BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

La « Croix de soeur Clotilde »
 


En bordure du chemin rural de Frémonville (dans le prolongement de la rue de la Gare de Blâmont), se dresse une croix d'une hauteur de 1,20 m, portant cette inscription :

ICI EST MORTE
ACCIDENTELLEMENT
LA VENERABLE
SoeUR CLOTILDE VIARD
SUPERIEURE GENERALE
DES SoeURS DE St CHARLES
DE NANCY
LE 24 JANVIER 1795
A L'AGE DE 72 ANS

La croix ne porte aucune autre inscription permettant d'en connaître la date ou le commanditaire.

Cliquez pour agrandir


Histoire de Nancy
Tome II - 1909
Christian Pfister (1857-1933)

p. 1011

Portrait de Clotilde Viard, dernière supérieure des soeurs de Saint-Charles sous l'Ancien régime.

Nous empruntons ce portrait à l'Histoire de la congrégation de Saint-Charles. La vénérable mère Viard gouverna la maison de Saint-Charles avec la plus grande énergie de 1776 à 1781, puis de 1788 jusqu'à son arrestation le 11 septembre 1793. Nous racontons plus loin sa mort, p. 1019, n. 2.

[...]
p. 1019.
[...]
La loi du 18 août 1792 supprime les congrégations; les soeurs continuent à titre individuel le service dans les hôpitaux; elles cessent de porter le costume religieux et restent sans être inquiétées jusqu'au milieu de 1793. A cette date, elles furent accusées de donner asile aux prêtres réfractaires, de refuser les soins aux bons républicains, de se livrer auprès de leurs malades à une propagande politique et religieuse. La municipalité de Nancy ordonna, le 11 septembre, une perquisition dans les hôpitaux de Sainl-Charles, de Saint-Julien, chez les « enfants naturels » de la patrie, comme l'on nommait les enfants trouvés, à l'hôpital militaire et à celui de Boudonville. On initia main sur la supérieure générale Clotilde Viard, qu'on transporta au couvent des dames prêcheresses, devenu une prison, et qui plus tard fut conduite à Strasbourg (2) ; avec elle furent arrêtées trois ou quatre soeurs, qu'on accusait de fanatisme ou qu'on avait trouvées sous le « ridicule » costume de la congrégation. Mais, dans les papiers saisis, on ne découvrit rien de suspect, et les religieuses qui étaient laissées en liberté poursuivirent leur service.

(2). Elle ne fut délivrée qu'au début de 1795 et voulut revenir à Nancy : « Mais près de Blâmont, en descendant la côte si rapide de la Coupe, la diligence verse dans le fossé de la route et écrase la pauvre religieuse qui n'avait quitté la prison que pour monter au ciel. » Histoire de la congrégation, t. 1.


Dictionnaire des ordres religieux,
ou Histoire des ordres monastiques, religieux et militaires et des congrégations séculières de l'un et de l'autre sexe, qui ont été établies jusqu'à présent.
T. 4 - 1859
par le R. P. Hélyot

La digne Mère Clotilde Viard fut élue supérieure en remplacement de la Mère Jacquemart. On ne pouvait se lasser d'admirer dans les premières années qu'elle était dans la maison de Saint-Charles sa piété si vive, sa modestie si parfaite, sa soumission entière, son inaltérable douceur; dès les premières années de sa profession elle fut un des ornements les plus brillants de la congrégation. Sa sagesse et ses vertus, la firent placer sur le chandelier. comme une lumière qui devait éclairer la congrégation tout entière. Ce fut un bonheur et une grâce insigne de la Providence pour la congrégation qui touchait aux mauvais jours;. que l'élection de la soeur Clotilde au généralat. Elle se livra d'abord sans relâche aux travaux pénibles de sa place; elle entreprit des voyages; visita une-foule d'établissements pour ranimer partout l'esprit religieux de ses filles, quand tout à coup sonna l'heure fatale de la puissance des ténèbres.
La France avait bu à la coupe de l'impiété; ivre, elle chancelait sur les bords de l'abîme; les incrédules s'étaient ligués contre Dieu et contre son Christ: ils veulent secouer le joug de l'Eglise et briser les liens qui les attachent à elle. Toute autorité devient odieuse; aussi bientôt le trône est renversé, le vertueux monarque et sa famille périssent sur l'échafaud; les autels sont abattus, les églises détruites ou profanées; les prêtres sont obligés de choisir entre l'apostasie, les. supplices ou la mort. La mesure des crimes est comble; la justice divine éclate; rien ne reste debout, on ne rencontre plus que des amas de ruines. Les servantes des pauvres, les mères des malheureux, celles qui veillent au chevet du moribond, les mains charitables qui remuent sa couche, ne trouvèrent pas grâce devant ces farouches persécuteurs. Ils procédèrent à l'arrestation de toutes les religieuses qui ne voulurent pas prêter un serment sacrilège. La Mère Viard donna à toutes ses soeurs l'exemple édifiant d'une fermeté inébranlable, d'un courage à l'épreuve; elle résista à toutes les sollicitations.
Cent trente-deux évêques sur cent trente-six, dont se composait l'épiscopat de notre patrie, la masse des prêtres et des religieux, qui périssaient sur les échafauds ou qui partaient pour l'exil, tant d'héroïnes chrétiennes arrachées de leurs cloîtres et qui préféraient la mort à l'apostasie, tel était le magnifique spectacle offert par l'Eglise de France. La digne Mère Viard fut prise, arrachée des bras de ses filles, conduite à Strasbourg et jetée dans une prison où elle resta seize moins sans autre consolation que celle qu'elle puisa dans sa piété et sa résignation aux volontés du ciel.
Après cette douloureuse séparation de seize mois, on vint lui annoncer son retour à Nancy. Rien ne peut égaler la joie qu'elle ressentit. Elle allait retrouver ses chères filles, les consoler, les confirmer dans leurs résolutions généreuses de tout souffrir plutôt que de se rendre coupables par la prestation d'un serment contraire à leur conscience Mais hélas ! la voiture qui la portait ayant versé, elle fut écrasée dans sa chute.


Voir aussi : Clotilde VIARD (1723-1795)

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email