BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Surintendants de Christine de Danemark

Voici les biographies de Claude de Guérin, et de son successeur Michel Bouvet, surintendants de Christine de Danemark (1521-1590) à Blâmont.. Nous y avons ajouté des informations sur Dominique Tabouret (ou Thabouret), gruyer en 1588, puis Charles Tabouret qui, jusqu'en 1632, apparaît à Blâmont comme « Châtelain »


Dictionnaire de la noblesse
La Chenaye-Desbois et Badier.
1866

GUÉRIN, Noble & ancienne Famille de Lorraine, éteinte depuis plus d'un siècle. Un Mémoire envoyé en remonte la filiation à
I. JEAN DE GUÉRIN, dit le vieux. Maître des Monnoies de René, Roi de Sicile, Duc de Lorraine & de Bar. Il eut de fa femme, Catherine de Nidal,
1. Jean, qui suit;
2. Et Isabellion, mariée à Didier d'Epinal, avec lequel elle vivoit en 1460.

II. JEAN DE GUÉRIN, dit le jeune, Maître des Monnoies du Roi de Sicile, épousa Alizon, fille de Michel de Geberry, Sommelier de l'Artillerie de Lorraine, dont :
1. Claude, qui suit ;
2. Et Catherine, femme de Jean de Persenal, avec lequel elle vivoit en 1492.

III. CLAUDE DE GUÉRIN fut l'un des Arbalétriers de la Garde du Roi de Sicile, qui, par brevet du 20 Février 1504, lui conserva la survivance de Michel de Geberry, son aïeul maternel, dans la charge de Sommelier de son Artillerie. Il épousa 1° Idotte de Chalaine; & 2° Arambourg de Janin. Du premier lit il eut:
Isabellion, mariée, en 1503, à Louis de Lescut, Seigneur de Saint- Germain, Vice-Bailli de Nancy, mort le 8 Août 1555, & .elle le 3 Juin 1573.
Et du second lit vint:
Jacques, qui suit.

IV. JACQUES DE GUÉRIN, Sommelier de l'Artillerie de Lorraine, par brevet du 20 Janvier 1545, épousa Jennon, fille de Ferri de Maillet, & de Catherine Beget-des-Porcellets, dont:
1. Claude, qui suit;
2. Isabellion, morte en 1588, femme de Cuny de Boucher-de-Sorcy, Conseiller d'Etat ;
3. Et Arambourg, femme de Christophe de Mérigault.

V. CLAUDE DE GUÉRIN, Seigneur du Montet & d'Hermamesnil, Ministre & Secrétaire d'Etat du Duc Charles III, par Lettres Patentes du 15 Avril 1567, Surintendant de la Reine Christine de DANEMARK, au Comté de Blamont & Seigneurie de Neuvre, Président unique de la Chambre des Comptes, Cour des Aides & Monnoies de Lorraine, par Lettres Patentes du 7 Décembre 1595, testa à Nancy le 23 Mai 1596, & mourut l'année suivante. Il avoit épousé, par contrat du 23 Février 1569, Claude de Fournier, morte en 1622, fille de Quiriace de Fournier, Seigneur de Fontenailles & de la Grande-Pailly dans l'Orléanois, d'où il étoit venu, en Lorraine, où il fut Seigneur de Saint-Epvre, Confeiller d'Etat & Trésorier Général des Finances de Lorraine & de Barrois, & de Françoise de Xaubourel, fille de Bertrand, Contrôleur Général de Lorraine & de Barrois, & de Françoise Bertrand, des Barons de Marimont. Claude de Guérin eut de son mariage, pour fils unique,

VI. BALTHAZAR DE GUÉRIN, Seigneur du Montet & d'Hermamernil, ConfeilIer d'Etat du Duc Charles III, & en sa Chambre des Comptes de Lorraine, qui testa le 22 Avril 1612, & mourut peu à près le dernier mâle de son nom. Il avoit épousé, par contrat du 4 Octobre 1599, Marie de la Ruelle, Dame d'Andilly en partie, fille de René de la Ruelle, Seigneur d'Andilly, Ministre & Secrétaire d'Etat du Duc
Charles III, & de sa seconde femme. Barbe de Pois, qui de son premier mariage avec Jean, Seigneur de Pulnoy, avoit eu Nicolas, Seigneur de Pulnoy, dont les filles furent mariées dans les Maisons de Haraucourt, de Glainville, de Bildestein, de la Vaux & de Moras. Marie de la Ruelle se remaria, par
contrat du 25 Juin 1616, à Jean de la Moussaye. Chevalier, Seigneur de Carcouët en Bretagne, Chambellan du Duc Henri, dont Philippe, Marquis de la Moussaye, Colonel d'Infanterie au service de France, mort de ses blessures à la bataille de Rocroy, donnée en 1643. Elle eut du premier lit:
1. Claude, qui s'est mariée à son cousin Balthazar, Comte de Rennel, & du Saint-Empire, Seigneur de Jarville ;
2. Et Barbe, qui a épousé aussi son cousin, François de Bermand, Seigneur de Pixérécourt.

