BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Plusieurs cartes de Cassini ?
 


Comme on le voit sur les images ci-dessous, il y a des différences notables entre la carte de Cassini présentée par l'Institut Géographique National (IGN) et la Bibliothèque Nationale de France (BNF), et celle que présente la Library of Congress (LOC) de Washington, dite Hauslab-Liechtenstein.


 
Version BNF

Carte de Cassini, relevée entre 1754 et 1769
Version LOC

Carte de Cassini - Collection Hauslab - 1766-1793

Pourquoi de telles différences ?

1 - La carte IGN/BNF - Dépôt de la guerre

Cette carte est constituée d'un ensemble de 180 feuilles dont 154 au format papier de 104 cm sur 73 cm et 26 (celles du pourtour) de format variable et plus réduit. La France est donc représentée par une matrice de 14 cartes en largeur sur 21 en hauteur, dont l'assemblage totale fait 11,5 mètres de large sur 11,8 mètres de haut.

La Carte de France dite « Carte de Cassini » est lancée par l'Académie des Sciences en 1747. César-François Cassini de Thury (1714-1784, dit Cassini III) s'attèle à cette tâche, malgré des difficultés financières qui obligent à lancer une souscription en 1756 (créant ainsi une Compagnie dont le siège est fixé à l'Observatoire de Paris) et à rechercher des subsides des régions.
Avec une moyenne de 4 feuilles et demie par an, la carte est presque terminée en 1784 (hormis 2 feuilles sur la Bretagne) et 160 feuilles sont déjà diffusées. Seuls restent aussi à faire quelques relevés (ceux de la planche 142-Nancy, ont par exemple été fait en 1754, 1759 et 1769).
Jean-Dominique, comte de Cassini (1748-1845), fils de François, achève le travail.
En 1790, 166 des 180 feuillets sont déjà diffusés dans le public, et la nouvelle carte de France (dans un format réduit au quart, de 16 feuilles) est présentée à l'assemblée constituante le 22 avril 1790. Mais encore une fois, des problèmes financiers empêchent de finaliser le travail, qui est encore à l'époque la propriété de la Compagnie des souscripteurs originels.
Le 21 septembre 1793, la convention, arguant faussement que la carte aurait été exécutée en très grande partie aux frais du gouvernement, prend un décret qui transfère la carte de Cassini au Dépôt de la Guerre, tout récemment réorganisé mais bien incapable de fournir aux armées les calques et plans nécessaires aux opérations militaires. La carte est donc saisie, et il faut attendre 1801 pour que les porteurs d'action ou leurs héritiers puissent obtenir une indemnisation.
Mais la carte étant considérée par Napoléon comme arme de guerre, il en interdit la diffusion... jusqu'en 1815.

2 - La carte LOC - Hauslab-Liechtenstein

Les feuilles de la version "américaine", de taille 95 cm x 64 cm, donnent après assemblage de la matrice 14 x 21, une taille similaire à celle du dépôt de la guerre.
Mais son origine est plus complexe.

Le général autrichien Franz Ritter von Hauslab (1798-1883), qui est aussi cartographe et historien, constitue une large collection personnelle de cartes. A sa mort, elle devient selon le testament de Hauslab, la propriété de Laura Bertuch, son aide dévouée. Mais la collection attire les convoitises : le 17 juillet 1883, la collection de cartes est vendue au prince Johann II de Liechtenstein, et rejoint l'importante bibliothèque de la famille de Liechtenstein à Vienne.
D'autres parties de la collection Hauslab sont ensuite offertes par ce prince en cadeaux entre 1883 et 1889 à des bibliothèques et musées ; d'autres encore sont vendues après la première guerre à des marchands d'art de Londres, ou en 1922 au marchand d'antiquité Henri de Jongh (La Hague). Enfin, d'autres pièces sont vendues à Vienne, aux archives militaires (1922) et à la bibliothèque universitaire.

La carte de Cassini, toujours propriété des Liechtenstein, est transférée au château de Vaduz en 1945. Mais très vite, le prince de Liechtenstein, Franz Joseph II, revend une partie de sa collection, dont la carte de Cassini, notamment au marchand d'art américain H.P. Kraus. Après plusieurs années de classification et sélection, Kraus en revend une partie à l'université d'Harvard, et le reste de la collection cartographique Liechtenstein est acquis en 1951 par l'Air Force Cambridge Research Laboratory Library (bibliothèque de la base Air Force à Bedford, Massachusetts), qui incorpore ainsi la carte de Cassini dans son fonds. Puis une partie de ce fonds, dont de nombreuses cartes issues de la collection Hauslab, est transférée à la Bibliothèque du Congrès à Washington en 1975.

