BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

 


Paris-Strasbourg à la marche - 30 juillet 1927
 


L’épreuve du Paris-Strasbourg à la marche est créée en 1926 par l’ancien champion Emile Anthoine, et organisée par l’Union Française de Marche et le Cercle des Sports de France.
Le vainqueur de ces 504 kilomètres est le zurichois Jean Linder (laitier de profession) en 78 heures et 47 minutes (ce qui, sans tenir compte des périodes de repos, donne une moyenne de 6,4 km/heure).

En 1927, Linder remporte encore la victoire. Mais en 1928, bien que parti favori, il abandonne à Epernay, et laisse la victoire à Louis Godart).

Son passage à Blâmont le 30 juillet 1927 est un évènement. On notera la présence d’esprit du coureur lorsque lui est remise cette gerbe de fleurs, bien encombrante en réalité pour un sportif qui continue alors sa route vers Avricourt : lorsqu’il la dépose au pied du monument aux morts de la commune, inauguré 3 ans auparavant, il s’attire encore davantage la sympathie de la foule.


La Sentinelle - 30 juillet 1927

PARIS-STRASBOURG A LA MARCHE
Linder est en tête
Lunéville, le 30 juillet, - Ag.
A Lunéville (380 km.), Linder arrive à 16 h. 53. Il repart après 32 minutes de repos. Il a couvert les 380 km. en 51 h. 53.
On signale que l'année dernière Linder avait signé à Lunéville à 21 h. 08, c'est-à-dire qu'il est actuellement en avance de près de 4 heures sur l'horaire prévu.
Godart arrive à Lunéville à 20 heures et en repart à 20 h. 30.
A Blamont (412 km,), Linder qui a plus de 3 heures d'avance sur son suivant immédiat et plus de 6 heures sur l'horaire, passe à 22 h. 25. A 23 heures il franchit l'ancienne frontière et se dirige d'une allure souple vers la capitale de l'Alsace.
A son passage à Blamont toute la population est accourue pour féliciter le vainqueur probable de la grande compétition. Les acclamations ont été chaleureuses, M. Collas, au nom du véloclub de Blamont, remet à Linder une superbe gerbe de fleurs que dans un geste de grande sympathie envers la France le champion suisse dépose au pied du monument élevé aux morts de la guerre sur la place de Blamont, pendant que la foule se recueille.
Linder a pris une avance énorme sur les temps de l'an dernier et tout en présumant qu'il se reposera vers la fin de la nuit on peut prévoir que l'horaire probable de la dernière journée sera le suivant : Phalsbourg, 453 km, 6 h. 30 ; Saverne, 464 km. 8 h. 15 ; Wasselonne, 478 km. 10 h. 35 ; Ittenheim, 495 km. 13 h. ; Strasbourg, 504 km. 14 h. 30.


Le Petit Parisien - 30 juillet 1927

Linder a franchi l’ancienne frontière de l’Alsace
Linder, qui, l'an dernier, était arrivé à Blamont (412 kilomètres) le samedi matin à 4 h 28, fait son entrée dans le bourg à 22 h. 26, en avance sur l'horaire de plus de six heures. C'est un exploit étonnant pour qui ne connaît pas les extraordinaires moyens physiques dont dispose Linder et sa merveilleuse volonté.
Tout Blamont est accouru pour féliciter le vainqueur probable de la grande compétition. Les acclamations sont chaleureuses. M. Collas, au nom du Velo-Club de Blamont, remet à Linder une superbe gerbe de fleurs, que, dans un geste de grande sympathie envers la France, le champion suisse dépose au pied du monument élevé aux morts de la guerre sur la place de Blamont, pendant que la foule se recueille.
Et, sans plus s'arrêter. Linder reprend sa route et se dirige vers l'Alsace.
A 23 heures, il franchit l'ancienne frontière et foule le sol de l'Alsace, se dirigeant vers Sarrebourg.
 


Jean Linder au départ de la course Paris-Strasbourg place de la République le 28 juillet 1926


 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr