BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

1894 - Concours de pompes à incendie... et nuit de noce


 


25 juin 1905

Contes et Nouvelles
LENDEMAIN DE NOCES
PAR
FERNAND ERIO

A Georges Courteline
En 1894, je faisais mes premières armes dans la noble et ingrate carrière de journaliste au Progrès de l'Est,: un journal de Nancy, où je traduisais en langue française les annales des bureaux de police.
Après une discussion acharnée, le conseil d'administration de cette feuille républicaine (républicaine de la veille, naturellement), dans un élan de générosité folle, avait fixé mes appointements de débutant à 1,500 francs, qu'un caissier prévoyant reçut la charge de répartir en douze mensualités de 125 francs chacune. Cent vingt-cinq francs par mois, c'est une somme : grosse, ou minime, suivant le point de vue auquel on se place. Il est clair que l'homme d'équipe qui reçoit six louis de M. Pierpont Morgan (*) pour porter une valise d'un fourgon à un landau, réalise une opération fructueuse. Moi, quand j'acceptais cent vingt-cinq francs pour me loger durant quatre semaines, me nourrir, m'habiller en homme d'Etat et acheter l'indiscrétion des inspecteurs de police, je concluais un marché désavantageux. Mais, comme le n'avais pas le choix, je m'estimais relativement heureux.
Je marchais beaucoup et vite. Il faut vous dire que les bureaux de police de Nancy sont situés aux quatre points cardinaux de la vieille cité lorraine; tandis que la rédaction du Progrès de l'Est résidait au-centre, près de la place Stanislas. D'où des déplacements fréquents du milieu de la ville à la périphérie et vice versa. Que de fois j'ai couru de la Pépinière à Bon-Secours - une marche militaire - pour apprendre qu'un feu de cheminée avait semé la panique dans une cité de chiffonniers !
Bref, je faisais le métier de Job-trotter

Il parait qu'une Providence, aveugle comme un député nationaliste et perfide comme un prédicateur de Carême, se plaît à semer de clous la route où s'engagent les jeunes gens entrant dans la vie. Cette croyance me semble fondée.
Ah ! Si la Providence en question avait résolu de m'embêter - en 1894 - elle dut avoir bien de la satisfaction. Car j'en vis de dures.
Or, un jour, comme si ce n'était pas assez des difficultés opposées à ma marche vers la gloire et vers la richesse, je m'en créai une nouvelle de toutes pièces : l'amour, la fantaisie, et quelque autre diable aussi me poussant, je me mariai.
A vrai dire, je ne me rendais pas compte sur le moment de l'énormité de cet acte.
Mais l'avenir me réservait matière à réflexions sages; quoique parfaitement inutiles, sur les inconvénients qu'il peut y avoir à suivre, les yeux fermés, les augustes conseils de M. le sénateur Piot.
Je me mariai donc, un samedi. Et, vers minuit, la noce terminée, comme je rentrais - pardon ! comme nous rentrions - dans ma chambre désormais conjugale, je trouvai sous la porte une lettre ainsi conçue :
« Mon cher collaborateur,
« Vous voudrez bien aller, demain dimanche, à Blamont, pour y représenter le Progrès de l'Est au concours de pompiers organisé par la municipalité de cette ville, et rédiger un compte rendu détaillé et pittoresque de cette fête.
« Amitiés sincères. »
La lettre émanait du cabinet du rédacteur en chef. C'était un ordre de mobilisation inopportun, mais formel. Je n'avais qu'à m'exécuter. Je consultai un indicateur des chemins de fer, et j'appris que le seul train susceptible de me conduire à Blamont quittait la gare de Nancy à 4 heures 7 du matin
Ma nuit de noces se trouvait singulièrement réduite.
Ici, je tire un voile opaque sur les événements qui suivirent immédiatement...

A quatre heures, j'étais dans un compartiment du train en partance pour Blamont, assis en face du capitaine Barbier, comandant la compagnie des sapeurs-pompiers de Nancy, chef du jury du concours auquel j'allais assister.
Un concours de pompiers : c'est une cérémonie importante et complexe. Cela fait vibrer une foule de cordes et une foule de sentiments, depuis le patriotisme le plus pur jusqu'au désintéressement le plus noble des Compagnies d'assurances. Et puis, c'est une source de profits pour les petits commerçants de la localité où la fête se déroule. Quand, par hasard, le concours de pompiers coïncide avec un concours de fanfares et d'orphéons, alors l'affaire prend les proportions d'une manifestation considérable, puisqu'elle attire des députés !
Tandis que nous roulions vers Blamont, le capitaine Barbier m'initia à la technique de la pompe à incendie, et je connus par le détail la meilleure méthode d'extinction des feux de cave, et la différence entre l'échelle Gugumas et l'échelle ordinaire. Il parlait avec flamme, en homme qui connaît son affaire et qui sait circonscrire un incendie dans son foyer. De temps à autre, j'essayais de faire la part du feu et de détourner la conversation sur le paysage lorrain.
Mais le capitaine était tenace et poursuivait le cours de ses explications. Il éteignait ainsi - théoriquement - une centaine d'incendies allumés par son imagination dans les endroits les plus invraisemblables.
(A suivre.)

(*) NDLR : impossible à ce jour de déterminer si cette allusion fait référence à une anecdote précise relative au milliardaire américain John Pierpont Morgan (1834-1913).

