BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Note sur la famille de Lampougnan
(notes renumérotées)


Bulletin mensuel de la Société d'archéologie lorraine et du Musée Lorrain
1924

Note sur la famille de Lampougnan

Les chefs de la défense de Blâmont contre les Reitres, en 1587, paraissent avoir été Thomas Kiecler, dont j'ai déjà parlé (1), et un autre personnage que les chroniqueurs appellent le « capitaine des Poignantes » ; j'ai proposé de reconnaître, en ce dernier, Philippe Le Poignant ou Le Pougnant, qui était capitaine et vivait à cette époque (2). Or, M. l'abbé Chatton a avancé, plus récemment, une autre hypothèse « Le héros de Blâmont, dit-il, pourrait être Octavien l'Empougnant, qui fit ses reprises en 1601 pour la seigneurie de La Tour, située à Frémonville (comté de Blâmont), dont il venait de faire l'acquisition. » [Arch. M.-et-M., B. 72, p. 89 (3).]
Cette hypothèse me parait peu acceptable, car l'on ne voit nulle part, que je sache, Octavien qualifié de capitaine; de plus, il est naturel, je veux dire conforme aux habitudes lorraines, que l'article de LE Poignant se soit transformé en un article contracté pluriel des Poignants ou des Poignantes, tandis que, dans la forme l'Empougnant, l'apostrophe mise après l'initiale est abusive : il s'agit d'un nom italien, Lampugnani francisé en Lampougnan (4), vraisemblablement milanais comme Carignan, Marignan, Landrian : la première syllabe Lam est beaucoup trop lourde, pour avoir pu disparaître ou se transformer en un article, soit simple, soit contracté.
A ce sujet, il m'a paru intéressant de recueillir quelques notes sur cette famille Lampougnan, qui a tenu, au XVIIe siècle, un certain rang dans le duché de Lorraine.
Il en a été parlé dans l'article posthume du comte Edmond de Martimprey de Romécourt sur la Tour de Frémonville.
« Dès 1601, dit l'auteur, la Tour était entre les mains d'Octavian de Lampougnan, conseiller d'État du Duc, qui en fournit son dénombrement les 11 avril et 9 juillet de cette année (5). Il donna encore, en 1616, ses reversales pour les bois du Prévôt (6) et, en 1625, un nouveau dénombrement pour les « Tour, terre et seigneurie de Fremonville (7). » Ce seigneur, d'origine italienne, avait pour armes : De gueules à la bande échiquetée d'argent et d'azur de deux, pièces, au chef d'or chargé d'un aigle de gueules (8).
« A la fin du XVIIe siècle, Anne-Françoise de Lampougnan, ayant épousé de Pindray, lui apporta en dot le fief de la Tour et dépendances; elle était probablement petite-fille d'Octavian et soeur d'Antoinette de Lampougnan, mariée à Luc Le Roy de Montluc, chevalier, seigneur de Montluc, lieutenant-colonel du régiment de Bartillac, dont un fils nommé Alphonse-François-Antoine fut baptisé à Frémonville en 1688 (9). »
Octavian de Lampougnan se maria, nous ne savons avec qui, et eut un fils, dont l'alliance nous est également inconnue. C'est à celui-ci, sans doute, que se rapporte une note d'Edmond de Martimprey, note que je viens de retrouver : « Charles de Lampougnan, seigneur de la Tour de Frémonville, 1656. » (Reg. Blâmont.) Ce personnage doit avoir été le dernier mâle de sa famille, n'ayant laissé que les deux filles citées plus haut :
1. Anne-Françoise de Lampougnan, héritière de la Tour de Frémonville, et qui épousa Georges-Louis de Pindray.
Il est fait mention d'eux en 1689 (10). Anne-Françoise « vivait encore le 28 janvier 1691, où elle fut marraine, à Repaix, d'une fille de Nicolas de Martimprey et de J.-Béatrix de Nettancourt, sa femme (Reg. Repaix) (11) ». Elle mourut quelques années plus tard, car son mari épousa, en secondes noces, l'an 1697, Anne-Henriette de Bannerot. Aucun enfant ne naquit de son premier mariage, dit Edm. de Martimprey (12). Cependant l'on voit la famille de Pindray conserver le fief de la Tour. Est-ce par suite d'un achat fait à la soeur d'Anne-Françoise, qui, semble-t-il, a dû être l'héritière légale?
2. Antoinette de Lampougnan, comme on l'a vu plus haut, épousa avant 1688, « Luc Le Roy de Montluc, chevalier, seigneur de Montluc, lieutenant-colonel du régiment de Bartillac », dont postérité (13).
Je trouve dans l'Inventaire sommaire des Archives de Meurthe-et-Moselle quatre mentions de cette dame :
1. B. 11941. - 1719. « Remembrement du ban de Riche (14), fait ensuite d'un arrêt rendu entre Antoinette de Lampougnan, veuve de Luc Le Roy de Montluc, dame haute, moyenne et basse justicière de Riche, et la communauté dudit lieu. »
2. H. 699. - Chartreuse de Bosserville, 1515-1682 (15) : Vente aux Chartreux, par Antoinette de Lampougnan, veuve de Luc Le Roy de Montluc, d'un seizième en la seigneurie de Bezange (16). »
3. H. 675. - Même fonds, 1703-1736.- « Répertoire de ceux qui devaient des rentes aux Chartreux. Antoinette de Lampougnan, veuve de Luc Le Roy de Montluc. »
4. H. 2487. - Abbaye de Vergaville, 1281-1765 « Acencement du moulin et de l'étang de Sotzeling (17), par l'abbaye, à Antoinette de Lampougnan, veuve de Luc Le Roy de Montluc. »
Ainsi, de la famille de Lampougnan, l'on ne connaitrait, en Lorraine, que quatre personnes: Octave, son fils Charles et les deux filles de celui-ci ; mais il est vrai que je me suis borné à consulter les notes que j'avais sous la main, ne m'étant occupé de cette famille que d'une manière incidente. Quelqu'autre de nos confrères pourra sans doute en dire davantage.

