BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

27ème régiment d'infanterie - 1916


Historique du 27ème R.I.

Historique du 27e R.I. pendant la guerre 1914-1918

[1916]
CHAPITRE XI
Reillon. - Le Repos du Camp de Saffais
 
 

Historique du 27ème R.I.

Du 22 juillet au 5 août, le Régiment a perdu 22 officiers et 728 hommes. Un renfort est envoyé du dépôt divisionnaire, on profite du repos pour se reconstituer.
Le 17, embarquement en chemin de fer à Ancerville-Güe et arrivée à Gerbeviller. Cantonnement pendant trois jours à Rehainviller et Lamath. Le 22 août, le 27e remonte en ligne dans le secteur de Reillon en Lorraine. La 15e Division est sous les ordres du général commandant le D.A.L. (Détachement des armées de Lorraine) et mise à la disposition du 3e Corps de cavalerie.
La région est superbe : jolis coteaux coupés de vallons enfouis sous la verdure, nombreux petits ruisseaux serpentant au milieu de prairies verdoyantes.
Veho et Reillon sont inhabités et presque entièrement démolis; mais la vallée de la Vezouse a conservé son activité normale et les habitants vaquent à leurs occupations habituelles jusqu'à quelques kilomètres de nos premières lignes.
Le secteur est calme et, de part et d'autre, l'artillerie est généralement peu active. Toutefois, dans la région du « Zeppelin » les bombardements par torpilles et grenades sont fréquents et parfois très violents.
On travaille à l'amélioration du secteur. La pluie tombe presque chaque jour : tranchées et boyaux sont garnis de caillebotis.
Entre les premières lignes, parfois très éloignées les unes des autres, de nombreuses patrouilles sont faites: pour ces patrouilles, les hommes sont munis de la carabine Winchester. Les rencontres avec les patrouilles ennemies sont d'ailleurs rares.
Cependant, le 30 août, un détachement ennemi réussit, dans la région du « Zeppelin » à aborder par surprise nos premières lignes et à tuer à coup de révolver plusieurs de nos sentinelles. Mais la situation est vite rétablie : trois Allemands dont le chef de reconnaissance sont tués ; les autres prennent la fuite. Le Sous-Lieutenant Aupy, à qui est dû ce résultat, est cité à l'Ordre du Corps d'armée :
« Très bon chef de section. Le 30 août 1916, par son calme et son sang-froid, a su faire échouer un coup de main ennemi dirigé sur nos tranchées. A tué de sa main trois Allemands »
On relève, parmi les autres citations, celles concernant :
Le Sous-Lieutenant GAUTHERON Louis (Ordre du 3e Corps de cavalerie).
« Officier plein d'entrain et absolument remarquable par son énergie et son mépris du danger. Le 29 août 1916, a été blessé mortellement en tranchée de première ligne au moment où il encourageait à la résistance ses hommes soumis à un violent feu de mortiers ennemis. »
Le soldat DEGOY Louis :
« Soldat d'une grande bravoure, toujours prêt à accomplir les missions périlleuses. Le 4 septembre 1916, sous un bombardement violent, s'est offert pour rester guetteur auprès de son caporal, sa fraction ayant reçu l'ordre d'évacuer la position a été tué à son poste de combat. »
Le Régiment est relevé du 15 au 21 septembre et se rend au Camp de Saffais. Au moment de son départ du secteur, le général commandant le 3e corps de cavalerie adresse au général commandant la 15e division ses félicitations « sur la tenue des troupes qui la composent et dont il a le regret de se séparer ».
Les différents bataillons repassent à Rehainviller et, le 22, tout le Régiment est rassemblé au Camp de Sallais : 1er et 3e bataillon à Barbonville, 2e bataillon et état-major Saffais. Le 20 octobre les éléments qui occupent ce dernier cantonnement le quittent pour s'installer à Blainville.
Le 25 septembre, à Saffais. en présence d'une compagnie du 10e régiment d'infanterie, le drapeau du 27e est décoré solennellement de la Croix de guerre par le général Hély d'Oissel, commandant le 8e Corps d'Armée, cérémonie émouvante où les héros de Vaux-Chapitre sont fiers d'avoir leur part de gloire.
Pendant deux mois, 1a I5e Division, puis tout le 8e Corps, sont mis à l'instruction au Camp de Saffais : on attache une importance de plus en plus grande aux liaisons et des essais intéressants sont faits pour la liaison par avion entre les vagues d'assaut et le poste de commandement de la division (feux de bengale). Chaque section d'infanterie est munie de deux fusils-mitrailleurs et de quatre tromblons V. B. Il est constitué un peloton de deux pièces pour le canon de 37.
Le 16 novembre, tout le 8e Corps est passé en revue par le Général commandant le groupe des armées de l'Est sur le terrain du Camp de Saffais, et le 28, le Régiment embarque à Einvaux, pour se rendre dans la région de Beauvais.

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email