BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Seigneurs, château, châtellenie et village de Turquestein - H. Lepage (1/3)
 

Page suivante

Les notes de bas de page ont été ici renumérotées et placées en fin de chaque document.
Le présent texte est issu d'une correction apportée après reconnaissance optique de caractères, et peut donc, malgré le soin apporté, contenir encore des erreurs.


Mémoires de la Société d'archéologie lorraine
1886

LES SEIGNEURS, LE CHATEAU, LA CHATELLENIE ET LE VILLAGE DE TURQUESTEIN
M. Henri LEPAGE

I

Cliquez pour agrandir


La partie méridionale de l'ancien département de la Meurthe renferme un territoire (4), voisin de ceux qui formaient autrefois les comtés de Salm et de Dabo, où se trouvent plusieurs localités intéressantes tant à cause de leur ancienneté que par les souvenirs qui s'y rattachent. Ici, Saint-Quirin avec son prieuré fondé sur la fin du Xe siècle là, Bon-Moutier, berceau de l'abbaye de Saint-Sauveur, transférée ensuite à Domêvre ; à quelque distance, les châteaux de Chatillon et de Turquestein enfin, hors des limites de cette petite contrée, à l'ouest, l'abbaye de Haute-Seille dont l'histoire est intimement liée à celle des possesseurs de ce dernier manoir féodal.
Un de nos savants et regrettés confrères, M. Dagobert Fischer, de Saverne, lui a consacré une monographie (5) qui m'a fourni plusieurs indications précieuses, et que j'ai pu compléter à l'aide de documents qu'il n'avait pas connus (2).
On doit se demander d'abord quelle peut être l'étymologie de ce nom de Turquestein, en allemand Türkstein, dont la première partie a subi de nombreuses transformations dans le cours des siècles; la seconde, qui n'a été que légèrement modifiée, signifie pierre ou rocher, et vient, sans doute, de ce que le château avait été bâti sur une masse de rochers. Quant à la syllabe Turck ou Durck, que l'on a francisée en y faisant une légère addition, peut-on admettre qu'elle ait une origine celtique et rappellerait le culte qu'on aurait rendu dans ce lieu au dieu suprême des Celtes et des Germains, Thir, Thür ou Thor qu'honoraient les anciens habitants, les Triboques, du comté de Dabo (3)? C'est une simple hypothèse, que je formule sous toutes réserves, et qui se rapporterait à l'étymologie donnée par quelques auteurs au village de Turkeim, en Alsace.
Autres questions non moins difficiles à résoudre par qui et à quelle époque le château dont il s'agit fut-il bâti ? quelle est la famille qui en porta le nom ?
M. Fischer a, jusqu'à un certain point, répondu à ces questions. « Dès le Xe siècle, dit-il, Turquestein a du être la résidence des puissants comtes de Metz, qui le tenaient en fief du chapitre de la cathédrale de cette ville.
» Il est probable que les évêques de Metz s'étaient déterminés à élever cette forteresse dans une solitude inaccessible et dans un lieu sauvage pour protéger et garder le passage, très important alors, qui conduisait en Lorraine par la vallée de Schirmeck et le pied du haut Donon.

