BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Archives de l'abbaye de Domèvre
 


Rapports et délibérations - Conseil général du Département de la Meurthe et Moselle
1872

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES.
RAPPORT DE 1872.

Exécution de la circulaire ministérielle du 6 mars 1843.
MONSIEUR LE PRÉFET,
J'ai énuméré très-sommairement, dans mon dernier rapport, les divers fonds des archives ecclésiastiques dont le dépouillement avait été opéré dans le courant de l'année 1871, me réservant de donner quelques détails lorsque mes notes auraient été transcrites sur les cahiers destinés à la rédaction de l'inventaire. Cette transcription a eu lieu, et je vais essayer de signaler ce qu'il y a de plus intéressant dans les papiers des établissements religieux dont je me suis occupé.
Ainsi que je crois l'avoir déjà fait remarquer, les archives ecclésiastiques ne contiennent pas seulement les annales des monastères ; on. y trouve encore une foule de documents précieux pour l'histoire locale, quelquefois même pour l'histoire générale du pays.
Les fonds dépouillés l'an dernier concernent cinq ordres religieux : les Minimes, les Prémontrés, les Chanoines réguliers, les Antonistes et les Jésuites
[...]
3° CHANOINES RÉGULIERS.
Les Chanoines réguliers de l'ordre de Saint Augustin possédaient trois abbayes, un hospice, un séminaire et un prieuré dans notre département. Les abbayes étaient celles de Belchamp, à présent ferme, commune de Méhoncourt ; celles de Domêvre et de Saint-Remy de Lunéville.
[...]
Abbaye de Domêvre. - Sur la fin du VIIe siècle, Bodon-Leudin, évêque de Toul, fonda, dans les environs de Badonviller, une abbaye de religieuses qui s'appela, de son nom, Bodonis Monasterium, dont on a fait, en français, Bon-Moutier. En 1010, cette abbaye fut transférée à Saint-Sauveur, et habitée par des Bénédictins, qui y demeurèrent jusque dans la seconde moitié du XIIe siècle, puis furent remplacés par des Chanoines réguliers, lesquels, après le second incendie de leur monastère, en 1565, allèrent se fixer à Domêvre-sur-Vezouse (1570), où existait déjà un prieuré. Domêvre hérita des biens dont l'évoque de Toul Bertholde avait, dès l'an 1010, doté Saint-Sauveur, à Burthecourt-aux-Chênes, Arracourt, Barbas, Barbezieux, Harboué, Cirey et Blémerey ; il hérita, en outre, de la juridiction quasi épiscopale dont les abbés jouissaient dans un certain nombre de paroisses.
Les archives de l'abbaye de Domêvre eurent le même sort que celle de Belchamp, c'est-à-dire qu'elles furent en partie détruites par les flammes. Elles n'en forment pas moins encore un fonds considérable, dans lequel on trouve beaucoup de renseignements de toute nature, et en particulier sur les droits seigneuriaux des abbés. Je ne puis que citer au hasard quelques documents parmi tous ceux qui offrent de l'intérêt.
Un Etat de ce qui se passa de plus remarquable dans l'abbaye, de 1704 à 1744, rappelle, sous la date de 1708, « le rude hiver qui commença la veille des Rois par une gelée, qui, la nuit, succéda à une pluie qui l'avait précédée, et glaça les eaux et les terres inondées avec tant de violence que les vignes furent gelées jusqu'à la racine en plusieurs endroits ». - Plusieurs mémoires racontent la destruction du village de Barbezieux, situé dans le voisinage de Domêvre, qui fut brûlé par les gens de guerre du duc de Bouillon, et n'est plus représenté aujourd'hui que par une cense. - Une lettre écrite en 1752 nous apprend que les Templiers eurent, entre Amenoncourt et Autrepierre, une maison, dont on voyait encore les vestiges à cette époque.
D'autres documents constatent la dépopulation de nos contrées au XVIIe siècle, « En 1630 et les années suivantes, lisons-nous dans un mémoire rédigé par les religieux, la Lorraine fut attaquée de la peste. Cette cruelle maladie emporta la plus grande partie de ses habitants ; il ne restait plus, en 1645, qu'un seul ménage à Blémerey ; la cure de Reillon. et de ses annexes se trouva abandonnée... » - Igney était alors à peu près dans le même état, et le chapitre de Domêvre ne trouvait point d'ecclésiastique qui voulût se charger de la cure, « tant à cause du petit nombre d'habitants que de leur pauvreté ». - En 1681, le village d'Angomont était encore totalement ruiné ; il en était de même d'une partie de ceux de Neuf-Maisons, Neuviller-lès-Badonviller, Vacqueville, Gondrexon, Parux, Saint-Sauveur, Vého, Val-et-Chatillon, Raon-lès-Leau et Repaix, où les terres qu'y possédait l'abbaye étaient incultes et de nul rapport.
Entre autres pièces ayant trait aux matières religieuses, je citerai une ordonnance épiscopale rendue, en 1722, à la suite de la visite de l'église de Saint-Georges, portant : « que ceux qui sont adonnés à la débauche et qui s'y abandonnent les fêtes et dimanches, même à la fête du patron, seront avertis au prône que, s'ils ne se corrigent, ils seront privés de la participation aux sacrements ». - Parmi les lettres adressées à des abbés de Domêvre et à des généraux de la congrégation, il y en a une, de 1739, par laquelle le prieur et supérieur du grand Saint-Bernard en Valais demande au général de lui envoyer un chanoine régulier pour enseigner la théologie à ses religieux. - D'autres lettres, dont une du duc Léopold au pape, sont relatives à la béatification du P. Fourier.
[...]
Nancy, le 3 juillet 1872.
L'Archiviste du département, H. LEPAGE.


Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email