Les armes : d'azur, à la pointe d'or, chargée d'une croix potencée d'azur, & accompagnée en chef de deux autres croix potencées d'or.

Biographie de la Chambre des comptes de Lorraine
Comte Antoine de Mahuet
Nancy, 1914

BOUVET (MICHEL), fils de Michel, procureur général du bailliage de Bar, et d'Anne Le Poignant, petit-fils de François, anobli le 18 novembre 1501 (1). Né à Bar, en 1544, reçut des lettres de gentillesse le 1er mars 1610, où les services considérables qu'il rendit à Charles III et à Henri II sont rappelés, épousa, en 1568, Agnès de Beaufort, fille de François, sgr de Gellenoncourt (2), grand veneur de Lorraine, et de Gabrielle de Thuillières ; il mourut le 16 janvier 1613.

ARMES : D'azur coupé d'argent, en chef un corps de lion d'or tenant une hache d'armes, et en pointe une trappe de boeuf de gueules.

Surintendant de Christine de Danemark, conseiller et secrétaire ordinaire, nommé conseiller et auditeur à la Chambre des comptes, le 16 juin 1578 ; devient conseiller d'État, et après vingt-huit ans de services, succède à Claude Guérin, comme président de la Chambre des comptes, le 10 mai 1596. Le 11 juin suivant, il expose, qu'étant nommé président, il désire disposer de son office d'auditeur en faveur de son beau-fils Louis Henry, en versant le quart de 2.000 francs, somme qu'il a payée pour
pouvoir « résigner en faveur de personne capable », ce qui lui est accordé. Le duc de Lorraine, le 3 février 1596, en récompense de ses services, affranchit un gagnage qu'il possédait à Ville-en-Vermois (3) ; antérieurement Charles III lui avait donné, en 1591, la terre d'Heillecourt (4), où il fonda une chapelle dans l'église de ce lieu, le 16 avril 1604. Henri II lui donna aussi la seigneurie de Laloeuf (5).

(1) Un de ses descendants, Charles Bouvet, obtint, le 25 mars 1625, l'autorisation de porter les armes de la famille de Bouvet d'Ast, en Piémont, qui sont : D'azur au boeuf passant d'or, surmonté en chef de trois étoiles de même.
(2) Gellenoncourt, canton de Saint-Nicolas (Meurthe-et-Moselle).
(3) Ville-en-Vermois.
(4) Heillecourt, canton de Nancy-Ouest (Meurthe-et-Moselle).
(5) Laloeuf, canton de Vézelise (Meurthe-et-Moselle).


Mémoires de la socié́té́ d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain
1889

L'Eglise de Maxeville
Leon Germain

[...]
Noble Dominique Thabouret,
seigneur de Maxéville.
1612.
(H. : 2,22 ; L. : 1,10.)
Cette pierre tombale importante, jusqu'ici cachée par les stalles et demeurée inconnue, se voit dans le choeur, tout contre le mur du côté de l'évangile ; le milieu, qui devait offrir des armoiries, ne porte plus aucune trace de gravure ; l'épitaphe s'étend le long des quatre
bords ; plusieurs mots ont disparu, même les noms du défunt, mais je crois pouvoir les rétablir de la manière suivante :
CY GIST NOBLE HOMME MESSire Dominique
Thabouret Seignevr de Marcheville Povr La Moite châtelain grvyer et recepvevr de (1) La Conte De
BLAMONT QUY DECEDA LE 15 IOVR DAOVST 1612 PRIEZ DIEV POVR SON
AME.

