BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

Capture d'un convoi de la Landwehr - 1914
 


La Presse
28 septembre 1914

EN LORRAINE
La capture d'un convoi de la Landwehr

La division française campée sur la Vezouse, après une marche de nuit de flanc le long du canal de la Marne au Rhin, avait réussi à réoccuper Avricourt. La position des Allemands, battue par le fort de Manonviller, menacée -au nord par la marche de nos trompes, était devenue intenable. Après un violent duel d'artillerie, l'ennemi évacuait la ville frontière, se retirant en pays annexé dans la direction de Richecourt.
Dans la journée du 21, tandis que nos troupes fortifiaient la position conquise, barricadant les rues du village et garnissant d'artillerie les collines du Sanon, nos aéroplanes signalaient un retour offensif des Allemands, à 15 kilomètres au sud, sur le sentier de Richecourt à Blamont. Ainsi donc, l'ennemi n'av ait repassé la frontière à Avricourt que pour rentrer chez nous quelques heures plus tard, vers Richecourt.
Par la ligne Richecourt-Biamont, impraticable à l'artillerie, les Allemands ne pouvaient acheminer que de l'infanterie sans la faire soutenir par le moindre canon. Il y avait certainement là une feinte d'attaque plutôt qu'une attaque réelle. Néanmoins, plusieurs colonnes ennemies franchissaient les crêtes, se dirigeant vers les lignes de la Vezouse, privée de La division qui l'occupaient la veille, et l'avait quittés pour réoccuper Avricourt. Il semblait même que les Allemands, loin de dissimuler leur mouvement, avaient à coeur de signaler leur présence, car les colonnes suivaient bien ostensiblement les crêtes au lieu de se dissimuler dans les vallées. Ces mouvements étranges durèrent toute la journée du.21.
Notre état-major né pouvait être dupe : L'ennemi cherchait à tout prix à attirer notre attention dans la direction de la Vezouse. Mais dans le but de tenter une opération dans, la région d'Avricourt ? En vain nos aviateurs avaient survolé la vallée du Sanon, ni là, ni sur la rive parallèle du canal, nos aeros n'avaient découvert rien d'insolite. On décida alors d'envoyer un peloton de cavalerie explorer la forêt du Paray, inaccessible par son feuillage dense à l'oeil de nos observateurs.
Cependant, au sud, l'infanterie allemande avançait toujours, réoccupant sans peine Blamont d'abord, Domèvre ensuite, laissés vides de troupes par notre avance sur Avricourt. D'Avricourt, nos canons avaient bien tenté de saluer l'entrée de l'ennemi dans la vallée de la Vezouse, mais sans grand succès, vu la grosse distance. Restant donc dans une expectative prudente, notre état-major, tout en faisait surveiller par quelques pelotons de dragons les colonnes allemandes, décida de laisser, avancer l'ennemi, sûrs que nous étions, à l'heure voulue, de repousser aisément une division de fantassins, que n'appuyait aucune artillerie et dont la cavalerie était insuffisante. Il y avait, sans nul doute dans cette marche des Allemands au sud, une feinte pour nous obliger à dégarnir les abords d'Avricourt.
Notre état-major ne tarda pus à avoir l'explication de cette tactique. Ce que n'avaient pu nos reconnaissances d'avions, notre raid de cavalerie venait de l'accomplir. Une estafette accourait, en effet, au soir du 21, annoncer au quartier d' Avricourt que nos cavaliers avaient découvert, caché dans la forêt de Paray, un train d'équipage ennemi considérable. L'estafette, vu le nombre. important de troupes ennemies, accompagnant le convoi, demandait à toute vitesse du renfort pour l'attaque prochaine.
Nous avions là l'explication de la feinte allemande vers le sud, feinte qui ne tendait qu'à nous attirer sur la Vezouze, afin qu'au nord d'Avricourt, les équipages ennemis attardés pussent, durant la nuit, repasser sans encombre la frontière.
Notre état-major donna rapidement ses ordres.. Des l'aube, la forêt du Paray était cernée par un régiment-de chasseurs d'Afrique. Sur la ligne Manonviller-Avricourt, quatre batteries battaient la route. Les équipages ennemis étaient pris. Un bref combat sous bois eut raison de leur résistance. A 11 heures du matin, l'ennemi se rendait.
La prise était d'importance. Tout le train de la landwehr bavaroise tombait entre nos mains avec son personnel, conducteurs, boulangers, infirmiers. Un bataillon entier du 4e corps complétait la prise. De plus, nous capturions vingt autos- de ravitaillement, y compris deux autos des postes, appartenant aux 9e et 10e corps allemands; Parmi les traînards faits prisonniers dans la même affaire, se trouvaient des soldats des 8e, 13e et 14e corps. Ce mélange hétéroclite était la preuve du désarroi dans lequel la la bataille de la Marne avait jeté nos ennemis, et du désordre de sa retraite vers la Meuse et l'Argonne.
 

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email