BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918
 

Échauffourée - 26 septembre 1914


Journal de marche et d'opérations du 26ème régiment de dragons

26 septembre 1914

Le 3ème escadron a pour mission de reconnaître le secteur limité au nord par la ligne Ogéviller-Blamont et au sud par la ligne Vaxainville-Montigny-Ancerviller.
Il envoie une reconnaissance d'officiers sur Blamont, et fait fouiller par des patrouilles, la région qui lui est assigné.
Le gros de l'escadron est passé successivement à Pettonville, puis à Migneville où il demeure jusqu'à la tombée de la nuit.
La reconnaissance d'officiers (Lt Tourtel) après avoir traversé Domèvre, qui est libre, se porte sur Barbas, où l'ennemi avait été signalé, mais qu'elle traverse bientôt, celui-ci s'étant retiré.
Des tirailleurs ennemis s'étant présenté à la lisère du bois de Trion, la reconnaissance cherche à gagner Blâmont par les hauteurs qui le domine à l'ouest. C'est alors qu'elle est accueilli à 200 m de la crête par un feu violent partant de tranchées invisibles. Deux hommes tombent, le cheval du sous-officier est tué ; celui-ci, le Maréchal des Logis Bléhaut ne réussit à s'échapper qu'en faisant le mort jusqu'à ce qu'une accalmie lui permette de se sauver à la faveur de la nuit dans un bois voisin. Il rejoignit son escadron le lendemain.
L'officier est dégagé grâce à l'intervention courageuse du dragon Bralet.
Le résultat de la reconnaissance est le renseignement suivant. L'ennemi est fortement retranché sur le ligne Blamont-Cirey.

Etat des pertes du 3ème escadron dans la journée du 26

Noms  Grades  Tués  Blessés  Disparus  Chevaux tués ou disparus Observation
Dumay        Enigma  tué
Cazenave        / Valénione  disparu
Crétet        / Hos  disparu

Citation à la Décision du 26.
Le colonel porte à la connaissance du régiment la belle conduite des gradés et cavaliers ci-dessous désigné :
Courbalée, Maréchal des Logis, « étant brusquement entouré avec la patrouille, par l'infanterie allemande qui le fusillait à quelques mètres a réussi, par sa présence d'esprit et sa vigueur, à échapper à cet ennemi en ne perdant qu'un cheval »
Humez, 2e cl. « a franchi à pied une barricade très exposée sur le pont de Manonviller et s'est glissé courageusement jusqu'au village pour reconnaître la situation d'un détachement ennemi qui semblait se retirer »

Décision du 26.
Le Colonel nomme à la 1re classe
Le dragon Dunand du 1er escadron, « qui, faisant partie d'une patrouille brusquement attaquée par l'infanterie allemande, ayant perdu son cheval tombé sous le feu, s'est échappé à pied, et malgré la situation périlleuse, a eu la présence d'esprit de prendre et de ramener deux chevaux étrangers qui erraient à proximité des ennemis ».


Historique du 26e régiment de dragon

[1914]

Le 15 septembre, la 14e brigade est mise à la disposition du général commandant la 1re armée (général DUBAIL).
Elle se dirige par étapes vers la région d'Epinal et stationne à Vathiménil et environs.
Du 22 septembre au 7 octobre, le régiment coopère au service de reconnaissance et de sûreté sur la Vezouse au nord de la forêt de Mondon et autour de Domèvre.
Il travaille en liaison avec des détachements d'infanterie.
Au cours de ces diverses missions, le sous-lieutenant TOURTEL, du 3e escadron, se trouve le 26 septembre entre Barbas et Blamont. Il est accueilli à 200 mètres de la crête qui le sépare de Blamont, par un feu violent partant de tranchées invisibles.
Le cavalier DUMAY est tué, les dragons CAZENAVE et CRETET tombent, le cheval du sous-officier est tué ; celui- ci, le maréchal des logis BLEHAUT, ne réussit à s'échapper qu'en faisant le mort jusqu'à ce qu'une accalmie lui permette de se sauver à la faveur de la nuit dans un bois voisin. Il rejoint son escadron le lendemain. L'officier est dégagé grâce à l'intervention courageuse du dragon BRALET.
Le 4 octobre, le l'escadron (capitaine DE LA BOURDONNAYE) participe à une reconnaissance de la 71 division d'infanterie.
Au cours de la journée, arrivé au nord-ouest du village de Chazelles, il lance ses patrouilles. L'une d'elles, commandée par le maréchal des logis GEUFFROY, se dirige sur Gondrexon. Elle le traverse sans encombre, mais elle se heurte à la sortie à un groupe d'une dizaine de ulhans que suit un détachement d'infanterie.
Le maréchal des logis GEUFFROY est désarçonné ; il se dégage tant bien que mal et sans perdre son sang-froid, épaule sa carabine et abat quatre ulhans successivement.
Le dragon RABY qui l'accompagne a son cheval tué. Le dragon DELORME part au galop prévenir le capitaine DE LA BOURDONNAYE qui envoie une nouvelle patrouille dégager et recueillir celle du maréchal des logis GEUFFROY.
Le maréchal des logis GEUFFROY est cité à l'ordre de l'Armée : « Etant en reconnaissance et ayant été démonté, a été poursuivi par huit cavaliers ennemis. En a mis quatre hors de combat à coups de carabine et a mis les autres en fuite. Est parvenu à rejoindre son escadron sous le feu des fantassins allemands tirant sur lui à courte distance, après avoir déchargé sur eux toutes les cartouches qui lui restaient. »
Le 8 octobre, la 14e brigade est embarquée à Charmes.
Elle débarque le 10 à Doullens ; la guerre de mouvement est close pour elle jusqu'en mars 1918. Le 26e Dragons va mener la vie du fantassin et combattre à pied.

  

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email