BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Saint-Marin, patron de Remoncourt
 


Textes patois recueillis en Lorraine
Par L. Zeliqzon et G.Thiriot
Ed. Metz 1912

SAINT MARIN, PATRON DE REMONCOURT.

Je crois que quand on fait bâtir une église, on la dédie à un [tel] saint qui en demeure pour toujours le patron. Je ne sais si les gens des temps passés savaient cela, mais voici ce qu'ils racontaient de Saint Marin de Remoncourt (1).
Après que l'évêque a eu (eut) donné des patrons à toutes les paroisses de son diocèse, il s'a (s'est) trouvé que Remoncourt avait été oublié. Les gens du village, n'y comprenant rien, ont voulu (voulurent) savoir pourquoi, et se sont décidés (se décidèrent) à aller eux-mêmes trouver l'évêque. Ç'a été (ce furent) les hommes qui ont été (furent) chargés de faire la démarche.
A l'évêché, on a reconnu (reconnut) qu'ils avaient bien (vraiment) été oubliés et qu'ils étaient dans le droit de réclamer.
- » Mais «, [que] dit l'évêque, »il n'y a point de mal, il nous demeure (reste) justement un saint qui n'a point de paroisse, et c'est Saint Marin. «
- » Va pour Saint Marin«, [que] disent les hommes, et les voilà revenus contents à Remoncourt.
- » Quel patron que nous avons (avons-nous) ? « que leur demandent leurs femmes aussitôt arrivés.
- » Saint Marin, il n'y avait plus que celui-là. «
- » Jésus Dieu ! [que] disent les femmes en levant les bras [en haut , qu'est-ce quec 'est que le (ce) petit Saint Marin[-là], qu'on ne connaît pas ? Nous ne le voulons pas, nous irons plutôt toutes ensemble trouver l'évêque. «
Voilà donc mes femmes chez l'évêque.
- » Nous ne comprenons pas, Monseigneur l'évêque, comment que vous pouvez nous donner un pareil patron, quand les gens de Xousse (2) ont Saint Pierre, les gens de Lagarde (3) Saint Jean-Baptiste, vous allez nous donner un petit Saint Marin qui n'est pas seulement dans notre almanach. C'est inutile, Monseigneur, nous aimon smieux n'en point avoir. «
L'évêque, pensant qu'il ne pouvait (pourrait) sortir de là que par un tour de force, prend une prise, réfléchit un moment. Il avait trouvé le joint.
- » Allons ! allons ! mes braves femmes, dites-moi bien, est-ce que vous n'aimez pas un peu [d'] être les maîtresses chez vous ? Je veux dire de porter les culottes enfin ?
- » Jésus Dieu, Monseigneur l'évêque, nos hommes sont si bêtes, on peut dire que si nous avions le bonheur de porter les culottes à leur place, cela marcherait bien mieux dans nos ménages. «
-- » Eh bien ! dit l'évêque, voilà bien l'affaire, c'est justement là le rôle de Saint Marin, si quelqu'une de vous n'est pas maîtresse chez elle, elle n'a qu'à bien prier Saint Marin, et elle verra que cela changera. «
- » Oh ! si c'est comme cela, Monseigneur l'évêque, nous le voulons bien, et merci, Monseigneur. «
Et puis, faisant une belle révérence, comme les femmes de Remoncourt savaient en faire à cette époque, elles sont sorties de l'évêché et ont (sont) revenu(es) à Remoncourt.
- » Eh bien ! Saint Marin ? « [que] demandent les hommes en les voyant arriver.
- » Oh ! Saint Marin, il faut le garder, c'est le plus grand saint du paradis. «
Depuis ce moment-là, les femmes de Remoncourt ont toujours porté les culottes.

