BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

 

Documents sur Agnès de Langstein
 


Journal de la Société d'archéologie et du Comité du Musée lorrain
1883

DOCUMENT SUR AGNÈS DE LANGSTEIN, FEMME D'HERMAN, PREMIER COMTE DE SALM-EN-VOSGES.

Un titre, récemment découvert par M. Lepage, paraît établir qu'Agnès de Langstein, après être devenue veuve d'Herman II de Salm, premier comte de Salm-en-Vosges, contracta un second mariage, dont l'histoire n'a point conservé le souvenir.
On trouve, en effet, dans le cartulaire de l'abbaye de Domêvre (Archives, H. 1374), une charte de l'an 1138, par laquelle Agnès de Langstein donne à l'abbaye de Saint-Sauveur la moitié de l'église et de la ville de Raon (-les-Leau), pour l'âme de Son mari, le comte Godefroid, et pour celle de son fils, Guillaume : « Confirmo quoque eis medietatem ecclesiae de Raone, quae data est eis pro remedio animae comitis Godefridi, mariti mei ; necnon medietatem ejusdem villae, cum banno, quam dedi similiter pro filio meo Willelmo, qui illic jacet.»
De quelle famille était ce comte Godefroid ? S'il y eut d'autres enfants que Guillaume issus de ce mariage, aucun d'eux ne survécut, puisque l'héritage d'Agnès passa, croit-on, dans la maison de Salm; son fils Conrad était, dès l'an 1127, seigneur de Langstein, aujourd'hui Pierre-Percée (Hist. de Lorr., par Dom Calmet, pr. t. II, p. CCLXXXV).
Dom Calmet, dans sa Liste généalogique des comtes de Salm, (Hist. de Lorr., 1re éd., t. Ier, col. CCIX), dit ce qui suit: « Herman I, tige des comtes de Salm, ayant... été élu Empereur en 1081, laissa le Comté de Salm à son plus jeune fils, nommé Herman comme lui, lequel fut la tige des Comtes de Salm de Vosge, et peut-être aussi des Comtes de Salm d'Ardennes... Je conjecture qu'Herman, ayant épousé Agnès, dame de Langstein, ou de Pierre-percée, s'établit dans la Vosge,.et obtint la Vouërie de l'abbaye de Senones. Ruyr (Ant. de Vosge, 1. 5, c. 10) prétend qu'Agnès étoit fille de Renaud I, Comte de Bar, de quoi il ne donne aucune preuve. Cette Dame ne se donne point d'autre qualité que celle de Langestein. »
Dom Calmet cite différents titres où l'on trouve le nom du comte Herman.
Dès l'an 1104, il est nommé comte de Salm, dans un titre de Senones.
En 1111, il fut excommunié par Adalbéron, évêque de Metz, pour ses vexations contre la même abbaye.
En 1124, Hermanus, comes de Salmis, souscrit à une charte de l'abbaye de Saint-Pierre de Luxembourg, ce qui semble prouver qu'il était aussi comte de Salm en Ardennes.
Deux titres, de 1126 et 1127, portent: Hermanus, comes, et advocatus ecclesiae Senoniensis.
En 1130, dans une charte de la même abbaye de Senones, on lit: Hermanus, comes, et Hermanus, filius ejus.
On croit que ce comte mourut en 1131 (A. Neyen, Biographie luxembourqeoise, t. II, p. 105).
Herman et Agnès de Langstein paraissent avoir laissé trois fils, Henri, Herman et Conrad. Dom Calmet, dans les deux éditions de son Histoire de Lorraine, et surtout dans la seconde, se contredit plusieurs fois touchant ce qu'il rapporte de ces fils ; nous tâcherons d'être plus exact, en résumant ses renseignements. En 1140, Agnès de Langstein fonda l'abbaye de Haute-Seille; dans cette charte, elle nomme ses trois fils: « Comitissam Agnetem de Languestein, cum filiis suis Henrico et Hermano consulibus, Conrardum nihilominus comitem, cum uxore sua Havide, et fllio Hugone. » Dans la souscription de ce titre, ajoute Dom Calmet, il est encore parlé de Languestey,
On ignore quelle fut la destinée d'Herman II ; on a vu que Conrad était, dès l'an 1127, seigneur de Langstein; Dom Calmet ne parle pas davantage de lui.
Le nom d' Henri Ier paraît dans de nombreux titres.
Dom Calmet mentionne: « Henry, Comte de Salm et Voué de l'Abbaye de Senones, ès années 1125, 1135 et 1152. Henricus, comes de Salmis, et Advocatus ejusdem loci (Senoniensis). Henry, Comte de Salm, s'étant emparé du Prieuré d'Insming en 1152, Etienne, Evêque de Metz.l'obligea à le restituer à l'Abbaye de Saint-Mihiel. C'est ce même Henry I. que S. Bernard obligea de faire la paix avec ceux de Metz, avec qui il étoit en guerre. »
Ce comte laissa un fils qui reçut le même prénom.
Henri II, comte de Salm, confirma, en 1174, la fondation de l'abbaye de Haute-Seille, et, dans sa charte, il mentionne son père, Henri Ier, sa rnère, dont le nom est inconnu, son oncle paternel, Herman, et son aïeule, Agnès : « Ego Henricus, comes de Salmis, in meorum antecessorum memoriam, patris videlicet, matris, et patrui mei Hermani, aviaeque meae Aqnetis. »
Dans un titre de l'an 1186, il nomme encore: « Agnetem aviam meam, Henricum patrem meum, Hermanum fratrem, et consules. »
Ainsi que le fait remarquer Dom Calmet, les comtes de Salm prenaient volontiers le titre de consuls.

L. GERMAIN.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email