BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Chasseurs à cheval - 1793
 


Chasseurs à cheval de la République française : services des officiers de tous grades
Éd. Tutot (Paris) - 1793

Joseph Keltz Lieutenant né le décembre 1744 à Blamont, district dudit lieu,, département de la Meurthe demeurant à Blamont entra Dragon au régiment de Lanau actuellement le quatrième de chasseurs à cheval, le 14 décembre 1762, brigadier, le 2 octobre 1768; maréchal-des-logis le 11 juin 1772 ; fourrier-écrivain, le premier septembre maréchal-des-logis en chef, le 6 septembre 1784, sous-lieutenant le 15 septembre 1791 ; lieutenant, le 17 septembre 1792 : étoit commis dans un bureau.

Augustin Woinot, Sous-lieutenant né à Blamon, le 30 novembre 1752, demeurant à Blamon ; Laboureur ; chasseur le 7 novembre 1772 ; lieutenant du cinquième bataillon de la Meurthe le 13 décembre 1792 ; sous-lieutenant au douzième régiment de chasseurs le 20 avril 1793 ; a été à l'expédition de Genève en 1782 (*) ; a fait la campagne de 1792.

(*) NDLR : cette expédition fait allusion à l'épisode peu connu de la « Révolution de Genève ». Déjà en 1707 avait éclaté à Genève un mouvement de révolte, ayant pour chef l'avocat aristocrate Pierre Fatio : le soulèvement échoue grâce à l'appui de troupes bernoises et zurichoises, et Fatio est fusillé secrètement en prison. En 1737, une nouvelle révolte contraint le gouvernement à demander l'arbitrage de la France. En 1762, le Petit Conseil condamne au feu deux ouvrages de Rousseau (Émile ou De l'éducation, et Du Contrat social). Les citoyens protestent, mais c'est 20 ans plus tard en février 1781 que les bourgeois et les natifs occupent la ville et votent une loi octroyant l'égalité civile aux natifs, aux habitants et aux sujets de la campagne. Le 6 juin 1782, Louis XVI, inquiet de la contagion possible de « cette souveraineté populaire qui s'inspire de Jean-Jacques Rousseau », s'allie au Piémont-Sardaigne pour intervenir à Genève. Zurich et Berne envoient des contingents. Le 2 juillet 1782, Genève, assiégée par trois armées coalisées (française, sarde et bernoise), capitule. L'aristocratie reprend alors le pouvoir mais les natifs conservent l'égalité civile
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email