BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


1674 - Charles IV de Lorraine - Ultimes combats

Charles IV (5 avril 1604 - 18 septembre 1675) abdique le 19 janvier 1634 en faveur de son frère, puis récupère une partie de ses états par le traité de Saint-Germain-en-Laye (2 avril 1641), sous protectorat français, avant de s'enfuir en juillet pour échapper à son arrestation.
Charles IV ne cesse alors de guerroyer, jusqu'à la récupération de ses duchés par le traité de Vincennes (28 février 1661). En 1669, Louis XIV lui enjoint de licencier ses armées, et devant le refus du Duc, envahit une nouvelle fois la Lorraine en 1670.


Biographie universelle, ancienne et moderne
Tome XXV
Chez L. G. Michaud, Libraire-éditeur. 1820

Cependant Louis XIV n'en exigea pas moins Marsal ; et le duc ne l'ayant pas remis, le roi entra en Lorraine, et fit investir la place, que Charles fut forcé de céder par un traité signé à Metz, le 31 août 1663. Il s'engagea aussi à ne plus lever de troupes : mais cet engagement fut bientot violé ; et l'armée française mit de nouveau le siège devant Nanci, où le duc pensa être surpris. Ce prince qui, selon l'expression de Voltaire, passa toute sa vie à perdre ses états et à lever des troupes, se retira encore en Allemagne, où il réunit son armée à celle de l'empereur Léopold. Il commandait avec le comte de Caprara, l'armée impériale, lorsque, le juin 1674, Turenne remporta sur elle, à Sintzheim, une victoire qui fut longtemps douteuse. La même année, Charles, qui était à Strasbourg, ayant été averti que cinq cents gentils-hommes de l'arrière-ban de l'Anjou, traversaient la Lorraine pour se réunir à Turenne, campé près de Saveme, se met à la tête de quatre régiments de cavalerie, s'avance par des chemins détournés, surprend et défait ce corps entre Lunéville et Blamont.
Il se rendit ensuite maître de Remiremont, où il attendit en vain ses alliés. Craignant d'être coupé, il prit le parti de la retraite. L'année suivante, s'étant réuni au duc de Brunswick-Lunebourg, ils mirent le siège devant Trêves ; et le maréchal de Créqui étant accouru au secours de la place, ils le battirent complètement à Consarbrück. Charles en éprouva un plaisir extrême, que toutefois il ne goûta pas longtemps. Après une maladie de trois jours, il mourut à Larback, âgé de soixante-onze ans.


REVUE d'ALSACE
1851

Charles IV avait détaché, de son camp de Geispolsheim, le colonel Du Pui avec mille gens-d'armes pour tomber sur les convois de vivres que Turenne recevait de Nancy. Du Pui, en quête d'une proie, rôdait, le jour des Morts, sinistre présage, dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines. Il la quitte en répandant le bruit qu'il descend sur Dambach. Mais il s'engage dans le val de Villé. Là, il est informé que le marquis de Sablé, à la tête de 600 gentilshommes angevins, mène un convoi de 200 charriots de farine à Saverne et qu'il séjournera à Benaménil, entre Lunéville et Blâmont. Toute la nuit n'est qu'une marche le long des montagnes et des bois. Les gens d'armes lorrains traversent Badonviller, haletans, et arrivent le matin, « de beau soleil, » à Benaménil (5 novembre). Le comte de Merci tombe sur les avants-postes, qui ne faisaient qu'une garde du bienséance, malgré les avis que M. de Bissy avait envoyés de Nancy. Les angevins surpris, « agissant en véritables gens d'arrière-ban, sans ordre et sans discipline en général, mais braves à outrance en particulier », n'ont pas le temps de se rassembler. Ils se jettent dans l'église et dans le cimetière ou se retranchent dans les maisons. L'église et le cimetière sont forcés, après une résistance désespérée; mais, pour abréger, dit un historien, les lorrains mettent le feu aux maisons.... Il n'échappa de ce massacre sauvage que dix-sept gentilshommes français; cent-quarante-quatre furent faits prisonniers. Tout le reste, nobles et valets, fut tué ou brûlé. La veille, c'était la fête du duc de Lorraine. Du Pui lui avait donné un lendemain.


