BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

14 septembre 192
4 - Inauguration du monument aux morts de Vaucourt
 


Est-Républicain
16 septembre 1924

L'INAUGURATION du monument de Vaucourt

Au nombre des villages de la zone rouge, Vaucourt est un de ceux qui ont le plus souffert, dans leurs biens et dans leur chair.
Ces souffrances ont été éloquemment. rappelées, dimanche après-midi, devant le monument que la vaillante commune a élevé à la mémoire de ses enfants, morts pour la la France.
Le monument, stèle en pierre blanche de nobles proportions, sortant des ateliers de la maison Wucher, de Lunéville, s'élève devant une mairie à auvent des plus accueillantes.
Plus bas, au premier plan de l'horizon, une très belle église, construite entièrement en pierre de taille sur les plans de M. Marchand, architecte, lauréat des Beaux-Arts, profile sa silhouette.
Comme nous le disions pour Montreux, pour Nonhigny, pour toutes les communes reconstituées de notre arrondissement, on a bien fait, on a magnifiquement fait les choses....
Il est trois heures ; les cloches sonnent en volée. Devant le monument, la population est rassemblée. L'excellent maire, notre ami M. Humbert, entouré de son conseil municipal, reçoit MM. Georges Mazerand, député ; Lucien Labourel, maire de Blâmont ; de Turcheim, conseiller général ; la délégation de la Sidi-Brahim, MM. Jules Kahn, Roger Liebschutz, Simonin; anciens combattants de Vaucourt ; MM. les maires de Xousse et de Remoncourt, etc., etc.
Après la bénédiction du monument par M. l'abbé Demoyen, curé de Vaucourt, M. l'instituteur fait l'appel des morts.

L'APPEL DES MORTS
Sur une face du monument sont gravés les noms des soldats; sur la face correspondante, les noms des victimes civiles. Au milieu, une plaque avec cette inscription : « Hommage de reconnaissance aux enfants de Vaucourt morts pour la France et aux chasseurs, de la 5e compagnie du 2e bataillon, tombés pour la défense du village, le 11 août 1914. »
Voici les noms des soldats et habitants, morts pour la France :
Soldats ; Marie Edmond, caporal ; Romac Charles, adjudant ; Berthelot Joseph, Charles Emile ; Picard Jules, sergent ; Romac Alphonse maréchal des logis ; Diedler Louis Piquart Joseph.
Civils : Noyé Emile, fusillé ; Mme Morcel, née Petitdemange Félicité, tuée ; Freinez Emilienne, tuée ; Jacquot Léon, tué ; Leclère Charles, fusillé ; Charles Auguste, Boileau Joseph.
L'on conçoit, en présence de tant de deuils dans une petite commune, l'émotion qui étreint le sympathique maire et le tremblement de sa voix sur des sanglots refoulés

LES DISCOURS
M. Humbert, maire
M. Humbert évoque le martyre de Vaucourt :
« En 1914, Vaucourt comptait 62 maisons dont 46 furent complètement détruites au cours de la Grande Guerre, plus notre église qui fut incendiée 1e 14 août 1914, à la suite d'un bombardement ennemi ; à l'armistice, il restait 16 maisons aux trois quarts détruites
« Aujourd'hui, notre petit village est entièrement reconstruit ; la plupart des habitants sont revenus aux foyers ancestraux et nous sommes heureux de pouvoir glorifier tout ceux qui ont versé leur sang pour la patrie ainsi que ceux qui ont souffert le long martyre de l'occupation et de l'exil...
« Le village fut occupé toute la durée de la guerre par l'ennemi, sauf du 15 au 21 août 1914, lors de l'avance de nos troupes en Lorraine.
Le 11 août 1914, date historique pour la commune, un combat fut engagé par deux bataillons d'infanterie bavaroise, soutenus par un groupe d'artillerie du 15e de Sarrebourg ; ces fractions ennemies furent arrêtées par une compagnie du 2e bataillon de chasseurs de Lunéville dont nous glorifions aujourd'hui la belle conduite. Au soir de cette journée, l'ennemi, furieux de son échec, incendiait la moitié du village et emmenait plusieurs habitants en captivité. Le lendemain, il fusillait M. Noyé à Maizières-les-Vic.
« Le 14 du même mois, pendant le bombardement du village par les Allemands, plusieurs habitants sont mortellement atteints par la mitraille ; Mme Morcel et sa petite fille qu'elle tenait dans ses bras sont les premières victimes ; de même, M. Charles Auguste recevait sa blessure en secourant courageusement un soldat français blessé.
« Le 28 août, la partie basse du village était la proie des flammes et un enfant de 13 ans, Léon Jacquot, cherchant à fuir l'incendie, reçoit une balle dans le ventre et succombe quelques heures après.
« Le 30 août, M. Leclère Charles était fusillé à Lagarde. Pendant ces jours tragiques, la population affolée s'était enfuie, abandonnant tout et s'en allait au hasard du côté de Lunéville et de Marainviller, telle cette mère de famille traversant la forêt de Parroy avec un enfant de six jours sur les bras. Après l'occupation de ces localités par l'ennemi, soixante habitants rentraient à Vaucourt, pour y subir le joug ennemi pendant toute la durée de la guerre.
« Le 15 avril 1915, vingt-cinq de ces habitants étaient renvoyés en France libre par la Suisse, et le 17 novembre de la même année, les autres étaient exilés dans le département de l'Aisne, toujours sous la conduite de l'Allemand, pour être contraints de travailler pour l'ennemi, en attendant le rapatriement qui s'opérait par convoi, à la guise de l'oppresseur. »
M. Humbert termine en recommandant à tous ses administrés de rester toujours unis.
« Travaillons sans cesse, dit-il, au développement. et à la prospérité de notre village et souvenons-nous toujours de ceux qui ont versé leur sang pour nous, pour la France, pour la République. » (Applaudissements.)