26 juin 1905

Contes et Nouvelles
LENDEMAIN DE NOCES
PAR
FERNAND ERIO


Cependant, à chaque station le train stoppait. Et, au milieu des sonneries de clairons, des roulements de tambours, et des cris des employés et des voyageurs, des équipes de pompiers embarquaient le matériel dans des fourgons et s'entassaient ensuite dans des voitures de 3e classe, tandis que des délégués des municipalités prenaient place dans des wagons de seconde.
Et moi, bercé par le rythme des roues et par la conférence du président du jury, je revoyais en rêve ma jeune femme. Le capitaine s'en aperçut :
- Hé ! fit-il, vous paraissez songeur. Qu'y a-t-il donc ?
Je lui expliquai la situation : ma nuit de noces écourtée, ma fatigue.
Il parut touché et m'assura que la journée me réservait des distractions qui me feraient oublier « tout cela ». Au surplus, nous arrivions à Blamont.
Sur le quai de la gare, le Tout-Blamont nous attendait : maire, adjoint, conseillers municipaux, notables, fanfare, enfants des écoles, etc.
Nous descendîmes. Des gens s'avancèrent, apportant des souhaits de bienvenue. Le capitaine Barbier, en une chaude improvisation, répondit. Il eut un mot charmant pour tous et termina ainsi :
- Maintenant, Messieurs, j'ai un agréable devoir à remplir. Je vous présente le délégué de la presse nancéenne : M. Fernand Erio, rédacteur au Progrès de l'Est, qui n'a pas hésité à s'arracher aux douceurs d'une nuit de noces pour venir assister à votre concours de pompes à incendie.
On me fit une ovation. Une fillette m'offrit un bouquet, et l'Harmonie blamontoise joua la Marseillaise. La musique me réveilla.
Alors, un cortège se forma : le capitaine Barbier en tête, avec le maire, les hauts personnages derrière, et plus loin, fermant la marche, les sections de pompiers traînant leurs appareils, entourés de gamins et de jeunes filles.
Sur le parcours de la gare à l'Hôtel de Ville - 1,800 mètres - les cinq gendarmes et les vingt-deux sapeurs de Blamont formaient la haie. Et la musique jouait un pas redoublé, agrémenté d'un chant de basses exécuté - pour des raisons mystérieuses - par les clarinettes.
A l'Hôtel de Ville, un vin d'honneur était servi. On le but. Et le maire porta un toast dont voici les dernières paroles :
- Je n'aurai garde, Messieurs, d'oublier la presse, représentée ici par M. Fernand Erio, qui n'a pas hésité à s'arracher aux douceurs d'une nuit de noces pour venir assister à notre concours de pompes à incendie.
Cette fois encore, je fus l'objet d'une ovation.
De là, nous nous rendîmes sur la place, toujours en cortège et aux sons du pas redoublé, pour voir les pompiers en lice.
Le concours commençait par la revue de matériel et d'équipement. Il y avait là des sapeurs en tunique, en vareuse, en blouse, en dolman, en bourgeron, avec des coiffures variées.
A midi, banquet à l'hôtel du Cheval-Blanc. La plus franche cordialité ne cessa de régner pendant tout le repas.
Cependant, le sommeil me livrait une contre-attaque sérieuse; mais les toasts me réveillèrent.
Quand ce fut le tour du sous-préfet de prendre la parole, on se leva. Moi aussi.
Le discours terminé, l'orateur allait se rasseoir, quand son regard tomba sur moi.
Alors ce fonctionnaire ajouta :
- Vous ne me pardonneriez pas, messieurs. si j'oubliais de saluer le représentant de la presse, M. Fernand Erio, qui n'a pas hésité à s'arracher aux douceurs d'une nuit de noces pour venir assister à votre concours de pompes à incendie.
Et ce compliment me poursuivit toute la journée : à la distribution des prix, à l'hôpital, au lunch, partout. Les orateurs se le repassaient. Tour à tour le conseiller d'arrondissement, un délégué cantonal, le juge de paix, le président de la société de secours mutuels. me remercièrent de m'être arraché aux douceurs d'une nuit de noces pour venir assister à ce concours de pompes à incendie. C'était un leit-motif, que ramenait invariablement chaque numéro du programme.

Enfin, à dix heures du soir, à l'issue du second et dernier banquet, le restaurateur lui-même remercia les convives de l'avoir choisi pour les traiter et il me décocha, lui aussi, le fameux compliment.
- C'est fini, pensai-je. Je n'entendrai plus cette scie.
Or, vers minuit, fourbu, éreinté, je regagnais seul la gare. Au tournant d'une ruelle obscure, j'aperçus à la clarté vague d'un réverbère à l'huile deux silhouettes : c'étaient deux pompiers qui se soulageaient devant un mur.
Et comme je passais près d'eux, j'entendis ce colloque :
- Tu l'as vu ?
- Qui ?
- Le journaliste : celui qui n'as pas hésité à s'arracher aux douceurs d'une nuit de noces pour venir assister au concours de pompes à incendie.

Alors, je compris qu'il était des obsessions, des scies, qui sont des forces de la nature. Et la preuve, c'est que le lendemain, rédigeant le compte rendu de cette inoubliable journée, j'écrivis cette phrase,:
« La presse nancéenne était représentée par notre collaborateur Fernand Erio, qui n'avait pas hésité à s'arracher aux douceurs d'une nuit de noces pour aller assister à ce concours de pompes à incendie.

Fernand Erio.




 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email