» ...En l'année 1009, lorsque l'empereur Henri II fit la guerre à son beau-frère Thierry de Luxembourg, évêque de Metz, et assiégea cette cité, qui résista avec succès, Hugues IV, comte de Metz et de Dagsbourg, et ses vassaux, étaient passés à l'armée impériale. Son épouse, Heilwig, mère du pape Léon IX, craignant d'être attaquée par l'évêque chercha un refuge dans l'abbaye de Moyenmoutier, après avoir mis en état de défense Turkstein et ses autres forteresses. » L'auteur renvoie à la Chronique de Moyenmoutier par Jean de Bayon, dont le texte (6) diffère quelque peu de la traduction qu'il en donne, notamment sur un point capital pour le sujet qui m'occupe à savoir, qu'il n'y est pas fait mention de Turquestein.
« Cette forteresse, ajoute M. Fischer, avait ses propres chevaliers, qui y étaient seigneurs et paraissent souvent dans les documents. Leur race, dite des chevalier du château, s'était enrichie au service du comte de Metz et de Dabo, et fut de bonne heure en grande estime.
Ulrich de Turquestein, seigneur de Blâmont, fut investi, en 1012, par l'évêque de Toul Bertholde du bailliage protecteur de l'abbaye de Saint-Sauveur. Dans la suite, les nobles de Turquestein prétendirent au bailliage du prieuré de Saint-Quirin, dépendant de l'abbaye de Marmoutier. »
Ce passage est, en partie, la paraphrase de ce que dit Dom Calmet dans sa Notices de la Lorraine (1) :
« Les seigneurs particuliers de Blamont furent Ulric de Turkestein, sire de Blamont, à qui Bertolde, évêque de Toul en 1002 (7) donna la vouërie de St. Sauveur en Vôge. Gérard, fils d'Ulric, sire de Blamont, reçut du même évêque la vouërie de la même abbaye. Il ne prend point le nom de Turkestein. En 1174 nous trouvons Henri de Blâmont, et, en 1204, Olric ou Ulric de Blamont, qui étoient sans doute les fils ou petits-fils d'Ulric et de Gérard, ci-devant nommés.
» En 1204, Olry de Blamont est témoin d'une donation faite à l'Eglise par le duc de Lorraine Simon II ce fut vers ce tems-là que la seigneurie de Blamont entra dans la Maison de Salm par le mariage de la fille unique et héritière des anciens seigneurs de Blamont et de Turkestein, avec Herman de Salm... »
D'où il résulterait que les sires de Blâmont furent Ila souche de la famille de Turquestein, laquelle ne serait pas du tout, comme le dit Bermann (8) originaire d'Alsace.
Je dois ajouter, néanmoins, qu'il règne une certaine obscurité sur les premiers temps de l'histoire de cette famille, et qu'il est prudent de se borner à rappeler les actes qui la concernent.
En 1122, Reinhardt, abbé de Marmoutier, eut une querelle avec Bencelin, seigneur de Turquesteiu, au sujet de l'église et de la dime de Heille, près de Saint-Quirin, à laquelle tous deux prétendaient. L'évêque de Metz Etienne, n'ayant trouvé aucun moyen d'accommodement, soumit les parties au jugement de Dieu par l'eau froide. L'épreuve fut en faveur de l'abbé et son monastère déclaré possesseur de l'église et des dimes de Heille, comme les ayant acquises de Milon, abbé de Moyenmoutier (9).
Le même Bencelinus de Truchstein figure comme témoin, en 1124, avec le comte Conrade de Langstein, dans l'acte de dédicace de l'église de l'abbaye de Senones par Etienne, évêque de Metz (10).
Il est encore témoin, en 1126, dans le titre de fondation de l'abbaye de Saint Jean-des-Choux, près de Saverne, sous le nom, légèrement défiguré, de Berchelmus de Durchelstein (11).
Par une charte de l'année 1128, l'évêque Etienne fait savoir que Bencelin de Turquestein, avec sa femme Mathilde, Conon, son fils, et ses filles (Bencelinus de Truclistem, cum uxore sua Mastilda, et Cuonone filio, et filiabus suis), avec Gérard, son neveu, et d'autres seigneurs, ont donné à l'abbaye de Senones le fonds et le conduit de l'église de Lorquin (12).
Becelinus de Turkestein figure encore comme témoin, en 1135, dans une confirmation, par Henri de Lorraine, évêque de Toul, de diverses donations faites à l'abbaye de Beaupré, notamment par Folmar, comte de Metz (13).
A partir de quelques années plus tard, les archives de l'abbaye de Haute-Seille nous fournissent line série de documents beaucoup plus explicites que ceux qui précèdent.