M. Jules Kahn
M. Jules Kahn, qui fit partie de la glorieuse 5e compagnie du 2e bataillon fut, fut blessé au combat de Vaucourt, prononce à son tour un intéressant et émouvant discours, qui est, lui aussi, une page d'histoire ;
« Plus de dix années se sont écoulées depuis qu'à l'aube du 11 août 1914, la 5e compagnie du 2e B.C.P prenait ses positions de combat à la lisière de la forêt de Parroy, sur la crête face à Vaucourt. La mission confiée à la compagnie était de reconnaître l'importance des effectifs ennemis signalés dans la région de Lagarde-Xousse.
« Le capitaine Martin-Sané, commandant la 5e compagnie, fait déployer trois sections sur la crête qui se trouve en iace de nous, la 4e section restant en réserve à la lisière du bois. Le sergent Klein, d'Hériménil, avec quatre chasseurs, est chargé d'aller reconnaître le village de Vaucourt. Aucun de ces braves ne devaient, hélas ! revenir de leur mission périlleuse et les coups de feu qui les saluaient dès leur entrée dans l'agglomération ne laissaient aucun doute sur l'occupation du village par l'ennemi.
« La fusillade commence aussitôt, les mitrailleuses boches entrent en action, puis l'artillerie mise en batterie dans les vergers autour du village. A tout cela, nos braves chasseurs n'avaient pour répondre que leur fusil et c'est par des feux de salves nourris qu'ils donnaient la réplique à ce déploiement d'engins meurtriers. De nombreux vides se faisaient dans nos rangs, l'admirable lieutenant Rouzès, blessé à mort, les fourriers Deville, Balédant, et combien d'autres tombent pour ne plus se relever.
« A midi, notre capitaine appelle la 4e section en renfort, la fusillade et la canonnade crépite et tonne sans arrêt, j'entends encore ce brave petit Ponçin, de Juvrecourt, atteint à notre arrivée sur la crête par un éclat d'obus en pleine poitrine, criant de douleur ; et notre vaillant capitaine déjà couvert de blessures, continuant à encourager ses hommes, toujours debout, servant de cible à l'ennemi jusqu'au moment où une baile tirée du clocher du village venait l'atteindre en pleine tête et faisait disparaître pour toujours cette belle figure de soldat.
« Vers 4 heures, une accalmie se produit, ceux qui restaient des nôtres en profitent pour se rassembler sous les ordres du lieutenant Parisot, le seul officier sorti indemne de ce combat meurtrier et rallient en bon ordre le gros du bataillon.
« Cette affaire avait coûté à la compagnie son capitaine, le lieutenant Rouzès, 27 sous-officiers et chasseurs, plus 70 blessés.
« Tous nos camarades ont encore présent à la mémoire l'admirable conduite des demoiselles Béra, filles du garde forestier des Evrieux, qui, sous la fusillade, vinrent soigner et relever les blessés. Que ces vaillantes jeunes filles trouvent ici l'hommage de notre admiration et de notre reconnaissance.
« Avec quelques camarades, nous avions l'intention de commémorer le glorieux combat de Vaucourt par un monument autour duquel auraient reposés les braves chasseurs qui en furent les héros. Les règlements du service de l'état civil de l'armée, malgré le bon vouloir du lieutenant Gaillard, ne nous ont pas permis de mettre notre projet à exécution.
« Aussi je remercie M. le maire de Vaucourt d'avoir bien voulu m'inviter à cette émouvante cérémonie et d'avoir pensé à unir sur la même stèle le souvenir des glorieux enfants de la commune morts pour le patrie et celui de nos braves camarades tombés au combat de Vaucourt. Sa délicate attention m'a permis de rappeler succinctement le premier combat où lut engage notre cher bataillon, cher à tout Lunéville, cher à toutes les communes de l'arrondissement. D'autres, plus autorisés que moi, ont dit les exploits accomplis par notre vaillant 2e. Toujours sur la brèche, il fut de toutes les dures affaires qui se succédèrent pendant la campagne, allant de Lorraine en Belgique, de Belgique en Champagne, de Champagne en Artois.
« Pourquoi faut-il, hélas ! que tant de sacrifices soient la rançon de tant d'héroïsme de tant de courage, de tant d'abnégation ?
« Le souvenir de tous ces braves doit être impérissable, leur sacrifice doit être présent à notre esprit dans tous les actes de notre existence. Nous avons, nous qui avons été épargnés, un grand devoir à accomplir vis-à-vis de ceux qui se sont battus jusqu'à en mourir, pour que nous vivions et que nous soyons libres, nous leur devons de tendre tous nos efforts pour que leurs enfants, leurs frères, leurs parents ne revivent pas les heures atroces qu'ils ont vécues, pour qu'une paix bienfaisante et certaine vienne enfin s'asseoir à tous les foyers et je terminerai par les belles paroles prononcées par le président Herriot à une des dernières séances de la Chambre des députés :
« Il faut rassurer les mères, cela aussi c'est du patriotisme ! » (Applaudissements.)

