BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Presse
- L'Homme Libre - 1914-1933
 


  • 24 août 1914

A BLAMONT
Nancy, 23 août. - Les procès-verbaux dressés par le préfet de Meurthe-et-Moselle donnent. de nouveaux détails sur les actes de sauvagerie commis par les troupes allemandes lors de leur incursion dans la région de Blamont-Cirey.
A Blamont, les soldats allemands ont assassiné plusieurs personnes, pillé et saccagé de nombreuses maisons, entre autres une grande chocolaterie appartenant à M. Burrus, sujet suisse.
Quand ils durent quitter Blamont et se replier, ils emmenèrent douze otages, dont le curé et le buraliste.
Ils les conduisirent auparavant à la place où un habitant, M. Louis Foëll, venait d'être fusillé et, leur montrant la cervelle épandue sur les pavés sanglants, les menacèrent du même sort.
L'un des otages, M. Colin, professeur de sciences au lycée Louis-le-Grand, à Paris, qui se trouvait en villégiature dans la localité avec sa famille, ,fut emmené en chemise, pieds nus.
Indigné par les brutalités qu'il voyait commettre sur des enfants, sa propre fille reçut un coup de crosse en pleine figure. M. Colin, s'adressant à un jeune lieutenant, lui cria :
« Mais vous n'avez donc pas de mère ! »
Et l'émule de Forstner de répondre textuellement ces paroles caractéristiques de la mentalité d'une race : « Ma mère n'a pas fait de cochons comme toi. »
Les otages de Blamont emmenés jusqu'à Cogney, enfermés dans l'église de cette commune de 6 heures du soir à 7 heures du matin, ont pu retourner à Blamont.
Chez toutes ces populations lorraines, si tragiquement éprouvées, aucun abattement aucune défaillance.
Un sentiment domine les chagrins intimes les plus cruels ; « La France va vaincre. »
Ceux-ci ont perdu leurs récoltes ; ceux-là ont vu leur maison saccagée ; les uns ont vu les barbares incendier leur demeure ; d'autres ont vu fusiller. Beaucoup ont été menacés, insultés, frappés, blessés. Quelques-uns ont connu en même temps toutes ces épreuves. Aucun ne baisse la tête. Les yeux ont des flammes, non des larmes.


  • 24 juin 1921

CHRONIQUE JUDICIAIRE
Officiers allemands condamnés
Le capitaine- Lehmann qui, a Cirey, procéda à l'enlèvement des archives de l'étude Zimmermann, qui n'ont pu être retrouvées, a été condamné à dix ans de travaux forcés et dix ans d'interdiction de séjour, par le conseil de guerre de la 20e région.
Le lieutenant Gueb, qui vola du matériel de literie appartenant à une institutrice de Blamont, a été condamné également à un an de prison.
Ces deux condamnations ont été malheureusement prononcées par contumace.


  • 1er août 1923

MOUVEMENT JUDICIAIRE
Sont nommés juges de paix :
[...] Blamont (Meurthe-et-Moselle), M. Couchot [...]


  • 4 août 1923

Les crimes allemands de l'occupation
Un officier allemand condamné à mort par contumace
On sait quels crimes furent commis en Lorraine par les Allemands en août 1914.
Le capitaine Kunz, de la 19e division ersatz de réserve, arrivé à Blamont, pilla le presbytère, dépouillant de leurs économies l'abbé Dupré, sa servante, Mme Gaillot, et son sacristain Koster. D'autres habitants, notamment le curé Jacques, Mme Barbier et M. Martin, furent l'objet de menaces féroces et durent livrer leur argent. Kunz souilla, dans la commune de Harbouey les ornements sacerdotaux et fit mettre le feu par ses soldats à l'église, qui fut totalement détruite.
Pour tous ces sinistres exploits, l'officier boche a été condamné hier par contumace ti la peine de mort. C'est la première fois que le conseil de guerre de la 20e région, qui siège à Nancy, cite à comparaître devant lui les auteurs de tous tes méfaits qui semèrent la terreur parmi nos populations.