Le premier est une charte de 1147 par laquelle l'évêque Etienne déclare que l'abbaye de Haute-Seille ayant été fondée par les bienfaits de la comtesse Agnès et des héritiers de Langstein, ensemble de Bencelin de Turquestein, avec Conon, son fils, et d'autres, commençait à fleurir lorsqu'elle se vit tellement molestée par ces seigneurs, qui ne cessaient d'exercer leur souveraineté sur ce monastère, sous prétexte de fondation, que les religieux se disposaient à se retirer ailleurs, dans tel endroit que l'évêque voudrait leur assigner, ce que voyant, celui-ci convoqua tous ces seigneurs, auxquels il était allié, et les engagea à lui céder tous leurs droits ils y consentirent, et le prélat les transporta à l'abbaye, qui demeura tranquille (14).
Quels liens de parenté unissaient l'évêque à ces seigneurs, notamment aux sires de Turquestein ? il serait difficile de le dire. Etienne était, disent les historiens (15), fils de Thierry 1er du nom, comte de Montbéliard de Bar, de Monçon et de Ferrette. Sa mère était Ermentrude, fille de Guillaume II, surnommée Tète-Hardie, comte de Bourgogne, et soeur du pape Calixte II, auparavant comte de Bourgogne, archevêque de Vienne. Etienne eut cinq frères et deux soeurs, savoir 1° Thierry II du nom, comte de Montbéliard et de Bar ; 2° Louis, comte de Monçon; 3° Renaud, qui devint comte de Bar après la retraite de Thierry, son frère 4° Frédéric, comte de Ferrette 5° Guillaume, comte de Montbéliard. De ses soeurs, la première fut mariée à Herman, comte de Salm en Ardennes, et devint mère de Thierry, comte de Salm, et de Thierry, abbé de Saint-Paul de Verdun; la seconde, nommée Gunthilde, première abbesse du monastère de Biblisheim, mourut en odeur de sainteté.
Ailleurs (16), l'écrivain que je viens de citer, dit que la femme de Herman fut la comtesse Agnès de Langstein, fondatrice de l'abbaye de Haute-Seille, dont il eut deux fils : Conrade, qui était seigneur de Pierre-Percée (ou Langstein) en 1127, et Henry, comte de Salm, voué de l'abbaye de Senones en 1125, 1135 et 1152 (17).
D'où il serait permis de conclure que les Turquestein étaient alliés la famille de Langstein, par conséquent, bien qu'à un degré fort éloigné, à celle de l'évêque Etienne.
A l'exemple de son père, Conon de Turquestein molesta l'abbaye de Haute-Seille au sujet des donations que ses prédécesseurs lui avaient faites avant qu'il ne fût au monde. Il fallut, en 1186, l'intervention d'Albert, comte de Metz et de Dabo pour obtenir de lui la ratification de ces donations ce qui fut consigné dans une charte de Bertrand, évêque de Metz (18), et dans une autre du comte Albert (19). Cette dernière nous apprend que la mère de Conon s'appelait Havide, et, par conséquent, que celui-ci n'était pas le Conon, fils de Bencelin, mentionné dans les titres de 1128 et 1147.
Vers ce temps parait un nouveau Conon, qui fait aussi diverses donations à l'abbaye de Haute-Seille, notamment de celle du droit de pâture pour ses bestiaux sur tout le ban de Turquestein, ainsi que le leur avait concédé son oncle C. et son père le comte Conrade (20).
L'oncle est sans doute Conon, fils de Bencelin, nommé dans les titres de 1128 et 1147 ; quant au comte Conrade, ne serait-ce pas Conrade de Langstein, fils de la comtesse Agnès, fondatrice de Haute-Seille, et de Herman, comte de Salm, dont il a été parlé plus haut à propos de la famille de l'évêque Etienne.
Dans sa charte, malheureusement sans date, mais qui est indiquée comme antérieure à l'année 1201 (21) Conon nomme sa soeur Aleidis, et il termine en disant que ses donations ont été faites avec le consentement de son seigneur le comte Albert de Dabo, dont il était le feudataire.
Ce qui ne laisse point de doute à cet égard, c'est que le comte crut devoir confirmer les donations dont il s'agit pas un acte dans lequel il exprime formellement cet état de vassalité (22).
Une autre charte du même comte, sans date comme la précédente (23), renferme la première mention relative à la résidence des sires de Turquestein. Il y dit que Hawidis, fille de Bencelin, avait donné à l'abbaye de Haute-Seille son breuil ou pré de Roencurt. Dans la suite, la fille de Hawidis, nommée Adeleidis, étant venue demeurer à Turquestein, et trouvant que ce pré lui était nécessaire, le demanda à l'abbé, qui le lui abandonna, sa vie durant, moyennant un cens annuel de deux sous.
