BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Presse - L'Espérance, courrier de Nancy - 1861-1866
 


10 mai 1861
Un crime affreux a été commis dimanche dernier, vers trois heures et demie, à Blâmont, sur la personne de Jean Bernard dit Evrard, propriétaire.
Un homme s’est introduit chez Bernard, au moment où celui-ci était à la promenade. En arrivant chez lui, Bernard trouve ce voleur qui allait ouvrir les volets de l’armoire, au moyen d'une hachette. Plutôt que de chercher à se retirer ou de crier au voleur, il a lutté avec le bandit, et celui-ci, qui était sans doute le plus, fort, a laissé Bernard pour mort, après lui avoir donné au moins dix coups de la hachette sur la tête. Tout le crâne est mutilé. Dix ou quinze minutes après le crime, un parent de Bernard venait le chercher pour aller goûter à Saint-Jean, éloigné d’un kilomètre et demi de Blâmont. Le malheureux Bernard, qui a survécu 2 heures, n'a pu prononcer, malheureusement, aucune parole de manière à pouvoir renseigner ses amis et signaler l’assassin.
Malgré ces démarches actives de M. le procureur impérial, qui est arrivé le même jour, à 9 heures et demie du soir, avec M. le juge d instruction, il n’a pas encore été possible de pouvoir mettre la main sur cet audacieux criminel.
Il est bon de vous dire, Monsieur, qu’à eux reprises différentes, on a commis deux vols au préjudice de Bernard, qui était un très-honnête homme.


12 mai 1861
On écrit de Blâmont au Journal de la Meurthe :
Il paraît certain aujourd’hui que le crime dont vous avez parlé dans votre dernier numéro a été commis par un nommé Bernard, âgé de 18 à 19 ans, neveu de la victime. Suivant les déclarations de ce Bernard, il aurait eu pour complice un repris de justice, Colin, âgé de 18 ans. Tous deux ont dû être amenés hier dans les prisons de Lunéville.
14 mai 1861
On écrit de Blâmont :
« La justice vient de procéder à l’arrestation des auteurs présumés de l’assassinat du 8 mai. Ce sont deux jeunes gens, dont l’un, Paul Bernard, âgé de 17 ans, est le propre neveu de la victime ; l’autre, nommé Colin, âgé de 19 ans, est un repris de justice et a une très-mauvaise réputation. Ils avaient fabriqué une fausse clé pour ouvrir l’armoire de M. Jean Bernard, dit Evrard ; mais ils n’ont emporté qu’un porte-monnaie trouvé dans la poche de cet infortuné vieillard, et qui contenait la modique somme de 4 fr. Après le crime, ils ont passé plusieurs heures dans les environs de Blâmont, puis sont rentrés chez eux.
» On assure que Paul Bernard, pressé de questions, a déjà fait des aveux. Son malheureux père, qui est un ancien soldat, s’est pendu de désespoir ; mais on a pu venir à son secours quand il respirait encore, et l’on espère qu'il ne succombera pas à l’asphyxie.
» L’émotion est toujours grande dans notre petite ville. »
27 juin 1861
On écrit de Blâmont, le 23 juin, au Journal de la Meurthe:
Hier samedi, vers sept heures et demie, un ouragan, précédé de quelques coups de tonnerre, s’est abattu sur la ville de Blâmont et les environs, avec une telle violence que le foin qui était amassé a été transporté au loin; les voitures, chargées, ont été renversées partout; les branches d’arbres cassées, beaucoup d'arbres déracinés, Blâmont surtout a souffert. Les tuiles étaient arrachées des toits, comme les feuilles sèches des arbres.
La récolte du foin ne sera pas de moitié d’une année ordinaires ; dans les contrées comme Abreschviller, Saint-Quirin, Val-et-Châtillon, etc., où on a l’habitude d’arroser les prés, la récolte sera supérieure à une bonne année.
Quand donc le Corps législatif aura-t-il à voter quelques 100000 francs par département pour faire des canaux d’irrigation qui profiteraient à tous les citoyens indistinctement : car ayez plus de foin, vous aurez plus de bétail, partant plus de viande, plus de fumier, et en conséquence plus de blé.
Les blés sont superbes, mais comme au moment de la fleur les vents d’ouest et du nord ont constamment soufflé, je crains que la fécondation ne soit pas parfaite. Quant à l’avoine, si la sécheresse persiste encore huit jours, sa récolte sera très-compromise. Pour la vigne, dans celles qui ont été taillées haut et qui étaient vigoureuses, malgré la gelée, on compte sur un quart de récolte.
Aux trois dernières audiences de la justice de paix de Blâmont, le juge de paix a eu à régler des causes vraiment très-surprenantes pour les temps où nous vivons : il n’était question que de sorciers, de sorcières, de désenchanteurs, et ce qu’il y avait de plus désagréable, le plus grand nombre était, ou du moins se croyait ensorcelé, et il a fallu toute la patience de notre honorable juge de paix pour les mettre d’accord. Honneur au magistrat qui a eu le courage et la patience d’écouter les reproches qu’ils se faisaient l’un et l’autre, pendant trois audiences consécutives. Quant au ridicule, il va sans dire que le public s’est chargé de leur infliger.
1er juillet 1861
L’église de Blâmont a particulièrement souffert de l’ouragan du 22. Les clochetons ont été renversés, et on évalue à 4.000 fr. environ les dégâts occasionnés à cet édifice.
7 juillet 1861
On nous avait beaucoup exagéré les dégâts occasionnés à l’église de Blâmont par l’ouragan du 22 juin. Les réparations à faire, nous assure-t-on, ne doivent pas atteindre le chiffre de 1,200 fr.; encore faut-il ajouter que, d’après certaines personnes dignes de foi, la foudre n’est pas étrangère aux accidents produits ; de plus, on a constaté que, par le fait de la négligence des ouvriers, les quelques clochetons renversés n’avaient point été goujonnés contrairement aux prescriptions du devis.
17 octobre 1861
Sur le compte rendu à l’Empereur, par le ministre de l’intérieur, des actes de dévoûment qui lui ont été signalés pendant le premier trimestre de 1861, et aux termes d’un rapport approuvé par Sa Majesté, le 30 juin dernier, des médailles d’honneur ont été décernées aux personnes désignées ci- après :
Une médaille en argent de 2e classe au sieur Manck (Pierre), chauffeur à Blâmont, qui, le 5 décembre 1860, a exposé ses jours pour sauver un jeune homme saisi et entraîné par le régulateur d’une machine à vapeur ; [...]
17 mai 1862
Un menuisiers d’Ancerviller, nommé Barbier (Charles-Auguste), âgé de 57 ans, veuf en secondes noces et père de deux toutes jeunes filles, s’était rendu à Blâmont pour y chercher les éléments principaux d’un repas qu’il devait offrir à ses parents, invités par lui à assister au service anniversaire de la mort de sa dernière femme. Il ne se remit en route que tard dans la soirée, et, une pointe d’ivresse aidant, il s’écarta de la grande route sur le territoire de Domêvre, et tomba dans la Vezouze, où son cadavre fut retrouvé le lendemain.
11 février 1863
Une brodeuse de Blâmont était sortie quelques instants de chez elle à la tombée du jour, après avoir couché ses trois enfants. Un quart-d’heure plus tard, elle rentrait ; déjà une épaisse fumée remplissait la chambre. Elle courut au berceau placé près du poêle : l’infortuné petit être qui y était endormi tout-à-l’heure avait tout le corps carbonisé.
24 mai 1863
On nous écrit de Blâmont, 21 mai 1863 :
Mardi 19 mai, à 6 heures du soir, un orage mêlé de grêle a passé sur Blâmont avec une violence incalculable. Les dégâts qu’il y a occasionnés s’élèvent à une somme très-considérable la récolte des vignes et des jardins a été complètement détruite ; les sainfoin, trèfle et luzerne hachés. On estime que l’on perdra le quart de la récolte des blés. La commune de Montigny et d’autres, situées au sud-sud-ouest de Blâmont, ont été encore plus endommagées. A Ibigny, à Richeval et partie de Foulcrey, tout a été complètement anéanti ; on n’espère pas récolter un sac de blé dans les deux premières. L’orage n’avait pas de direction régulière : là il soufflait d’ouest, plus loin nord-ouest, nord-nord-ouest. Enfin, arrivé à environ 10 kilomètres de Blâmont, il a tourné au nord-est, et est, dit-on, allé se perdre vers Sarreguemines, en causant parfois, sur son passage plus ou moins de dégâts.
