BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

La reconstruction dans l'arrondissement de Lunéville - 1923
 


L'Immeuble et la construction dans l'Est
4 février 1923

LA RECONSTRUCTION dans L'ARRONDISSEMENT DE LUNÉVILLE

Sous ce titre, on lit ces curieux détails dans la Croix de l'Est :
« Comme après l'hiver les arbres reverdissent et se couvrent de leurs feuilles, ainsi après la tourmente de la guerre, nos villages lorrains reprennent vie et mouvement: les clochers se redressent, les écoles, les églises rouvrent leurs portes, les rués hier encombrées de ruines s'alignent de solides maisons et le sol si bouleversé retrouve ses sillons fertiles.
Nous avons parcouru dernièrement l'arrondissement de Lunéville si meurtri par la guerre. Un effort gigantesque a été accompli, et il faut rendre un hommage mérité aux Municipalités, aux Coopératives, aux Entrepreneurs, aux Curés de nos paroisses dévastées.
Pour ne parler que des églises, sur 101 complètement détruites dans le département, 39 appartenaient à notre arrondissement et 28 autres étaient presque démolies. Aujourd'hui toutes, à deux ou trois exceptions près, sont, ou réparées ou en pleine reconstruction.
Et la restauration des villages a accompagné où suivi de très près le relèvement du temple. de Dieu, tant il est vrai, selon la parole du grand animateur de nos coopératives, M. le Chanoine Thouvenin, que « les églises sont le régulateur de la reconstruction ».
Lunéville comptait 112 maisons incendiées. Presque, toutes aujourd'hui sont relevées où en bonne voie d'achèvement. La place des Carmes, le faubourg d'Einville, le quartier de Viller qui avaient particulièrement souffert alignent maintenant de belles et grandes maisons.; Les immeubles de la rue Castara qui se terminent, permettent de jeter un heureux coup d'oeil sur la curieuse façade de la synagogue. Seul le grand mur de la maison voisine, qui fait face à la rue de Viller laisse fort à désirer par son aspect disgracieux. Deux ponts importants, celui du chemin de fer sur la route de Baccarat, près de la filature et celui de la Vezouse, près du château,, sont remis à neuf et avantageusement élargis. Après des travaux très considérables, le pont de Viller bien reconstruit va être livré prochainement à la circulation.
Ces jours derniers, c'est vers Avricourt que se portaient nos pas. Nous voyions au passage Chanteheux dont les tanneries et les maisons sont debout, Croismare et Marainviller qui ont fermé toutes leurs brèches. A Marainviller, l'église fort bien réparée va accueillir bientôt dans sa toilette neuve des fidèles empressés. Laneuveville-aux Bois et toutes les fermes de la région sont prêtes à recommencer le labeur dans leurs terres dures mais fertiles.
Emberménil qui n'existait plus, qui l'an passé ne comptait encore que quelques maisons, présente aujourd'hui au visiteur toutes ses demeures avec leurs gracieuses toitures rouges, sa gare rebâtie, l'école, la mairie, l'église, groupées dans un harmonieux ensemble et en belle place. A noter que l'église a été changée d'orientation et que ses allures romanes cadrent parfaitement avec les constructions voisines.
Emberménil, Leintrey c'est encore la zone chaotique, « la zone rouge » témoin de multiples et sanglants combats. Les. tranchées, vers les Rémabois sont encore quasi intactes, les fils de fer barbelés y gardent tous leurs secrets et tous leurs traquenards et les fameux entonnoirs de Leintrey resteront longtemps une des belles et étranges curiosités de la guerre de mines.
Toute cette région, si bien lorraine d'aspect, ressuscite avec une exceptionnelle vigueur du milieu des ruines immenses. Xousse, Vaucourt, Igney, Leintrey, Veho, Reillon, Chazelles, Gondrexon, Blémerey auront remplacé à la fin de 1923, leurs inconfortables baraques contre des maisons de pierre solides et commodément aménagées.
Les habitants de Remoncourt, où tout est réparé, ont fourni un remarquable exemple d'activité ; revenus dès l'armistice dans leur village bouleversé, ils se sont remis à l'ouvrage avec ardeur et ténacité, ont défriché leur sol inculte et l'ont remis en valeur dès la première année.
Avricourt, ancienne frontière - où nous nous arrêterons aujourd'hui- a réparé sa gare, trop grande actuellement, et. sa curieuse église, et depuis quelques mois ses deux cloches nouvelles, comme les trois cloches neuves de Frémonville et de Repaix, sonnent avec fierté sur toute cette région qui renaît à la vie, l'espoir et la résurrection ».
 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email