BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


4 avril 1972 - Mystérieux ossements
Est-Républicain


Cliquez pour agrandir

Des squelettes mis au jour à Blâmont

LUNEVILLE. - Une macabre surprise attendait les ouvriers municipaux de Blâmont ; la pioche de l'un d'eux avait soudain heurté un corps dur ; bien vite l'ouvrier se rendit compte qu'il s'agissait d'ossements.
Un squelette complet fut dégagé puis d'autres. Plusieurs hypothèses sont formulées à propos de la présence de ces restes.
Il est possible qu'il s'agisse de reîtres, qui en 1587, attaquèrent la ville sous le commandement du duc de Bouillon.
Autre hypothèse : en 1636 au cours de la guerre de Trente ans, le gouverneur de Blâmont, Mathias Klopstein, défendit vaillamment le château assiégé par l'armée Bernard de Saxe-Weimar. La place ayant été contrainte de se rendre, ses défenseurs furent massacrés et un capitaine fut pendu à la porte même du château.  


De mystérieux ossements découverts à Blâmont

En faisant l'acquisition de la propriété Blum, située à l'extrémité de la rue Traversière, pour y construire la cantine du CEG - laquelle doit être entreprise fin mai - la municipalité de Blâmont ne pensait guère découvrir... un cimetière.
Le terrain récupéré est proche des hautes tours en ruine, vestiges du château-fort dont les défenseurs, des archers formant une compagnie de cinquante hommes, eurent à faire face à de nombreux assauts. En 1587, notamment, la ville fut attaquée par les reîtres du duc de Bouillon qui allaient rejoindre l'armée protestante.
Le château fut vaillamment défendu, mais la ville fut brûlée. Les assaillants enterrèrent leurs morts avant de se retirer.
Un demi-siècle plus tard, ce fut la guerre de Trente-Ans.
Une fois de plus, les occupants du château durent se défendre. mais malgré leur vaillance, furent vaincus. Un véritable massacre s'ensuivit.
Sont-ce les restes de ces combattants, la plupart très jeunes, inhumés à la hâte, que l'on retrouve aujourd'hui ?
Les employés municipaux, MM. Pasi, Lapierre, Cotar et Saunier, avec précaution, dégagèrent les ossements en bon état de conservation.
Ils sont pratiquement intacts au point qu'il sera possible du moins l'espère-t-on, au conservateur du Musée Lorrain, M. l'abbé Choux. venu spécialement de Nancy, d'en définir sinon la provenance, du moins l'âge et surtout les circonstances qui amenèrent la création de cette nécropole inattendue.
Le plus surprenant est que l'endroit, entouré de murs, fut utilisé comme jardin et verger par des générations, sans que jamais ces exploitants ne doutent un seul instant de la présence des corps qui dormaient sous leurs pieds, à quelques profondeurs de bêche seulement, de leur dernier sommeil.
L'emplacement étant destiné à la future cantine du CEG de Blâmont, dont la construction doit débuter bientôt, la première phase des travaux subira-t-elle un retard ? C'est en octobre, à la prochaine rentrée, que la cantine doit être en état de fonctionner.
Les travaux de déblaiement se poursuivent. d'autres squelettes seront découverts, cela ne fait aucun doute.
Mais peut-être aussi découvrira-t-on des vestiges susceptibles de mettre les archéologues et les historiens sur la bonne voie.

Cliquez pour agrandir


Des précisions à propos de l'histoire de Blâmont

Un article paru dans une précédente édition commentait la découverte de squelettes à Blâmont.
Bon nombre de lecteurs furent intéressés et M. G. Poirot, de Pont-à-Mousson nous a adressé une lettre dans laquelle il nous donne quelques précisions sur l'histoire de Blâmont,
« En 1587, le duc de Bouillon et ses reîtres investirent Blâmont. Un gentilhomme lorrain, Mathias de Klopstein se jeta avec deux compagnies dans la ville. Il fit une telle résistance. tuant 200 ennemis, que ceux-ci durent se retirer et se dirigèrent vers Pont-Saint-Vincent où se trouvaient les ducs de Lorraine et de Guise avec une armée inférieure en nombre. Ceux-ci firent après une légère canonnade une superbe retraite. Le reîtres incendièrent Blâmont qui fut reconstruit par ses habitants. 

Cliquez pour agrandir

« En 1636 le duc de Saxe-Weimar au service de la France, investit à nouveau Blâmont. Le gouverneur de la ville un autre Klopstein, se retira dans le château après avoir brûlé la ville pour en chasser l'ennemi. Klopstein s'y défendit avec une telle vigueur que le ennemis devenu maître de la ville le pendirent à la porte du château et non content de cette honteuse vengeance, passèrent la garnison au fil de l'épée.
« En 1638 M. de Feuquière brûla le château qui ne fut pas établi et dont les ruines se situent au sommet de la côte encore maintenant. »
Toutes ces indications intéresseront tous ceux qui se passionnent pour l'histoire de notre région.
 

Le Pays Lorrain
1972

Blâmont (Meurthe-et-Moselle). - Dans l'ancienne propriété Blum, des ouvriers préparant le terrain pour la construction d'une cantine pour le C. E. G. ont découvert une série de sépultures. Le terrain est proche de l'enceinte du château et de l'ancienne collégiale. Il est possible qu'il s'agisse d'une partie du cimetière de cette église. Le seul indice chronologique, très vague, a été fourni par un fragment de poterie qui pourrait appartenir au XVIe ou au début du XVIIe siècle. Aucun objet n'a été trouvé dans ces sépultures.


Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email