3 juin 1863
On nous écrit de Blâmont, le 30 mai :
M. A. B., cultivateur à Blâmont, me communique des renseignements qui, d’après l’assurance qu’il m’en a donnée, méritent une place dans les colonnes de votre estimable journal. Il m’a assuré qu’en 1825, le 23 mai, un orage semblable à celui dont nous venons malheureusement d’éprouver les effets, fondit sur une partie des arrondissements de Toul et de Nancy, principalement sur la commune de Millery, où il exploitait une terme. Plusieurs cultivateurs labourèrent leurs blés, qui paraissaient entièrement détruits, et y semèrent de l’orge qui donna peu. Ceux qui abandonnèrent leurs blés comme, on dit à la garde de Dieu, les virent bientôt repousser ; si bien qu’ils rendirent encore environ 10 hectolitres à l’hectare de très-bon blé. Ceux qui n’avaient été qu'à moitié atteints et que l’on avait conservés, croyant à une demi-récolte, produisirent moins que les autres, et du blé d’une moindre qualité.
D’après ces dires, il vaudrait mieux suivre le dernier exemple, que les conseils de ceux qui voudraient que l’on sème de l’orge ou des pommes de terre, qui, tout en occasionnant des frais de culture, peuvent encore ruiner le sol. (Journal de la Meurthe.)
5 juillet 1863
Jeudi matin, entre dix et onze heures, Mlle Marie Jacques, âgée de 44 ans, née à Blâmont, modiste à Nancy, tomba évanouie au sortir du bain qu’elle avait pris aux Grands-Moulins et succomba avant l’arrivée du docteur qu’on s’était empressé d’envoyer chercher. La syncope qui a provoqué sa mort est due à un appauvrissement habituel du sang.
4 août 1863
On nous écrit de Blâmont :
A propos d’un merle. M. C. a vendu, au mois de mai dernier, un merle à M. M. Le prix de 7 fr. fixé par M. C. lui a été payé. Aujourd’hui M. M. a cité son vendeur devant M. le juge de paix de Blâmont, pour M. C. s’entendre condamner à reprendre 1’oiseau vendu, rendre les 7 fr. prix d’icelui, et pour la nourriture dudit, compter à son acheteur une indemnité de 5 fr.
M. le juge de paix à M. C. : Vous avez vendu à M. M. un merle. Pourquoi ?
M. C. : Parce qu’il mangeait trop.
Le juge : Et vous, M., pourquoi ne voulez-vous plus du merle que vous avez acheté ?
M. M. : Parce qu’il ne chante pas.
Le juge : Est-ce qu’il ne chantait pas lors de votre acquisition ?
M. C. (avec chaleur) : Pardon, Monsieur, il chantait parfaitement, il chantait une valse et une polka. Mais M. M. a voulu recommencer l’éducation de la pauvre bête, et lui apprendre l’air d’une romance à la mode, ainsi que le plain-chant romain. (Hilarité.) Ce n’est pas tout, on ne nourrissait l'élève que de carottes.
M. M. : Carottes !
M. C. : Moi je ne le nourrissais que de pain et de chènevis. J’offre de citer onze témoins qui prouveront que chez moi le merle chantait à ravir.
M. M. : J’offre d'en citer vingt-cinq qui diront que le merle ne chantait pas.
M. C. : Bien sûr, je ne vous le vendais pas pour remplacer un orchestre dans un bal.
M. M. : L’orchestre d’un bal ! mais un parent à moi, qui joue du violon, n’a jamais pu parvenir, malgré ses excitations mélodieuses, à faire ouvrir le bec à votre oiseau.
