BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Sires de Blâmont et abbaye de Remiremont - 1403
Voir aussi
Pression sur le Chapitre de Remiremont par les sires de Blâmont - 1404


Dictionnaire des ordres religieux
R.P. Hélyot
Tome III - 1850

Remiremont (Chanoinesses séculières de) en Lorraine
[...]
Les dames de Remiremont ne peuvent pas disconvenir qu'elles n'aient eu autrefois une règle, puisque, par un acte signé de l'abbesse qui gouvernait ce monastère l'an 1231, de la doyenne, de la trésorière et de tout le couvent de Remiremont, elles déclarent qu' « attendu la désolation, les injures et les oppressions qu'on leur faites de toutes parts, elles s'obligent, en tant que leur permet leur règle, que si aucun duc, ou avoué leur porte â l'avenir aucun dommage, injure on grief, il n'obtiendra jamais pardon de leur église, qu'il n'ait restitué toutes les prises qu'il aura faites sur elles ou sur leurs gens, on ne leur ait assigné un fonds en dédommagement ; ce qu'elles promettent par serment d'observer. »
Cette règle était celle de saint Benoît, puisque les souverains pontifes et les empereurs, dans les privilèges qu'ils ont accordés à cette maison, l'ont toujours reconnue comme étant de l'ordre de Saint-Benoît.
[...] Mais ce qui prouve encore qu'elles ont été religieuses de l'ordre de Saint-Benoît, c'est un acte passé le 25 novembre 1403 devant le grand portail du château du Dinevire, par lequel « nobles demoiselles Waubrune de Blamont, âgée de quinze an plus, et Jeanne sa soeur, âgée de quatorze ans au plus, hors de toute tutelle et mainbournie, par plusieurs bonnes et raisonnables causes, par bonne et pure dévotion, ont résolu de se retirer et entrer en religion, et y vivre selon les règle et discipline de saint Benoît au monastère des dames religieuses, abbesse et chapitre de Remiremont, et en leur congrégation et compagnie, du consentement du seigneur de Blamont, leur père, présent, renonçant au profit de leurs autres frères et soeurs, à tous les biens et héritages quelconques qui pourraient leur échoir, à la réserve de quinze livrées de terre, de vingt gros par livrée, pour chacune d'elles pendant leur vie ; ce qu'elles déclarent en présence du seigneur de Blamont, leur père, de Thierri d'Augevillers, abbé de Marmounster, Geoffroi, abbé de Saint-Sauveur de Vosge, et autres. »
[...]
Ces redevances étaient autrefois considérables : car l'an 1403, Jean de Blamont, chanoine de Toul, ayant été pourvu de l'office de prévôt de l'abbaye de Remiremont par l'abbesse et les religieuses, et n'étant pas en état de soutenir les frais et dépenses à quoi cet office l'obligeait, Henri de Blamont, son père, s'obligea, le 29 juillet de la même année, par acte passé par-devant deux notaires apostoliques de la cour de Toul, de payer et satisfaire à tous les droits dus à ce monastère par ledit Jean de Blamont, son fils, tant qu'il exercerait l'office de prévôt, savoir, aux dames tous les jours, depuis la Purification de la Vierge jusqu'à la Saint-Martin suivant, un bon muid de vin blanc, mesure ordinaire, ou vingt sols pour chaque muid, s'il excédait cette somme, si mieux n'aimait payer en deux payements, quatre cents bons florins d'or, moins quatre ou dix sols toulois pour florin ; de plus, au jour de Noël un boeuf gras et vingt sols toulois pour les offrandes de l'abbesse ; à la doyenne le même jour, un cochon et cinq sols; au jour de la Circoncision, vingt quartes de vin et neuf distributions de grands pains ; au jour de la Purification, un grand muid de vin ; le dimanche des Bures, trente quartes de vin avec du pain ; le jeudi saint, demi-muid de vin avec des dragées, et cinquante sols six deniers pour les pâtés, et le jour de Noël un muid de vin pour la sauvagire, outre plusieurs distributions de vin, de pain et d'argent à plusieurs officiers de l'église qui sont spécifiés dans cet acte. Ce qui fait voir que ces offices devaient avoir des revenus considérables, puisqu'ils étaient chargés de si grosses redevances, et que les revenus des dames étaient encore plus considérables.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email