BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

1915 - Halloville - Parcours d’une famille évacuée


Mémoires de l'Académie de Stanislas
Académie de Stanislas (Nancy).
1er janvier 1921

RAPPORT SUR LES PRIX DE VERTU
Par M.. MALGRAS (René D'AVRIL)

[...]
L'envahissement, par l'ennemi, de la terre lorraine a créé, pour les malheureux habitants de nos villes et de nos villages, des conditions d'existence particulièrement dures, épreuve ou plutôt suite d'épreuves où se trempa l'acier des âmes vraiment courageuses. Le village d'HaIloville en Meurthe-et-Moselle fut occupé par les Allemands, dès le début des hostilités. La famille Démange, composée de neuf personnes : le père, la mère et sept enfants vivants, y habitait. Mme Henri Demange fut emmenée en captivité et retenue prisonnière, huit jours, au camp de Rastadt. Elle fut rapatriée par la Suisse, mais son mari resta en terre étrangère comme otage civil. La mère était donc seule pour subvenir aux besoins de sept enfants dont l'aîné n'avait pas quatorze ans. A Marseille où elle se réfugia tout d'abord, puis à Tarascon, ce furent des années de lutté pénible. Mme Demange travailla sans relâche jusqu'à l'extrême limite de ses forces.
En février 1918 le père était enfin rapatrié et en juillet 1919 toute la famille, regagnait HalloviIIe. On y trouvait saccagé le petit bien, mais courageusement tous, le père et les deux aînés en tête, se mirent au travail avec une ardeur que stimulait la joie du retour. Deux des fils sont employés à la reconstruction du village, presque entièrement démoli. L'énergie dont fit preuve Mme Demange pendant là captivité de son mari, la façon dont elle a élevé ses enfants, au milieu des traverses nombreuses de leur existence de réfugiés (ainsi qu'en témoigne tout particulièrement une lettre de l'instituteur de la commune, M. Lorin), l'ont désignée à votre attention. Ce dévouement maternel du temps de guerre aura dans la paix sa récompense avec une part de 200 francs du prix Pister.

Le 16 janvier 1901, Charles Henri Edmond DEMANGE (né le 8 janvier 1866 à Halloville) épouse à Halloville Joséphine Augustine ALAIN (née le 8 janvier 1877 à Halloville).
Au début de la guerre, la famille comporte sept enfants : Adrien Félicien Jean-Baptiste (24 novembre 1901), Pierre Charles Auguste (28 mai 1903), Henri Joseph Sylvestre (30 mars 1905), Edmond Louis Jean Christophe (27 février 1907), Geneviève Marie Marguerite (25 juillet 1909), Sigisbert Félix Georges (30 janvier 1911), Georges Lucien (8 juin 1913).

Le 2 mars 1915, la famille entière est évacuée vers le camp de Rastatt (Grand Duché de Bade), mais si l’épouse et les enfants sont rapatriés au bout d’une semaine en France, Henri reste prisonnier en Allemagne. Il a alors 49 ans, et s’il n’est incorporable ni dans l’armée, ni dans l’armée de réserve, ni même dans l’armée territoriale, il reste incorporable dans la réserve de l’armée territoriale, qui regroupe les hommes âgés de 46 à 49 ans, c’est-à-dire nés entre 1868 et 1865 (ce qui démontre d’ailleurs que si la fiche du Comité international de la Croix-Rouge indique comme date de naissance erronée « 7 janvier 1863 », les Allemands connaissaient l’année réelle de1866).

Cliquez pour agrandir
Fiche du Comité international de la Croix-Rouge de Charles Demange

La trace du retour en France d’Augustine et des enfants apparait dans la liste au 25 mars 1915 du Bulletin de Meurthe-et-Moselle.
Le même bulletin, dans sa liste arrêtée au 1er avril 1917, indique leur adresse :
« Demange (Augustine, Adrien, Pierre, Henri, Edmond, Geneviève, Félix, Georges) (Le mari Henri, prisonnier civil en Allemagne) - Tarascon, hôpital de la Charité. »

Rédaction : Thierry Meurant

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email