BLAMONT.INFO

Documents sur Blâmont (54) et le Blâmontois

 

 Présentation

 Documents

 Recherche

 Contact

 
 Plan du site
 Historique du site
 
Texte précédent (dans l'ordre de mise en ligne)

Retour à la liste des textes

Texte suivant (dans l'ordre de mise en ligne)

Accès à la rubrique des textes concernant 1914-1918

Montreux - 1914-1918
 



Registre de la commune de Montreux

L'Invasion

9 Août 1914 Premier engagements de patrouilles. le village de Montreux est occupé par un détachement de chasseurs à pieds (20ème Bataillon de Baccarat)
10 - Les Allemands en force, envahissent le pays. Ils font précéder leurs troupes par des civils de Nonhigny pour gêner le tir de nos soldats. Les chasseurs à pied se replient en combattant, laissant au « signal de la Vigne » 19 tués, mais leur bravoure causant des pertes à l'ennemi vaut au village de tragiques représailles. Sept maisons sont incendiées à la main, non seulement les habitants ne peuvent sauver leur bétail, mais ils sont empêchés eux-mêmes de sortir des maisons en flammes. Ils n'échappent que par ruse à une mort atroce.
Monsieur Emile Fournier est fusillé.
Le Maire Joseph Alison doit répondre sur sa vie de la sécurité des Allemands au village. Les maisons sont fouillées, & mises au pillage.
Au 14 août : les habitants doivent subir toutes les vexations. Les hommes sont emmenés en ligne, ils doivent ramasser les blessés, enterrer les morts. On doit se plier à toutes les réquisitions, tout désir, sous la menace continuelle. C'est le règne de la terreur.
12 - Des hommes de Neuviller, pris en otage, sont tenus enfermés dans l'église du village, faussement accusés et de là emmenés à l'arrière dans les lignes allemandes.

Éphémère délivrance

14-23
Août 1914

 

Les Allemands se replient (mouvement correspondant à notre avance de Lorraine). Toutefois sur cette partie du front leur recul n'est pas très accentué. La division Française qui se poste en avant le village de Montreux (92ème, 105ème, 121ème et 139ème d'Infantie) est arrêté par l'ennemi fortifié dans les bois Petitmont & du Val, surprise par les mitrailleuses, elle subit des pertes sérieuses et doit à son tour battre en retraite.
Les Allemands de nouveau se rapprochent. De nombreux habitants de Montreux, se souvenant des atrocités de la première invasion, se décident à quitter le pays.

Deuxième occupation allemande
23 Août - 13 Septembre 1914

  Dix-sept habitants seulement, restent au village quand les Allemands y font leur seconde entrée. Quelques-uns, toutefois, surpris par eux dans leur fuite, sont retournés à Montreux. Ce fut pour y souffrir famine et travail.
Hommes, femmes et enfants sont employés à des corvées de tout genre. Ils sont réquisitionnés spécialement pour le travail de réfection des routes.
24 Août Monsieur Edmond Martin soupçonné par les Allemands est arrêté. Il doit passer la journée à genoux devant les batteries d'artillerie, prêt à être fusillé. Il lui est interdit de se justifier. Il est sauvé par un ordre subit de déplacement donné à l'artillerie et par la bienveillance d'un officier.
13 Septembre Les Allemands battus à la Chipotte commencent un mouvement de retraite.

Montreux - Zone neutre
Septembre 1914 - 27 février 1916

  Les Allemands sont à Cirey, Petitmont, le Val. Leurs patrouilles reviennent bientôt aux abords du village. Les Français qui sont à Péxonne, Neuviller, Vacqueville ont leur grand'garde à Bréménil et envoient des reconnaissances au delà de Montreux. Le détachement du 309e d'Infanterie qui est à Neuviller a un petit poste avancé dans le bois, au lieu dit des « Quatre Chemins » (carrefour des routes de Neuviller, Bréménil & Badonviller-Montreux).
Montreux est abandonné et privé de toute communication. Aucun ravitaillement n'est possible.
Du blé resté sur pied est récolté au jour le jour, on se sert des moulins à café pour faire un peu de farine.
Matin et soir, le village est visité par les patrouilles.
1e Octobre Les Allemands arrivent en force et se postent à l'attaque de Neuviller et Badonviller dont les églises sont bombardées. Ils se retirent le lendemain soir.
5 novembre Nouvelle attaque par les Allemands du poste français de Neuviller, donc nouvelles occupations de Montreux. Trois hommes sont emmenés par leurs colonnes. Auguste et Joseph Gondrexon, Joseph Courrier, les deux premiers ont pu revenir au pays, Joseph Courrier est resté en captivité.
Le 12 novembre, coup de mains français vers Cirey.
Alerte ! coups de main allemands sur tous les postes avancés.
1e janvier 1915 L'évacuation du village devenait nécessaire, elle fut imposée par l'autorité militaire le 4 janvier. Une demi-heure fut donnée aux habitants pour se préparer à quitter le village. Deux familles cependant refusent de s'en aller : les familles Courrier et Finance.

Montreux dans les lignes allemandes
21 février 1915 - Novembre 1918

Le 27 février, les Allemands s'installent définitivement à Montreux. Les six habitants restés au pays furent emmenés par eux en Allemagne, l'un deux Hyppolyte Courrier y est mort prisonnier.
Dès lors, Montreux n'a plus d'histoire.
Il meurt...
Détruit un peu plus tous les jours par les bombardements. Le vieux clocher tombe. Tout autour le sol est meurtri.
Après quatre ans d'exil, on ne retrouva plus que des ruines autour des tombes des aïeux.

Mentions légales

 blamont.info - Hébergement : Amen.fr

Partagez : Facebook Twitter Google+ LinkedIn tumblr Pinterest Email