Le débat n’aboutissant à rien, sinon à entretenir l’hilarité de l’auditoire, M. le juge de paix remet à huitaine pour prononcer, après l’audition des 11 témoins de M. C. et des 25 de M. M - Les plaideurs habitent une localité fort éloignée du chef-lieu de canton ; il est probable qu’il leur faudra dépenser, en frais de route et de témoins, une centaine de francs pour établir, devant le juge, le talent ou l’ignorance du merle en fait de chant. - Et l’on parle des Normands ! (Journal de la Meurthe.)
1er septembre 1863
Chronique locale
Institution Saint-Louis à Blâmont.
Ecole secondaire professionnelle, industrielle et commerciale et études de latin.
La distribution des prix du collège de Blâmont a eu lieu, le 8 août dans la grande salle de l’Hôtel-de-Ville, sous la présidence de Mgr l’évêque de Nancy, assisté de M. le maire de Blâmont.
Au commencement de la séance, Monseigneur a prononcé le discours suivant qui fait connaître les changements introduits dans l’organisation de l’Institution Saint-Louis. Messieurs,
De tout temps, le collège de Blâmont a eu des droits à la confiance de votre antique cité et à l’intérêt des évêques de Nancy.
Vos fils y ont trouvé, avec une religieuse et paternelle direction, la science des lettres humaines, et le sanctuaire a largement recruté parmi les élèves de cette Maison.
Aussi mes prédécesseurs avaient-ils cru devoir, quoiqu’en des degrés divers, en accepter le haut patronage et désigner ou maintenir les directeurs, qui, aujourd’hui encore, se trouvent à sa tête.
Ce patronage, Messieurs, je serai heureux non seulement de le continuer au collège de votre ville, mais encore, ainsi que vous me l’avez instamment demandé, de le rendre plus actif, plus immédiat, plus efficace.
J’ai accepté, Messieurs, cette sollicitude nouvelle, pour reconnaître, autant qu’il est en moi, les sacrifices que s’impose votre ville et le zèle intelligent que témoigne pour tous vos intérêts votre premier magistrat.
Je suis heureux de vous faire connaître aujourd’hui les modifications que nous avons cru, de concert, devoir introduire dans la direction des études du collège de Blâmont, pour le plus grand avantage des familles et des enfants de ce pays.
L’étude des langues classiques continuera, comme par le passé, dans l’Etablissement; mais elle s’arrêtera à la troisième.
Les études industrielles, commerciales et professionnelles au contraire, y seront développées, et formeront, désormais comme la spécialité et le caractère propre de cette maison d’éducation.
Elle rendra par là le plus éminent service à votre ville, à une foule de pères de famille de ce département et des départements voisins, heureux, je n’en doute pas, de préparer leurs enfants à des carrières utiles, et de plus en plus honorés même temps qu’ils développeront en eux par les leçons et les exemples de prêtres vertueux autant qu’éclairés, l’aura de la religion, de la vertu, du travail et de l’honneur.
Pour atteindre ce but, j’ai dû chercher à remplacer dignement MM. les directeurs actuels du collège, qui emportent en se retirant nos regrets, notre reconnaissance et notre estime.
Je n’ai pas reculé pour cela devant les sacrifices les plus pénibles pour d’autres établissements.
J’ai pris au collège de la Malgrange, l’un de ses professeurs les plus distingués, M. l’abbé Gondrexon, pour le placer à la tête du collège de Blâmont. Sa longue expérience de l’enseignement, ses titres scientifiques, les regrets profonds qui le suivent, et qui vous l’ont vivement disputé, tout nous assure que cette Maison trouvera en lui un supérieur accompli.
Il sera secondé dans sa charge difficile, par M. l’abbé Georges, que le diocèse d’Angers nous avait emprunté pour le mettre à la tête de l’un de ses plus florissants établissements, et qu’il me rend sur mes réclamations les plus vives. II eût été capable, sans nul doute, d’avoir ici le premier rang mais sa modestie et son dévouement n’ont voulu que le second.
M. l’abbé Gascon, curé d’Agincourt, prêtera de nouveau à ces Messieurs, le concours de son expérience et de son habileté consommée, pour la direction si importante du matériel de la Maison.
Enfin, plusieurs autres ecclésiastiques seront chargés de surveillance et des classes de latin. Quant à la partie principale de l’enseignement dans ce collège, je veux dire à l’enseignement industriel, professionnel et commercial, j'ai voulu le confier à des mains déjà habituées de longue date, à ce genre de leçons. J’ai donc pris parmi Frères de la Doctrine Chrétienne, dont je suis le supérieur les sujets les plus capables qui, dans des Maisons du même genre, obtiennent un succès considérable, dans les diocèse de Nevers, d’Angers, de Verdun et d’autres encore.
Ainsi, Messieurs, tout concourt heureusement à donner à cette Maison un caractère de supériorité incontestable et d’utilité réelle. J’ajoute que la modicité du prix de la pension la met, à dessein, à la portée de tous.
J’espère donc qu’un véritable succès lui est réservé. J’ai confiance que le clergé de ce diocèse et des diocèses voisins que les pères de famille apprécieront, comme moi, tout ce qui a été fait pour mettre cette Maison au rang des plus recommandables, et que, comme moi, ils lui accorderont te sympathies et leur actif patronage.
J’ai aussi la confiance que, répondant à ces sympathies, le collège de Blâmont continuera a donner à la génération qui s’élève, des chrétiens sincères, des hommes vraiment animés de l’amour de leur pays et de celui de leur devoir.
14 novembre 1863
On nous écrit de Moriviller :
Monsieur le Rédacteur, Permettez-moi de vous faire part du double plaisir que j’ai éprouvé en visitant ces jours derniers une église où se trouve un des plus beaux Chemins de Croix que j’aie encore vus. Je dis double plaisir, car à celui d’avoir pu admirer quelques belles stations et de la bonne peinture à ce qu’il me semble, se joint la satisfaction d'apprendre que c’est un peintre du pays qui en est l’auteur. Peut-être sera-ce rendre service à quelques confrères et à quelques églises, que de leur indiquer M. Emeraux, jeune peintre de talent et d’avenir qui, après avoir séjourné quelque temps à Blâmont, habite main tenant à Nancy, rue et place Saint-Georges. Cet artiste, malgré les heureuses qualités qu’on remarque dans ses tableaux, ne fait pas payer son travail bien cher. Tout au contraire, et si vous en doutez, allez plutôt faire une visite à l’église de Foulcrey, et vous serez aussi étonné du prix peu élevé que de la beauté de son Chemin de Croix. L’encadrement, qu’on pourrait dire certainement d’un nouveau genre, prête, sans doute, à le faire valoir ; mais malgré quelques petits défauts dans la peinture, on admire véritablement de bons coups de pinceaux et des têtes bien dessinées. Le Christ surtout apparaît dans toutes les stations avec un air de ressemblance de majesté, de douceur et de tristesse qui plaît et saisit. Dans la même église, on remarque aussi deux tableaux de M. Emeraux; l’un représente la nativité de N. S. Jésus Christ et l’autre la résurrection du fils de la veuve de Naïm. Ce dernier surtout offre un effet de lumière qui m’a paru beau et bien rendu. Agréez, etc.
18 novembre 1863
Le 11 novembre, un incendie considérable a dévoré à Frémonville quatre grandes maisons de cultivateurs. Le dégât eût été bien plus considérable encore sans l’actif dévoûment de M. le curé et celui du maire qui, oubliant le danger que cou rait sa propre maison, à laquelle s’est arrêté l’incendie, se transportait partout. On ne saurait trop louer le zèle qu’ont déployé en ces tristes circonstances les gendarmes de Blâmont et de Cirey, les pompiers de Frémonville et de Blâmont et les hommes attachés à la pompe de M. Chevandier. On doit signaler entre tous le lieutenant Chambrey et le sapeur Lamasse, tous les deux de Blâmont. Tout était assuré, mais pour des sommes qui ne pourront couvrir les pertes.
6 décembre 1863
Le dimanche 22 novembre, dans l’après-midi, le sieur Guise, facteur rural à Blâmont, a été ramené chez lui dans un état d’ivresse qui a provoqué sa mort. Depuis quelque temps, on apercevait chez lui quelques traces d’aliénation mentale.