En 1227, Waltguinus (ou Walterguinus), chevalier de Turquestein, pour le remède de son âme, et du consentement de son épouse Lorathe, quitte à l'abbaye de Haute-Seille 19 marcs d'argent qu'elle lui devait, lui donne ses prés de Landange, lui restitue le moulin de ce lieu, lui donne le patronage de l'église de Hattigny et les dimes (24).
Par une autre charte de l'année 1231, le même Waltrekinus et sa femme donnent à l'abbaye un moulin qu'ils avaient sur la Sarre, du revenu de 40 virtels d'avoine, à condition qu'ils le tiendront toute leur vie (25).
Lors de la paix conclue, le 17 des kalendes d'avril 1233, entre, l'évêque de Metz et Simon comte de Dabo, touchant le comté de Metz et l'héritage de sa femme Gertrude, Vautrin (Waldukinus) fut institué arbitre « diseur « de cette paix conjointement avec le comte de Castres (26).
En 1272, le jour de la fête Saint-Pierre et Saint-Paul, Laurent évêque de Metz déclare au seigneur Hugues, appelé Franz de Turquestein, qu'il lui doit 60 livres pour le dommage qu'il a éprouvé à son service (27).
Vers la fin de l'année 1238, Jean de Lichtenberg, qui était un fidèle partisan de l'empereur Louis de Bavière, ayant pris à son service Jean de Turquestein et plusieurs autres guerriers du royaume de l'Ouest, dévasta et mit à contribution le territoire de l'évêque de Strasbourg Berthold de Bucheck. Celui-ci, qui défendait les droits du duc Léopold d'Autriche, alla, à la tête d'une armée nombreuse, devant Schlestadt, et entreprit un véritable siège de cette ville, pendant que le comte Ulrich de Wurtemberg, avec sa troupe et les bourgeois de Saverne, commençait le siège de Neuwiller et causait beaucoup de dégâts. Jean de Turquestein et quelques autres vassaux de Lichtemberg furent faits prisonniers ou tués à ce siège mais la place ne se rendit pas (28).
Il y a une interruption de plus d'un siècle dans la série des titres relatifs à la généalogie des sires de Turquestein le plus ancien, en effet, après celui de 1272, ne remonte pas au-delà de 1389.
Des lettres de Henry, sire de Blâmont, du jour de Saint-Simon Saint-Jude de cette année, portent que guerre et dissension étant entre le comte de Salm, Hartong de Durquestain, « Hanris et Werris », ses enfants, et le duc de Lorraine ayant, par force et contrainte, obligé ces derniers à quitter 4 livres 14 sous 4 deniers de terre qu'ils avaient sur la vente de Badonviller, et qu'ils tenaient en fief et hommage dudit comte de Salm, lesquels provenaient de l'héritage d'Isabelle de Brouville, lemme d'Hartong, ledit de Blâmont leur a assigné, en récompense, pareille rente sur la vente de Blâmont, il rachat de 80 petits florins (29).
« Werry de Durquilstain » se trouvant le plus proche héritier de Catherine de Brouville, sa tante, celle-ci lui fit don et transport, en 1400, de tous ses meubles et héritages, priant le duc de l'admettre à faire ses foi et hommage pour les fiefs qu'elle tenait de lui ce à quoi le prince consentit (30).
Le 6 novembre 1404, « Werry de Durkestain », écuyer, reprend en fief et hommage du duc de Lorraine les bois de « Moregnieweivre près d'Aizeralle » (Azerailles), sa part des bois de « Boixiers » et cent soldées de terre à lui échues de par Nyclaus de Durkestain son oncle, lesquelles se devaient lever chaque année sur les salines de Dieuze (31).
J'arrive à Geoffroy de Durquestein celui des seigneurs de ce nom sur lequel on possède le plus de documents; mais ils sont loin de justifier la haute opinion qui nous est donnée de lui (32). S'il fut assez « puissant », comme on le dit, pour faire la guerre à l'évêque de Metz en 1442, il fallait qu'il eût trouvé des ressources dont il ne disposait guère auparavant. On le voit en effet, dans le cours d'une même année, contracter des emprunts qui ne dénotent. pas une grande opulence, comme il résulte de trois lettres, scellées de son sceau, portant un écu à l'écusson chargé d'une étoile à six rais