L'inscription qui précède rappelle sans doute Dominique Tabouret, anobli en 1584, dont nous avons rencontré plus haut les ancêtres. Voici l'article de Dom Pelletier sur cette famille ; je le reproduis à cause de son grand intérêt pour l'histoire seigneuriale de Maxéville :
« TABOURET (Dominique), au service de la maison du grand duc Charles, fut annobli, sans finances, par lettres de S. A., données à Nancy le 23 avril 1584. Porte de gueules, au fleuve ondé d'argent et mis en fasce, accompagné de trois têtes de lion arrachées d'or, lampassées de gueules, allumées et armées d'argent, deux en chef et une en pointe ; et pour cimier un lion d'or assis entre un vol de l'écu, sortant d'un torti d'or et de gueules, porté d'un armet couvert d'un lambrequin aux métaux et couleur de l'écu, Fol. 118, régist. 1584. Les lettres de S. A. portant mandement aux gens de ses comptes de Lorraine de procéder à l'enregistrement desdites lettres de noblesse, sont du 28 juin 1584. Layette cottée annoblissemens, num. 211.
« Dominique Tabouret, fut dans la suite châtelain de Blamont, et eut pour fils Dominique Tabouret de Maxéville, châtelain, gruyer et receveur de ladite ville (Blamont) qui épousa Marie Huguet, fille de Bertrand Huguet, et d'Anne Bertrand, avec laquelle il vendit, en 1605, tout ce qu'ils avaient en la seigneurie de Brin, provenant de la succession d'Anne Bertrand sa belle-mère. Il eut, selon quelques-uns, de son mariage, Charles Tabouret, seigneur de Maxéville, châtelain, gruyer et receveur de Blâmont, vivant en 1632. D'autres plus vraisemblablement le disent fils de Dominiq. Tabouret de Maxéville, et d'Isabelle Baudouin, et petit-fils de Dominique Tabouret, et de Marie Huguet ; quoi qu'il en soit, Charles épousa Elisabeth Fournier de Raon, fille aînée de François Fournier, seigneur des bans d'Anould et de Provenchères, et d'Elisabeth Chavenel, dont il eut ;
1° Dominique qui suit ; 2° Marguerite Tabouret, mariée : 1° à François Lescamoussier, adjudant général de Charles IV; et 2°, le 22 février 1656, à Paul Dolmaire.
« Dominique Tabouret de Maxéville, épousa Barbe de Vellis, de laquelle il eut Charles, qui suit.
« Charles Tabouret, II du nom, seigneur de Maxéville, lieutenant-colonel pour le service de S. M. I, épousa N. dont il eut N. Tabouret, élevé dans la compagnie des cadets-gentilshommes de S. A. R., puis officier pour le service de S. M. L, et marié en 1730. »

En 1619-1628. Charles Thabouret, châtelain et gruyer du comté de Blâmont, possédait encore moitié de la seigneurie basse et foncière de Maxéville (2).
Vers 1660, Dominique Tabouret (fils du précédent) n'était plus seigneur de ce lieu que pour un quart, le reste appartenant à la famille Fournier. C'est, du moins, ce qui paraît résulter de cette mention de l'Inventaire sommaire des Archives, par H. Lepage (E. 102) :
« 1659-1679. - Comptes rendus à Dominique Thabouret, seigneur pour un quart en la seigneurie de Maxéville ; à Claude Fournier, seigneur haut justicier sans part d'autrui et foncier pour la moitié, et à Antoine-Aflrican Fournier comme tuteur de Louis et
François, fils de Claude... »
Mais il semble que le second quart de la famille Tabouret était échu à Marguerite, soeur de Dominique, alors mariée à Paul Dolmaire, « Le 28 janvier 1664, dit H. Lepage dans les Communes de la Meurthe (II, 16), Gilles Macquart, au nom et comme fondé de procuration de Dominique Tabouret et Paul Dolmaire, fait ses reprises pour moitié de la seigneurie de Maxéville. (T. C., Nancy, 4.) »
La bibliothèque de la Société d'Archéologie lorraine possède un « Extract (sic) des nobles de Lorraine » manuscrit (3), dont l'auteur se désigne ainsi : « Coppié par moy Dominique Thabouret baron de Macheuille en Tannée 1687, le premier de Januier, à Heidelberg, chambellant (sic) et capitaine lieutenant de la compagnie des Dragons (4) de la garde de Son Altesse Electorale pallatine Charle... »
Une autre famille du même nom fut anoblie en 1585 et en 1587 (5). Tabouret ou Thabouret vient de tabour, surnom des batteurs de tambour ; l'm de ce mot ne se prononçait pas (6).

(1) La place manquerait pour écrire ces qualifications tout au long ainsi que je le fais ; on avait sans doute omis les moins importantes, ou fait emploi de nombreuses abréviations.
(2) H. Lepage, Invent, somm. des Archives, E. 100.
(3) V. J. Favier, Catal. des manuscrits, n° 203.
(4) Suivant l'usage de la fin du XVIIe siècle, l'auteur de ce manuscrit faisait un abus étrange de l'apostrophe ; c'est ainsi qu'il écrit les « N'obles de L'orreinnes », etc.
(5) Dom Pelletier, p. 763-764.
(6) V. L. Larchey, Dict. des noms ; sur l'omission, dans la prononciation des consonnes placées à la fin des syllabes, v. F. Génin, Variations du langage français.

 
Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email