BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Jacques Callot (1592-1635) - Gratifications accordées sur Blâmont - 1625
 


Jacques Callot, sa vie, son oeuvre et ses continuateurs
Henri Bouchot
1889

[...]1625[...]
L'enthousiasme pour ces tableaux de la vie journalière fut extrême; les princes lorrains craignirent de voir quelque jour ce puissant génie leur échapper, comme tant d'autres qui n'étaient point revenus. Le duc Henri II s'était ému de celle possibilité, et pour y pourvoir de prompt remède, comme on disait alors, il comblait l'artiste de présents, d'octrois gracieux. Une lettre de lui au receveur de Blamont laisse entrevoir ses craintes :

« L'estime singulière, écrit-il, que nostre cher et bien aimé Jacques Callot graveur en tailles-douces s'est acquise en cest art tant en Italie qu'es autres provinces, ou il s'est formé pendant plusieurs années en la congnoissance plus exquise dudict art, et la preuve que nous en avons par divers ouvrages qu'il nous a fait voir de sa main, nous ont donné sujet de l'aider à s'establir par deçà, et lui donner quelques moyens de nous servir et au publicq. C'est pourquoi nous ayant fait entendre que s'il nous plaisait l'honorer de quelqu'effet de nostre gratitude il s'arresteroit volontiers à nous rendre ses très humbles debvoirs et services et témoigner l'affection qu'il doit à sa parie, sans adviser aux autres occasions qui le peuvent distraire de cette résolution. »

Je le disais en commençant, les peintres ou les graveurs étaient des artisans d'une classe supérieure, mais des artisans, et comme tels se contentaient de peu. Henri de Lorraine offrait à Jacques Callot un cadeau en nature, neuf cents paires de réseaux dé froment et d'avoine à prélever en trois années successives sur la culture de Blamont. C'était un assez riche don, et le graveur s'en déclare amplement satisfait. Il avait la vie assurée, sinon par son travail, peu rémunérateur en soi, du moins par ses récoltes de Bainville, la petite rente que lui servait son père et les avantages dont nous venons de parler. Il regrettait moins la Toscane, ses princes et la parte dans le palais; sa situation était équivalente, il n'aurait plus le souci d'aller quérir la fortune ailleurs.


RECHERCHES sur LA VIE ET LES OUVRAGES de JACQUES CALLOT
par Edouard Meaume
Paris - 1860

[...]
Il ne faudrait pas toutefois conclure de ce fait que les ducs Henry II et Charles IV n'ont pas apprécié, comme il le méritait, le génie qui faisait la gloire de son pays. Les gratifications furent, au contraire, très considérables; mais on ne voit pas qu'elles aient été accordées d'une manière fixe et à titre de pension. Ainsi l'on trouve, dans les comptes du receveur de Blâmont, pour l'année 1624, deux mentions desquelles il résulte que Henry II avait assigné â Callot, sur la recette de Blâmont, « 900 paires de résaux (**), moitié blé et avoine, pour lui donner sujet de s'arrêter au pays, en considération de son art de graveur en taille douce.»
Guidé par la patiente sagacité de M. Lepage, qui m'avait déjà fourni ce document, j'ai eu le bonheur de trouver, dans les pièces comptables du receveur de Blâmont, Une expédition authentique de l'ordonnance du duc Henry, et, ce qui n'est pas moins précieux, la quittance de Callot, en date du 2 juillet 1625, qui est entièrement de sa main (24). Ces pièces constatent que la délivrance des neuf cents paires de résaux, blé et avoine, assignés sur la recette de Blâmont, eut lieu en trois années, non pas à titre de pension annuelle (l'allocation eût été énorme), mais à titre de gratification une fois payée. Toutefois Callot venait à peine de recevoir le dernier terme de cette magnifique libéralité de Henry II, que Charles IV, son neveu et son successeur, lui faisait le don de 2,000 fr., dont nous avons parlé, sans doute pour l'engager à ne pas accepter les offres de l'Infante Claire-Eugénie. Rien d'ailleurs n'empêche d'admettre que des assignations analogues à celle qui avait été faite sur la recette de Blâmont aient eu lieu dans d'autres localités dont les registres et pièces comptables n'ont pas été conservées.