Histoire de la vie de Monsieur le Maréchal de Turenne
1676

Relation de la deffaite de l'Arriere-ban de la Province d'Anjou par les Trouppes de M. le Duc de Lorraine sous M. le Col. du Puy.

Son A.M. le Duc de Lorraine étant averti qu'il passoit continuellement des Troupes par la Lorraine vers M. le Marechal de Turenne, & qu'on luy envoyoit toutes ses provisions de ce Païs-la, il y envoya en en diligence 700. chevaux des Regiments de du-Puy, Merci, Ringrave, & la Roche (ci-devant Berriere) pour y enlever quelque Convoy. Ils partirent le 2. de ce mois de Saint Hippolite sous le commandement de M. le Calonel du Puy, & arrivèrent à Markirch. Ce Colonel fit courir le bruit qu'il vouloit retourner à Tambach, puis incontinent se jetta dans la Montagne, vers le val de Viller, où il attendit des nouvelles des Ennemis par quelques Partis qu'il avoit envoyés pour les reconnoître; ce qui ne tarda pas long-temps : Car il reçut avis le 4. qu'il y avoit un convoy de 200.Charettes chargées de farine qui alloient de Nanci à Blamont, & de là vers l'Armée de M. de Turenne, lesquelles étoient escortées par 6. ou 700.Gentils-hommes de la dite Province avec leurs Valets, qui avoient pris leur polie dans le Village de Benamenil, à 2. petites lieues de Luneville. Il marcha donc avec ses 700 chevaux toute la nuit du 4. & quoi qu'ils fussent extremement fatigués des longues marches, il passa la méme nuit à Badonviller, & se rendit pour les 8. heures du matin du 5. sur le chemin de Luneville à Blamont, & vers les 9. heures se trouva à Benamenil. M. le Baron de Merci qui avoit l'Avantgarde, poussa d'abord la grande Garde avec tant de vigueur, qu'il ne donna pas le laisir de monter à cheval à ceux qui étoient dans le dit Village. Il s'en jetta environ 200. dans le Cimetiere de l'Eglise, qui se deffendirent tres-bien pendant 2. heures contre les Attaquants. Les autres cependant gagnerent les maisons & un Retranchement où ils étoient campés, assés difficile à emporter. Le reste du Parti qui soutenoit le dit Baron, étant arrivé dans le Village, & ayant bien pourvu à toutes les aveuës, se separa. Les uns s'attacherent à percer les maisons où une partie de cette Noblesse s'étoit sauvée, les autres ayant mis pied à terre contraignirent ceux du Cimetiere de se rendre; & finalement les autres mirent le feu à quelques maisons, de façon que tout le Village a esté consumé, à la reserve de lEglise, & tous ces Gentils-hommes, absolument deffaits, c'est à dire tués, ou brûlés, ou faits prisonniers avec tous leurs Valets, ne s'étant sauvé de cette Troupe que 17. Gentils-hommes, qui sont un Major & 6. de ces Messieurs, envoyés à Nanci le jour auparavant, & 10. autres qui étoient à Luneville & à Nanci. On fit en ce rencontre plus de 150. Prisonniers, tous Gentils-hommes, dont la Liste suit ci-apres, parmi lesquels êt leur Commandant le Marquis de Sablé, fils de deffunr M. Servient, & Beau-frere de M. le Duc de Sully. Trois Commandants de Brigade, le quatriéme ayant été tué en cette action, qui dura avec beaucoup de furie depuis neuf heures du matin jusqu'à une heure apres-midi. Plus de 600. chevaux & Mulets furent brûlés en ce rencontre, avec les 200. Chariots de farine. Avec les dits Prisonniers on emmena aussi dans le Camp de M. le Duc de Lorraine 400. beaux Coureurs & 20. Mulets, sans ceux que quelques Cavaliers ont retenu pour eux. Suivant le dire des Prisonniers on a fait un butin de plus de 400000. livres tant en Vaisselle d'argent, monnoyé, habits & autres hardes. Les Lorrains ont perdu 14. Officiers, tant tués que blesses, & 40. Maîtres, aussi tues. Les Officiers tués font les Srs. Gott, Doyotte, Vallée, Collignon, & le Cap. L-du Col. la Roche. Les blessés, le Baron de Merci Col. qui a 7 coups de feu, dont l'un êt au bas ventre, les autres dans les bras & les cuisses, à raison de quoi il a falu le laisser à Badonvillier. Le Lreut Col.de S. Croix qui a un coup au travers du corps, resté à S. Marie. Le Cap. Fromonville, aussi blessé à mort, resté à Tambach. Les autres Officiers moin blessés, sont les Cap. d'Amelon, Cemtry & Drouin ; les Lieut. Wilhelm & Widerholtz; le Cor. du Col. du Puy, & celui du Maj. de Merci.