(1) Remoncourt, village de la Meurthe-et-Moselle du canton de Blâmont.
(2) Xousse (pr. Chousse), village de la Meurthe-et-Moselle du canton
de Blâmont.
(3) Lagarde, village autrefois de la Meurthe-et-Moselle, maintenant faisant partie de la Lorraine allemande, canton de Vic.

SINT MARIN, PATRON DE R'MONCOT.
(Lagarde).

Je cros que quand-on fat batchi în moteu, on lo dèdie è în tél sint qu'an demwére po tojos lo pâtron. Je n’ sés si lés jans di tamps pèssè savînt ç'lè, mâs vaç çou qu'is racontînt de Sint Marin de R’moncot.
Èprès que l'èvèque é èvu bèyi dés patrons è toutes lés parwèsses de so diocése, i s'é trouvè que R'moncot avôt ètu rôbriyé. Lés jans di viléje, n'y compreunant rîn, ont v’lu sawè pourqwè, èt s sont dècidès è alè zous mémes trouvè l'èvèque. C'é ètu lés-ömes qu'ont ètu chéhis de fare lè dèmèrche.
È l'èvèchè, on-n-é r'conahhi que l avînt bîn ètu robriyis èt que 'l atînt dans lo drwètde rèclamè .
- » Mas, que dit l'èvèque, i n'é pwint d'mà, i nos demwére justeumant în sint quen'é pwint d' parwèsse, èt ç'at sint Marin. «
- » Vè po sint Marin«, que d'hont lés-omes, èt lés val èrveunis contants è R'moncot.
- » Qué patron qu' j'ons ?« qu'i d'mandont zõs fomes ässitôt èrivès.
- » Sint Marin, i n'avôt pus qu' l'ât-èt' ? «
- » Jésus Djeu! que d'hont lés fomes an l'vant lés brès an hat, qu'at ç que ç'at que lo piat Sint Marin lè, qu'on n conat m'? Je n lo v'lons m', je v'rons putôt tortus ansane trouvè l'èvèque. «
Val donc més fomes çuz l'èvèque:
- » Je n compeurnons m', monsègneur l'èvèque, comant que v pouvéz nos bèyi în parèy patron, quand lés jans de Hhousse ont sint Piére, lés jans de Lègàtche sint-Jan-Batisse, v aléz nos bèyi în piat sint Marin que n'at m seul'mant dans note armeunèe. Ç'at inutile, monsègneur, j'émons mieus n'an pwint awè. «
L'èvèque, pansant qu'i n pouvot sorti de tolè que pa în tour de force, prand eune prise, rèflèchit în momant. 'L avôt trouvè lo jwint.
- » Alons! alons! més bräves fomes, dèhoz m bîn, è ç que v’ n'émôz m în pô d'éte lés mātrasses chînz vos ? Je vus dire de poutchè lés châsses anfin ?«
- » Jésus Djeu, monsègneûr l'èvèque, nos-omes sont si bétes, on pût dire que si j'avîns lo boneur de poutchè lés chāsses è zoute pièce, cè mèrcheurôt bin mieus, nos minéjes. «
- » Eh bîn! dit l'èvèque, val bîn l'éfare, ç'at tolè justeumant lo role de sint Marin, si quéqu'eune de vos n'at m mātrasse chînz léye, èle n'é qu'è bîn priyi sint Marin, èt èle wāré que cè chinj’ré. «
- » Oh! si ç'at come ç'lè, monsègneur l'èvèque, j'lo v'lons bîn, èt mèrci, monsègneur. «
Et pus, fèyant eune béle rèvèrance, come lés fomes de R'moncot savînt lè fare è l'èpoque lè, èles sont sorties de l'èvèchè èt ont rev’ni è R’moncot.
- » Eh bîn! sint Marin ?« que d'mandont lés-omes an lés wèyant èrivè.
- » Oh ! sint Marin, i fat lo t'ni, ç'at lo pus grand sint di pèrèdis. «
D'peus lo momant lè, lés fômes de R'moncot ont tojos poutchè lés chasses.

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email