
L’église est de style ogival, en pierre. Les fermes ne sont pas visibles à l’intérieur.

16° Quelle est la forme des fenêtres ? S’il y a des vitraux sont ils anciens ou modernes ?
Les fenêtres sont en ogive, les vitraux sont de 1855.

17° Les portes de l’église sont-elles carrées ?
Oui, sans pilier pour séparer les vantaux.
Il n’y a pas de porche.

18° Voit-on au dehors ou à l’intérieur des statues ou sculptures antiques ? Des peintures murales, etc ?
Non. 2 conf. de l’abb. de Domèvre.

19° Y-a-t-il des pierres tumulaires, des inscriptions sur pierre ou sur cuivre ?
Non.

20° Les fonts baptismaux et les bénitiers sont ils anciens ?
Les fonts de l’ancienne église ont été conservés : ils ont plusieurs siècles.

21° Existe-t-il une tour ou un clocher, est-il en pierre ou en bois ? Où est-il placé ? S’appuie-t-il sur les quatre piliers du chœur ?
Deux tours de pierre servent de clocher : elles sont en avant de l’église et placées latéralement en symétrie.
Les cloches sont-elles anciennes ? Donner leur inscription.
La grosse seule est ancienne. Elle porte l’inscription suivante
Dominus super apud Deus Majestatis intonnuit Dominus super apud multas.
V.J.Pr.28 +
Afferte Domino gloriam et honorem.
J’appartiens à la ville de Blâmont et j’ai été fondue avec mes compagnes à la diligence de MM. D.P.Zimmermant, J. Minot, C. J. Duvergé et A. Voirin conseillers de l’hôtel de Ville de Blâmont de M. J. Thiry proc. syndic et du sieur J.H. Chasel secret. greffier.
J’ai été bénie par M.F.Jph Lacour curé de Blâmont, Doyen de Salm.
Je m’appelle Maurice Elisabeth.
J’ai eu pour parrain M.Jph Regnaut pour marraine Mme Elisabeth Zimmerman épouse de M. Fromental Gruyer du Baâge de Blâmont et subst. de Mgr l’intendant prot. du roy.
Faite par L. Richet et P.B. Fourier
L’an 1766.

Les deux cloches moyennes sont de 1842 et portent la plus lourde l’inscription suivante :
Charles Rosalie bénite en 1842 a eu pour parrain Charles Adrian Baltazar Lafrogne Maire de la Ville de Blâmont Membre du Conseil d’arrondissement et pour Marraine Dame Marie Joséphine Rosalie Jeanjean épouse de Gilbert Vaultrin chevalier de la Légion d’honneur et juge de paix du canton.
Fondue par Perrin et Michel.

La petite moyenne porte
Constance Jn Baptiste bénite à N 1842 a eu pour parrain Mr Jean Baptiste Lahalle docteur en médecine et Membre du Conseil d’arrondissement et pour marraine dame Constance Marguerite Dufays veuve de Marie Charles Jacques Batelot propriétaire des forges de Blâmont et d’Abreschviller.
Fondue par Pierre et Michel.

La petite cloche porte
Reine Rose Marie bénite en 1853 par Mr l’abbé Mangin chanoine honoraire curé de Blâmont a eu pour parrain M. René Gabriel Aymar Mathis de Grandseille et pour marraine Mlle Rose Marie Gorius Mézières
Fonderie de Cousteaux Lallemand à Lunéville Meurthe.

22° L’église est-elle un lieu de pèlerinage ? A-t-elle conservé vieilles bannières, des enseignes de confréries, etc ?
Non.

23° Existe-t-il dans le pays quelque chapelle isolée ?
Non. Il y avait un ermitage à St. Jean.

24° A-t-il existé sur le territoire de la commune un monastère d’hommes ou de femmes, un hospice ?
Il y avait autrefois 2 couvents ,un de Capucins et un de Religieuses de la Congrégation de Notre-Dame.
Un hospice y existe encore ; il est fondé depuis 1715 sous l’invocation de St Jean Baptiste.