Cliquez pour agrandir

C'est ainsi qu'en 1425, il reconnaît devoir à Gérardin, dit le Cardinal, bourgeois de Blâmont, 40 fr. que celui-ci lui avait prêtés, à son « grans besoing et urgent nécessitei », pour laquelle somme il lui a mis en gage sa maison appelée la Chambre, séant en la ville ferme de Blâmont.
Peu après, lui et Catherine, sa soeur, « pour leur gran besoin et urgent nécessité », empruntent 30 florins de bon or à une femme de Deneuvre et lui mettent en gage une pièce de pré.
Enfin, il reconnait devoir 50 fr. à son cher ami Lazarus de Xelatte et à Biétrix, sa femme, et lui met en gage sa maison dite la maison « auz Crennez », séant en la ville ferme de Blâmont, entre sa maison dite la Chambre et la grange de Jean du Pont, clerc (33).
En 1436, il rachète le pré de Buxières qu'il avait engagé au chapitre de Blâmont pour 40 vieux florins (34). - Par lettres du 7 juin 1441 il consent à ne point retirer l'engagement par lui fait à Marguerite de Lorraine, dame de Blâmont, de ses droits aux villes de Ribauviller et de Guémar qu'en acquittant à ladite dame la somme de 70 vieux florins et celle de 10 francs, qu'elle lui avait prêtés. - On trouve, enfin, sous la date du 4 juin 1455, la vente faite à Thiébaut de Blâmont par un nommé Warin, de Deneuvre, dit le Varlet, d'une gagère de 160 francs qu'il avait de Geoffroy de Turquestein, moyennant 100 vieux florins (35).
Les « gagères » faites au profit de Marguerite n'étaient pas rachetées en 1469 puisqu'on voit cette dame les donner par testament à son fils Olry de Blâmont (36).
Geoffroy était mort vers 1491, laissant, entr'autres héritiers Warry de « Lucembourg» (Lutzelbourg), seigneur de Fléville, et Béatrix de Germiny, sa femme (37); mais il ne semble pas qu'il ait eu de descendants directs, car on ne trouve plus de gentilshommes du nom de Turquestein dans les nombreux titres conservés au Trésor des Chartes.
Fischer a cru pouvoir ajouter à leur liste des nobles alsaciens appelés Gossmar, dont quelques-uns prirent le surnom de Türkelstein; mais cette famille, qui habitait la ville d'Obernai, n'eut rien de commun avec celle dont il est ici question (38).