14 août 1864
C’est l’époque des distributions de prix. Toutes ces fêtes se passent avec plus ou moins d’éclat ; mais toutes ont leur caractère propre : et c’est ce point que nous cherchons à faire ressortir. Au collège de Blâmont, ce qui a frappé surtout et ce que Monseigneur l’Évêque, qui présidait, a relevé admirablement, c’est la confiance universelle en la prospérité de l'établissement. Cette année, qui est la première depuis sa réorganisation, on a constaté de véritables succès dans les études ; les pensionnaires ont été plus nombreux que l’on n’aurait pu l’espérer, et les demandes d'admission pour les nouveaux élèves doublent déjà le nombre actuel. Le collège de Blâmont, qui est appelé à rendre de très grands services, par son caractère d’école professionnelle, à la région du diocèse au centre de laquelle il est placé, s’est mis à l’œuvre dès les premiers jours de sa reconstitution, et ses efforts ont été couronnés de succès. On ne pouvait pas moins attendre de l'habileté des maîtres qui le dirigent, de la haute protection de Monseigneur l’Evêque et de la faveur des magistrats de la cité.
4 novembre 1864
Le 27 octobre dernier, M. l’adjoint au maire de Gogney et son fils étaient occupés dans leurs champs, près de l’ancienne route impériale n° 4, lorsqu’ils virent, à un kilomètre de distance, un voiturier leur faire avec son fouet des signes de détresse. Ils accoururent à son aide et reconnurent que toutes les marchandises empilées sur le véhicule étaient la proie des flammes. Il ne restait plus qu’à renverser la voiture pour l’empêcher d’être à son tour consumée. Le cheval avait été dételé déjà.
Le voiturier déclara se nommer Isidore Weil, marchand d’étoffes à Blâmont, et il estime à 2,543 fr. 50 c. les dégâts occasionnés par le feu. Nous ignorons absolument la cause de ce sinistre ; toutes les marchandises, dont le prix est encore dû à des négociants de Toul, Raon et Saint-Dié étaient assurées.
8 novembre 1864
Le sieur Jean-Eugène Gérard, âgé de 32 ans, célibataire, atteint d’idiotisme, vient de se pendre dans l’atelier de menuiserie de l’hospice de Blâmont, où il avait été renfermé.
10 février 1865
Voici, écrit-on de Blâmont. le 3 février 1865, un fait qui tout'extraordinaire qu’il paraisse, n’en est pas moins de la plus exacte vérité :
« II y a environ 15 jours, le gendarme Aubert, de la brigade d’Azoudange, trouva, dans une botte de foin, une montre en argent, et s’empressa de la remettre au maire de la localité, qui, ayant pris des informations à Blâmont, d’où venait le foin, sut qu’elle appartenait à un nommé Pierson, lequel l’avait perdue en chargeant le foin pendant la fenaison. La montre lui fut rendue, et il offrit une récompense au gendarme qui la refusa.
» Ainsi, ajoute notre correspondant, cette montre a été chargée avec le foin dans le pré, déchargée chez le propriétaire, enfermée plus tard dans une botte de 10 kilos, laquelle botte a été divisée en deux, et enfin seulement découverte à Azoudange, au moment où on allait donner le fourrage aux chevaux. C’est le cas de dire que le hasard joue souvent un grand rôle dans les choses d’ici-bas. »
23 août 1865
Des excès de boisson viennent de pousser un jeune homme de 23 ans, Emile Gérard, tonnelier à Blâmont, à se suicider par strangulation.
22 septembre 1865
Un incendie attribué à l’imprudence d’un fumeur s’est déclaré, à Blâmont, dans une maisonnette non assurée située à l’extrémité sud de la ville, et appartenant à M. Charles Melnotte, aubergiste, dont elle avoisinait le corps-de-logis. Les chaînes ont été organisées par les soins de la gendarmerie, qui s’est tout d'abord assurée si personne ne courait de danger. Les trois pompes à incendie de Blâmont ont sur-le-champ fonctionné, et déjà le feu était concentré dans son foyer, lors que sont arrivées les pompes de Barbas et de Verdenal, ainsi qu’une grande partie des habitants de ces communes et des localités environnantes. M. Chambrey, sous-lieutenant de pompiers, et les sapeurs-pompiers Lamasse et Colin, se sont, comme toujours, signalés par leur intrépidité. La maisonnette contenait 30 stères de bois de chauffage et deux porcs, qui ont été brûlés. Le dommage est évalué à 1,700 fr.