Liste des François qui furent faits Prisonniers en ce Combat.

Le Marquis de Sablé, Commandant.
De Reu.
De Bitou Capitaine.
Scetel Bautru..
De Marcy.
De Party du Goulet
De Geve.
La Vedan,
La Sale.
D'Erbray.
Durdam.
De Serizier..
Du Ralé.
Reviller.
Perigner.
La Sauget.
Du Brieul Brigadier.
Dospol Boiguinot.
Montbaujet.
Laubinier.
De Brot.
De Deridel Yvonet.
Montmort.
De Valet du Fouyer.
De Roulet.
Fourneu Santiller.
Le Febre.
Blanezay.
De Lautinau la Chartnerie
De Bussy.
De Champagne le Cadet
De la Vaux à la Roch
Son Fils.
Du Saussay.
De Rochet
La Barre.
De Broque.
Maurepart.
La Paumeret.
De Grange.
De Chamillon.
Roche Tabutau.
Chevaillerie.
De Mendier,
De Courlion.
De la Darantier.
Banchené.
Les trois pied Fleur.
De la Laurie.
L'Epiné.
Charou.
De Loibray.
De Coviller.
De Blandoit.
Landonierr.
Tiguy d'Aubigny.
Des Roches.
Cherves.
Du Chesau.
La Zaille.
Du Rivau.
d'Apiguy.
Beaulieu.
Du Boisfondan.
De Crissé.
Bigan.
De Vissey.
Lauderandier.
De la Vaut.
De la Marqueraye.
Columbier de Marsenay.
De Varane.
Du Vaguy.
Des Anbier.
d'Auver.
De Courteau.
De Champagne.
Maigneau.
L'Enfant.
Betzante.
De Parnue.
Richardeau..
De Ternel.
Chevigné.
Sovigner.
Marminer de Foi.
De la Rougerie.
De Piare.
De leusse Lignier du Verdier.
De la Ville Annois.
Chaligny.
La Grande Dause.
Biuse.
Ballet Sr de la Riviere.
Alexis quatre Barbe, Sr de la Rosardiere.
Faigo Sr de Milpied.
Le Grau de Langardier.
De Villée.
Havare de la Periere.
De la Haye de Maugason.
De la Belliere.
De Buat du Tellier.
Le Quay du Tailleur.
Drouin.
De Boulon.
De Quay de Cusignay Sr. de la Vardiere.
Ce Remadeus de Chosselle.
Primodolles de Goulen.
De Charge de la Mauridiere.
De Sousson Devoivolle.
Frevoreau de la Sigaudier.
De Goudeau Sr du Tertre.
De Remicou Sr de Barord.
Bauchêne.
Basin de la Marche.
Du Bar de la Daniere.
Le Binaux.
De Soyau.
Des Granges.
De Brey de la Roche.
De Vendola.
De la Perine.
Du Rervi de Bergette.
Le chev. du Plessis.
Colliere Cornesse.

L'agreable nouvelle de cette deffaite fut portée la première dans l'Année des Allies pat M. le Duc de Lorraine, qui étoit alors à Blesen, & qui observoit presque toûjours les démarchés de M. de Turenne avant que de s'aller mettre en quartier d'hiver. Il dit pour conclusion à quelques-uns de Chefs en se raillant, que puisque personne ne se vouloit hazarder, il avoit neantmoins voulu entre-prendre quelque chose, quoi que cela fût plus propre à de plus jeunes que lui.



Charles IV - Duc de Lorraine

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email