25° Les bâtiments, cloîtres, etc. sont-ils encore debout en tout ou partie ? A quel usage servent-ils ?
Le couvent des Religieuses existe encore en grande partie, ainsi que le cloître : ilsert d’école communale de filles.
Celui des Capucins existe encore également moins bien conservé : c’est une propriété particulière. Il a donné son nom à une des rues de la ville.

26° Connaît-on le sceau de ces différents établissements ? Y a-t-il dans le pays quelque objet leur ayant appartenu ou réputé tel ?
Rien de tel n’est à ma connaissance.

27° Voit-on dans le cimetière ou ailleurs quelque croix ancienne, objet d’une légende ou d’une dévotion spéciale, une lanterne des morts ?
Il y a dans le cimetière une ancienne croix, dite de pitié.
St. Marcel appelé ici St Méhet ou mieux Marsat a une statue objet d’un pèlerinage tombé en désuétude. On l’invoquait pour les enfants qui avaient des convulsions. Pour obtenir la guérison, on le coiffait d’un bonnet du malade. La tête moderne de la statue de St. Marcel est peut-être pour beaucoup dans la diminution des pèlerinages qu’on y voit venir.

28° Le cimetière renferme-t-il quelque tombeau ou monument de date ancienne ou élevé à un personnage marquant ? A-t-il une chapelle funéraire ?
Non.

29° Existe-t-il une enceinte fortifiée, des murs, des portes, ou ds restes de ces constructions.
Il n’existe plus qu’un reste de l’enceinte fortifiée du Château de Blâmont. On le remarque entre le jardin de M. Séliquer et celui de M. Welker Frédéric.

30° La commune possède-t-elle quelque ancien château ? Quels en ont été les propriétaires ?
Les ruines de l’ancien château du Comté de Blâmont subsistent à l’est de la Gare. Un château moderne est à leur pied ; il appartient à M.M. Duchamp depuis trois générations.
Les ruines sont principalement celles de 5 tours dont 3 appartiennent à une enceinte extérieure dont le terre plein se distingue encore en partie.
L’existence des souterrains de l’ancien château est contestée, on n’a pas de certitudes à son égard.

31° La Commune a-t-elle un hôtel de Ville de date ancienne ?
Non.

32° Existe-t-il quelque maison remarquable par sa construction et sa décoration ?
La maison François a un dessus de porte sculpté.
Elle est à l’angle N.E. de la grande place.
La maison Coutebas à l’extrémité E de la rue des Voileurs, était, dit-on, l’armurerie du Château.
Quelques fenêtres en ogive se trouvent encore dans une maison à droite de la rivière à 30 mètres environ, en aval du Grand-Pont.

33° Y-a-t-il dans le château, la mairie, les maisons, quelque tableau, portrait, tapisserie, meuble, objet d’art, menuiserie, livre ou titre ancien ?
Deux clés, provenant dit-on de l’ancien château sont entre les mains de M. P. Vanier. Il a aussi une ancienne minute du tabellionage dont le cachet en cire est bien conservé.

34° Signaler les maisons, fermes, champs, lieux dits dont le nom peut faire supposer l’existence antérieure d’un établissement intéressant.
Néant.

35° Y trouve-t-on des fontaines, puits, etc. consacrés par des idées religieuses ou des pratiques superstitieuses ? A-t-on recueilli dans les fontaines des médailles, épingles, etc ?
Non.

36° Existe-t-il sur le territoire de la commune des moulins à eau ? Indiquer leur nom, leur situation.
Il n’existe qu’un moulin ; il est situé sur un canal dérivé anc. de la Vezouze et porte le nom de Moulin de Blâmont.