8 octobre 1865
On nous écrit de Petit-Mont, 6 octobre :
Monsieur le Rédacteur,
La commune de Petit-Mont vient de faire placer dans son église, construite en style ogival, deux autels collatéraux, en pierre blanche dite savonnière, exécutés par MM. Gœury, frères. sculpteurs à Blâmont.
Ces Messieurs ont justifié de nouveau par ce travail l’excellente réputation d'artistes qu’ils s’étaient faite depuis plusieurs années dans le pays. Les différents endroits où à plusieurs reprises ils ont eu occasion de produire leur talent sont :
Frémonville, Xermaménil, Bertrichamp, Verdenal, Blâmont et Cirey. Aussi après avoir vu dans l’église de Frémonville deux autels collatéraux sortis de leurs ateliers, remarqué dans l’église de Blâmont un beau Chemin de Croix et une riche boiserie du chœur, dus à l’habileté de leurs ciseaux, et admiré chez M. Chevandier de Valdrôme, à Cirey, un magnifique bas relief exécuté sur place, nous n'avons pas un instant hésité à leur confier la construction, dans le style de l’église, des deux autels collatéraux dont ils viennent de terminer la pose.
L’exécution a dépassé notre attente. La beauté et la perfection du travail, comparées à la modération des prix, font l'admiration des habitants de la commune, et c’est avec plaisir, Monsieur le Rédacteur, que je m’associe à leur sentiment de reconnaissance, en donnant par la voie des journaux à MM. Gœury, frères, sculpteurs à Blâmont, un témoignage public de notre satisfaction.
Agréez, etc. Le maire de Petit-Mont, J.-E. Thomassin.
3 novembre 1865
Dimanche, 29 octobre, à huit heures du soir, la population de Blâmont a été mise en émoi par le son du clairon des pompiers de la ville ; le feu était à Repaix : c’était le château occupé autrefois par M. le baron de Muller, actuellement par M. Pierre-Antoine Devos, qui brûlait. En quelques heures, les flammes avaient dévoré cette belle construction. Malgré le vent impétueux qui donnait, les habitants de Repaix, aidés de ceux des communes voisines, ont pu garantir leurs habitations, qui étaient bien menacées, ainsi que l’église et le presbytère. MM. les professeurs du collège de Blâmont se sont rendus en toute hâte sur les lieux. Parmi les personnes qui se sont distinguées, nous devons signaler M. l’abbé George, directeur du collège. La cause de ce sinistre est encore inconnue. Le château était seulement assuré pour 13,000 fr. Les pertes sont évaluées à environ 16,000 fr.
9 décembre 1865
M. Vaultrin vient de mourir à Blâmont où il était né en l’année 1786; il est rare qu’une existence aussi modeste que ce fut constamment la sienne inspire autant d’estime, de véritable affection et de regrets que M. Vaultrin en a fait naître et en laisse dans l’esprit de ses concitoyens.
Comme tous les Français de son époque, il entrait dès l’adolescence dans les armées impériales, et sa belle conduite et son courage étaient récompensés après peu d’années de services par l’épaulette d’officier et la décoration de la Légion-d’Honneur qu’il avait gagnées par plusieurs actions d’éclat dans les terribles guerres d’Espagne et de Portugal.
