BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 

Journal - La Presse du jour

Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Presse - L'Express de l'Est et des Vosges - 1923-1925


  • 31 mars 1923

Effroyable accident. - Le nommé Emile Volfart, âgé de 63 ans, berger à Repaix, conversait avec plusieurs jeunes gens lorsque ceux-ci lui firent remarquer qu’il n’était pas très en sûreté seul dans les champs. Volfart répondit qu’il possédait un revolver et entreprit d’en démontrer le mécanisme.
L’un des jeunes gens fit remarquer au berger qu’il s’y prenait très mal et, saisissant l’arme, il retira cinq cartouches du barillet et rendit l’arme à son propriétaire.
Volfart fit alors fonctionner la détente et, à la troisième reprise, une sixième cartouche, laissée dans le revolver, partit et alla frapper au ventre le jeune Armand Claudon, 13 ans, qui s’affaissa en criant : .« Je vais mourir ».
Un docteur de Blâmont, mandé en toute hâte, ordonna le transfert de l’enfant à l’hôpital civil de Nancy, mais le pauvre petit mourut en y arrivant.


  • 4 août 1923

UN OFFICIER ALLEMAND
condamné à mort par contumace pour vandalisme pendant la guerre
Nancy. - Pour la première fois, le conseil de guerre de la région a jugé, aujourd'hui, les crimes commis par les Allemands dans notre département. Le capitaine Kuntz, de la 19° division Elsatz de réserve, est actuellement maire de la petite ville de Zittau, en Saxe. Il était
poursuivi pour vols qualifiés, pillage en bande, provocations de militaires au pillage et incendie volontaire. C’est l’abbé Dupré, curé de Neuviller, qui porta plainte contre l’officier allemand, qui sema la terreur aux débuts de la guerre, à Blamont et à Harbouey, dont l’église fut détruite par le feu. Le capitaine Kuntz dépouilla de leurs économies les pauvres gens que les Allemands dirigeaient dans leurs camps de concentration ou vers la frontière suisse.
L’abbé Dupré fut volé ainsi que son sacristain, Koster. et sa vieille servante, Mlle Gailllot. Une dame Barbier et M. Martin, habitants de Blâmont, subirent le même sort. Pour plusieurs milliers de francs des objets furent profanés et brûlés avec l'église de Harbouey. Tels sont les faits qui motivent l'inculpation du reitre Kuntz. Celui-ci est condamné par contumace à la peine de mort.


  • 10 août 1923

Lunéville
Un acte de sabotage sur la voie ferrée.
Un train de la compagnie Lunéville-Badonvillers-Blâmont était parti de Lunéville vers 14 heures 30 dans la direction de Blâmont lorsqu’arrivé au passage à niveau de Marainviller le chauffeur remarqua que l'aiguille était retournée . Le convoi ne marchant qu’à dix kilomètres à l’heure, le mécanicien put l’arrêter à temps, mais brisant néanmoins une barrière. Il n’y a pas eu d’accident de personne.
L’auteur de cette tentative avait brisé à l’aide d’une pierre le cadenas de l’aiguille. Une enquête est ouverte.


  • 16 février 1925

Bizarre tentative d’assassinat
Nancy, 15 février. - Hier, Mme Charles Michel, cultivatrice à Herbéviller, en ouvrant sa porte, heurta un fil de fer qu’elle n’avait pas aperçu et reçut au même instant dans le bras droit, à hauteur des poumons, une balle provenant d’un revolver fixé au montant de la porte et que la traction opérée sur le fil de fer avait fait détonner.
Mme Michel alla se faire panser à Lunéville, puis porta plainte. Il résulte de ses déclarations que, dans la journée de vendredi, elle avait reçu la visite d’un Alsacien, ouvrier électricien, se disant chargé de la vérification des appareils, à qui elle avait demandé de déplacer son compteur.
Sur son refus, Mme Michel l’avait averti qu’elle porterait plainte à son administration et l’ouvrier, après l’avoir insultée grossièrement, lui répondit qu’il se f... d’elle comme de son directeur et qu’elle aurait de ses nouvelles dès le lendemain.
Grâce à un hasard des plus heureux, Mme Michel en sera quitte pour une légère blessure, mais la balle aurait pu faire une blessure mortelle en pénétrant dans le poumon.
La gendarmerie de Blâmont recherche activement l’assassin qui a disparu sans laisser de traces.

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email