(à suivre)


(1) Il est indiqué sur la partie de la carte de Cassini, ci-contre
(2) Elle a pour titre : Die ehemalige bergoeste Turkstein in Lothringen (c'est-à-dire l'ancienne forteresse de Turkstein en Lorraine). - 1879.
(3) Je publierai quelques-uns des plus anciens et des plus curieux sous forme de pièces justificatives.
(4) Le comté de Dagsbourg, aujourd'hui Dabo, par Dugas de Beaulieu, 2e édition. 1858.
Le village de Dabo n'est qu'à quelques lieues de Turquestein.
(5) Il est ainsi reproduit dans l'Histoire de Lorraine de Dom Calmet, 1re éd., t. II, pr., col. lxiv :
« Cum autem gravis dissensio, anno millesimo duodecimo orta fuisset inter Henricum, caesarem, et Thedericum, episcopum Metensem, qui erat levir ejusdem Henrici, et comitem Gerardum, fratrem Alberti, ducis Lotarensium : qui Gerardus neptem ipsius cesaris ex sorore nomine Gillam uxorem sortitus erat; qui tumultus graviter vexavit non solirrn miserabile vulgus, sed et principes regni adeô percussit, ut ipse caesar eundem Metensem urbem longo tempore obsederit. Propter quam cladem domna Helwidis, mater domni Brunonis, relictis ubique firmis castris, ad Mediani coenobii quasi ad firmum praesidium confugit.... »
(6) Tome I, col. 128, art. Blâmont.
(7) Il faut lire 1012, puisque ce fut seulement en 1010 que l'abbaye de Bon-Moutier fut transférée à Saint-Sauveur et prit ce dernier nom. (Notice t. I, col. 142)
(8) Dissertation historique sur l'ancienne chevalerie et la noblesse de Lorraine, p. 174.
(9) Fischer, d'après l'abbé Reinhart, Annales de la Basse- Alsace.
(10) Dom Calmet, Hist. de Lorr., 1re édit., t. I, pr., col. 439.
(11) Schoepflin, Alsacia diplomatica, t. I, p. 205.
(12) Dom Calmet, Hist. de Lorr., pr., col. cclxxxv.
(13) Trésor des Chartes, lay. Abbayes de Beaupré, etc., n° 1; et Calmet, ib., t. II, col. cccvj. Il écrit: Besellinus.
Il est encore témoin dans la confirmation de la fondation de l'abbaye de Beaupré par le même évêque en 1157. (Ib., col. ccc1i v.)
(14) V. Pièce justificative 1.
(15) V. Dom Calmet, t. Il, col. 72.
(16) Ib., t. l, prélim. col. ccix et ccx.
(17) Henri comte de Salm épousa Agnès, dame de Langstein, qui était peut-être de la maison de Bar. Celle-ci contracta aussi un autre mariage avec un certain comte Godefroy, dont on ignore la famille; elle paraît avoir eu un fils appelé Guillaume. Godefroy et Guillaume étaient décédés dès 1138.
(18) V. Pièce justificative II.
(19) V. Pièce justificative III.
(20) V. Pièce justificative IV.
(21) Dans l'inventaire des titres de Haute-Seille.
(22) V. Pièce justificative V.
(23) V. Pièce justificative VI.
(24) V. Pièce justificative VII.
(25) V. Pièce justificative VIII.
(26) Bibliothèque nat., fonds latin, 10021, f° 177. - Pièce citée aussi par Fischer, p. 6.
(27) Ibid., p. 8.
(28) Fischer, p, 7, d'après Gesta episcop. metens.. apud Calmet, 2. éd., t. l, col. lxxxvj.
(29) Lay. Blâmont l, n° 174.
(30) Lay. Confirmations, n° 35, et B. 702, f° 12.
(31) Lay. Fiefs de Nancy, n° 10.
(32) Notice de La Lorraine, col. 688.
(33) Lay. Blâmont II, n° 38, 39 et 40.
(34) Lay. Blâmont, fiefs, n° 94.
(35) Lay. Blâmont II, nos 67 et 77.
(36) Hist. de Lorr., t. III, pr., col. dclxxiij.
(37) Lay. Blâmont II, n° 115, et Notice, col. 688,
(38) V. sur cette famille Histoire de la ville d'Obernai, par l'abbé Gyss, t. I, p. 439-448.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email