  • 14 juin 1931

Une affaire d'empoisonnement en Meurthe-et-Moselle
Le docteur Laget (*) trouverait-il, en Lorraine, des imitateurs ? Un double empoisonnement émeut la population de Blamont depuis trois mois. Le parquet de Luné ville instruit cette affaire, mais la crainte d'un scandale semble retarder l'oeuvre de la justice, tandis qu'au contraire, les étranges circonstances du drame passionnent l'opinion publique.
Le 13 décembre dernier, Mme Gouget, femme de ménage au service de M. Lahoussay, vétérinaire à Blamont, se plaignait d'une violente migraine. Son patron prit alors, dans une boîte où il puisait pour son usage personnel, un des deux cachets d'aspirine qui restaient, et l'offrit à Mme Gouget en lui disant : « Cela apaisera votre mal ». Mais la femme de ménage fut terrassée par les effets et elle mourut après quatre heures d'atroces souffrances.
Son mari demeurait seul, avec trois jeunes enfants.
Un mois plus tard, M. Lahoussay, le patron de Mme Gouget, éprouvait un peu de fièvre, prit, à son tour, le dernier cachet de sa boîte. Aussitôt, les symptômes d'un empoisonnement se manifestèrent : troubles, vertiges, tremblements nerveux, et il ne dut son salut qu'à la prompte intervention d'un docteur de ses amis.
L'affaire fit grand bruit. Les soupçons s'éveillèrent. M. Gouget porta plainte. Le parquet de Lunéville ordonna l'exhumation et l'autopsie de la première victime.
Aucun doute possible. La mort était due à une absorption de strychnine. La poudre, dont quelques fragments furent retrouvés sur les parois de la boîte suspecte contenait aussi de la strychnine.
Telle est la gravité des révélations qui motivèrent de longues et minutieuses enquêtes.
Quelle main criminelle a préparé et mêlé une substance nocive au médicament dont M. Lahoussay faisait souvent usage ? Est-ce la vengeance ou la cupidité ?
Qui a fait agir le coupable ?
M. Gouget se porte partie civile dans le procès qu'il intente.


(*) L'affaire du docteur Pierre Laget a agité Béziers dès février 1930 pour tentative d'empoisonnement contre sa soeur. Après l'exhumation de ses deux précédentes épouses (1922 et 1929) démontrant des traces d'arsenic, il est condamné à mort en juin 1931 par la cour d'assise de l'Hérault, peine commuée le 29 septembre 1931 en travaux forcés à perpétuité par le Président de la République. Au bagne guyanais de l'île du Salut, il occupe les fonctions d'infirmier-chef de l'hôpital-infirmerie de Royale, où il se suicide en septembre 1944 à l'aide de produits toxiques volés dans la pharmacie de l'hôpital.


  • 27 décembre 1933

LES SUITES D'UNE ERREUR MEDICALE
En décembre 1930, Mme Gouget, domestique chez M. Lahoussaye, vétérinaire à Blamont, conseiller d'arrondissement, mourait à la suite de l'absorption d'un cachet que M. Lahoussaye lui avait donné pour calmer sa migraine ! Quelques jours plus tard, le vétérinaire, après avoir pris également un cachet, était gravement intoxiqué.
On soupçonna un familier d'avoir commis ces manoeuvres criminelles. L'autopsie de la domestique fit découvrir, dans les viscères, la présence de produits toxiques. La mort était due à la strychnine.
M. Lahoussaye parvint à se rétablir. Il déclara que l'erreur lui était imputable et qu'aucune substitution criminelle n'avait eu lieu.
Un procès avait été engagé. Il vient de prendre fin par un arrêt de la cour d'appel qui condamne M. Lahoussaye à verser une somme de 15.000 francs à M. Gouget, mari de la victime, et une somme égale à chacun de ses trois enfants..

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email