BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

 


1818 - Rétablissement du marché de Blâmont


Le Pays lorrain
1987

Foires et marchés en Lorraine centrale au XIXe siècle
Claude Gérard

[...] Non sans peine, Blamont eut plus de succès en 1746, Stanislas lui avait octroyé un tel marché, disparu vers 1790, et on voulait le réanimer en 1818. En 1817, la grande disette de grains avait décidé le gouvernement à envoyer du blé à Blamont, comme sur d'autres places, ce qui donna lieu à « de fructueuses ventes ».
Aussi le maire proposa-t-il dès le 14 juin au préfet un marché régulier : « quelques bons esprits ont pensé que cela pourrait être utile à la contrée; il se tiendrait le vendredi, serait approvisionné par les propriétaires de la ville et par une compagnie d'actionnaires qui tirerait les grains du pays le plus agricole et qui ferait ses achats quand les prix seraient modérés.
Ainsi le blé serait maintenu à un taux raisonnable. Si vous ne désapprouvez pas ce projet, j'aurai bientôt trouvé des actionnaires... ».

Le ministre méfiant demanda si celui de Badonviller ne suffisait pas et Badonviller fit savoir que le sien était lui-même fortement concurrencé par celui de Raon; et Raon ajouta que le sien suffisait à tous. « Pas du tout, répondit Blamont (29 mars 1818) les cultivateurs qui entourent notre ville doivent mettre trois jours pour aller au marché de Raon et en revenir, à cause des mauvais chemins : un jour leur suffira pour Blamont, bien situé entre communes agricoles et pays de montagne ». Le mois suivant, le ministre convaincu fixa ce marché au vendredi et renvoya le titre original des lettres patentes de Stanislas avec ce commentaire gracieux : « J'ai du plaisir à confirmer une concession de ce Prince bienfaisant ». Puis en 1854 le jeudi parut préférable aux maires du canton : « les audiences de la justice de paix se tiennent le jeudi, ce qui dispenserait de deux voyages celui qui a à faire à l'audience et au marché; le jeudi étant le jour de congé des écoles, les instituteurs auraient la facilité de s'y rendre et les parents celle d'amener leurs enfants à la ville ». Enfin, le maire de Blamont explique encore au sous-préfet que le marché aux grains a cessé d'exister « excepté quelques sacs de semences au moment des semailles; le moulin achète et reçoit directement tous les blés qui allaient au marché ». C'était la nouvelle « filière blé ». [...]

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email