BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Jean-Louis Billiard de Salins (De Chéville), seigneur de Montreux


Revue des questions héraldiques, archéologiques (1905-1906).
Liste générale des Emigrés en 1793
[...]

- Billiard, Jean-Louis, surnommé Cheville, domicilié à Jussey, propriétaire à Nancy, Montreux, district de Blamont (Meurthe), émigra le 9 juillet 1792.


En réalité, Jean-Louis Billiard de Salins, dit De Chéville (il apparait sous ce nom dans Procès-verbal de l'Assemblée de l'ordre de la noblesse du 16 mars 1789, nom qui semble être un lieu-dit de Montreux), chevalier de Saint-Louis, lieutenant-colonel de cavalerie; (capitaine en 1768, major en 1774 au régiment de cavalerie du Dauphin à Dôle ou Gray), demeurant à Jussey (Haute-Saône), avait acheté la seigneurie de Montreux en 1784, et y passa ses étés jusqu'en 1791 : il n'y revint pas l'année suivante, et fut porté sur la liste des émigrés à partir du 8 juillet 1792 (voir Emile Ambroise pour d'autres informations).

Les rapports officiels du 25 brumaire an III constatent que tout ce que M. de Chéville possédait dans sa maison de Montreux est vendu pour 3.189 livres ; sa ferme est achetée, en 1795, par Boulanger, de Cirey, au prix de 99.715 livres.
Dans le cadre de le loi du 27 avril 1825 (dite « du milliard aux émigrés », indemnisant les biens confisqués pendant la révolution) une décision de la commission royale du 28 octobre 1826, accorde 49.381 Fr. (et constate 17.224 de passif, créance envers l'Etat), soit une rente de 965 francs (3 %), à « Anciaux (Julie-Victoire), veuve de M. Nicolas-Charles Jean-Chrysostôme chevalier de Maillier, nièce du dépossédé, sa légataire pour moitié, mais ayant droit à totalité de l'indemnité, par le désistement des deux enfans et uniques héritiers de sa sœur, que le dépossédé avait instituée sa légataire pour l'autre moitié. » (États détaillés des liquidations faites par la Commission d'indemnité à l'époque du 31 décembre 1826, ed. Paris 1827)

Mais à ce jour, nous n'avons trouvé ni lieu et date de naissance, ni lieu et date de décès ni d'éléments biographiques précis, hormis les informations ci-dessus et ces quelques notes complémentaires :

Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. IV. - 1905

On trouvera dans les manuscrits de Chérin, au Cabinet des Titres, beaucoup de renseignements sur une famille BILLARD DE CHEVILLE, qui appartenait sous Louis XVI à la noblesse de Lorraine. Cette famille se disait issue d'Ancelot Billard qui était vers le milieu du XVIe siècle gouverneur de Nesle, en Picardie. Celui-ci aurait laissé d'une alliance inconnue un fils, Denis Billard, gouverneur de la personne de Mgr de Nesle, qui serait venu se fixer à Lisle, en Champagne. Michel Billard, né à Lisle, fils du précédent et d'une dame dont on ignore le nom, fut capitaine de chevau-légers au service du duc de Lorraine, commandant au régiment d'Artigoity, capitaine et prévôt de Conflans et fit reconnaître sa noblesse par lettres patentes du duc de Lorraine données à Nancy le 12 avril 1600. Il laissa lui-même d'une alliance inconnue un fils, Henri Billard de Salins, colonel de deux régiments, qui aurait été créé chevalier en 1634 par lettres patentes du duc Charles IV. Ces lettres ne sont pas mentionnées dans le Complément au Nobiliaire de Lorraine de dom Pelletier, cependant si complet, publié en 1885 par M. Lepage. Henri Billard de Salins laissa à son tour deux fils, François-Michel et Louis Billard, qui auraient obtenu le 6 mars 1669 de nouvelles lettres patentes confirmant celles de 1634; mais, d'après l'ouvrage de M. Lepage, on ne trouve aucune trace de ces lettres. L'aîné de ces deux frères alla se fixer en Allemagne le puîné, Louis, serait allé se fixer à Nesle pendant la détention en Espagne du duc de Lorraine Charles IV, y aurait épousé Jeanne Caron et en aurait eu un fils appelé Jean. Celui-ci aurait été père de Jacques Billiard, conseiller trésorier payeur des gages des officiers de la chancellerie près la Cour des comptes de Dole, et grand-père d'Antoine Billard de Cheville, conseiller du Roi, receveur particulier des finances et bois à Nancy, et de Jean-Louis Billard ou Billiard de Cheville, capitaine de cavalerie, qui furent maintenus dans les privilèges de la noblesse que leur père leur avait transmise par arrêt de la Chambre des comptes de Lorraine du 17 août 1765.
Le second de ces deux frères, Jean-Louis Billard-Salins, dit de Cheville, chevalier, Sgr de Montreux, chevalier de Saint-Louis, lieutenant-colonel de cavalerie fut, par arrêt de la Chambre des comptes du 11 mai 1787, maintenu dans les droits accordés à ses ancêtres tant par les patentes du 16 avril 1600 que par celles du 6 mars 1669 avec la permission de continuer à se qualifier gentilhomme et chevalier ; il prit part en 1789 aux assemblées de la noblesse tenues à Nancy.
Lepage attribue à cette famille, d'après un ancien nobiliaire, les armes suivantes d'azur au chevron d'or surmonté d'une croix de Lorraine d'or et accompagné en pointe de deux croissants d'argent.

