BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


1808 - Chasse à l'évadé
 


Cette histoire de Pierre Soudre traversera les siècles : si on la retrouve dès 1811 dans Délices de l'adolescence ou Nouveau Magasin historique pour l'esprit et le cœur, sous le titre « Mort d'un scélérat », elle occupe encore plusieurs pages dans Une principauté de conte de fées, Salm en Vosges de Pierre de la Condamine en 1974.

Les bulletins transmis par le ministre Fouché à l'Empereur, signalent Soudre comme dangereux, accusé d'avoir incendié la ferme de Champy avec de graves présomptions mais pas de preuves (bulletin des 25/26 décembre 1807), puis que Soudre, évadé, a tué un gendarme qui voulait l'arrêter (31 mars 1808), et enfin (10 avril 1808), que Pierre Soudre, domestique chez Champy, a été tué par Cairia, dit le major.

Mais sur l'identité précise du personnage, y compris le lieu de naissance, nous n'avons trouvé aucune autre information...


Journal politique de Mannheim
N° 103 - 1808
(même article en allemand dans Nordische Miszellen, n° 18 - mai 1808)

De Saint-Dié (Vosges), le 2 avril.
Un nommé Pierre Soudre, de Blamont, signalé au gouvernement comme un homme dangereux, ancien déserteur, incendiaire, braconnier déterminé, délinquant d'habitude, a été arrêté, il y a deux mois, par la gendarmerie, et lui ayant résisté à main-armée, il a été traduit devant le tribunal correctionnel de Saint-Dié, et condamné à douze ans de détention. Mais, quinze jours après, il trouve moyen de s'évader et retourne audacieusement dans son canton, où il étoit tellement craint que personne n'osa l'arrêter, ni même le dénoncer. On connut sa retraite; des gendarmes vont pour le saisir; mais, averti qu'on le cherchoit, ce scélérat, déterminé à périr, les attend de pied ferme, armé de pistolets et d'un fusil à deux coups. Les gendarmes s'avancent, veulent l'arrêter ; il en tue un ; les autres sont contraints de se retirer. Le sous-préfet de Saint-Dié, instruit de cet assassinat, envoie contre ce meurtrier la gendarmerie des environs. Elle arrive à tems pour cerner la maison où il s'étoit enfermé; mais il ne sort pas et personne ne veut aller l'attaquer. Fatigués d'attendre, les assiégeans se retirent dans l'espoir de le surprendre dans un tems plus propice. Il profite de ce moment pour sortir, et, son arme à la main, il ne craint pas de paroître au milieu du bourg de Schirmeck, où il en impose par son audace. Il dirige ses pas au-delà des montagnes et vient se réfugier dans une ferme près de Senones. Le propriétaire dépêche de suite et en cachette son domestique, pour en instruire le maire de la ville. Ce zélé magistrat enjoint aux gardes champêtres d'aller à la poursuite du brigand, et invite les chasseurs de bonne volonté à les accompagner. Plusieurs se présentent et vont pour entourer son asyle. Le fuyard étoit aux aguets; sitôt qu'il les voit arriver, il s'évade, non pas sans péril, car on tira de part et d'autre quelques coups de fusil, et il reçut une balle au poignet : les chasseurs le poursuivirent à toute outrance; ils alloient l'atteindre au milieu du village de la Petite-Raon, quand par une présence d'esprit peu commune, il se saisit d'un enfant qu'il trouve sur son chemin, s'en couvre comme d'un bouclier, et se met . par cette ruse, hors de la portée des armes. Il presse sa marche, et se dirige vers une voiture qu'il apperçoit sur la route; il veut s'emparer du cheval et ne peut couper les traits; ne réussissant pas, il jette les yeux de toute part, voit un autre cheval attelé à une charrue, le monte et gagne la forêt. Il choisit l'endroit le plus touffu ; des buissons, des rochers lui servent de retranchement. Les chasseurs suivent ses traces; ils s'enfoncent dans le bois, et parviennent à découvrir le repaire de ce brigand : l'un d'eux l'apperçoit et lui décharge un coup mortel. Le monstre, comme un enragé, quoiqu'une balle lui eût percé la gorge, riposte encore, mais heureusement ne blesse personne : à ce signal la troupe le serre de près; le plus hardi s'avance, lui lance à la tête la crosse de son fusil, et l'assomme. Le cadavre est porté en triomphe, comme celui d'une bête féroce, à Senones, le 26 mars, où il est resté exposé pendant 2 heures à la vue du public.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email