37° Y-a-t-il quelque usage particulier, croyance, superstition, cérémonie religieuse ou civile, relatives aux mariages, aux décès ? Connaît-on la date de leur origine, les causes qui les ont fait naître ou adopter ?
Il était d’usage autrefois de porter du vin chaud aux jeunes mariés pendant la première nuit qui suivait le repas de noces. Cette coutume n’est plus toujours suivie ; elle tombe évidemment en désuétude. Personne ne sait dans le pays à quoi attribuer cette habitude.
On est encore ici accoutumé, comme dans toute la région, à distribuer à tous les invités d’une noce un bout de ruban (la jarretière de la mariée). Après le bénédiction nuptiale, c’est le plus déluré de la noce qui va gravement demander le ruban à la mariée. Celle-ci le tire de sa poche ou de son livre pour le remettre. L’origine de cet usage m’est inconnu. La distribution du ruban a généralement lieu après le repas de noces ou au dessert.

38°Mentionner les légendes, les proverbes, les dictons propres au pays.
Je ne connais qu’une légende. Autrefois un village, antérieurement situé en aval de Blâmont, et nommé Barbezieux, se serait enfoncé complètement.

39° Quelque évènement notable s’est-il passé dans la commune antérieurement au XIX siècle ?
En 1567 il y eut le mariage de René de Lorraine avec un duc de Bavière.
En 1587 le château fut assiégé par le duc de Bouillon : en se retirant il incendia la Ville.
En 1636 Bernard de Saxe Veimar fit le siège du château de Blâmont.
En 1638 l’ancien château fut brûlé par M. de Feuquières.
En 1675 Turenne passa à Blâmont lors de sa fameuse retraite derrière les Vosges du col de Saverne au col de Valdieu.

40° La contrée a-telle donné naissance à quelque homme célèbre ?
Blâmont a vu naître :
Louis Klein Général de Division, pair de France né en 1762.
Claude Ambroise Reignier, duc de Massa fils d’un meunier.
Regnault député à l’Assemblée nationale, président du Tribunal à Nancy.
Marmod, industriel distingué né en 1757.
Massu, abbé de Belchamp.

41° Existe-t-il quelques corporations de métier ayant laissé des registres ou procès-verbaux ?
Connaît-on d’anciens chefs-d’œuvre de maître ?
Il ne reste ni registre ni chefs-d’œuvre des anciens corps de métier de la localité.

42° Y a-t-il encore dans la contrée quelque fabrique, usine ou atelier de produits artistiques ?
La taillanderie fondée en 1836 par M. Batelot existe encore : l’activité n’en paraît pas considérable.
Une fabrique de velours anglais est établie depuis 2 ans par MM. Isay et Bechmann. Ces MM. sont les seuls en France qui produisent l’article en question.
Une centaine d’ouvriers trouvent leur occupation au tissage exclusif du velours.
M. Séliquer, constructeur, fabrique des coffres-forts et meubles tout en fer, et incombustibles.

43° Peut-on signaler dans la commune quelque personne possédant une collection d’objets d’art ?
M.M. Paul Vanier et Victor Cloud sont deux bibliophiles collectionneurs d’antiquités locales. M. de Martimprey de Romécourt est, je crois, digne émule de ses deux compatriotes.

44° Les archives de la Mairie renferment-elles des documents anciens et des pièces relatives à l’histoire du pays ?
Il n’y a en mairie que d’anciens comptes de gestion du Receveur.
On y trouve cependant un vieux parchemin bien conservé portant la date 1563 contenant un jugement de la Cour de Spire.

45° Des sépultures anciennes mais non primitives ont été découvertes il y a plusieurs années aux Marmottes. Plusieurs squelettes étaient dans la même tombe formée des 4 côtés de pierres très grandes. Une épée à garde se trouvait avec les ossements.
Dans la maison Welker Frédéric, ancienne dépendance du Château de Blâmont, on a trouvé des cercueils.
Dans le jardin de l’Ecole Communale actuelle des filles, on a vu il y a 50 ans environ un petit caveau rempli de petits ossements. Cette trouvaille n’a pas été signalée.

Blâmont
31 juillet 1888
Marange



Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email