M. de Turckheim
Au moment où M. de Turckheim prend la parole, la pluie se met à tomber assez drue.
Nous nous réfugions sous l'auvent protecteur de la mairie. M. de Turckheim exalte le souvenir des grands soldats de la guerre et fait appel à l'union de tous les Français.

M. Georges Mazerand
Ayant rappelé, lui aussi, en termes d'une haute élévation, l'héroïsme de nos vaillants chasseurs lunévillois et les cruelles souffrances du village, le sympathique député de Lunéville poursuit :
« Fait assez rare dans les annales funèbres de la guerre, le monument que nous inaugurons relate un nombre de victimes civiles et militaires presque égal : sept civils de tous âges, de tous sexes, morts dans des circonstances diverses mais également navrantes, et huit soldats, appartenant tous à de coups d'élite et tombés pour la plupart au champ d'honneur ! Réunissons ces pitoyables victimes de la barbarie dans un fraternel salut ! C'est toute l'histoire atroce de la guerre que représentent leurs calvaires.
Aux familles de ces braves dont le chagrin inapaisé est renouvelé par cette cérémonie, j'offre mes respectueuses condoléances et l'expression de ma sincère sympathie; Mais celles qui. ont, perdu plusieurs de leurs enfants dans cette effroyable lutte de quatre années ont droit à la commisération la plus affectueuse de leurs concitoyens. Elle ne leur sera pas ménagée.
Si nos compatriotes ont, sur tant de champs de bataille, répandu leur sang avec une telle prodigalité qu'un voile de deuil enveloppait toute la Lorraine à l'aurore de la paix:, leur généreux sacrifice n'a pas été vain. Ils ont non seulement donné la victoire à la France - cette victoire qui fut proprement l'oeuvre du petit soldat français, intrépide et téméraire - mais ils ont déchiré le corselet de fer qui enserrait nos provinces depuis 1870 ! Vous en avez le sentiment intime et profond à Vaucourt, naguère village de la frontière dont la borne est reculée bien loin maintenant ! Et, par là, ce monument de gloire est aussi le symbole de la délivrance accomplie.
C'est pourquoi à l'admiration pour nos morts sublimes se mêlera toujours une infinie reconnaissance.
Et cette reconnaissance, il faut qu'elle se traduise autrement que par un froid respect et même un culte fervent à leur égard. Nous devons essayer de .pénétrer leurs suprêmes pensées, de . régler nos actes sur leurs volontés dernières.
Tous ont souffert avant de mourir déchiquetés, asphyxiés, meurtris, parce que la vie infernale qui leur était imposée était un recul honteux de la civilisation. S'ils ont enduré ce supplice, c'est qu'au-delà même de la victoire, ils ont voulu pour leurs descendants l'éloignement quasi indéfini - l'éternité n'est pas de ce monde - de ce spectre infernal : la guerre !
A nous, survivants de la tourmente, il importe, pour satisfaire les esprits impalpables de nos grands morts, de restaurer dans toute sa force cette idée de paix encore si souffreteuse et précaire depuis l'armistice !
Sa sécurité assurée, ses réparations effectuées, la France n'a pas d'autre désir que de participer de tout son pouvoir, de toute sa bonne foi, de toute sa fidélité au Droit, à l'établissement des garanties de cette paix bienfaisante. Si nous pouvons réaliser ce programme, nous aurons parachevé l'oeuvre de nos morts, nous aurons obtenu leu'r approbation, récompense ambitieuse peut-être, mais d'autant plus précieuse à mériter (Applaudissements)
Sous la pluie, la foule s'écoule lentement, profondément impressionnée par les dernières évocations des terribles heures vécues !
La municipalité de Vaucourt invite ensuite les personnalités présentes à monter dans la salle de la mairie, où un vin d'honneur est servi. Et, ayant célébré avec toute la grandeur qui convenait, le tragique passé et la souvenir impérissable des braves soldats de France, l'on boit à la résurrection et aux espoirs de l'avenir.
F. R.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email