Rentré dans ses foyers après Waterloo, il abandonna la carrière des armes pour contracter un mariage dans lequel il trouvait le bonheur du foyer qui suffisait à son ambition, lorsque la voix de ses concitoyens le désigna pour les fonctions de juge de paix qui devenaient vacantes à Blâmont dans les dernières années du gouvernement de la Restauration. Il fut nommé, et des devoirs où pouvait échouer l’homme de loisirs, de brillant officier, développèrent dans l’excellente nature de M. Vaultrin un tact et une justesse d’appréciations qui firent bientôt du disciple un maître. Il jugea le moins possible, mais concilia beaucoup. Rarement il recourait à l’autorité qu’il tenait de la loi ; sa bienveillance émoussait la résistance, la mauvaise foi reculait devant sa connaissance parfaite des caractères, et il avait pour ainsi dire tari la source des procès dans son canton. C’est en se promenant ou en se reposant sur son banc dans son jardin qu’il écoutait les justiciables et qu’il donnait des conseils qui avaient souvent plus de force que des jugements... La République de 1848 trouva M. Vaultrin dans cette situation, et elle le révoqua ; il y eut explosion d’indignation, de réclamations, et le magistrat disgracié serait certainement remonté sur son siège s’il n’eût préféré les douceurs de la retraite ; mais survinrent les élections pour le conseil général, et le canton tout entier lui offrit une candidature qu’il ne put décliner ; il fut élu, deux fois réélu, et l’aménité de son caractère lui fit autant d’amis dans le conseil départemental qu’il y comptait de collègues ; les dernières années de sa vie se passèrent à rendre des services, à se faire le soutien des causes justes ; ses amis et l’autorité elle-même insistèrent pour qu’il conservât un si beau rôle jusqu’à la fin. Mais l'âge, la maladie et sa conscience furent les plus forts en 1864, et il fit enfin agréer sa démission plusieurs fois refusée.
La mort de cet homme de bien laisse un grand vide dans la ville et dans le canton de Blâmont, qui lui ont fait des adieux touchants. Une affluence énorme suivait son cercueil, et les visages reflétaient les sentiments de regret et d'estime qui existaient dans tous les cœurs. (Journal de la Meurthe.)
22 janvier 1866
Le 15 de ce mois, vers six heures et demie du soir, un incendie à dévoré une maison située au centre du village d’Ogéviller, canton de Blâmont, et appartenant aux époux Cornebois. Les pompiers de la localité, auxquels se sont joints bien tôt ceux de Bénaménil, Domjevin, Herbéviller, Fréménil, Hablainville, amenés par MM. les maires de ces communes, ont réussi à préserver les maisons voisines, fortement menacées. Les chaînes ont été formées et maintenues par les soins de M. le maire d’Ogéviller et du maréchal-des-logis Alison, de la garde de Paris, en permission à Pettonville.
En démolissant une muraille, le sieur Georges Robert, âgé de 40 ans, maçon à Ogéviller, a été blessé aux reins par la chute d’une pierre.
Les pertes sont évaluées à 15,500 fr. ; l’assurance ne s’élève qu’à 9,500 fr.
Ce sinistre est attribué à l’imprudence d'un fumeur qui aurait jeté une allumette enflammée contre une botte de paille placée sous la porte de l’écurie, afin de garantir les bestiaux des courants d’air. On n’eut le temps que de faire sortir ces animaux et de sauver quelques objets mobiliers.
17 juin 1866
Mardi dernier, s'accomplissait à Blâmont une touchante solennité. M. l’abbé Munier-Pugin, curé de Gogney, fêtait le cinquantième anniversaire de son ordination sacerdotal. Un très-grand nombre de prêtres, les habitants de Gogney et de Blâmont assistaient à cette cérémonie à laquelle Mgr l’évêque avait bien voulu présider.
20 décembre 1866
Le 14 de ce mois, vers deux heures et demie de l’après-midi, un incendie s’est déclaré dans la grange du sieur Joseph Riser, cultivateur à Herbéviller, canton de Blâmont. Malgré la promptitude des secours apportés par les pompiers et les habitants de la localité, aidés de ceux des communes environnantes, les récoltes et tout le mobilier sont devenus la proie des flammes ; mais le corps de logis a pu être sauvegardé.
La perte, au compte de l’assurance, est évaluée à 8,600 fr. On assure que le feu a pris naissance dans des bottes de paille placées près d’une machine à battre et aurait été communiqué par la chaleur dégagée du pivot de l’arbre.
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email