L. GERMAIN DE MAIDY.
 


(1) B. S. A. L., 1912, p. 89-91 Le défenseur de Blâmont en 1587.
(2) Le Pays lorrain, 1911, p. 186-187.
(3) M. S. A. L. 1911, p. 209.
(4) Je trouve mention de l'église Saint-Magno à Legnano, « construite de 1504 à 1513 par Bramante et par fra Giacomo Lampugnant. » (Répertoire d'art et d'archéologie, 2e trim., 1013, n° 3704.)
(5) « Arch. M.-et-.M., B. 578, n° 69. »
(6) Cf. Invent. Arch. M.-et-M., B. 3512. - 1619. Acquits servant au compte de Charles Thabouret, châtelain et gruyer du comté de Blâmont: « Donation au sieur de Lampugnan du bois du Prévôt, au
finage de Frémonville »
(7) « Lepage, Communes, art. Frémonville. » Lepage cite la lay. Blâmont 3, et lettres patentes 1625,
(8) Je trouve dans l'invent. Arch. M.-et-M., deux autres mentions d'Octavien :
B. 8730. - 1622. Acquits servant au compte de Georges Bertrand, receveur de Saint-Dié et Raon : « Assignation d'une pension de blé sur la recette de Saint-Dié pour Octave de Lampougnan, chambellan du duc Henri Il. »
B. 3363.-1653. Acquits servant aux comptes de Marc George, receveur du domaine du comte de Blâmont : « Pension payée à Octave de Lampougnan (Octaviano de Lampugnani), chambellan du duc
Henri IL »
(9) Comte Edmond De Martimprey de Romécourt. Note sur la Tour de Frémonville, dans S.A.L. 1912, p. 183. A Charles de Lampougnan se rapporte probablement, cette mention de l''Invent. Arch. M.-et-M. :
3393. Compte de Thierry Collenot, receveur du domaine du comté de Blâmont : « Déclaration des seigneuries et fiefs mouvants de l'office de Blâmont : fiels des sieurs de Lampougnan... à Frémonville. » 1665.
(10) E. de Martimprey, L.c. p. 184.
(11) Ibid., note 3.
(12) Ibid., p. 184.
(13) V. plus haut.
(14) Moselle, arr. et cant. de Château-Salins.
(15) L'acte doit être postérieur à 1682, puisque Antoinette a eu de son mari un fils baptisé en 1688.
(16) Moselle, arr. Château-Salins, cant. Vic.
(17) Arr. et cant. de Château-Salins.

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email