BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

10 août 1914 - Patrouille à Halloville Texte en langue allemande
 


Wie wir unser Eisern Kreuz erwarben est un recueil allemand édité en 1916, regroupant divers brefs récits sur les exploits allemands, qui comme l'indique son titre, justifient l'attribution de la croix de fer. Nous avons beaucoup vu de récits allemand de ces premiers jours de guerre stigmatisant les prétendus tirs des civils dans le dos des troupes allemandes, et les combats en embuscade des soldats français
L'extrait ci-dessous contribue à la fabrication de cette propagande puisque, si on glorifie la rapidité et la précision de tir du soldat allemand, c'est par deux fois contre des français embusqués, qui fuient devant la « puissance allemande ».


Wie wir unser Eisern Kreuz erwarben
Friedrich Freiherr von Dincklage-Campe
Ed. Berlin 1916

Wer schießt zuerst?
Gefreiter Friedrich Wasserberg, 2. Eskadron, 6. bayr. 4. Chev.-Regiment, aus Dorfmaulen, Kreis Königsberg, war am 10. August 1914 einer Offizierspatrouille zugeteilt, die bei Absuchen eines Waldstückes südlich Halleville bei Blamont in heftiges Infanteriefeuer geriet. Die Patrouille suchte in der nächsten Geländefalte Deckung während Wasserberg mit seinem schwer verwundeten Pferde vorher zusammenbrach. Sofort sprangen drei französische Infanteristen aus dem Walde auf ihn zu, um ihn gefangenzunehmen. Wasserberg holte rasch einen Karabiner vom Rücken und streckte einen seiner Verfolger mit dem ersten Schuß nieder, worauf die beiden anderen Franzosen schleunigst wieder in den Wald zurückliefen. Wasserberg traf kurz darauf wieder zu Fuß bei seiner Patrouille ein.
Am 18. August 1914 stand eine schwache Offizierspatrouille der Eskadron dicht westlich Saarburg einem von einem Offizier geführten Zug französischer Kürassiere auf wenige 100 Meter gegenüber. Einer der Kürassiere stellte sich breit auf die Straße, um die Patrouille anzulocken, während der Rest des Zuges im Hinterhalt lag. Wasserberg bat den Führer, ob er absitzen und einmal schießen dürfe, was ihm ohne weiteres zugesagt wurde. Auf den ersten Schuß blieb der Kürassier regungslos stehen, auf den zweiten Schuß fällt er tot vom Pferde, worauf auch der ganze Kürassierzug das Weite suchte.
Merckle, Rittmeister und Eskadronchef


Qui tire le premier ?
Le caporal Friedrich Wasserberg, 2ème escadron, 6ème bavarois du 4ème régiment de cavalerie, de Dorfmaulen, région de Königsberg, était affecté le 10 août 1914 en tant qu'officier d'une patrouille qui, en ratissant un pan de forêt au sud d'Halloville près de Blamont, se trouva sous un fort feu d'infanterie. La patrouille cherchait à se couvrir dans un proche pli du terrain, lorsque Wasserberg s'écroula avec son cheval lourdement blessé. Immédiatement, trois fantassins français surgirent de la forêt pour le capturer. Wasserberg tira rapidement la carabine de son dos et abattit l'un de ses agresseurs au premier coup de feu, sur quoi les deux autres Français retournèrent immédiatement dans la forêt. Wasserberg revint peu après à pied à sa patrouille.
Le 18 août 1914 une faible patrouille d'officier de l'escadron se retrouva, à l'ouest de Sarrebourg, en face d'une colonne dirigée par un officier des cuirassiers français à environ 100 mètres. L'un des cuirassiers se mit en travers du chemin pour attirer la patrouille pendant que le reste de la colonne se plaçait en embuscade. Wasserberg demanda au soldat de tête, s'il pouvait descendre de cheval et tirer un seul coup, ce qu'il lui promis de faire aisément. Au premier coup de feu, le cuirassier s'immobilisa, et au deuxième coup de feu, il tomba mort de son cheval, sur quoi toute la colonne de cuirassier prit le large.
Merckle, capitaine de cavalerie et chef d'escadron
 

Rédaction : Thierry Meurant

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email