Il semble qu'une certaine confusion existe dans l'article ci-dessus car Jacques n'est pas le frère de Jean-Louis, mais son père : Jacques Billiard, écuyer, avait été receveur des finances à Nancy, domicilié (et décédé ?) en 1761 Paris à Paris rue Croix-des-Petits-Champs. Et il apparait que son second fils, Pierre-Etienne-François lui a succédé dans ses fonctions à Nancy, puisqu'on lit dans les Affiches des Trois évêchés  : « Le 20 novembre 1773, Mrs. Jean-Louis Billiard de Cheville, Chevalier de l'Ordre royal & militaire de Saint- Louis, Capitaine de Cavalerie au Régiment Dauphin, & Pierre-Etienne-François Billiard son frere, Ecuyer, receveur des Finances & des Domaines & Bois au bureau de Nancy, ont vendu une maison pour 2500 liv. »

Jean-Louis Billiard disposait d'une importante bibliothèque puisqu'en 1791 Louis Barbiche rédige un recueil manuscrit de 94 pages (dont certaines laissées blanches cependant pour de futures additions) « Catalogue des ouvrages de la bibliothèque de Mr. de Cheville Chev. de St Louis, lieutnt colonel de cavalerie et seigneur á Montreux ».
On retrouve cet ouvrage présenté ainsi dans les Archives du bibliophile de 1879 :

8866. Catalogue des ouvrages de la bibliothèque de M. de Chéville, chevalier de St. Louis, lieutenant-colonel de cavalerie et seigneur à Montreux, 1791. - Armoiries des seigneurs de Montreux (près Blamont en Lorraine), suivant l'ordre des temps. (1791) - In-12.v.br. 15 fr.
MANUSCRIT DE LA FIN DU XVIIIe SIÈCLE orné de curieux dessins à la plume. il a été écrit et composé par un nommé Louis Barbiche, curé de Montreux et dédié à Billard-Salins de Chéville, seigneur de Montreux. La dédicace en vers débute ainsi
« Je n'exposerai pas dans ce petit ouvrage
Des faits interessans aux yeux de mon lecteur,
Un catalogue en soi n'a point cet avantage
Il ne fait pas briller l'esprit de son auteur »
Parmi les dessins à la plume on voit les suivants : M. de Chéville en Hanovre - Tour de Babel. - Un vase de fleurs avec cette inscription Vers pour mettre au bas du portrait de Me la Marquise de Lambertye - Ex libris armorié de M de Cheville - Carte des environs de Montreux - Vue du village de Montreux - Salle de bibliothèque. - Vue du château - Vue de l'église de Montreux. 1790. Maison curiale établie en 1789 par Nicolas Barbiche, curé de Montreux - Armoiries des seigneurs de Montreux depuis 1413, jusqu'en 1783.-Etc.


« Bibliothèque héraldique de L'ancienne chevalerie de Lorraine »
Victor Bouton (Ed. Paris 1861)

 

Rédaction : Thierry Meurant

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email