On ignore cependant quand et où, Hauslab a acquis sa carte de Cassini ; il semble qu'il ait commencé à constituer sa collection dès 1820, mais qu'il s'y consacra plus partiellement après sa retraite partielle en 1861, et complète en 1868. A sa mort en 1883, on estime que sa bibliothèque personnelle, qui remplissait deux grands pièces dans sa résidence de Vienne, comprenait 13 000 livres, 20 000 gravures, eaux-fortes et estampes, quelques 10 000 cartes, et un certain nombre de globes.
La copie Hauslab de la carte de Cassini a été imprimée à partir de plaques gravées, puis coloriée à la main et montée sur papier épais. Mais contrairement à la plupart des séries existantes de la carte, elle est non découpée, là où Bibliothèque nationale de Paris ne dispose que des feuilles éparses de cette série.

3 - Les différences

On sait que les cartes de Cassini étaient vendues soit en monochrome, soit en couleurs, chaque planche étant alors mise en couleurs par un peintre coloriste qui n'hésitait pas parfois à ajouter quelques fantaisies (notamment en matière de forêt) : mais cette explication est insuffisante à expliquer les différences très importantes entre les deux version ci-dessus, la mise en couleur n'ayant pu faire disparaitre le détail de la ville de Blâmont, le texte « B. de Trion », le « s » de Barbas, et changer intégralement l'emplacement des textes, le détail des cours d'eau, etc...

Néanmoins, les deux planches portent le même numéro 142, le même référence « Fle 51 », la même mention en bas à gauche « B. Desfontaines Sculp. » (Bellery Desfontaines). Seule la carte Hauslab porte en bas à droite la mention « C. Beauvais Serip. », qui correspond au graveur de lettres Charles Nicolas Dauphin de Beauvais (1730-1785).

On pourrait alors supposer que les cartes sont simplement des versions chronologiquement différentes ; ainsi, si l'on compare le feuillet 111, Meuse et zone est de la Meurthe, les deux versions sont intégralement similaires, datées toutes deux de 1759.
Mais les deux feuillets 142 ne couvrent pas la même région : ainsi, il manque une large bande à droite de la feuille LOC 142, qui fait par exemple totalement disparaître Sarrebourg de la carte LOC (partie qui figure pourtant sur la feuille BNF 142).
La feuille immédiatement à sa droite, LOC 162, reprend à gauche en même position que la feuille BNF, donc la carte Hauslab présentée par la Librairie du Congrès est incomplète ! On peut ajouter aussi que le feuillet LOC 142 comporte des erreurs notables : ainsi, Saint-Sauveur est placé au nord-est de Parux... Cette feuille 142 incomplète et erronée ne peut donc être issue d'éditions officielles successives.

Mais la notice de la Library of Congress indique qu'il existe, dans la collection, deux feuillets 142 différents. Celui numérisé par la Library ne serait donc pas le bon ?
 
De plus, dans un article de « The Quarterly Journal of the Library of Congress” (vol. 35 n° 2 - Avril 1978), Walter W. Ristow émet comme hypothèse : “This magnificent map was very probably a presentation copy”. Pourquoi une telle réserve ?

Tous ces éléments ne permettent pas de résoudre l'énigme, qui laisse supposer que la planche 142 présentée par la Library of Congress n'est pas une carte de Cassini normale : erreur de numérisation de ce feuillet 142 ? Mais dans ce cas, qu'est le feuillet 142 présenté ? Une contrefaçon *, qui se serait glissé dans la collection Hauslab ?
L'état de nos recherches ne nous permet pas de conclure...


* - Dès 1894, La revue de Géographie détermine les base d'une enquête à instituer sur la carte de Cassini, avec entre autres questions : « Contrefaçons de la carte de Cassini ». Dans le numéro de janvier-juin 1896, M. Ludovic Drapeyron détaille l'enquête sur la carte de Cassini :
« LES CONTREFAÇONS
Nous signalerons cette constatation de Cassini III : « On n'a point fait usage du privilège accordé à la Compagnie pour s'opposer à la contrefaçon dans nos cartes, la seule ressource pour les marchands privés du débit de celles qui avaient précédé les nôtres. »
Quelles ont été ces contrefaçons? Point à élucider.
»

 

Rédaction : Thierry Meurant

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email