(**) Environ 1080 hectolitres de blé et 1575 hectolitres d'avoine.


(24) On lit dans les pièces justificatives des comptes du receveur de Blamont pour l'année 1625 (Trésor des chartes de Lorraine).
« De par le duc de Lorraine, Marchis, duc de Calabre, Bar, Gueldres etc.
A nostre amé et féal Marc Georges receveur de Blamont et à ses successeurs en ladite charge salut : - L'estime singuliere que nostre cher et bien aymé Jacques Callot, graveur en tailles douces, s'est acquise en cest art tant en Italie qu'es autres provinces ou il s'est formé pendant plusieurs années en la cognoissance plus exquise dudit art, et la preuue que nous en avons par divers ouvrages qu'il nous a fait voire de sa main, nous ont donné sujet de l'ayder à s'establire par deça, et lui donner quelques moyens de nous y servire et au public; C'est pourquoy nous ayant fait entendre que s'il nous plaisait l'honorer de quelqu'effet de nostre gratitude il s'arresteroit volontiers a nous rendre ses tres humbles debuoirs et seruices, et temoigner l'affection qu'il doit a sa patrie, sans adviser aux autres occasions qui le peuvent distraire de ceste resolution, Nous pour ces causes auons bien voulu lui accorder la quantité de neuf centz paires de resaulx moitié bled froment, moitié auoine, a prendre tant sur les grains de nostre moulin de Blamont que sure les autres de vostre charge pendant chascune des trois annees suiuantes comme cy après, et partant nous vous mandons et ordonnons que des grains de votre charge provenant tant de nostre dit moulin que du surplus de ceux de vostre charge vous en bailliez et deliuriez audit Callot, aux premiers termes desdites trois années prochaines ladite quantité de neuf cent paires, savoire en l'année prochaine et au premier terme (selon qui les receuez pour nostredit moulin), la quantité de trois cents paires de resaulx par moitié bled et auoine et de mesmes de la suiuante mil six cent vingt cinq, puis en la derniere desdites trois que l'on nommera mil six cent vingt six, Les autres trois cent paires restantes des neuf cent sus déclarées, dont nous lui auons fait don, gratification et octroy pour luy ses hoirs et ayans cause, en faueur des considérations susdites, et rapportant par vous pour la première fois copie duement collationnée du cestuy nostre mandement, et au dernier payement le present original auec quittance pour chacun dudit Callot ou de sesdits hoirs et ayans cause, ladite quantité de neuf centz paires, vous sera passée et allouée en despense de vos comptes par nostres chers et feaux sr surintendant de nos finances president et Gens des comptes de Lorraine, ausquels mandons n'en faire difficulté; carainsy nous plaist, donné à Nancy le dix huitieme jour de may mil six centz ving trois ; signé Henry et plus bas contresigné Janin.

Signature de J. Callot sur la quittance 1625

« Je soubsigné Jacque Callot Graveur en Taille douce de S. A. confesse auoir receu du S. Marc George Receueur du Conté de Blamont la quantité de dix sept reseaux trois bichet de bled, mesure de Nancy, et quatre vingt douze reseaux ung bichetz dix potz daveine dicte mesure, et ce sur est eantant moins des neuf centz paires de reseaux moictyé bled et aveine qu'ille a pieu a feu de tresheureuse memoire S. A. que Dieu absolue luy assigner sur la recepte dudict Blamont par son tres noble mandement datté du XVIII° may XVIe vingt trois, desquelles quantités de XVII res. III bz bled, et IIIIxx XI res. ung bz x potz aud. me je me tient pour content et promectz den faire descharger ledict sieur recebueur des premiers et prochains comptes qu'il rendra par devant Messieurs les President Conseillers et auditeurs des comptes de Lorraine, ou autres qu'il appartient.a, sinon les luy rendre a mes frais et despens; pourquoy joblige tous mes bien, pour foy de quoy jay signe ceste de ma main a Nancy ce 2 jour de juillet 1625.
JAQUE CALLOT. » 


Note : les éléments fournis par Edouard Meaume (texte de 1860 ci-dessus)  sont surprenants. Car la quittance actuellement dans les fonds de la Chambre des Comptes de Lorraine, correspondant aux valeurs citées, est datée du 3 juillet 1634.

Quittance de J. Callot 1634

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email