BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)


Notes sur l'orgue Dingler de Blâmont - 1762-1768


L'orgue de l'église Saint Maurice de Blâmont, comprenant 28 jeux répartis sur 3 claviers et pédalier, a été construit par le facteur d'orgues Jean-Adam Dingler entre 1762 et 1768.
Propriété de la commune, il est classé au titre d'objet historique depuis le 1er avril 1985.
Son buffet en chêne, constitué d'un positif à 2 tourelles et d'un grand corps à 3 tourelles, porte la mention « Dingler facteur du Roy 1768 » : il est classé au titre d'objet historique depuis le 18 août 1975.
Orgue
L'orgue a bénéficié de différentes transformations avant d'être restauré en mai 2000 par la Manufacture d'orgues Alfred Kern et fils de Strasbourg.

L'existence d'un orgue dans l'église est attestée en 1738. Mais concernant l'année 1762, l'abbé Dedenon écrit : « Les orgues qui, en plein Credo de Pâques, avaient refusé leur service, au grand effarement de l'organiste, furent restaurées, en 1762, par le facteur Dingler. »
Les archives municipales confirment qu'en 1762, la ville prend une « Délibération sur le remplacement des orgues qui sont absolument hors de service, de sorte que le jour de Pâques, on n'a pu en jouer que jusqu'au milieu de la messe », et décide de s'adresser au « nommés tinclaire facteur - Bourgeois de nancy qui travaille actuellement à labayis de domévre. »
Le 14 juin 1762, la ville passe un traité avec « le sieur Dingler, facteur d'orgues de S.M. le Roy de Pologne, Bourgeois de Nancy, » pour fournir à la ville un orgue neuf au prix de 5.000 livres.
Les travaux durent 6 ans durant lesquels la ville verse à Jean-Adam Dingler le paiement par fractions :
- 1762 : 620 livres d'acompte,
- 1763 : 1240 livres, pour le 2e et le 3e paiements et la construction pour 1140 livres dans l'église paroissiale de la tribune où seront posées les orgues.
- 1766 : 620 livres pour le 4ème paiement « de l'orgue qu'il a fourni à la paroisse » (ce qui laisse supposer que l'instrument a été livré).
- 1767 : 620 livres pour le 5ème paiement, et 620 livres pour le 6ème.
- 1768 : 1.280 livres pour dernier paiement.

Lors de la construction de la nouvelle église, l'orgue sera démonté, puis remonté en 1857-1858 par Jean Frédéric Verschneider, facteur d'orgue de Puttelange

Fils de menuisier, Jean-Adam DINGLER est né à Bouquenom (vieille ville de Sarre-Union) le 27 octobre 1699. Il y fut probablement élève de Pierre Delorme (frère convers au service des Augustins et originaire d'Orléans, qui, après la construction de l'instrument de Saint-Georges de Bouquenom, en devint l'organiste, jusqu'à sa mort en 1728), et compagnon chez André Silbermann.

Acte de naissance de Jean-Adam Dingler - 27 octobre 1699
Acte de naissance de Jean-Adam Dingler
27 octobre 1699

Il s'installe ensuite à Nancy (l'orgue de Saint-Léon de Toul, aujourd'hui à église Saint Medard de Blénod-lès-Toul porte dans dans le plus gros tuyau de la tourelle centrale la mention « MA... ET DINGLER ME FECERUNT 1731 »).

Le 9 juillet 1751, naît son fils jean Remy, qui après avoir été on élève de son père, deviendra lui-même facteur d'orgue
On peut citer parmi ses autres orgues celui des Saint-Joseph de Nancy en 1758. et celui des les prémontrés de Nancy (qui, vendu comme bien national à la Révolution, sera remonté en 1803 à l'église Saint-Sébastien de Nancy).

Il décède à Nancy le 3 décembre 1780.

Acte de décès de Jean-Adam Dingler 3 décembre 1780
Acte de décès de Jean-Adam Dingler - 3 décembre 1780 - Registre des décès Paroisse Notre-Dame de Nancy

Note :
Si l'à-peu-près orthographique de la délibération de Blâmont en 1762 nous donne la prononciation de son nom (« tinclaire »), elle atteste aussi de la présence de Jean-Adam Dingler à Domèvre. Selon l'abbé Chatton, « Le dernier orgue installé à l'église abbatiale fut vendu 10.000 livres, le 4 juin 1795, à Charles Blaise, garde magasin à Domèvre ; son buffet et ses ornements avaient été, vers 1760, l'oeuvre de François, l'artiste qui, avec Jacquard, pendant peut-être dix années, travailla pour le monastère de Domèvre et y exécuta des sculptures dont il ne reste presque plus aucune trace.
C'est lui qui, en 1762-63, façonna pour l'abbaye plusieurs beaux confessionnaux, dont deux se voient encore à l'église paroissiale de Blâmont et un troisième à l'église paroissiale de Domèvre »

Il est donc très probable que Jean-Adam Dingler ait travaillé à la construction d'un orgue neuf à l'abbaye de Domèvre sur Vezouze entre 1760 et 1762, et par ailleurs, qu'il ait ainsi résidé sur Domèvre ou Blâmont suffisamment longtemps pour se faire des relations sérieuses à Blâmont, et être choisi comme parrain ainsi qu'on le voit dans cet extrait d'archives :
2 mars 1762, bapt. de Jean-Baptiste-Dominique, fils de Dominique Mathieu, ancien conseiller de l'hôtel de ville de Blâmont, et de Marie-Françoise Pinon; parrain, Jean-Adam Dingler, facteur d'orgues du roi de Pologne; marraine, Marie-Élisabeth Pinon, épouse du sieur Dutaillis, chirurgien major des hôpitaux du roi.

Orgue

 

Rédaction : Thierry Meurant

 

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email